Ferry III de Lorraine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ferry de Lorraine.
Ferry III de Lorraine
Titre Duc de Lorraine
( - 1303)
Prédécesseur Mathieu II de Lorraine
Biographie
Dynastie Maison de Lorraine
Naissance début 1240
Décès
Père Mathieu II de Lorraine
Mère Catherine de Limbourg
Conjoint Marguerite de Champagne
Liaisons nom inconnu
Enfants Thiébaud II de Lorraine
• Matthieu de Lorraine
Frédéric de Lorraine († 1299)
• Ferry de Lorraine († ~1317)
• Isabelle de Lorraine
• Catherine de Lorraine
• Agnès de Lorraine
• Madeleine
Enfants illégitimes :
• Jean dit "de Neuviller" ou "de Toul" († 1295)
• Colin
• Isabelle
• Marguerite
Signature de Ferry III de Lorraine

Image illustrative de l'article Ferry III de Lorraine
Sceau et blason

Ferry III de Lorraine né vers 1240, mort le à Nancy, est duc de Lorraine de 1251 à 1303.

Famille[modifier | modifier le code]

Il est fils aîné du duc Mathieu II et de Catherine de Limbourg[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il n'a que 11 ans à la mort de son père (février 1251)[2] et la régence est assumée par sa mère. Il devient majeur à 15 ans (âge requis en Lorraine pour ne plus être sous tutelle), le 24 mars 1255.

En 1255 il épouse Marguerite de Champagne, fille de Thibaut Ier de Navarre, comte de Champagne et roi de Navarre et de sa troisième femme Marguerite de Bourbon. Ce mariage marque le début de l'influence française en Lorraine, d'autant que la nièce de Marguerite, Jeanne, épouse en 1284 le futur roi de France Philippe le Bel. Cette nouvelle influence contrebalance l'influence germanique, à une époque où le Saint-Empire est en crise, et permet à la Lorraine de devenir de fait un État indépendant ; mais aboutit au rattachement de la Lorraine à la France en 1766.

Durant son règne, il combat souvent les évêques de Metz au point que le pape Clément IV doit l'excommunier et frapper le duché d'Interdit pour mettre fin à ses menées belliqueuses. Il édifie le château médiéval de Frouard, détruit par la suite sous les ordres de Richelieu.

Ferry III est excommunié à deux reprises et est menacé d'une troisième excommunication.

  • Alors que sa mère était régente, elle prend parti pour les bourgeois de Toul en révolte contre leur évêque, avec l'idée de prendre le contrôle de Toul ; elle est excommuniée ainsi que son fils Ferry III. Cette excommunication est levée au décès de la duchesse (1255).
  • Le 29 juillet 1267, il est excommunié par le pape Clément IV car dans ses querelles avec l'évêque de Metz, ses troupes ont causé des dommages sur les terres de l'abbaye de Remiremont ; et malgré les protestations des abbesses, Ferry III ne répare pas ses torts.
  • En février 1283, il est menacé d'excommunication : à la mort de l'abesse Agnès de Salm, il profite des querelles entre les franc-comtoises et les lorraines de l'abbaye de Remiremont pour entreprendre la construction d'une forteresse à Plombières sur des terres appartenant exclusivement à l'abbaye. Les abbesses s'en plaignent au pape[3],[N 1] et celui-ci menace Ferry III d'excommunication s'il ne répare pas ses torts.
Le 30 avril 1291, alors que le duc a ignoré cette menace, la sentence devient effective et doit être publiée dans les églises du duché ; le doyen de Besançon demande même que cesse le service divin et qu'on déterre les morts inhumés dans les cimetières après l'application de cette sentence. Toute activité religieuse cessant dans le duché, Ferry III se soumet et signe avec l'abbaye, le 18 juillet 1295, un "traité de paix" surnommé « l'Échappenoise ».

