Nadine Alari

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Boverie et Alari.
Nadine Alari
Description de l'image Defaut.svg.
Nom de naissance Bernadette Nicole Frédérique Boverie
Surnom Nadine Alari
Naissance
Paris (France)
Nationalité Drapeau de la France française
Décès (à 89 ans)
Paris (France)
Profession Actrice

Bernadette Nicole Frédérique Boverie[1], dite Nadine Alari, née le et morte le , à Paris, est une actrice, auteure française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Unique enfant de Henri Boverie, architecte-décorateur et de Christiane Verger († 1974) qui composa plusieurs chansons (entre autres pour Cora Vaucaire et Barbara) ainsi que pour des textes de Jacques Prévert, Nadine Alari nait au domicile de ses parents non loin de la place de la Nation[2].

Alari est le nom de jeune fille de sa grand-mère paternelle dont elle changea l'orthographe, Nadine étant son prénom usuel dés sa naissance (le Bernadette de l'état civil vient qu'à cette époque on ne pouvait prendre que le prénom d'une sainte afin d'être enregistrée officiellement)[2].

Elle s'est essayée d'abord dans le journalisme puisque, encore au lycée, elle a fondé, en 1937, le journal Le Trèfle, dont un des dix abonnés était Suzy Solidor, et le principal supporter Noël-Noël, un ami de ses parents.

Après ses études secondaires et alors que Nadine Alari vient de passer la première partie de son baccalauréat, elle découvre que la comédie existe. Elle s'inscrit chez René Simon. Elle est formée au Cours Simon durant un an et demi tout en commençant à jouer et à tourner[3]. Elle y fait la connaissance de Maurice Merleau-Ponty, auteur connu et ami de Jean-Paul Sartre, avec qui elle potassait sa philo tout en s'amusant[4].

Elle échoue à l'entrée du Conservatoire national supérieur d'art dramatique, ce qui ne l’empêche pas de faire ses débuts sur scène.

Nadine Alari débute au Théâtre de la Gaîté-Montparnasse, qui était dirigé à l'époque par Agnès Capri[5], dans Zig-zag, spectacle composé de sketches musicaux, de parodies, de tours de chant et de récitals poétiques. Elle y récite des poèmes inédits de Jacques Prévert, des scènes d'Alphonse Allais de Georges Neveux et rencontre Tania Balachova qui lui donnera quelques cours particuliers[6].

Elle entre dans la Compagnie Renaud-Barrault qui vient de s’installer en 1946 au Théâtre Marigny. Elle commence avec Hamlet qu’elle joue avec Jean-Louis Barrault (Hamlet sur les planches, tout en étant le metteur en scène du drame shakespearien). Elle y reste un an, mais y reviendra très régulièrement.

Elle est lauréate du prix Suzanne-Bianchetti en 1951.

Nadine Alari est également une grande voix de doublage. Elle a ainsi doublé de grandes stars américaines. Pour n'en citer que quelques-unes : Maureen O'Hara, Eleanor Parker, Kim Novak, Ava Gardner et même Greta Garbo.

Nadine Alari participe, entre 1960 et 1962, à cinq enregistrements sonores gravés sur microsillon 45 ou 33 tours.

Elle participe à des documentaires ou des "causeries" filmées pour la télévision (ORTF), entre autres : Le temps du ghetto de Frédéric Rossif, Histoire des conditions de travail ou Un travail, des travaux... un siècle d'images de Georges Pessis, et encore Bestiaire d'amour du réalisateur Gerald Calderon avec Jean Rostand, comme auteur-adaptateur[7].

Elle a aussi une autre passion, la photographie. En 1965, elle part photographier des animaux en Roumanie, passant des heures immobile et silencieuse pour prendre un cliché. Elle a fait également des photos de théâtre.

En 1996, elle est éditeur scientifique d'un livre de Carlo Goldoni (1707-1793) : Sior Todero Brontolon ou Le vieux tracassier, où elle ajoute des textes français et des notes[7].

Nadine Alari rend hommage à l'acteur français Gérard Philipe (1922-1959), avec qui elle avait joué Le Joueur de Claude Autant-Lara lors du 50e anniversaire de sa mort, le 3 mai 2010 au Théâtre Chaillot de Paris[8].

