Mondelange

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mondelange
Hôtel de ville de Mondelange.
Hôtel de ville de Mondelange.
Blason de Mondelange
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Arrondissement Thionville
Canton Fameck
Intercommunalité Communauté de communes Rives de Moselle
Maire
Mandat
Rémy Sadocco
2014-2020
Code postal 57300
Code commune 57474
Démographie
Gentilé Mondelangeois
Population
municipale
5 880 hab. (2014)
Densité 1 434 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 15′ 48″ nord, 6° 10′ 10″ est
Altitude Min. 154 m
Max. 162 m
Superficie 4,1 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de la Moselle
City locator 14.svg
Mondelange

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de la Moselle
City locator 14.svg
Mondelange

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mondelange

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mondelange
Liens
Site web http://www.mairie-mondelange.fr/

Mondelange est une commune française située dans le département de la Moselle, entre Metz et Thionville.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • En francique lorrain : Mondléngen et Mondléng. En allemand : Mundelingen[1] et Mondelingen[2].
  • Anciennes mentions : Medelinge[3] ou Medelinga[1] (XIe siècle), Mondelinga (1194)[4], Mundelay (1195)[1], Mondelanges (1262)[1], Mundelingen (1473), Modelinga (1544)[1], Mondellange (1533[1] et 1546), Mudelinga (1547)[1], Mondelingen (1572)[1], Mundeling (1621)[1], Montdelange (1700)[1], Mondelange (1793)[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

La salle Rober-Honecker et le château d'eau.

Mondelange est une commune dont l’occupation humaine est très ancienne, en témoignent les vestiges qui sont parvenus jusqu’à nous, des découvertes archéologiques datant de la protohistoire, jusqu’aux documents modernes et monuments historiques.

Mondelange dépendait du Luxembourg, dans la seigneurie de Distroff. La commune fut incendiée en 1517 et dévastée en 1642.

Les archives communales font défaut : en 1812, Mondelange devint une annexe de Richemont, village voisin, pour des raisons de facilité de gestion. En 1817, Mondelange comptait 188 habitants répartis dans 26 maisons.

Comme les autres communes de l'actuel département de la Moselle, Mondelange est annexée à l’Empire allemand de 1871 à 1918. Mondelange est rebaptisée « Mondelingen ». C'est une période de prospérité pour la commune. Lorsque la Première Guerre mondiale éclate, les Mosellans se battent loyalement pour l’Empire allemand. Les habitants de Mondelange accueillent avec joie la fin des hostilités et la paix retrouvée. « Mondelingen » redevient « Mondelange ».

La Seconde Guerre mondiale et le drame de l'Annexion marqueront longtemps les esprits. Le 1er décembre 1940, les cantons de Moyeuvre-Grande (Großmövern) et de Mondelange (Mondelingen), de l'arrondissement de Thionville (Diedenhofen), sont rattachés au Landkreis Metz, l'arrondissement de Metz. Certains jeunes gens, incorporés de force dans les armées allemandes, ne revinrent jamais du front. La commune sera libérée dès le 7 septembre 1944[6] par la IIIe armée de Patton, échappant ainsi aux derniers bombardements américains.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Mondelange Blason Ecartelé au 1 de gueules à une haute borde d'argent; au chef du même chargé de trois losanges accolés de sable, au 2 burelé d'argent et d'azur de dix pièces, au lion de gueules à double queue, armé, lampassé et couronné d'or, au 3 d'azur à une bande d'or chargée d'une tour de sable ouverte du champ accostée en chef et en pointe de deux coquilles du même, au 4 de gueules à la fleur de lys d'argent d'où naissent deux palmes de sinople en abîme.
Détails

