Vitry-sur-Orne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Vitry-sur-Orne
Vitry-sur-Orne
Vue sur la ville.
Blason de Vitry-sur-Orne
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Arrondissement Thionville
Intercommunalité Communauté de communes du Pays Orne-Moselle
Maire
Mandat
Luc Corradi
2020-2026
Code postal 57185
Code commune 57724
Démographie
Gentilé Vitrien, Vitrienne
Population
municipale
3 021 hab. (2019 en augmentation de 1,24 % par rapport à 2013)
Densité 397 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 15′ 58″ nord, 6° 06′ 34″ est
Altitude Min. 157 m
Max. 360 m
Superficie 7,61 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Metz
(banlieue)
Élections
Départementales Canton d'Hayange
Législatives Huitième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vitry-sur-Orne
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vitry-sur-Orne
Géolocalisation sur la carte : Moselle
Voir sur la carte topographique de la Moselle
City locator 14.svg
Vitry-sur-Orne
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Vitry-sur-Orne
Liens
Site web https://www.vitry-sur-orne.fr/

Vitry-sur-Orne est une commune française située dans le département de la Moselle, en région Grand Est.

Ses habitants sont les Vitriens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vitry-sur-Orne est une ville située dans le nord-est de la France, dans le département de la Moselle (57). La commune est située sur la rive gauche de l’Orne, sur le flanc des côtes de Moselle. Elle a pour annexe Beuvange.

Accès[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Vitry-sur-Orne
Ranguevaux Fameck
Vitry-sur-Orne Gandrange
Rosselange Clouange Amnéville
Rombas

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Réseau hydrographique[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le bassin versant du Rhin au sein du bassin Rhin-Meuse. Elle est drainée par l'Orne[Carte 1].

L'Orne, d'une longueur totale de 85,7 km, prend sa source dans la commune de Ornes et se jette dans la Moselle à Richemont, après avoir traversé 37 communes[1].

Carte en couleur présentant le réseau hydrographique de la commune
Réseaux hydrographique et routier de Vitry-sur-Orne.

Gestion et qualité des eaux[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est couvert par le schéma d'aménagement et de gestion des eaux (SAGE) « Bassin ferrifère ». Ce document de planification, dont le territoire correspond aux anciennes galeries des mines de fer, des aquifères et des bassins versants associés, d'une superficie de 2 418 km2, a été approuvé le . La structure porteuse de l'élaboration et de la mise en œuvre est la région Grand Est[2]. Il définit sur son territoire les objectifs généraux d’utilisation, de mise en valeur et de protection quantitative et qualitative des ressources en eau superficielle et souterraine, en respect des objectifs de qualité définis dans le SDAGE du Bassin Rhin-Meuse[3].

La qualité de l'Orne peut être consultée sur un site dédié géré par les agences de l’eau et l’Agence française pour la biodiversité[Carte 2].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Vitry-sur-Orne est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[4],[5],[6]. Elle appartient à l'unité urbaine de Metz, une agglomération intra-départementale regroupant 42 communes[7] et 285 918 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[8],[9].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Luxembourg (partie française) dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 115 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[10],[11].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (62,9 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (61,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (61,1 %), cultures permanentes (13,7 %), zones urbanisées (12,6 %), zones agricoles hétérogènes (6,8 %), terres arables (3,3 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (1,8 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (0,8 %)[12].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[13].

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Vitry-sur-Orne[14] : est mentionné sous les formes Vitriaco (1033), Vetereium (XIIe siècle), Vitrei (1128), Viterei (1137), Veteriacum (1236), Vyterey (1320), Vitray (1320), Vitreyo/Vitreio/Vitri (1544), Vitri-sous-Justemont (1571), Victri (1612), Vitry son ancien nom Vallange (D. Cal. not. Lorr.), Victry (1574), Vitry-sur-Orne (1680), Wallingen (1871-1918). Walléngen en francique lorrain[15].

Il s'agit d'un type toponymique gallo-roman *VICTORIACU qui explique tous les toponymes du type Vitry (voir ce nom). Le nom germanique est sans rapport avec le nom roman.

  • Beuvange-sous-Justemont[14] : est attestée sous les formes Bovenges (1128), Buivanges (1236), Bubbingen et Bevingen (1403), Befingen juxta Jusbergh (1515), Buefingen (1578), Bevange (1606), Buvange (XVIIe siècle), Beuvange (1793), Bevingen unter Justberg (1871-1918). Bewwéngen et Biwwéngen en francique lorrain.
  • Vallange[16] : Wanolvingas (848), Vaslinga (1003/1005), Welange (1270), Valengen (1341).

Type toponymique germanique en -ingen, suffixe marquant la propriété, précédé d'un anthroponyme germanique. Les formes en -ange sont des romanisations plus tardives.

Histoire[modifier | modifier le code]

Des racloirs, perçoirs, pointes de flèches, erminettes ont été mis au jour sur les hauteurs du Justemont[17], ce qui montre l'ancienneté du peuplement en ce lieu.