Lors d'un entretien avec Yvan Foucard le 5 mars 2010, elle avouait avoir eu beaucoup de chance professionnelle à ses débuts :

« J'avoue avoir quelque peu négligé mon parcours. J'en suis en grande partie responsable me laissant porter par la facilité des chances qui m'étaient offertes à mon tout début sans trouver en moi l'exigence qui aurait été nécessaire... »

Son agent est AA - Agents associés Gilles Merlé[9].

Elle meurt à Paris des suites d'une longue maladie[10] le 24 novembre 2016, entourée de ses amis, et en particulier du metteur en scène Franck Berthier, sous la direction de qui elle a beaucoup joué les dernières années de sa vie, adaptant et interprétant notamment des pièces de Goldoni, Strindberg ou Tchekhov, et qui mis en scène la pièce dont elle est l'auteure : Les apparents[11],[12],[13]. Son corps est incinéré au crématorium du cimetière du Père-Lachaise (Paris 20e), le 7 décembre 2016[14],[15],[16].

Martine Sarcey disait d'elle : « Nadine Alari, la plus belle femme de sa génération, engagée dans tous les combats contre l'injustice à travers le monde : Chili, Afrique et autres… Douée pour plusieurs vies : théâtre, photos, reportages… Et avec tout ça, pour l'amitié longue-durée. Bref, quelqu'un de rare dont je suis fière d'être une amie ! »[2].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Court métrage[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Doublage[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Enregistrements sonores[modifier | modifier le code]

Nadine Alari participe, entre 1960 et 1962, à 5 enregistrements sonores gravés sur microsillon 45 ou 33 tours[22].

  • Hans le petit soldat : Conte folklorique dialogué par Muse Dalbray ; François Périer (Hans), Nadine Alari (Berthilde), Muse Dalbray (Gretzel), Tristan Sévère (Le roi). Publication : S.l. : s.n., 1960 (DL). Description matérielle : 1 disque : 33 t ; 25 cm. Référence commerciale : Collection : Contes du monde entier, Allemagne.
  • Les Nouvelles aventures de Jim la jungle : d'après Paul Norris, Don Moore ; Réalisation : Abder Isker, adaptation Jean Calvet ; avec Albert Medina, Jean Mauvais, Nadine Alari, Yves Furet, Edmond Tamiz, Georges Nubert. Publication : S.l. : s.n., 1960 (DL). Description matérielle : 1 disque : 33 t ; 25 cm. Référence commerciale : Barclay.
  • Lancelot du Lac : René Arrieu (Lancelot), Serge Nadaud (Merlin), Raymond Loyer (Le Roi Arthur), Nadine Alari (La Reine Guenièvre), Christian Denhez (Bertrand). Publication : S.l. : s.n., 1961 (DL). Description matérielle : 1 disque : 45 t ; 17 cm. Référence commerciale : RCA.[23]
  • L'Odyssée / Homère : Adaptation et dialogues de Muse Dalbray ; Musique et orchestre : Pierre Guillermin ; François Périer, Nadine Alari, Raymond Destac (Tristan Sévère), Bernard Dhéran. Publication : S.l. : s.n., 1961 (DL). Description matérielle : 1 disque : 33 t ; 25 cm. Référence commerciale : Pathé (livre-disque)[24].
  • Lancelot du Lac : Lancelot et le dragon bleu (2e épisode), Marcel Dabadie, François Llenas, Claude Ales, René Arrieu, Serge Nadaud, Nadine Alari, Raymond Loyer. Publication : S.l. : s.n., 1962 (DL). Description matérielle : 1 disque : 45 t ; 17 cm. Référence commerciale : RCA[25]

Elle participe également à l'élaboration d'un disque 33t vinyle aux éditions La ronde des enfants - initiation à la musique, antérieur à ces publications, ayant pour titre : A la recherche de la sonate (Mozart Vivaldi), en collaboration avec Marie-Rose Clouzot[26],[27],[28].

