Jarville-la-Malgrange

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jarville-la-Malgrange
Église Sacré-Cœur.
Église Sacré-Cœur.
Blason de Jarville-la-Malgrange
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Nancy
Canton Jarville-la-Malgrange
Intercommunalité Communauté urbaine du Grand Nancy
Maire
Mandat
Jean-Pierre Hurpeau
2014-2020
Code postal 54140
Code commune 54274
Démographie
Gentilé Jarvillois(es)
Population
municipale
9 301 hab. (2014)
Densité 4 346 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 40′ 12″ nord, 6° 12′ 24″ est
Altitude Min. 195 m – Max. 242 m
Superficie 2,14 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lorraine

Voir sur la carte administrative de Lorraine
City locator 14.svg
Jarville-la-Malgrange

Géolocalisation sur la carte : Lorraine

Voir sur la carte topographique de Lorraine
City locator 14.svg
Jarville-la-Malgrange

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Jarville-la-Malgrange

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Jarville-la-Malgrange
Liens
Site web www.jarville-la-malgrange.fr

Jarville-la-Malgrange est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle, en région Grand Est.

Ses habitants sont appelés Jarvillois(es).

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Jarville se situe au nord-est de la France, au sud de Nancy. Ses communes limitrophes sont les suivantes : Heillecourt, Laneuveville-devant-Nancy, Tomblaine, Vandœuvre-lès-Nancy et Nancy.

Elle fait partie de la métropole du Grand Nancy aux côtés de 19 autres communes.

La ville est découpée en plusieurs quartiers principaux :

  • La Californie ;
  • Montaigu ;
  • La Malgrange ;
  • République ;
  • Le Sancy.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Jarville-la-Malgrange est reliée au Grand Nancy grâce aux lignes du réseau de transport de l'agglomération nancéienne (reseau Stan):

  • 2 : Laxou Plateau de Haye - Laneuveville Centre
  • 10 : Nancy Pôle de Santé - Jarville Californie
  • 11 : Nancy Centre de Congrès Prouvé - Fléville / Fléville Dynapôle
  • 12 : Nancy Centre de Congrès Prouvé - Heillecourt
  • 19 : Maxéville Mairie - Jarville Répunlique
  • C : Jarville Léon Songeur - Heillecourt Montaigu
  • M : Jarville Sion - Fléville

Il est aussi possible de rejoindre Nancy ou d'autres destination avec le train, via les lignes TER :

  • 4 : Nancy - Epinal - Remiremont
  • 5 : Nancy - Epinal - Belfort
  • 6 : Nancy - Pont Saint Vincent - Contrexéville - Merrey
  • 11 : Nancy - Lunéville - Saint Dié Des Vosges
  • 12 : Nancy - Lunéville

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Jarville : Jarcivilla (1314), Jarvilla (1519), Jareville (1536)[1], Jarville (1793), Jarville-la-Malgrange (1936)[2].
  • Malgrange : La Valgrange (1401), La Malle grainge (1558), La Mallegrange lès Nancy (1563), La Vieille Malgrange (1604)[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Village de l'ancien duché de Lorraine qui a dépendu du fief, de la prévôté, de la châtellenie et du bailliage de Nancy[4].
  • La bataille de Nancy qui opposa le dimanche 5 janvier 1477 les armées du duc de Lorraine et de Charles le Téméraire se déroula en partie sur la commune : ce fut derrière le bois de Jarville que fit halte l'armée lorraine et suisse, et que le duc René tint conseil, avec les principaux capitaines, sur l'ordonnance du combat[4].
  • Fondation en 1787 d'une manufacture pour teindre le coton par messieurs Marmod et de Blâmont[4].
  • Le roi Stanislas Leszczyński résida souvent à la Malgrange entre 1736 et 1766.

Économie[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1900 1905 Hyacinthe Sellier    
1905 1907 Emile Schwab    
1907 1911 Camille Blin    
1911 1919 Eugène Hanry    
1919 1925 Staub Bernet    
1925 1928 Charles Hovel    
1928 1939 Louis Moine    
1939 1945 Auguste Thomas    
1945 1946 Léon Heck    
1946 1973 François Evrard    
1973 1990 René Tardy    
1990 1995 Françoise Chemardin    
1995 2008 André Bailly UMP  
mars 2008 en cours
(au 06 novembre 2015)
Jean Pierre Hurpeau MoDem  

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 9 301 habitants, en diminution de -1,18 % par rapport à 2009 (Meurthe-et-Moselle : 0,15 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
260 278 315 352 341 389 492 567 622
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
710 760 955 1 426 1 775 2 125 2 577 3 177 3 530
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
3 720 4 241 4 186 4 480 4 790 5 270 5 145 6 206 6 686
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014 -
12 154 12 302 11 350 9 992 9 746 9 546 9 385 9 301 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • La Malgrange est un établissement scolaire privé catholique, installé en partie dans l'ancien château de La Malgrange, une des demeures de Stanislas Leszczyński, situé dans la banlieue sud de Nancy, aux confins des territoires des communes de Jarville-La-Malgrange et de Vandœuvre-lès-Nancy.
  • Collège Albert-Camus, établissement public.