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1947 21 mars 1965 Paul Nau SE Chef comptable
21 mars 1965 1983 Robert Honecker SE Chef de bureau
1983 1985 Jean-Marie Rémy RPR  
décembre 1985 18 mars 2001 Paul Jaman DVD Secrétaire
18 mars 2001 mars 2008 Gérard Lamm PS Retraité
mars 2008 Mars 2014 Gilbert Schmitt PS Retraité
mars 2014 Mars 2020 Rémy Sadocco LR Cadre territorial, Conseiller régional, Vice-président de la CC.
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelage[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[9],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 5 880 habitants, en diminution de -1,34 % par rapport à 2009 (Moselle : 0,02 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1926 1931 1936 1946 1954 1962
152 166 155 1 633 2 805 2 937 2 950 3 327 3 931
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014 -
6 470 6 510 5 993 5 808 5 610 5 699 6 058 5 880 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Monolithe gallo-romain dit la Haute-Borne

Celui-ci est une borne romaine ou gauloise, en pierre jaune, d'1,80 m de hauteur et de 0,60 m de large, de forme cylindrique. Cette borne se serait trouvée sur le sol de Mondelange d'après une carte d’état-major de 1830[11].

  • Nécropole celte

En 1993 est découverte une nécropole celte, d'une centaine de tombes. Elle a été utilisée de -850 à 30 ap. J.-C.[12] Sur l'emplacement de cette nécropole, se dresse aujourd'hui un musée qui lui est consacré : l'Archéosite celte. On y trouve, entre autres, un torque et un char à deux roues. L'Archéosite Celte est fermé depuis plusieurs années.

  • La Maison de la Culture

La Maison de la Culture de Mondelange était en place à Hagondange le maire de cette ville a décidé la dissolution. C'est Gérard Lamm, ancien maire qui a accepté de les accueillir à Mondelange rue de la Gare aux anciens bâtiments Ets Jacques. Depuis la Maison de la Culture fonctionne par un comité qui gère tous les services et animations propres à l'association pour les concerts, etc. En juillet 2015, la Maison de la Culture a dû quitter Mondelange pour s'installer à Guénange.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Église Saint-Maximin.
Église Saint-Jean-Bosco.
  • L’église catholique Saint-Maximin :

Une des tours de l'église date probablement du XIIIe siècle, mais l'édifice a été remanié en 1903. De l’ancienne église, on trouve encore un portail d’architecture gothique tardif portant une date : 1499. Lors des modifications de 1903, le chœur de l'ancienne église a été conservé. Saint Maximin est le patron de la paroisse [13]

Elle a été construite en 1959, à la suite de la collecte de fonds. La création de l'église avait été rendue nécessaire par le fait qu'une partie de la commune n'avait pas accès facilement à l'église Saint Maximin : en effet, Mondelange est séparé en deux par la ligne de chemin de fer Luxembourg-Nancy.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Albert Wackermann, Mondelange, 20 siècles d'histoire, 1993.

Nicolas Honecker, Le Souvenir Français de Mondelange-Richemont de 1912 à aujourd'hui, 2016.

Cercle Généalogique des Trois Frontières, Les Familles de Mondelange, 2017.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Bouteiller - Dictionnaire topographique de l'ancien département de la Moselle, rédigé en 1868.
  2. Publications de la Société pour la Recherche et la Conservation des Monuments Historiques dans le Grand-Duché de Luxembourg, vol. XVIII, Imprimerie-Librairie V. Buck, , « Dénominations allemandes de lieux relatées en français »
  3. Adolf Schiber, Die fränkischen und alemannischen Siedlungen in Gallien
  4. Mémoires de l'Académie nationale de Metz, Volume 45
  5. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. 1944-1945, Les années Liberté, Le Républicain lorrain, Metz, 1994 (p. 14).
  7. « Langenselbold in Zahlen » Site web de la ville de Langenselbold, consulté le 24 avril 2017.
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  11. « Histoire de Mondelange sur le site de la mairie » (consulté le 5 janvier 2010).
  12. [1], page de l'Archéosite sur le site de la mairie.
  13. [2], Site internet de la mairie.