Théâtre national de Nice

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Théâtre national de Nice
Description de cette image, également commentée ci-après
La façade principale du théâtre.
Type Théâtre
Lieu Nice, Drapeau de la France France
Coordonnées 43° 42′ 02″ nord, 7° 16′ 40″ est
Architecte Yves Bayard
Inauguration
Nb. de salles 2
Capacité 963 places (salle Pierre-Brasseur)
318 places (salle Michel-Simon)
Statut juridique Centre dramatique national
Gestionnaire Centre dramatique Nice-Côte d'Azur
Direction Muriel Mayette-Holtz
Site web www.tnn.fr

Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Théâtre national de Nice
Géolocalisation sur la carte : Alpes-Maritimes
(Voir situation sur carte : Alpes-Maritimes)
Théâtre national de Nice
Géolocalisation sur la carte : Nice
(Voir situation sur carte : Nice)
Théâtre national de Nice

Le théâtre national de Nice désigne le centre dramatique national Nice-Côte d'Azur ainsi que le bâtiment qui l'abrite situé dans la ville de Nice, dans les Alpes-Maritimes. Ce dernier a été construit dans la vallée du Paillon, au-dessus du cours du fleuve côtier recouvert par une dalle, en amont de la promenade du Paillon.

Historique[modifier | modifier le code]

La salle Pierre-Brasseur, salle principale du théâtre.

Initialement appelé « centre national Nice-Côte d’Azur », le théâtre est créé en 1969 après un accord annoncé en janvier de la même année entre le ministère des Affaires culturelles d'André Malraux et la ville de Nice dirigée par Jacques Médecin[1],[2]. Le ministère s'engage ainsi à financer le fonctionnement du théâtre à la condition que Gabriel Monnet en soit à la tête[2]. En effet, à la suite du soutien que ce dernier avait apporté aux évènements de mai 1968, la municipalité de Bourges avait coupé ses liens avec la Comédie de Bourges qu'il dirigeait[3]. Ceci avait conduit André Malraux à supprimer les crédits alloués à ce centre dramatique national au profit du théâtre de Nice dont la ville demandait depuis plusieurs années la création[4],[3]. À partir de juillet 1969, Gabriel Monnet et son équipe constituée d'une quarantaine de personnes s'installent provisoirement dans des bureaux au sein du casino municipal de Nice[4]. La troupe qu'il forme provient d'une partie de son ancienne troupe de Bourges, et de comédiens locaux issus de la compagnie des « Vaguants » et de la « Comédie des remparts »[5].

La première pièce du centre dramatique est jouée le à l'occasion de la venue à Nice des Tréteaux de France dont le chapiteau est dressé sur l'esplanade des Victoires (à l'emplacement de l'actuelle bibliothèque Louis-Nucéra)[6],[7],[8]. Le centre utilise ce dernier pour jouer La Route étroite pour le Grand Nord, une pièce d'Edward Bond mise en scène par Guy Lauzin[6],[7]. Il s'agit de la première représentation d'une pièce d'Edward Bond en France[7]. Cette pièce, qui met en cause l'armée et la religion, suscite les vives critiques du maire de Nice Jacques Médecin alors que celui-ci avait fait signer auparavant à Gabriel Monnet un engagement à reconnaitre à la ville le droit d'intervenir « pour éviter que le théâtre ne soit un lieu d'agitation politique, d'exhibitions licencieuses ou encore de manifestations insultantes pour l'armée, les anciens combattants, la religion, la libre pensée (…)[9],[10]. »

Initialement, il est prévu que le bâtiment du casino municipal accueille le théâtre[11]. Mais devant l'ampleur du coût des travaux, il est décidé de construire un bâtiment en structure métallique sur l'esplanade des Victoires, sur le cours du Paillon, dont les plans sont confiés à l'architecte Xavier Carnoy[11],[5]. Avec des dimensions de 49 mètres de long, 26 de large et une vingtaine de haut (dont une hauteur de 15,70 mètres pour la cage de scène), il abrite une salle de 900 places au maximum dont la scène et les gradins sont modulables[11],[5],[12]. Les frais de construction, qui s'élèvent à 2,8 millions de francs, sont pris en charge pour moitié par l'État[5]. Après sept mois de travaux, il est inauguré le avec une représentation de L'Avare de Molière mis en scène par Gabriel Monnet[5],[13].

