Behren-lès-Forbach

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Behren-lès-Forbach
Entrée de Behren-lès-Forbach sous la neigeen février 2010.
Entrée de Behren-lès-Forbach sous la neige
en février 2010.
Blason de Behren-lès-Forbach
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Arrondissement Forbach-Boulay-Moselle
Canton Stiring-Wendel
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Forbach Porte de France
Maire
Mandat
Dominique Ferrau
2014-2020
Code postal 57460
Code commune 57058
Démographie
Gentilé Behrenois, Behrenoises[1]
Population
municipale
6 609 hab. (2014)
Densité 1 105 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 10′ 28″ nord, 6° 56′ 08″ est
Altitude Min. 243 m
Max. 382 m
Superficie 5,98 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de la Moselle
City locator 14.svg
Behren-lès-Forbach

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de la Moselle
City locator 14.svg
Behren-lès-Forbach

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Behren-lès-Forbach

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Behren-lès-Forbach
Liens
Site web ville-behren.fr

Behren-lès-Forbach est une commune française de l'agglomération de Forbach, située dans le département de la Moselle et le bassin de vie de la Moselle-est, en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Ancien noms[2],[3],[4] : Bering (1577), Berien et Berren (1594), Beren (1618 - arch. de la maison de Wendel), Biren (1751), Beren ou Biren (XVIIIe siècle), Behren (1793), Behren-lès-Forbach (1926).
  • En francique lorrain : Bäre.

Sobriquets[modifier | modifier le code]

  • Anciens sobriquets désignant les habitants[5] : Die Emberte (Himbeeren) « les framboises », Behrener Tappesse « les patauds de Behren », Die Lehmrutscher « ceux qui glissent sur la terre glaise ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Behren-lès-Forbach est une ancienne cité minière dont un document mentionne déjà l’existence au début du XIVe siècle sous l’orthographe de « Berne ». À cette époque, le village appartient, entre autres, à la seigneurie de Forbach puis à la chatellerie de Sarreguemines. Behren fait tour à tour partie du duché de Lorraine ou du comté de Nassau-Sarrebruck.

Au XVIIe siècle, la guerre de Trente Ans (1618-1648) ne va pas épargner ce qui n’est encore qu’un village avec son occupation par l’armée suédoise. Au cours de cette triste période, les châteaux voisins de Forbach et de Sarreguemines sont détruits sur l’ordre du cardinal de Richelieu.

Le désastre de la guerre de 1870 oblige la France à céder l’Alsace et la Moselle à l’Allemagne. Le village de Kerbach-Behren devient donc allemand. À cette même époque, la région devient un important bassin industriel grâce notamment à ses mines de charbon. Durant la Première Guerre mondiale, les hommes de Behren combattent dans l’armée allemande, la plupart sur le front russe. Le village redevient français avec le traité de Versailles en 1919.

En 1927, Behren est définitivement séparé de Kerbach grâce aux efforts de son premier maire, Jean Weyland, et porte désormais le nom de Behren-lès-Forbach.

Le 1er septembre 1939, le village est évacué par ordre de l’autorité militaire (zone rouge de la ligne Maginot). À pied, à bicyclette, en voiture, en charrette, toute la population prend la route de Gaubiving dénommée aujourd’hui pour cette raison eue du 1er-septembre-1939. À Château-Salins tout le monde prend le train à destination du département de la Charente, sauf les familles des mineurs qui sont dirigées sur les différents bassins houillers français (Pas-de-Calais ; Saône-et-Loire). Les avant-postes français se trouvent sur les hauteurs du Kelsberg (près du château d’eau de la cité) et du Wingertsknopf. Le 12 mai 1940, à 4 h du matin, les Allemands arrosent Behren par un feu roulant d’artillerie. À 4 h 30, Behren brûle. À 5 h 30, les Allemands attaquent et le village est occupé à 8 h 30. Le 17 février 1945, la localité est enfin libérée, mais a payé un lourd tribut : sinistrée à 80 %, elle a aussi perdu quatre de ses fils.

Au lendemain de la Libération, la vie reprit son cours et les hommes retournèrent à la mine. En 1956, Behren-lès-Forbach devient une grande cité-dortoir, propriété des Houillères du Bassin de Lorraine (H.B.L). Aux primo-arrivants succédaient d’autres arrivants. Le petit village de 700 habitants se muait en ville champignon pour atteindre 12 512 Behrinois en 1968.

Vue panoramique de la cité de Behren-lès-Forbach (depuis la rue du Petit-Bois).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

En 2010, la commune de Behren-lès-Forbach a été récompensée par le label « Ville Internet @@ »[6].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avril 1977 mars 2001 Paul Bienvenu SE Maire
mars 2001 mars 2008 Michel Obiegala PS Maire
mars 2008 mars 2014 Jérôme Dibo SE Maire
mars 2014 en cours Dominique Ferrau DVD Maire

Jumelages[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Immigration[modifier | modifier le code]

En 2008, la ville compte 2 495 immigrés soit 29,3 % de sa population [7]. En 1999, 51 % des jeunes de moins de 18 ans étaient d'ascendance étrangère dont 41 % d'origine maghrébine[8].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[10],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 6 609 habitants, en diminution de -22,57 % par rapport à 2009 (Moselle : 0,02 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1926 1931 1936 1946 1954 1962
250 244 291 519 502 473 429 524 10 486
1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014 -
12 512 12 015 11 152 10 291 10 073 8 781 7 847 6 609 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Behren-lès-Forbach Blason Coupé : au 1er d'argent (de sable) au lion léopardé de sable (d'or), au 2e de sable (d'or) à l'ours passant d'argent (de sable).
Détails

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

Behren-lès-Forbach dispose d’un des boulodromes les plus grands de France.

rénovation d'un immeuble rue St Blaise (photo prise en janvier 2010)
Rénovation d'un immeuble rue Saint-Blaise (photo prise en janvier 2010).
  • palais des sports

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Blaise construite en 1910.
  • Église Jean Bosco, moderne XXe siècle.
  • Église Notre-Dame, moderne XXe siècle, réhabilitéé en bibliothèque.
  • Église Luthérienne, rue Kelsberg construite entre 1960 et 1965.
  • Église néo-apostolique, rue de Sarreguemines.
  • Mosquée : Al nasr.
  • Mosquée : Ar-rahmah.
  • Mosquée : Abou-bakr.

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • Le collège Robert Schuman qui regroupe les communes de : Behren-lès-Forbach, Bousbach et Kerbach

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Angelo Antonio Toriello (né à Behren-lès-Forbach en 1962), journaliste et diplomate franco-italien[13];
  • Issam Chebak : footballeur au Havre AC (Ligue 2) et International marocain.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.linternaute.com/ville/behren-les-forbach/ville-57058
  2. Bouteiller - Dictionnaire topographique de l'ancien département de la Moselle.
  3. Mémoires de la Société d'Archéologie et d'Histoire de la Moselle (1862)
  4. Behren-lès-Forbach - Notice Communale - EHESS Cassini
  5. Cercle « Die Furbacher » - Histoire locale de Forbach no 62 - 2008
  6. Palmarès 2010 des Villes Internet sur le site officiel de l'association. Consulté le 19/12/2009.
  7. INSEE - Commune : Behren-lès-Forbach - 57058 - Population totale par sexe, âge, type d'activité et situation quant à l'immigration, Insee 2008
  8. Michèle Tribalat, Les concentrations ethniques en France, 2007
  9. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  13. « Blue Book (Permanent Mission of Sao Tomé & Principe to the UN) », UN