Tania Balachova

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher


Tania Balachova
Nom de naissance Tatiana Pavlovna Balachova
Naissance
Saint-Pétersbourg, Empire russe
Décès (à 71 ans)
La Ferté-Macé, France
Activité principale Comédienne
Activités annexes Metteur en scène, écrivain, scénariste, professeur d'art dramatique
Lieux d'activité Paris, France

Tania Balachova (en russe : Таня Балашова ) Tatiana Pavlovna Balachova, également Tatiana Balachoff selon la transcription légale française) est une comédienne française [1] d'origine russe, née le à Saint-Pétersbourg et morte le à La Ferté-Macé (Orne).

Biographie[modifier | modifier le code]

Tania Balachova en 1934. Rôle d'Hélène dans la pièce - Les races - de Ferdinand Bruchner. Théâtre de l'Œuvre. Paris

Elle fait ses études d'art dramatique au Conservatoire royal de Bruxelles. Tania Balachova travaille en 1928 avec Antonin Artaud qui avait tenté une autre approche du travail de l'acteur, une utopie dont elle témoigne dans un entretien avec Bernard Dort [2], le 25 octobre 1965 à l'Institut d'Études Théâtrales de la Sorbonne[3],[4].

Durant l'Occupation, elle fait la création mondiale du rôle d'Inès Serrano, le 27 mai 1944, dans Huis clos de Jean-Paul Sartre, au théâtre du Vieux-Colombier. Avec Gaby Sylvia dans le rôle d'Estelle et Michel Vitold dans celui de Garcin. Ce trio incarnera l'existentialisme sartrien.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Passionnée de pédagogie, elle commence à enseigner l'art dramatique en 1945 au théâtre du Vieux-Colombier en compagnie de Michel Vitold. Elle est très proche de la méthode du réalisme psychologique de Constantin Stanislavski ; son théâtre-école est très réputé, la formation proposée, très complète tout en rompant avec l'académisme, sera reprise par Lee Strasberg à New York au sein de l'Actors Studio fondé en 1947 où de nombreux artistes du cinéma américain recevront ce genre d'enseignement. Une pléiade d'artistes est issue du cours Balachova : Niels Arestrup, Stéphane Audran, Darry Cowl, Robert Hossein, Tatiana Moukhine, Daniel Emilfork, Reine Bartève, Michael Lonsdale, Catherine Sellers, Antoine Vitez, Delphine Seyrig, Laurent Terzieff, Denise Péron, Véronique Nordey, Jean-Louis Trintignant, Douchka, Raymond Devos, Roger Hanin, Dominique Lavanant, Bernard Uzan, Didier Flamand, Loleh Bellon, François Berléand, Claire Magnin, Pascale de Boysson, Maurice Garrel, Daniel Ceccaldi, Josiane Balasko, Jean-Claude Dreyfus, Sylvie Joly, Pierre Arditi, Zouc, Bernard Fresson, Pierre Debauche. Etc...etc. C'est toute une génération d'acteurs et comédiens qui sera formée par Tania Balachova entre 1945 et 1973. Elle déclenchera aussi des vocations hors de l'art dramatique : La photographe Rosine Nusimovici transposera cet enseignement si particulier en l'appliquant dans son art pictural [5]

Balachova compte parmi ses collaborateurs pédagogues des comédiens, artistes et metteurs en scène de renom, comme Claude Régy[6], François Perrot, Maurice Garrel, Claude Aufaure...etc.etc. qui assurent des cours chaque jour en divers lieux à Paris comme, le théâtre de la Gaité, le théâtre Récamier, le théâtre de Poche Montparnasse, elle-même donnant des cours jusqu'en 1973 dans son atelier personnel situé face au square des Batignolles. Le danseur Christian Uboldi [7], issu de la troupe de Maurice Béjart, anima des classes de danse contemporaine dans cette école.

Après son décès, son assistante, la comédienne Véra Gregh[8] (Décédée à Antigua, Guatemala, en 2008) reprend la direction du Théâtre-école Tania Balachova qu'elle installe alors à Montmartre, avenue Junot, où la journaliste reporter et photographe guatémaltèque Maria Cristina Orive met à sa disposition les vastes locaux de sa maison (dessinée par Adolf Loos) où résidait autrefois l'écrivain Tristan Tzara.

Quelques écrits relatifs à la pédagogie[9] de Balachova ont pu parvenir à l'actrice Juliette Binoche qui a été formée par Véra Gregh. Ces documents sont publiés dans Les cahiers du cinéma en septembre 2007 (p. 80/81) -

Un de ses célèbres anciens élèves, le comédien Michael Lonsdale témoigne de l'enseignement reçu[10]

Vie privée[modifier | modifier le code]

Son père Pavel Balachoff est journaliste en Russie. Sa famille émigre en 1910 vers la Belgique. Tania Balachova s'est mariée en 1924 avec l'acteur et réalisateur belge Raymond Rouleau qu'elle a connu à Bruxelles où Boris Balachoff, son frère, était propriétaire de salles de cinéma ainsi que de la société belge Titra. Elle est la tante de Dimitri Balachoff, membre du conseil d'administration de la Cinémathèque royale de Belgique et journaliste à Bruxelles dans la presse écrite et télévisée mais également directeur de laboratoires et studios cinématographiques.

Théâtre[modifier | modifier le code]

Metteur en scène[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Tania Balachova », sur BnF - http://data.bnf.fr/ark:/12148/cb140557106 (consulté le 14 avril 2018)
  2. « Le théâtre d'Artaud » [vidéo], sur INA, 25 octobre1965 (consulté le 14 avril 2018)
  3. « Antonin Artaud, par Tania Balachova et Bernard Dort », sur INA, (consulté le 16 mai 2018)
  4. « IET - Département : institut d'études théâtrales, Université de la Sorbonne Nouvelle », sur Onisep.fr, (consulté le 16 mai 2018)
  5. « Rosine Nusimovici », sur BnF (consulté le 14 avril 2018)
  6. « Biographie Claude Régy », sur THEATRE CONTEMPORAIN.NET, nn (consulté le 14 avril 2018)
  7. « Christian Uboldi - Chorégraphe Danseur », sur Les Archives du Spectacle, (consulté le 16 mai 2018)
  8. « Vera Gregh », sur BnF (consulté le 16 avril 2018)
  9. « Tania Balachova, marche à suivre pour interpréter un rôle », sur Anne-Laure Lemaire, (consulté le 14 avril 2018)
  10. « Michael Lonsdale - Un certain goût pour l'informulé- », sur Standard Magazine, (consulté le 14 avril 2018)

Liens externes[modifier | modifier le code]