Auteure[modifier | modifier le code]

  • Sior Todero Brontolon ou Le vieux tracassier, Carlo Goldoni (1707-1793) ; texte français et notes de Nadine Alari ; introd. de Ginette Herry. Publication : [Saulxures] : Circé, 1996. Impression : 07-Aubenas : Impr.Lienhart. Descriptionmatérielle : 126 p. ; 18 cmCollection : Théâtre ; 2. Lien à la collection : Théâtre (Saulxures). Autre auteur : Alari, Nadine (1927-2016). Éditeur scientifique. Herry, Ginette. Préfacier. Numéros : (ISBN 2-84242-003-9) (br.) : 62 F. (notice BnF no FRBNF35865345)[29]
  • Les Apparents (2012), Pièce de théâtre[30]. Une histoire de vie, d'amour, de trahison et d'abandon, qui donne à penser qu'il n'y a pas une vérité mais que chacun porte en lui, la sienne propre. « La vérité pose de nouvelles questions... chaque existence est une énigme dont on ne peut saisir que quelques fragments. » - Nadine Alari

Récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://encinematheque.fr/oeil/Y002/index.asp
  2. a, b et c « Nadine ALARI », sur encinematheque.fr (consulté le 29 décembre 2016)
  3. avoir-alire.com
  4. Paule Marguy, « Une interview… », sur En cinemathèque,
  5. Agents Associés Gilles Merlé | Nadine ALARI, « Agents Associés Gilles Merlé | Nadine ALARI », sur www.agence-gillesmerle.com (consulté le 29 décembre 2016)
  6. « Mémoires de Guerre », sur guerre72.rssing.com (consulté le 29 décembre 2016)
  7. a et b « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr (consulté le 31 décembre 2016)
  8. gettyimages.fr
  9. Agents Associés Gilles Merlé | Nadine ALARI, « Agents Associés Gilles Merlé | Nadine ALARI », sur www.agence-gillesmerle.com (consulté le 31 décembre 2016)
  10. « Adieu à Nadine Alari, comédienne aristocratique », Le grand théâtre du monde,‎ (lire en ligne)
  11. « Nadine ALARI - Décès - Rue du conservatoire », sur www.rueduconservatoire.fr (consulté le 29 décembre 2016)
  12. « franck berthier | BilletReduc.com », sur www.billetreduc.com (consulté le 29 décembre 2016)
  13. http://www.theatre-contemporain.net/textes/4fe1a22c819c9/
  14. « Avis de décès Nadine ALARI », sur www.avis-de-deces.net (consulté le 29 décembre 2016)
  15. Collectif Sarka-SPIP, « 2016 - Cimetières de France et d'ailleurs », sur www.landrucimetieres.fr (consulté le 29 décembre 2016)
  16. « Nadine Alari - Avis de décès Paris - Simplifia », sur www.simplifia.fr (consulté le 29 décembre 2016)
  17. [1]
  18. a et b 2e doublage.
  19. « Un songe - Spectacle - », sur data.bnf.fr (consulté le 29 décembre 2016)
  20. Association C.R.I.S, « Les Apparents - Nadine Alari - mise en scène Franck Berthier, - theatre-contemporain.net », sur www.theatre-contemporain.net (consulté le 29 décembre 2016)
  21. journal-laterrasse.fr
  22. « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr (consulté le 31 décembre 2016)
  23. LANCELOT-DU-LAC / ARRIEU (René) :, (lire en ligne)
  24. « L'Odyssée d'Homère : tous les albums et les singles », sur www.chartsinfrance.net (consulté le 31 décembre 2016)
  25. LANCELOT-DU-LAC :, (lire en ligne)
  26. Michèle LETENNEUR, « Marie Rose CLOUZOT (suite) - ecolebalard.overblog.com », ecolebalard.overblog.com,‎ (lire en ligne)
  27. « A la recherche de la sonate Nadine Alari LP NM & CV NM - », sur eBay (consulté le 31 décembre 2016)
  28. « MARIE-ROSE CLOUZOT/NADINE ALARI a la recherche de la sonate LP25cm VG++ », sur eBay (consulté le 31 décembre 2016)
  29. Goldoni, Carlo (1707-1793). Auteur du texte et Goldoni, Carlo (1707-1793), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 31 décembre 2016)
  30. Association C.R.I.S, « Les Apparents - Nadine Alari - mise en scène Franck Berthier, - theatre-contemporain.net », sur www.theatre-contemporain.net (consulté le 31 décembre 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]