José Artur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Artur et Arthur.
 Ne doit pas être confondu avec Joseph Charles Arthur, Joseph Arthur ou Joseph Arthur de Gobineau.
José Artur
Description de cette image, également commentée ci-après

José Artur, en 2008.

Nom de naissance José Pierre Bernard Artur
Naissance
Saint-Germain-en-Laye
Décès (à 87 ans)
Paris
Nationalité Drapeau de France Français
Pays de résidence France

José Artur, né le à Saint-Germain-en-Laye et mort le à Paris[1],[2], est un comédien et un homme de radio français, créateur et animateur de l'émission Le Pop-Club.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et études[modifier | modifier le code]

José Artur naît dans une famille, d'origine bretonne et catholique, de huit enfants. Son père, Jules Artur, officier de marine[3], sera amiral[réf. nécessaire] puis sous-préfet. Élève doué mais rebelle à toute discipline, José fait ses études secondaires dans différentes écoles catholiques.

Carrière[modifier | modifier le code]

À 17 ans, grâce au comédien François Périer, dont il devient le secrétaire particulier et l'ami, il entre dans le milieu du spectacle. À 19 ans il incarne un garçon exalté dans Le Père tranquille, un film de René Clément. Deux ans plus tard, il joue au théâtre dans Le Voleur d'enfants de Jules Supervielle, dans une mise en scène de Raymond Rouleau. Sa carrière au théâtre, notamment aux côtés de son ami le comédien et metteur en scène Pierre Brasseur, dure une dizaine d'années, jusqu'en 1959. Il assurera par la suite quelques contributions de courtoisie pour quelques amis cinéastes [4].

Au début des années 1960 José Artur débute à la radio, à France Inter, dans la tranche matinale et dans une émission pour les jeunes, Table ouverte. En février 1964, on lui confie la direction artistique des croisières sur le paquebot France[5]. Mais sa véritable notoriété lui vient lorsqu'il présente, à partir du 4 octobre 1965, le Pop-Club, une émission devenue culte, que France Inter n'interrompra que quarante ans plus tard (en 2005). José Artur y inaugure un ton nouveau, élégant et disert, où l'humour ne le cède qu'à l'acuité critique. Artistes, écrivains, hommes politiques de tous bords s'y croisent, donnant à ces décennies si riches et contrastées, une série de chroniques. José Artur sait allier commentaires, interviews, humour, rythme et musique, et n'hésite pas à se livrer à quelques excentricités, comme renvoyer un interprète en cours d'interview, ou faire les questions et les réponses si son invité est absent. Ce ton désinvolte, sa légèreté, cet air de ne rien prendre au sérieux, ses "mots trempés dans le cyanure" (Pierre Perret), qui cachent beaucoup de trac, lui valent beaucoup de lettres d'injures.

Avec la programmation de Patrice Blanc-Francard et de Pierre Lattès, à partir de minuit, la musique, le rock et le jazz, tiennent aussi au Pop-Club une grande place. Le disque pop de la semaine (en ouverture de l'émission) donne le ton.

José Artur anime aussi quelques autres émissions de radio pour France Inter, et pour la télévision, des programmes consacrés à l'actualité théâtrale : Qu'il est doux de ne rien faire... quand tout s'agite autour de vous, Flirtissimo, Avec ou sans sucre, Table ouverte, Au niveau du vécu, À qui ai-je l'honneur ?[6], C'est pas dramatique, de 1996 à 2007, consacrée à l'actualité théâtrale, Inoxydable de 2006 à 2007. En 2008, dans C'est pas croyable avec Stéphane Bern, José Artur évoque ses souvenirs d'homme de radio.

Il est cité dans l'album de bandes dessinées des aventures de Michel Vaillant, Route de Nuit[7] de Jean Graton, en 1962 : « Ici José Arthur (sic) qui vous parlait depuis le bar de l'Escale, près des Champs-Élysées... »

À la suite d'un accident vasculaire cérébral, José Artur meurt le 24 janvier 2015. Il a fait le don de son corps à la science[réf. souhaitée].

Vie privée[modifier | modifier le code]

José Artur est le père de la comédienne Sophie Artur, née en 1959 de son union avec Colette Castel, et de l'animateur de radio et de télévision David Artur, né en 1972 d'un second mariage. Il partagea la vie durant vingt sept ans de l'artiste-peintre-graveur, Patricia Righetti, sa dernière femme.

Émissions de radio[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

  • J'ose en rire !, Le Cherche midi, 2011
  • Impertinences, insolences, vacheries, et autres traits d'esprit (avec Claude Villers), Pré aux clercs, 2006 (ISBN 978-2-84228-250-9)
  • Dictionnaire de pensées humoristiques : adages, aphorismes, apophtegmes, dictons, épigraphes, maximes, pensées, préceptes, proverbes, réflexion, répliques, sentences et autres insolences, avec André Forestier, Le Cherche Midi, 2013 (ISBN 978-2-7491-2007-2)
  • Fouquet's, Légende du siècle, (préface d'Erik Orsenna), Le Cherche Midi, 1999
  • Au plaisir des autres, Michel Lafon, 1999 (ISBN 978-2-74991-042-0)
  • Micro de nuit, Stock, 1974
  • Le vin à travers la peinture (avec Hervé Chavette)
  • Sketches en stock
  • Parlons de moi y'a que ça qui m'intéresse, Éditions Robert Laffont, 1988 (ISBN 978-2-221-05580-9)
  • Un jeune homme rangé, de Tristan Bernard, préface
  • La Double vie, mémoires
  • Quel farceur mon neveu

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Le Manteau de l'oiseau bleu, d'Armand Lanoux, voix
  • Les Musiciens de Brême, voix
  • Le Petit Poucet, voix

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « L'homme de radio José Artur, créateur de l'émission culte "Pop-Club", est mort », par Cécile Mimaut, sur franceinfo.fr, 24 janvier 2015.
  2. Armelle Heliot, « José Artur, l’homme qui aimait les autres », sur lefigaro.fr, 24 janvier 2015.
  3. « José Artur », whoswho.fr.
  4. Il est journaliste homosexuel dans Z de Costa-Gavras en 1969, commissaire de police dans Bel Ordure de Jean Marbœuf en 1973, prêtre dans Monsieur Balboss en 1975, du même cinéaste, travesti burlesque dans Deux heures moins le quart avant Jésus-Christ de Jean Yanne en 1982. Son dernier rôle est un marchand de journaux dans Tombés du ciel de Philippe Lioret en 1994
  5. Il assure cette fonction jusqu'en 1968
  6. Il devine qui est l'invité célèbre caché derrière un rideau et dont la voix est déformée, avec l'aide de la graphologue Noëlle Robert examinant une lettre manuscrite.
  7. planche 13

Liens externes[modifier | modifier le code]