En 1974, le théâtre devient centre dramatique national avant d’être renommé « Nouveau théâtre de Nice » en 1978 sous la direction de Jean-Louis Thamin pour finalement prendre le nom « théâtre national de Nice » sous la direction de Jacques Weber en 1985[réf. nécessaire][1].

En 1989, sous l'impulsion de Jacques Médecin et de Jacques Weber, le théâtre s'installe dans un nouveau bâtiment situé promenade des Arts, plus en aval sur le cours du Paillon que le précédent édifice[8]. L'inauguration officielle a lieu le après une première représentation du Misanthrope le mis en scène par Jacques Weber et dans laquelle Emmanuelle Béart joue le rôle de Célimène[14]. La plus petite des deux salles avait quant à elle accueilli du 1er au Fabrice Luchini pour Voyage au bout de la nuit de Céline[14]. En cette année, le centre dramatique dispose de 14 millions francs de subventions dont la moitié provient de l'État et l'autre moitié des collectivités locales[14].

Malgré de récentes rénovations et le fait que le bâtiment n'ait qu'une trentaine d'années, le maire de la ville Christian Estrosi annonce en janvier 2020 vouloir le faire raser, ainsi que le palais des congrès Acropolis, dans le but de prolonger la promenade du Paillon[15]. Le 31 juillet 2020, le conseil municipal vote la destruction des bâtiments[16]. Les représentations dans le bâtiment actuel du TNN s'arrêtent à la fin de l'année 2021[N 1]. Il est prévu que le TNN s'installe en partie dans l'ancien couvent Saint-François, place Saint-François dans le Vieux-Nice, ainsi que dans d'autres salles à divers endroits de la ville[16],[17]. En plus d'une salle de 250 à 350 places, l'ancien couvent devrait ainsi abriter des bureaux pour l'administration du TNN, une salle de répétition et des logements pour les artistes[17],[18]. Les travaux sont prévus d'être achevés en janvier-février 2022[19],[20]. À plus long terme, il est envisagé d'installer également une partie de l'activité du TNN dans un « palais des arts et de la culture » en reconvertissant le palais des expositions[18],[21].

Bâtiment actuel[modifier | modifier le code]

Le théâtre et sa façade en marbre de Carrare en 2010.

L'édifice actuel qui abrite le théâtre, d'une hauteur d'environ 28 mètres, est de forme octogonale et est dû à l'architecte Yves Bayard[22],[23]. Il s'inscrit dans un ensemble architectural dit de la promenade des Arts, qu'il forme avec le musée d'Art moderne et d'Art contemporain de Nice (Mamac), inauguré en 1990, et auquel il est relié par une esplanade surélevée[23],[24].

Comme le Mamac, la façade du théâtre est recouverte de marbre de Carrare[8]. En 1999, l'une des plaques de marbre du musée se descelle et tombe au sol[8]. Des travaux d'un montant de 11 millions d'euros sont menés entre janvier 2011 et août 2013 afin de remplacer le revêtement du théâtre et du musée par des panneaux plus légers, toujours en marbre de Carrare[8],[25]. Ces derniers pèsent désormais 15 kg par mètre carré au lieu de 80 précédemment[25].

Le bâtiment contient deux salles :

  • La salle Pierre-Brasseur, 963 places
  • La salle Michel-Simon, 318 places

Ces deux salles ainsi nommées par Jacques Weber, qui supervisa la construction du théâtre lorsqu'il en était le directeur.

Centre dramatique[modifier | modifier le code]

Direction[modifier | modifier le code]

Le Théâtre national est Nice est dirigé depuis le par Muriel Mayette-Holtz[26].

Anciens directeurs[27] :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Magalie Tosello, « Le Théâtre national de Nice », Recherches Régionales : Alpes-Maritimes et contrées limitrophes, vol. 48, no 186,‎ (lire en ligne, consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Sur son site internet consulté en septembre 2021, le TNN indique : « Nous vous accueillons dans nos lieux : Théâtre national de Nice [jusqu’au 31/12/2021], promenade des arts - Les Franciscains [à partir du 03/01/2022]. »

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Théâtre de Nice (1969-2002) », Bibliothèque nationale de France (consulté le ).
  2. a et b Tosello 2007.
  3. a et b Jean-Pierre Thibaudat, « Gabriel Monnet : mort d'un héraut du théâtre, livre en main. Merci Gaby », L'Obs,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  4. a et b Nicole Zand, « Gabriel Monnet installe le Centre dramatique national Nice - Côte d'Azur », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  5. a b c d et e « Il y a cinquante ans : le « théâtre Risso » », sur https://cultivez-vous.nice.fr/ (consulté le ).
  6. a et b « Spectacle : La Route étroite pour le Grand Nord - Nice (France) : Esplanade des Victoires, les Tréteaux de France - 14-11-1969 », sur https://data.bnf.fr/ (consulté le ).
  7. a b et c Bertrand Poirot-Delpech, « La Route étroite pour le Grand Nord d'Edward Bond, à Nice », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  8. a b c d et e Célia Malleck, « Le TNN a 50 ans : les trois grands moments de son demi-siècle d'histoire », Nice-Matin,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  9. Dominique Darzacq, « La mort de Gabriel Monnet », sur https://webtheatre.fr/, (consulté le ).
  10. Michel Franca et Jean Grozier, Nice, la baie des requins, Éditions Alain Moreau, , 208 p. (ISBN 978-2-402-12532-1, lire en ligne).
  11. a b et c « Un théâtre mobile va être construit à Nice sur l'esplanade du Paillon », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  12. « Théâtre de Nice », sur https://www.pss-archi.eu/ (consulté le ).
  13. « Die Aufführung : L'avare - Nice (France) : Théâtre de Nice - 19-03-1970 », sur https://data.bnf.fr/ (consulté le ).
  14. a b et c Colette Godard, « Les nouveaux habits du Théâtre de Nice Après avoir vécu dans un bâtiment "provisoire" depuis plus de dix ans, Jacques Weber entre enfin dans un théâtre tout neuf, fait pour durer », Le Monde,‎ , p. 21 (lire en ligne, consulté le ).
  15. Sébastien Mansour, « À Nice, le projet d'extensin de la coulée verte est lancé malgré les réticences », sur https://www.cnews.fr/, (consulté le ).
  16. a et b Pierre-Olivier Casabianca, « Nice : le conseil municipal vote le prolongement de la Promenade du Paillon », sur https://france3-regions.francetvinfo.fr/, (consulté le ).
  17. a et b Laurent Vareille, « L'église des franciscains devient le théâtre de Nice », sur https://www.francebleu.fr/, (consulté le ).
  18. a et b Marylène Iapichino, « Nice. On fait le point sur le projet de déménagement du TNN aux Franciscains », sur https://actu.fr/, (consulté le ).
  19. « Nice va créer une forêt urbaine en plein centre-ville », sur https://www.batiactu.com/, (consulté le ).
  20. Déménager le TNN ? Les détails la proposition de Christian Estrosi pour les municipales 2020, Daniel Gerner, Djamel Mouaki, Claire Delannoy, dans 19/20 sur France 3 Côte d'Azur (, 1 minutes) YouTube. Consulté le .
  21. « 21V0606 – Reconversion du Palais des Expositions de Nice en Palais des Arts et de la Culture », sur https://www.sitem.fr/ (consulté le ).
  22. « Théâtre national de Nice », sur https://data.bnf.fr/ (consulté le ).
  23. a et b « Théâtre national de Nice », sur https://www.pss-archi.eu/ (consulté le ).
  24. Anne Le Hars, « La fille de l'architecte du théâtre national de Nice s'oppose à sa destruction : "ce n'est pas un cabanon !" », sur https://france3-regions.francetvinfo.fr/, (consulté le ).
  25. a et b Marie Veronesi, « La toute nouvelle peau du musée d'art contemporain », 20 Minutes,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  26. « Muriel Mayette-Holtz nommée à la direction du Théâtre de Nice », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  27. « L'historique », sur www.tnn.fr, Théâtre national de Nice (consulté le ).
  28. « Nomination d'Irina Brook à la direction du centre dramatique national de Nice – Côte d'Azur », ministère de la Culture,
  29. « / itw / Irina Brook : « Je pars pour sauver ma peau » » (consulté le )