En 1257, les Électeurs du Saint-Empire se réunissent en diète à Francfort afin de trouver un successeur à Guillaume de Hollande. Ils ne réussissent pas à se mettre d'accord et désignent deux rois des Romains, Alphonse X de Castille et Richard de Cornouailles. Ferry est un partisan d'Alphonse, mais il y a peu de combats et après la mort des deux prétendants, Rodolphe Ier de Habsbourg est élu en 1273

Souhaitant s'appuyer sur la bourgeoisie urbaine pour affermir son emprise sur ses suzerains, il accorde des franchises aux principales villes de son duché : Nancy, Neufchâteau, Longwy. Cette politique lui attire de solides rancunes. Alors qu'il revient d'une chasse dans les bois de Laxou, Adrian des Armoises, seigneur de Maxéville le capture et l'enferme dans son château. Des années plus tard il parvient à faire parvenir sa bague à la duchesse Marguerite par l'intermédiaire d'un charpentier chargé d'entretenir le toit de sa prison. Celle-ci envoie une troupe de soldats libérer son époux - Adrian des Armoises libère le duc sans combattre.

Mort le 31 décembre 1303, il est enterré à l'abbaye de Beaupré[1].

Mariage et enfants[modifier | modifier le code]

Il épouse en 1255 Marguerite de Champagne, fille de Thibaut Ier, roi de Navarre et comte de Champagne ; et de Marguerite de Bourbon. Ils ont sept, ou huit, enfants connus[1] :

Ferric III a aussi quatre enfants illégitimes, de mère inconnue[1] :

  • Jean dit de Neuviller ou de Toul († 1295), dont descendance ;
  • Colin ;
  • Isabelle ;
  • Marguerite[1].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les chanoinesses apprécient d'autant moins cette initiative de Ferry III qu'elle fait suite à d'autres actes du duc dont elles ont à se plaindre ; alors que depuis le Xe siècle, l'empereur avait confié l'avouerie de Remiremont au duc de Lorraine sans autre fonction, progressivement les ducs ont augmenté leur emprise sur l'abbaye, en proposant des candidates lors des élections de l'abbesse ou en levant des taxes sur les terres de l'abbaye... Le traité de l'Échappenoise impose au duc de n'être plus que voué et lors de leur avènement, les ducs doivent prêter serment en trois lieux différents à Remiremont, de défendre l'église de Remiremont et les personnes qui lui sont attachées.
  2. Ne pas confondre Ferry († 4 juin 1299) avec son frère homonyme († 1317/1318). Voir « Ferry III de Lorraine (-1302) », p. sur MedLands.
  3. a et b La seule référence connue à ce jour pour Agnès et Madeleine et leurs mariages supposés, est un manuscrit dans la bibliothèque de Monsieur Bigot conseiller en la cour des Aides à Rouen. Le manuscrit mentionne :
    “Agnes”, deuxième fille de “Federic fils aisné de Mathieu...Duc de Lorraine” et de sa femme, épousa “Jean de Harcourt Comte de Harcourt en Normandie” ;
    Madelaine”, troisième fille de “Federic fils aisné de Mathieu...Duc de Lorraine” et de sa femme, épousa “Erard Comte de Vuirtemberg”[306]. Si ceci est juste, Madeleine est la première femme de Eberhard.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k « Ferry III de Lorraine (-1302) », dans « Lorraine », ch. 1 - section A : « Dukes of Lorraine 1048-1431 », p. sur MedLands.
  2. Georges Poull, « Plombières au Moyen Age, son château et ses avoués », Annales de l'Est, no 1,‎ . Un tiré à part de cette étude est complété par un avant-propos de Marc Chardot et enrichi de diverses notes et illustrations, publié chez Berger-Levrault, 2e trim. 1973.
  3. Françoise Boquillon, « Les chanoinesses de Remiremont (1566-1790), contribution à l'histoire de la noblesse dans l'Église », Société d'Histoire locale de Remiremont et de sa région, Impr. Sailly, Le Thillot,‎ (ISSN 0220-5238).
  4. (en) Charles Cawley, « Ferry de Lorraine (-murdered 4 Jun 1299) », dans « Lorraine », ch. 1 - section A : « Dukes of Lorraine 1048-1431 », sur MedLands (consulté le 18 janvier 2018).
  5. (en) Charles Cawley, « Isabelle de Lorraine (1272-11 May 1335) », dans « Lorraine », ch. 1 - section A : « Dukes of Lorraine 1048-1431 », sur MedLands (consulté le 18 janvier 2018).
  6. « Helisende de Vergy (-1312) », dans « Burgundy duchy – Beaune & Chalon », ch. 1 : « Beaune », section D : « Seigneurs de Vergy », sur MedLands (consulté le 14 décembre 2017).