Institut des Jeunes Sourds de La Malgrange[modifier | modifier le code]

L’Institut des Jeunes Sourds (IJS), intitulé à l’époque l’École des Sourds et Muets, est créé en 1827 au centre ville de Nancy par Joseph Piroux, professeur et éducateur, précurseur dans l’éducation des Sourds. Après son décès, l’activité est confiée à la Congrégation des Sœurs de Saint Charles et l’établissement est transféré à la Petite Malgrange, sur une hauteur boisée de Jarville-La-Malgrange.

Depuis, l’établissement s’est développé et a diversifié ses activités.

  • Création d'un SAVS (Service d'Aide à la Vie Sociale) qui répond aux besoins d'accompagnement à la vie sociale et professionnelle; il prévient les risques de marginalisation des adultes sourds.
  • C.A.M.S.P D.A (Centre d'Action Médico-Sociale Précoce, spécialisé Déficience Auditive): diagnostic des tout-petits enfants sourds, prise en charge de leur handicap, accueil et soutient apportés aux parents.
  • Accompagnement des enfants atteints de troubles spécifiques du langage
  • Pôle linguistique : traduction de conférence en LSF

Événements[modifier | modifier le code]

  • Fête des Pommes
  • J[ART]ville dans la rue
  • Jardins de ville, jardins de vie

Activités sportives et loisirs[modifier | modifier le code]

  • Jarville Jeunesse Foot
  • Jarville Jeune Handball
  • APN de Jarville (école de pêche "Les petits futés de la ligne)

Vie militaire[modifier | modifier le code]

Unités ayant tenu garnison à Jarville-la-Malgrange :

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château de Montaigu, au sein du parc de Montaigu[8].
  • Parc du château de Montaigu, le château est sur la commune de Laneuveville-devant-Nancy.
  • Château de La Malgrange : la Vieille Malgrange datait sans doute du Moyen Âge, puis la Neuve Malgrange avait été élevée à très peu de distance de la précédente au milieu du XVIe siècle par Nicolas de Mercœur ; elle fut habitée de 1599 à 1604 par Catherine de Bourbon, sœur de Henri IV de France et épouse d'Henri II de Lorraine. Une reconstruction fut entreprise de 1711 à 1715 par le duc Léopold Ier de Lorraine, mais elle ne fut pas menée à son terme. Finalement, la démolition du bâtiment fut ordonnée par Stanislas Leszczynski en 1738 ; quelques éléments furent remployés à l'église Notre-Dame-de-Bonsecours de Nancy. Un nouveau château fut construit à partir de 1739. Depuis le milieu du XIXe siècle, le domaine abrite le Collège de la Malgrange, établissement secondaire catholique.
  • Château de Renémont construit en 1817 pour Catherine Masson ; en 1842, Jules Gouy le transforma en véritable château en faisant remonter sur la façade les éléments d'une galerie Renaissance provenant de l'hôtel Lunati-Visconti de Nancy. Acheté en 1937 par l'évêché de Nancy.
  • Canal de la Marne-au-Rhin : port, écluse.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • Église du Sacré-Cœur XIXe siècle.
  • Chapelle Saint-Pierre-Fourrier, actuellement institut des sourds quartier La Malgrange.
  • Ancienne chapelle du Petit Séminaire, actuellement maison des Compagnons de Nancy, à Renémont.

Musée[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Blason de gueules à la croix de Lorraine d'argent surmontant un briquet d'or.
Commentaires : Le rouge (gueule) symbolise le sang versé lors de la bataille de Nancy en 1477 opposant les troupes du duc de Lorraine représentées par la croix de Lorraine (à double traverses) aux troupes de Bourgogne du duc Charles le Téméraire représentées par le « briquet » de la toison d'or en forme de B majuscule.
Une partie de la bataille s'est déroulée sur le territoire de Jarville la malgrange.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.jarville-la-malgrange.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=123&Itemid=194
  2. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Henri Lepage, Dictionnaire géographique de la Meurthe, 1860
  4. a, b et c Henri Lepage, Le département de La Meurthe : statistique historique et administrative, deuxième partie, 1843
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  8. Domaine de Montaigu
  9. Musée de l'Histoire du Fer
  10. Portrait du maréchal Ney sur le site du Sénat

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]