Une occupation basée sur le schéma des villas agricoles antiques malgré leur destruction au IIIe siècle a perduré jusqu’au VIIIe siècle ; avec de part et d’autre d’un chemin antique, une activité pastorale et métallurgique. Vers le VIIIe – IXe siècle, au cours d’une phase de transition, se développe une petite société agro-pastorale de cinq ou six unités d’exploitation dotées chacune d’une habitation type de 6 × 11 m en matériau périssable et en face d’annexes pour l’exploitation. Ces maisons disposent en commun d'un puits d'alimentation collectif le long de chemin. Cette communauté est organisée sur la polyculture gérée collectivement (élevage dans le fond de vallée et cultures sur les parcelles laniérées des versants, perpendiculaires au réseau viaire. Elle s’étend sur une centaine d’hectares. Vallange est rattaché à la paroisse de Vitry qui possède également un cimetière. Au XIIe siècle, les habitations se transforment, elles se différencient les unes des autres et sont réalisées avec des pans de bois de qualité faisant appel au savoir de charpentiers. Les fouilles archéologiques préventives menées par l’Inrap préalables à la réalisation de la ZAC de la Plaine ont permis de connaître avec précision l'existence de cet ancien village de Vallange lequel disparaît au XVIIe siècle, les troubles de la guerre de Trente Ans provoquant l’abandon de ces habitats qui sont alors intégrés au village de Vitry, et les terrains rendus à la culture[18],[19],[20],[21].

Fondation de l’abbaye de Justemont au XIIe siècle.

Ancien village du comté de Bar, dépendant de Justemont. Abbaye de prémontrés fondée sur le Justemont en 1124 par l’évêque de Verdun (lieu de sépulture des seigneurs de Florange). Commune indépendante jusqu’en 1810, Beuvange-sous-Justemont est aujourd’hui rattachée à la commune de Vitry-sur-Orne. Partage en trois bans vers 1590 entre Clouange, Vitry et Vallange (qui n’est pas l’ancien nom de Vitry), mais celui d’un ancien hameau qui se trouvait entre Vitry et Gandrange, détruit en 1636 au cours de la guerre de Trente Ans.

En 1817, Vitry-sur-Orne, village de l’ancienne province du Barrois (bailliage de Briey), avait pour annexes le village de Beuvange, l’ancienne abbaye de Justemont réunie au territoire communal entre 1790 et 1794[22]. À cette époque on dénombre 172 habitants répartis dans 38 maisons.

En 1817, Beuvange-sous-Justemont, village de l'ancienne province du Barrois, avait 331 habitants répartis dans 81 maisons.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1902 1914 Camille Pochon    
1918 1918 Charles Blanrue    
1919 1925 Pierre Thuillier    
1925 1925 Fr Fauville    
1925 1935 E Schivré    
1935 1940 Gilbert Michel    
1944 septembre 1945 octobre René Vogler    
1945 1952 Charles Hartz    
1952 1962 Nicolas Baur    
1962 mars 1977 Pierre Bauler    
mars 1977 En cours Luc Corradi PCF puis DVG Conseiller général du canton de Moyeuvre-Grande (1994-2015),
puis Conseiller départemental du canton d'Hayange depuis 2015

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[23]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[24].

En 2019, la commune comptait 3 021 habitants[Note 3], en augmentation de 1,24 % par rapport à 2013 (Moselle : −0,03 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
170151173832986975932935916
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
8938689041 0621 1622 2583 6121 7211 630
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
1 6301 6711 5891 5482 0192 9732 7082 6712 512
1990 1999 2006 2007 2012 2017 2019 - -
2 3692 3322 5702 6033 0033 0193 021--
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[22] puis Insee à partir de 2006[25]. |recens-prem=20.)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune de Vitry-sur-Orne dépend de l'académie de Nancy-Metz (zone A). L'école Ambroise Thomas accueille les élèves de maternelle et de primaire. Il y a aussi un collège: le collège du Justemont.

Santé[modifier | modifier le code]

Vitry-sur-Orne dispose de quatre médecins généralistes et d'infirmières. L'hôpital le plus proche se trouve à Moyeuvre-Grande.

Cultes[modifier | modifier le code]

Vitry-sur-Orne dispose d'une église catholique, l'église Saint-Étienne. L'abbaye Notre-Dame-du-Justemont fut fondée au XIIe siècle et fut supprimée en 1790.

Sport[modifier | modifier le code]

La ville dispose d'un club amateur de Taekwondo.

Depuis 2013, le club de Football, qui était le FC Vitry 2000, a fusionné avec l'ES Rosselange. La fusion a donc crée l'ESRV (Entente Sportive Rosselange Vitry) qui évolue successivement au stade municipal de Vitry ou Rosselange selon les circonstances[26].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Église Saint-Étienne.
Porte de l’abbaye du Justemont.
Chapelle Saint-Nicolas (rue de Thionville).
L'étang de Tivoli

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

  • Vestiges gallo-romains.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Étienne ; XVIIIe siècle ; statue de Notre-Dame-de-Justemont datant du XIVe siècle.
  • Abbaye du Justemont Ancienne abbaye prémontrée, Notre-Dame-de-l’Assomption, fondée sur le Justemont entre 1120 et 1124 par l’évêque de Verdun qui devient le lieu de sépulture des seigneurs de Florange. L’église abbatiale consacrée en 1174 est partiellement détruite en 1791. De l’église romane seuls demeurent l’emplacement et la terrasse avec panorama.
  • Chapelle Saint-Nicolas première construction XVIIe siècle, plusieurs fois reconstruite et déplacée, elle possédait cinq statues dérobées en , elle se situe actuellement rue de Thionville.
  • Calvaires[27] ou croix de chemin : au nombre de cinq, ils furent restaurés et déplacés; il est possible de les voir aujourd'hui devant le cimetière, devant le centre socioculturel, rue Clémenceau, rue Jean Burger, à Beuvange. Ces croix, qui datent du XVIe siècle, peuvent être appelées également "Bildstocks", c'est-à-dire "colonnes à images".

Autres lieux[modifier | modifier le code]

  • L'étang de Tivoli (206 m) où viennent des promeneurs et des pêcheurs.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Vitry-sur-Orne Blason
D'azur au lys de jardin mouvant d'un mont de trois coupeaux, accosté de deux croisettes recroisetées au pied fiché, le tout d'or.
Détails

Les armoiries[28] de Vitry-sur-Orne se blasonnent ainsi :
D'azur au lys des jardins, issant d'un mont à trois coupeaux, accosté de deux croisettes recroisetées au pied fiché, le tout d'or.

Le lys représente la Vierge et le mont symbolise l'ancienne abbaye Notre-Dame-de-Justemont. Les croisettes proviennent des armes des ducs de Bar dont dépendait Vitry à travers la prévôté de Briey.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Jean-Jacques Sitek.- Vitry-sur-Orne (Vitry-Beuvange-Clouange-Abbaye de Justemont).- Ville de Vitry-sur-Orne/ Serge Domini, 1999.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  • Cartes
  1. « Réseau hydrographique de Vitry-sur-Orne » sur Géoportail (consulté le 29 juillet 2022).
  2. « Qualité des eaux de rivière et de baignade. », sur qualite-riviere.lesagencesdeleau.fr/ (consulté le ) - Pour recentrer la carte sur les cours d'eau de la commune, entrer son nom ou son code postal dans la fenêtre "Rechercher".

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sandre, « l'Orne »
  2. « SAGE Bassin ferrifère », sur https://www.gesteau.fr/ (consulté le )
  3. « Les SDAGE des districts Rhin et Meuse (2022-2027) », sur www.eau-rhin-meuse.fr (consulté le )
  4. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  6. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Unité urbaine 2020 de Metz », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  8. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  9. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  10. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Luxembourg (partie française) », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  11. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  12. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  13. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  14. a et b Bouteiller - Dictionnaire topographique de l'ancien département de la Moselle, rédigé en 1868.
  15. Marcel Konne et Albert-Louis Piernet, « Dierfer vun äiser Hemecht », Hemechtsland a Sprooch, no 1,‎ (ISSN 0762-7440).
  16. Siedlungsnamen zwischen Spätantike und frühem Mittelalter Monika Buchmüller-Pfaff -1990
  17. Jean-Jacques Sitek, Vitry-sur-Orne, Metz, Ville de Vitry-sur-Orne/ Serge Domini, , 255 p. (ISBN 2-912645-15-8)
  18. Emmanuel Laurentin, « La Fabrique de l’histoire », sur France Culture, .
  19. Gérard Franck, « Vallange, un village retrouvé : sur les pas des arpenteurs médiévaux », Archéologia, Dijon,‎ , p. 42-55 (résumé).
  20. Gérard Franck, Joëlle Burnouf et Jean-Marie Blaising, Vallange, un village retrouvé : les fouilles archéologiques de la Zac de La Plaine, Vitry-sur-Orne, Commune de Vitry-sur-Orne, , 55 p., 21 cm (ISBN 2-915816-05-0, présentation en ligne) [1]
  21. Jean-René Trochet, Maisons paysannes d’Europe occidentale XVe – XXe siècle, Presses Université Paris-Sorbonne, coll. « Géographie », , 372 p., 21cm x 27cm (lire en ligne), p. 165.
  22. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  23. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  24. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  25. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  26. http://www.vitry-sur-orne.com/culture-et-jeunesse/vie-associative/associations/
  27. Aurélie CLEMENT, « Vitry-sur-Orne | Communauté de Communes du Pays Orne-Moselle », (consulté le )
  28. Historique sur le site web de la mairie de Vitry-sur-Orne.