Muse Dalbray

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Muse Dalbray
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Georgette Céline CorsinVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Georgette Céline Corsin dite Muse Dalbray, née le à Paris (19e)[1] et morte le à Paris (13e), est une comédienne et une dramaturge française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Muse Dalbray naît en 1903 dans le quartier de Belleville à Paris dans une famille modeste. Enfant, on la surnommait "vingt ans après" car elle remplaçait pour ses parents un frère aîné mort accidentellement[2].

Elle débute dans l'Aiglon d'Edmond Rostand en 1923. Elle rencontre son compagnon Tristan Sévère que Gaston Baty qualifiait de "plus bel homme de Paris", avec lequel elle crée en 1932 une troupe théâtrale appelée le Théâtre de la Paix qui jusqu'en 1939 parcourt la France en jouant des pièces pacifistes de Henri Decoin et Marcel Pagnol[3]. Elle fréquente également le groupe anarchiste d'Aimargues[4].

Elle enregistre une cinquantaine de disques littéraires ou pour les enfants[2].

Elle a écrit plusieurs livres, souvent avec son mari, le comédien Tristan Sévère.

Au cours d'un entretien radiophonique avec Jacques Chancel, elle explique l'origine de son prénom atypique. À sa naissance, son père a soixante-deux ans et sa mère en a quarante-cinq ; une de ses cousines aurait alors dit à son père qui écrit des poèmes : « si c'est une fille, tu l'appelleras Muse, elle t'inspirera[5] ».

Théâtre[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Enregistrements sonores[modifier | modifier le code]

1960 : Hans le petit soldat / Conte folklorique dialogué par Muse Dalbray / François Périer (Hans), Nadine Alari (Berthilde), Muse Dalbray (Gretzel), Tristan Sévère (Le roi) / Collection : Contes du monde entier, Allemagne[6].

1960 : Extraits de Histoires comme ça, de Rudyard Kipling :

  • L'Enfant d'éléphant, adaptation et dialogues, récitant
  • Le chat qui s'en va tout seul, adaptations et dialogues, récitant
  • Le papillon qui tapait du pied, adaptations et dialogues, récitant

1961 : L'Odyssée / Homère / Adaptation et dialogues de Muse Dalbray ; Musique et orchestre : Pierre Guillermin ; François Périer, Nadine Alari, Raymond Destac (Tristan Sévère), Bernard Dhéran. /  Pathé (livre-disque) [6]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Acte de naissance n° 716 (31/31) avec mentions marginales du mariage et du décès. Archives en ligne de la Ville de Paris, état-civil du 19e arrondissement, registre des naissances de 1903.
  2. a et b Rémy Le Poittevin, « Portrait et interview de Muse Dalbray », Télé 7 Jours, no n°1258,‎ semaine du 7 au 13 juillet 1984, pages 82 et 83.
  3. Jean-Pierre Biondi, Jean-Jacques Becker, La Mêlée des pacifistes : la grande dérive, éditions In Forma, Maisonneuve & Larose, 2000, (ISBN 2706814659), page 111, extraits disponible en ligne sur Google Books
  4. Michel Falguières, Jean Jourdan, dit Chocho : libertaire d'Aimargues, de 1908 à 1948, Nîmes, Comédia, , 183 p.
  5. Émission Radioscopie du
  6. a et b « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]