Rurange-lès-Thionville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Rurange-lès-Thionville
Montrequienne
Rurange-lès-Thionville
Église paroissiale Saint-Martin.
Blason de Rurange-lès-Thionville Montrequienne
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Arrondissement Thionville
Intercommunalité Communauté de communes de l'Arc mosellan
Maire
Mandat
Pierre Rosaire
2020-2026
Code postal 57310
Code commune 57602
Démographie
Gentilé Rurangeois
Population
municipale
2 462 hab. (2018 en augmentation de 2,03 % par rapport à 2013)
Densité 278 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 16′ 40″ nord, 6° 14′ 01″ est
Altitude Min. 159 m
Max. 231 m
Superficie 8,87 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Luxembourg (partie française)
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Metzervisse
Législatives Neuvième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Rurange-lès-Thionville
Montrequienne
Géolocalisation sur la carte : Moselle
Voir sur la carte topographique de la Moselle
City locator 14.svg
Rurange-lès-Thionville
Montrequienne
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rurange-lès-Thionville
Montrequienne
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rurange-lès-Thionville
Montrequienne
Liens
Site web http://www.rurange-les-thionville.fr

Rurange-lès-Thionville est une commune française située dans le département de la Moselle en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Rurange-lès-Thionville
Guénange Volstroff
Bousse Rurange-lès-Thionville Luttange
Ay-sur-Moselle Trémery

Ecarts et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Rurange-lès-Thionville est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Luxembourg (partie française), dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 115 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (67,6 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (74,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (51,4 %), forêts (20,4 %), prairies (16,2 %), zones urbanisées (12 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (0,1 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Runeringa (1179), Rudrekange (1227), Ruderkinga (1317), Roringa (1508), Rixinga (1553), Rolingen (1560), Rurchingen (1572), Rorchingen (XVIIe siècle), Rollingen (1605), Rorange (1629), Rusching (1632), Rorchin (1667), Rurchingen (1690), Rurange (1793), Rurange-lès-Thionville (1933).
  • En allemand : Riederchingen et Rederchen[8] ; Rörchingen pendant les périodes 1871-1918 et 1940-1944.
  • En francique lorrain : Rurchéngen[9] et Rurchéng.

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Ancienne province luxembourgeoise.
  • En 1668, François Ottringer fit hommage au roi de France pour le château de Logne.
  • La seigneurie releva de la famille de Guerschin jusqu'à la Révolution.
  • Les hameaux de Montrequienne et de Logne furent rattachés à Rurange en 1812.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Jean-Paul Maurer    
Pierre Camilli    
Jean-Pierre Ramirez    
Joël Gamard DVD  
En cours Pierre Rosaire DVG  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[11].

En 2018, la commune comptait 2 462 habitants[Note 3], en augmentation de 2,03 % par rapport à 2013 (Moselle : −0,32 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
157170171456459435450440389
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
368362353347330312290288241
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
2732592642292593525537421 044
1990 1999 2005 2010 2015 2018 - - -
1 5601 6301 9442 2112 5022 462---
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13]. |recens.)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Plusieurs sites néolithiques avec mobilier sur Rurange et Montrequienne.
  • Tombe mérovingienne découverte en 1964.
  • Traces d'une voie romaine, près du château de Logne.
  • Château de Logne. Le château primitif est mentionné au XVIe siècle. Il est reconstruit au XVIIe siècle et est alors la possession de François Regnault Ottringer. De cette époque, seule subsiste la tour clocher de la chapelle. Au XVIIIe siècle, il est la propriété de la famille de Guerschin, dont on trouve les armoiries dans la chapelle et dans un mur de la tour clocher. Au début du XIXe siècle, il passe aux mains de Nicolas Damas Marchand, baron d'Empire qui le remanie complètement en 1842. Au milieu du XIXe siècle, les parties agricoles au sud du château sont transformées. La chapelle est reconstruite en style néo-gothique en 1867. L'aile ouest des parties agricoles au nord du château date de 1877 (date portée sur le linteau de la porte piétonne). Le château et les ailes nord et sud des parties agricoles nord sont à nouveau remaniés durant le début du 1er quart du XXe siècle. Fortement endommagé par les bombardements de , le château est restauré en 1949. Armoiries de la famille de Guerschin.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Chapelle castrale du château de Logne.
  • Église paroissiale Saint-Martin, construite en 1847 ; avec un élément, provenant probablement d'une armoire eucharistique du XVe siècle, en remploi dans le mur Nord de la sacristie ; tour clocher ajoutée à la limite des XIXe siècle et XXe siècle. Elle possède un crucifix en bois du XVe siècle.
  • Chapelle Saint-Laurent à Montrequienne (XIXe siècle).
  • Chapelle castrale du château de Logne.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Rurange-lès-Thionville Blason
Mi-coupé de gueules au chef d'argent chargé de trois losanges accolés de sable, et mi-coupé d'argent à une croix de gueules, cantonnée de quatre serres d'aigle de sable posées en barre.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Luxembourg (partie française) », sur insee.fr (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. Dictionnaire topographique de l'ancien département de la Moselle - Bouteiller, rédigé en 1868.
  9. Marcel Konne et Albert-Louis Piernet, « Dierfer vun äiser Hemecht », Hemechtsland a Sprooch, no 1,‎ (ISSN 0762-7440).
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.