Cinq pièces faciles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cinq pièces faciles
Titre original Five Easy Pieces
Réalisation Bob Rafelson
Scénario Carole Eastman
Bob Rafelson
Acteurs principaux
Sociétés de production BBS Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Drame
Durée 98 minutes
Sortie 1970

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Cinq pièces faciles (Five Easy Pieces) est un film américain réalisé par Bob Rafelson, sorti en 1970. Le film a pour acteurs principaux Jack Nicholson, Karen Black, Susan Anspach, Ralph Waite et Sally Struthers.

Le film raconte l'histoire d'un foreur pétrolier caractériel, Bobby Dupea, dont l'existence d'ouvrier cache sa jeunesse privilégiée de prodige du piano. Lorsque Bobby apprend que son père est mourant, il se rend à la maison familiale avec sa petite amie Rayette (Karen Black) qui est serveuse. Nicholson et Black ont été nommés aux Oscars pour leur performance.

Le film a été sélectionné en 2000 par la Library of Congress pour sa préservation dans le National Film Registry.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Robert Dupea, foreur pétrolier, décide de se rendre sur la côte Ouest pour se réconcilier avec son père mourant.

Bobby Dupea (Jack Nicholson) travaille en Californie comme foreur pétrolier avec son ami Elton (Billy "Green" Bush), qui a une femme et un bébé. Bobby passe la plupart de son temps avec sa petite amie Rayette (Karen Black) qui est serveuse mais qui rêve de devenir chanteuse de country et avec son ami Elton avec qui il joue au bowling, se saoule et couche avec d'autres filles. Bobby n'a jamais dit à Elton qu'il est un pianiste de musique classique issu d'une famille de musiciens excentriques.

Lorsque Rayette dit qu'elle est enceinte et Elton est arrêté pour le braquage d'une station d'essence une année auparavant, Bobby quitte son travail et se rend à Los Angeles où sa sœur Partita (Lois Smith), également pianiste, enregistre un disque. Partita l'informe que leur père, avec qui Bobby a coupé les ponts, a eu deux attaques. Elle demande à Bobby de retourner à la maison familiale dans l'État de Washington pour visiter leur père.

Rayette menaçant de se suicider si Bobby la quitte, il l'invite à venir avec lui à contre-cœur. Conduisant vers le nord, ils prennent en auto-stop deux femmes qui vont en Alaska, une d'elles est obsedée par la "saleté". Tous les quatre sont expulsés d'un restaurant après une dispute de Bobby avec la serveuse qui refusait de lui servir les toasts qu'il demandait. Arrivant à destination, Bobby laisse Rayette dans un motel, car embarrassé par le manque d'éducation de sa petite amie, il préfère se rendre seul à la maison familiale sur l'île de Puget Sound.

Il trouve Partita en train de couper les cheveux de son vieux père qui ne semble pas le reconnaître. Au dîner, Bobby rencontre Catherine Van Oost (Susan Anspach), une jeune pianiste fiancée à son frère Carl (Ralph Waite), un violoniste. Malgré des différences de personnalité, Catherine et Bobby éprouvent une attirance et font l'amour dans sa chambre.

Rayette, à court d'argent, quitte le motel et se rend sans avertir à la maison des Dupea. Sa présence crée une situation gênante, mais lorsque Samia, une amie prétentieuse de la famille ridiculise Rayette, Bobby prend fermement la défense de sa petite amie.

Bobby tente de convaincre Catherine de partir avec lui, mais elle décline son offre car elle considère que Bobby ne s'aime pas, et même qu'il n'aime rien ni personne. Après avoir essayé de parler à son père mutique, Bobby s'en va avec Rayette. Lorsque Rayette va chercher du café dans une station d'essence avec le porte-feuille de Bobby, Bobby l'abandonne en montant dans un camion qui se dirige vers le nord.


Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Musique[modifier | modifier le code]

Les cinq morceaux de piano joués dans le film faisant référence au titre sont :

Réception[modifier | modifier le code]

Le film est accueilli positivement à sa sortie. Roger Ebert lui donne quatre étoiles sur quatre :

« Le titre Five Easy Pieces fait référence à un livre d'exercices au piano que Bobby possédait lorsqu'il était enfant. Le film, un des meilleurs films américains, a pour sujet la distance entre cet enfant, qui s'exerce pour devenir un grand pianiste et le besoin qu'il ressent vingt ans plus tard de se déguiser en foreur pétrolier. Lorsque l'on sent ce garçon, tourmenté et vulnérable, pris au piège dans l'homme adulte, Five Easy Pieces devient un chef-d'œuvre d'une rare intensité... On suit le héros déambulant dans les bars, pistes de bowling, motels bon marché, se révoltant contre les valeurs de la classe moyenne inférieure, même s'il adopte ces valeurs. Dans une scène magique, il sort de sa voiture prise dans un bouchon et se met à jouer du piano sur un camion de déménagement ; décrite ainsi, la scène pourrait paraître forcée, mais Rafelson et Nicholson ne forcent jamais rien. Robert Eroica Dupea est un des personnages les plus inoubliables du cinéma américain. »

Roger Ebert désigne ce film comme étant le meilleur de l'année 1970, puis il l'ajoute à sa liste de grands films.

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

En 1987, Serge Gainsbourg sort l'album You're Under Arrest qui contient comme deuxième piste Five Easy Pisseuses, en référence au titre original du film.

Lien externe[modifier | modifier le code]