Diana Rigg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Diana Rigg
Description de cette image, également commentée ci-après
Diana Rigg en 1973.
Nom de naissance Enid Diana Elizabeth Rigg
Naissance
Doncaster (Angleterre)
Nationalité Drapeau : Royaume-Uni Britannique
Décès (à 82 ans)
Londres (Angleterre)
Profession Actrice
Films notables Au service secret de Sa Majesté
Théâtre de sang
Un Anglais sous les tropiques
Séries notables Chapeau melon et bottes de cuir
Game of Thrones

Diana Rigg [daɪˈænə ɹɪɡ][1] est une actrice britannique née le à Doncaster (Angleterre) et morte le à Londres.

Principalement une actrice de théâtre, notamment à la Royal Shakespeare Company, Diana Rigg est cependant plus connue du grand public pour ses rôles au cinéma et à la télévision, notamment celui d’Emma Peel (aux côtés de Patrick Macnee) dans la série Chapeau melon et bottes de cuir au milieu des années 1960. Jouant dans la série durant seulement deux saisons et 51 épisodes, elle marqua durablement les esprits dans ce rôle.

Elle est aussi remarquée pour son rôle d'une James Bond girl dans le film Au service secret de Sa Majesté (1969), ainsi que celui de Lady Olenna Tyrell de la série Game of Thrones dans les années 2010.

En 1994, elle reçoit le titre de Dame Commander of the British Empire (DBE) par la reine Élisabeth II.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse, formation et débuts[modifier | modifier le code]

Enid Diana Elizabeth Rigg est la fille de Louis Rigg et de Beryl Helliwell. Elle passe ses sept premières années à Bikaner en Inde dans la province du Rajasthan, où son père travaille comme ingénieur des chemins de fer[2] au service du Mahârâja Gangâ Singh.

Elle arrive pour la première fois en Grande-Bretagne en 1945 avec son frère Hugh, de quatre ans son aîné. Les deux enfants sont placés dans des pensionnats, alors que leurs parents retournent en Inde. Leur mère rentre en 1947 et leur père l’année suivante.

Elle étudie l’art dramatique à la Royal Academy of Dramatic Art, en sortant diplômée en . La même année, lors du Festival de Théâtre de York, avec les élèves de l’école, elle joue dans Le Cercle de craie caucasien de Bertolt Brecht au York Theatre Royal, du 24 au 30 juin. Ce sont les toutes premières représentations en Grande-Bretagne de cette pièce et, apparemment, ce sont aussi les premières vraies représentations publiques sur scène de Diana Rigg[3].

Carrière[modifier | modifier le code]

Diana Rigg a avant tout fait sa carrière au théâtre, jouant avec brio tous les genres avec sans doute une inclination vers les classiques et le genre dramatique (Othello, Le Songe d'une nuit d'étéetc.).

Mais pour le grand public, elle reste avant tout l’inoubliable Emma Peel de la série Chapeau melon et bottes de cuir (1961-1969) où elle incarne une redoutable espionne dont l’érudition et les qualités de combat sont à la hauteur de sa grande beauté physique. Pour la majorité des fans, les saisons où elle est la collaboratrice de l'agent John Steed (interprété par Patrick Macnee) sont les meilleures de la série (saisons 4 et 5).

En 1968, se sentant enfermée dans un seul personnage, elle décide de suivre l’exemple de sa devancière Honor Blackman et quitte la série, et l’agent au chapeau melon, pour un autre agent… James Bond ! Dans Au service secret de sa Majesté (1969), elle incarne Tracy, l'unique femme qui parvient à épouser l'agent 007 (interprété par George Lazenby).

La série Chapeau melon et bottes de cuir et ce rôle de James Bond girl lui ont valu une célébrité indéniable. Mais ensuite, elle refuse énergiquement de parler de cette période. Elle a notamment affirmé regretter d'avoir accepté le rôle de Tracy (« une erreur » selon elle)[4] et ne pas s'être entendue avec Lazenby lors du tournage du film (au contraire de Patrick Macnee dans Chapeau melon). Elle déclare qu’elle a simplement rempli son contrat, à savoir aider un novice.

Pour Chapeau melon et bottes de cuir, c’est surtout parce que depuis elle est indéfectiblement liée à ce personnage : Diana Rigg est Emma Peel. Aussi, ne veut-elle pas d’interviews sur ce personnage qui, d’une certaine manière, l’a réduite à rester dans la mémoire collective uniquement avec ce rôle (tout comme Patrick Macnee qui est resté John Steed, ou Linda Thorson qui est restée Tara King)[4]. En outre, Diana Rigg a révélé en 2019 qu'elle avait d'abord gagné dans la série « moins que le cameraman », et qu'elle avait dû batailler, très seule, pour obtenir justice. « Personne ne m’a soutenue en fait, pas même Patrick Macnee, que j’aimais énormément, mais qui a fait l’autruche. »[5]. D'autre part, elle a expliqué avoir mal vécu le statut de « sex symbol » qui était inhérent à son rôle de femme fatale / agent secret dans la série : « Je me sentais rabaissée, parce que j’étais bien plus que cette simple image de femme sexy. D’ailleurs, la combinaison en cuir que je portais était très inconfortable, et me faisait transpirer beaucoup, ce n’était vraiment pas sexy. »[5]

À la fin de l'année 1998, elle joue de nouveau le rôle principal deThe Mrs Bradley Mysteries, avec notamment Peter Davison.

En 2013, elle réapparaît à la télévision, dans la série Game of Thrones où elle joue le personnage d'Olenna Tyrell et aussi dans un épisode de la série Doctor Who au côté de sa fille Rachael Stirling. Sydney Newman, un des créateurs de la série, est également à l'origine de Chapeau melon et bottes de cuir.

Mort[modifier | modifier le code]

Diana Rigg meurt chez elle à Londres le à l'âge de 82 ans, des suites d'un cancer qui lui avait été diagnostiqué en mars de la même année[6],[7]. Elle passe ses dernières heures entourée de ses proches à évoquer ses souvenirs[8].

Vie privée et engagements[modifier | modifier le code]

Après avoir vécu maritalement durant huit ans avec l’acteur et réalisateur britannique Philip Saville, Diana Rigg épouse Menachem Gueffen, un peintre israélien, le  ; ils divorcent le . En 1975, elle rencontre Archibald Hugh Stirling lors d’un dîner ; leur fille Rachael Stirling nait le . Le couple se marie le à New York, mais divorce en 1990.

Diana Rigg a longtemps semblé garder distance avec le féminisme. Elle déclarait à ce propos dans les années 1960 : « I find the whole feminist thing very boring » (« je trouve tout le discours féministe très ennuyeux »)[9]. En , elle ajoute que si les femmes s'opposent à la galanterie et au savoir-vivre traditionnel, tel le fait pour les hommes d'ouvrir les portes aux femmes, alors elles sont stupides.[réf. souhaitée] Cependant, en avril 2019, alors invitée d'honneur du festival Canneséries, elle fait part de son indignation au sujet des inégalités salariales entre hommes et femmes dans les séries[10].

Théâtre[modifier | modifier le code]

Sources : [12],[13],[14]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

2020 : All creatures Great and Small : Mrs Pumpfrey

Distinctions[modifier | modifier le code]

Diana Rigg a été élevée aux grades de « Commander » (1988) puis de « Dame Commander » (1994) dans l’ordre de l'Empire britannique, en récompense d’une « carrière exceptionnelle sur scène et à l’écran en Grande-Bretagne ».

Récompenses[modifier | modifier le code]

Diana Rigg a obtenu douze récompenses en compétition et deux à titre personnel[14] :

  • Plays and Players Awards 1978 : Meilleure actrice pour Night and Day
  • Variety Club Awards (en) 1993 : Meilleure actrice sur scène pour Medea
  • Times Readers’ Accolade 1993 : Meilleure interprétation dans le West End
  • Evening Standard Awards 1993 : Patricia Rothermere Award pour « services rendus au Théâtre »
  • Emmy Awards 1997 : Meilleur second rôle féminin dans une mini-série ou un programme spécial pour Rebecca
  • South Bank Awards (en) 1997 : Meilleure actrice pour Qui a peur de Virginia Woolf ?]
  • Variety Club of Great-Britain Awards 1997 : Meilleure actrice sur scène pour Qui a peur de Virginia Woolf ?

Nominations[modifier | modifier le code]

  • Emmy Awards 1975 : Meilleure actrice principale dans un programme spécial - drame ou comédie pour In This House of Brede
  • Laurence Olivier Awards 1998 : Meilleure actrice pour Phèdre et Britannicus
  • Emmy Awards 2002 : Meilleur second rôle féminin dans une mini-série ou un film pour Victoria and Albert

Voix françaises[modifier | modifier le code]

  • Michèle Montel dans :
    • Chapeau melon et bottes de cuir (série télévisée - voix principale)
    • Assassinats en tout genre
et aussi

Reconnaissance[modifier | modifier le code]

Hommages[modifier | modifier le code]

En 1998 sur l'album La Ouache, le groupe de rock et de folk brestois Matmatah fait allusion à Diana Rigg et sa participation à la série Chapeau melon et bottes de cuir avec la chanson Emma (« Emma, t’es vraiment dix fois plus belle que Tara »)[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]