Théâtre de la Gaîté-Montparnasse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant Paris image illustrant le théâtre
Cet article est une ébauche concernant Paris et le théâtre.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

 Ne doit pas être confondu avec le Théâtre de la Gaîté dans le 3e arrondissement.
Théâtre de la Gaîté-Montparnasse
Description de l'image Théâtre de la Gaîté-Montparnasse 01.jpg.
Type théâtre
Lieu Paris, Drapeau de la France France
Coordonnées 48° 50′ 21.5″ Nord 2° 19′ 23″ Est / 48.839306, 2.32306
Inauguration 1868
Capacité 401 places
Anciens noms Concert de la Gaîté-Montparnasse
Statut juridique privé
Site web http://www.gaite.fr/

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Théâtre de la Gaîté-Montparnasse

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Théâtre de la Gaîté-Montparnasse

Le théâtre de la Gaîté-Montparnasse est un théâtre parisien situé dans le quartier du Montparnasse, au 26, rue de la Gaîté, dans le 14e arrondissement. Il a été inauguré en 1868.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'établissement fut édifé par le limonadier François Jamin, avec des matériaux récupérés de la démolition du théâtre de l'Exposition universelle de 1867[1]. Ouvert en septembre 1968, c'est d'abord un café-concert, nommé Concert de la Gaîté-Montparnasse. L'entrée se situe alors Chaussée du Maine. Les plus grands artistes de l'époque s'y produisent, tels Polin, Yvette Guilbert, Fragson, Dorville, Dranem et Mayol.

Par la suite, une nouvelle entrée est ouverte rue de la Gaîté. L'éclairage au gaz est remplacé par l'électricité en 1896. On peut notamment y applaudir Colette, Maurice Chevalier ou Georgius.

Mais dans les années 1930, la mode du café-concert passe, et la Gaîté-Montparnasse décline peu à peu. Georgius reprend les rênes en 1933, embellit le lieu qu'il rebaptise Studio d’Art Comique, et monte de dispendieuses revues, pour finir ruiné deux ans plus tard. Durant la guerre, le music-hall revient à la mode et ce sont des chansonniers, dont la célèbre Fréhel, qui se produisent à la Gaîté-Montparnasse.

De 1945 à 1949, l'établissement est loué par Agnès Capri, qui le transforme en théâtre d'avant garde, et le renomme Théâtre Agnès Capri. Repris ensuite par Thanos et Christine Tzingos avec Roger Blin, le théâtre ferme ses porte de 1955 à 1958. Il est alors racheté et entièrement rénové par Michel Fagadau, qui le dirige jusqu'en 1995.

Pourvue d'une salle de 401 places, la Gaîté-Montparnasse fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [2].

En 2010, 50 théâtres privés parisiens réunis au sein de l’Association pour le soutien du théâtre privé (ASTP) et du Syndicat national des directeurs et tourneurs du théâtre privé (SNDTP), dont fait partie la Gaîté-Montparnasse, décident d'unir leur force sous une enseigne commune : les Théâtres parisiens associés[3].

Direction[modifier | modifier le code]

Œuvres jouées et principaux acteurs[modifier | modifier le code]

À partir de 1978, un système de double spectacle à 20 heures et 22 heures est instauré, dans lequel alternent variétés et théâtre. À l'affiche on trouve :

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Théâtre sur le site du Théâtre de la Gaîté-Montparnasse.
  2. « Notice no PA00086636 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. Le Théâtre de la Gaîté-Montparnasse sur le site officiel des Théâtres parisiens associés.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]