Bildstock

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le nom de Bildstock désigne en Allemagne occidentale, en Autriche, en Moselle germanophone et en Alsace une sculpture religieuse située aussi bien en bordure de chemin qu'en façade d'édifices (y compris civils comme les lavoirs). C'est une sorte d'Oratoire (édifice religieux), le plus souvent composé d'un socle supportant un fût coiffé d'un édicule cubique comportant quatre niches dans lesquelles sont sculptés des saints avec leurs attributs, le tout parfois surmonté d'une croix. Le Bildstock peut aussi avoir la forme d'une petite chapelle cubique surmontée d'un toit[1].

Le mot borne-potale est utilisé en Belgique pour des petits monuments similaires[2].

Description[modifier | modifier le code]

Le terme a été proposé pour la première fois par E. KIEFFER en 1934. Il reprenait un terme d’origine allemande à savoir une image (bild) sur un bâton (stock), pour une croix de chemin tout à fait particulière, destinée à être vue sur quatre, voire trois côtés. Aux XVe et XVIe siècles, le fût, lorsqu'il est conservé, nous indique la profession du commanditaire par un attribut professionnel alors qu'au début du XVIIe siècle la dédicace est le plus souvent écrite.

Les donateurs se sont le plus souvent engagés à la construction de ces petits monuments, par vœux, afin d'échapper à la peste qui sévissait à l’époque ; mais aussi, en Lorraine, aux affres de la guerre toute proche.

Ces monuments historiés sur deux, trois, mais le plus souvent quatre faces, ont un état d'esprit particulier qui existait au Moyen Age, utiliser les saints comme intercesseurs pour solliciter le Christ. On peut alors y voir le saint patron du commanditaire, de son épouse et le patron de la paroisse entre autres. Le contexte du bildstock est donc philosophique : représenter le Christ parmi ses saints. 

Ces croix de chemin sont donc à différencier des calvaires qui ont toujours le même thème de représentation, la scène du Golgotha, ou les simples crucifix qui ont leur propre définition. 

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Bildstock », Lexikon, sur LMU:Ludwig-Maximilians-Universität-München, (consulté le 9 mai 2017).
  2. Site : Clocher, chapelles et petit patrimoine religieux de Wallonie

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Printz, Les Bildstock du Pays des Trois Frontières, 1996 (lire en ligne).
  • Le Bildstock, revue Hemechtsland a Sprooch n°4 et n°5 de 1979
  • Les anciennes croix surtout croix des champs en Lorraine, 1938 (OCLC 54827394)
  • G. Blaise, les bildstocks, des chefs-d’œuvre inconnus, 2001 (ISBN 2876925109 et 9782876925106)

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :