Tatiana Samoïlova

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Samoïlova.
Tatiana Samoïlova
Nom de naissance (ru) Татья́на Евге́ньевна Само́йлова (Tatiana Evguenievna Samoïlova)
Naissance
Léningrad, Drapeau de l'URSS Union soviétique
Nationalité Drapeau de la Russie Russe
Décès (à 80 ans)
Moscou, Drapeau de la Russie Russie
Profession actrice
Films notables Anna Karénine


Tatiana Evguenievna Samoïlova (en russe : Татьяна Евгеньевна Самойлова), née le à Léningrad, en Union soviétique et morte le à Moscou, est une actrice soviétique et russe, célèbre en Russie et dans les anciens pays de l'URSS pour ses rôles appartenant désormais au cinéma classique russe, et dont certains sont connus ailleurs, comme Véronika dans Quand passent les cigognes ou Anna Karénine dans Anna Karénine[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Tatiana Samoïlova est la fille unique d'Evgueni Samoïlov (en) (1912-2006), acteur de cinéma et de théâtre, et de Zinaïda Levina (1914-1994). La famille s'installe à Moscou en 1937, et Tatiana Samoïlova, fort attachée à sa ville et à son quartier d'enfance, y passa toute sa vie.

Petite, elle est formée au ballet à l'école de danse rattachée au théâtre Stanislavski et Nemirovitch-Dantchenko de Moscou et est appelée par Maïa Plissetskaïa à se préparer pour les examens du Bolchoï, mais son attrait pour la comédie est plus grand et elle veut devenir actrice.

Elle entre en 1953 à l'Institut d'art dramatique Boris Chtchoukine, dont elle sort diplômée en 1956[2].

Elle reçoit la distinction d'Artiste du peuple de la Fédération de Russie en 1993. On lui décerne également l'Ordre de l'Honneur en 2009[3].

En 2001, Renata Litvinova lui consacre un épisode de son documentaire Il n'y a pas de mort pour moi (ru) qui sera projeté notamment à la Berlinale 2001.

Morte à Moscou, l'actrice est enterrée au cimetière de Novodevitchi.

Carrière[modifier | modifier le code]

Son rôle de Véronika dans Quand passent les cigognes[4], jeune fille déterminée, joueuse et romantique qui se transforme en femme décidée et aimante, après avoir traversé les horreurs et la séparation de la guerre, la propulse d'emblée parmi les meilleures actrices de l'époque, non seulement en URSS, mais aussi en Occident, où le film reçoit la Palme d'or au festival de Cannes en 1958.

Après avoir reçu de tels lauriers, elle se décide à prendre des cours au GITIS (aujourd'hui Académie russe des arts du théâtre) de Moscou dont elle sort diplômée en 1959[2]. Elle devient comédienne dans la troupe du théâtre Maïakovski, puis dans celle du théâtre Vakhtangov, jusqu'en 1960.

Elle disparaît des écrans de cinéma pour se consacrer au théâtre et à sa vie personnelle. Elle tourne dans Anna Karénine, où sa finesse est remarquée, mais ne parvient plus à jouer dans de grands films.

Elle reste vivante et très aimée pour toute une génération, notamment celle née après la guerre et qui vécut le dégel khrouchtchévien. À sa venue à Cannes, en 2008, pour le cinquantenaire de la Palme d'or, elle a reçu une ovation de quinze minutes.

Vie privée[modifier | modifier le code]

En 1956-1958, Tatiana Samoïlova est mariée avec Vassili Lanovoï dont elle fait connaissance alors qu'elle est encore étudiante.

En 1964-1967, elle est compagne d'écrivain et documentariste Solomon Schulmann (ru).

En 1968-1973, Samoïlova est mariée avec Édouard Machkovitch, metteur en scène au Théâtre national d'acteur de cinéma. Leur fils Dimitri, installé aux États-Unis, est médecin radiologue et père d'une fille prénommée Tatiana.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]