Saint-Max

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Max
La Meurthe à Saint-Max
La Meurthe à Saint-Max
Blason de Saint-Max
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Nancy
Canton Saint-Max
Intercommunalité Communauté urbaine du Grand Nancy
Maire
Mandat
Éric Pensalfini
2014-2020
Code postal 54130
Code commune 54482
Démographie
Gentilé Maxois
Population
municipale
9 707 hab. (2011)
Densité 5 247 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 42′ 06″ N 6° 12′ 26″ E / 48.701667, 6.207222 ()48° 42′ 06″ Nord 6° 12′ 26″ Est / 48.701667, 6.207222 ()  
Altitude Min. 193 m – Max. 342 m
Superficie 1,85 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Max

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Max
Liens
Site web www.saint-max.fr

Saint-Max est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle et la région Lorraine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La ville de Saint-Max est située au nord-est de la France, dans la proche banlieue est de Nancy, au niveau du 48ème parallèle nord, sur la rive droite de la Meurthe. Sa superficie est de 185 hectares. Administrativement, Saint-Max est le chef-lieu du canton éponyme, et fait partie de la deuxième circonscription de Meurthe-et-Moselle, comprenant Vandœuvre-lès-Nancy et Saint-Max. Depuis 1996, elle fait partie de la Communauté urbaine du Grand Nancy aux côtés de dix-neuf autres communes.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Saint-Max est limitrophes de cinq communes, toutes situées en Meurthe-et-Moselle et réparties géographiquement de la manière suivante :

Rose des vents Malzéville Dommartemont Rose des vents
Nancy N Essey-lès-Nancy
O    Saint-Max    E
S
Tomblaine

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La ville est adossée aux coteaux méridionaux du plateau de Sainte-Geneviève et du plateau de Malzéville, qui culmine à 384 mètres d'altitude, le point la plus haut de la commune se situant à 342 mètres. Le point le plus bas est situé au niveau du ruisseau du Grémillon, à 193 mètres d'altitude.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Saint-Max est limitrophe sur sa frontière ouest de la Meurthe qui la sépare de Nancy et possède différents ruisseaux sur son territoire communal, aujourd'hui entièrement canalisés et souterrains. Le risque d’inondation existe, en cas de ruissellement trop important. Du 21 au 22 mai 2012, un orage de type système convectif de méso-échelle a provoqué des pluies diluviennes (103 mm en 3 heures à la station Nancy-Essey) qui ont submergé plusieurs rues et entrainé plusieurs millions d'euros de dégâts[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Après 1263, on trouve la mention de ce petit village dans de nombreux textes mais avec des appellations variant dans le temps :

  • au XIIIe siècle Saint-Mard,
  • au XVe siècle Saint-Marc,
  • au XVIe siècle Sainct-May, Sainct-Marc, Sainct-Mach et Saint-Maix,
  • au XVIIIe siècle, Saint-Mâ puis enfin Saint-Max, le nom actuel apparaissant pour la première fois en 1772 ;

Au cours de la Révolution française, la commune porte le nom de Max-la-Montagne[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Saint-Max semblerait remonter aux premiers temps de la conquête de la Gaule par les Romains : le Chemin stratégique s'appelait autrefois "Chemin des Romains". Il traverse "La Gueule le Loup" et jusqu'au Plateau de Malzéville. Il menait probablement à un camp entouré de fossés et de talus puisque des vestiges (murs) ont été retrouvés au-dessus de la Trinité, ainsi que les médailles, fibules et tombeaux.

Au Moyen Âge, Saint-Max, Essey et Dommartemont sont groupés en une seigneurie, le village d'Essey étant le plus important des trois.

Pendant plusieurs siècles, Saint-Max aura l’aspect d’un petit village dont les habitations sont groupées pour la plupart autour de l’église Saint-Médard, quelques maisons se situant un peu à l’écart, au pont d’Essey.

Toutefois, au XVIè siècle, Saint-Max a la renommée de fournir un excellent vin gris fort apprécié à la cour de Lorraine.

En 1866, la localité compte 430 habitants. (On en recense aujourd’hui 10 000 dans la cité qui s’est urbanisée tout en prenant soin de son patrimoine).

En 1871, la signature du Traité de Francfort va tracer certaines lignes de la destinée de la localité.

En effet, ce traité privant la France d’une partie des départements de la Moselle et de la Meurthe provoque un afflux de population vers la Lorraine restée française et notamment sur Nancy dont le considérable essort démographique rejaillit sur les villages proches qui deviennent alors des communes de banlieue.

Château du Pont de la Meurthe

Un autre facteur va concourir au développement économique et démographique de la cité maxoise : l’implantation d’industries à proximité (Nordon, Fruhinsholz, Daum …) dans les bas quartiers de Nancy, le long de la voie ferrée et du canal.

De 430 habitants en 1866, la population de Saint-Max est passée à près de 3000 âmes en 1911. Autour de la nouvelle avenue Carnot et de la nouvelle église Saint-Livier dont la mise en chantier avait commencé en 1883 se crée un quartier qui deviendra l’actuel centre-ville.

Cet essor se poursuit malgré la Première Guerre mondiale et durant l’entre-deux-guerres.

De nouvelles rues et de nouveaux quartiers sont bâtis à la faveur des premières mesures prises par les gouvernements de l’époque, encourageant la construction de maisons d’habitation.

La population atteindra 12 489 habitants en 1968.

Ce sera le maximum, car le territoire de la commune est réduit et il est presque entièrement construit.

Dans la soirée du 21 mai 2012, un orage de type MCS (Système convectif de méso-échelle) diluvien touche la partie nord-est de l'agglomération nancéienne, dont la ville de Saint-Max qui sera très durement touchée. Certaines rues sont envahies par un torrent d'eau boueuse de plus d'un mètre cinquante, plusieurs millions d'euros de dégâts sont à déplorer[3].


Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Eric Pensalfini UMP  
2006 2008 Gérard Stoerkel    
1983 2006 Gérard Léonard UMP Député de 1986 à 2006
1944 1983 Marius Choltus    
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Jumelage avec la ville d'Amchit Liban

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 9 707 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
200 195 217 252 218 289 329 375 385
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
392 380 641 908 1 427 1 797 1 727 1 904 2 058
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
2 394 2 920 3 427 3 912 4 423 4 996 5 380 6 600 8 521
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 - -
12 489 12 463 11 656 11 075 10 939 10 259 9 707 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Infrastructures[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Sport, loisirs et culture[modifier | modifier le code]

  • Bibliothèque municipale
  • Centre Sportif Henri Cochet
  • Cinéma Royal Saint-Max
  • Espace Victor Hugo
  • Stade Mainveaux
  • Foyer Socio-Culturel

Religion[modifier | modifier le code]

Évènements[modifier | modifier le code]

Transports en commun[modifier | modifier le code]

St Max est reliée au Grand Nancy grâce aux lignes du réseau de transport de l'agglomération Nancéienne appelé Réseau Stan :

  • 1 : Vandoeuvre CHU Brabois - Essey Mouzimpré
  • 7 : Dommartemont - Houdemont Porte Sud
  • 18 : Dommartemont - Seichamps Haie Cerlin
  • Mobistan Est : Saint Max Gérard Barrois - Essey Emile Gallé
  • K : Nancy Centre de Congrès Prouvé - Tomblaine Groupe Scolaire

Économie[modifier | modifier le code]

Entreprises[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le Château du Pont de la Meurthe est une grande demeure de style Napoléon III dont la construction fut achevée en 1874. On peut y admirer, entre autres, un bel escalier en pierre avec une rampe en fer forgé et une cheminée en bois sculpté. En 1955, le château devient la propriété de la ville et y accueille successivement le C.R.E.P.S, un collège d'enseignement général, un centre de rééducation physique scolaire; En 1976, la bibliothèque municipale s'y installe puis en 1990, l'école de musique.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Livier 19ème néo-gothique : chapiteaux sculptés ; orgue 1885.
  • Église Saint-Médard : tour romane, chapiteaux 12ème.
  • Église Saint-Michel, moderne.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Saint-Max ; Histoire d’un village sans histoire, Michel Barbier, Saint-Max : Ville de Saint-Max, 1983.- 497 p. : Ill. ; 27 cm.
  • Saint-Max, Michelle Breton-Gerber et Claude Seyer, Joué-lès-Tours : A. Sutton, 1998.- 127 p. : Ill. ; 24 cm.- (Mémoire en images).
  • Trois aspects géographiques de Saint-Max (Meurthe-et-Moselle) en 1906, d’après le recensement quinquénal : Emploi, habitat, démographie : Mémoire de diplôme d’Études Approfondies (D.E.A), Claude-Marc Gauthier, Nancy : Université de Nancy II, 1995.- 72 p. : Ill. ; 30 cm.
  • La Gueule du loup, p. 26-27 ; ill. in : Revue Lorraine Populaire. - Nancy (93, Grand’rue Ville-Vieille 54000 Nancy) : J.-M. Cuny. - 30 cm. (no 85 du 01/12/1988).
  • Histoire de Saint-Max, tome 1, Les Temps anciens /Danièle Verdenal, Nancy : Imprimerie Apache Colors, 2011.- 227 p. : Ill. en coul. ; 27 cm.
  • Histoire de Saint-Max, tome 2, Les Temps modernes/Danièle Verdenal, Nancy : Imprimerie Apache Colors, 2011.- 205 p. : Ill. en coul. ; 27 cm.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Pascale Braun, « Inondations - La communauté urbaine du Grand Nancy à l'heure de comptes », La Gazette, vol. 22, no 2128,‎ 28 mai 2012, p. 12 (ISSN 0769-3508).
  2. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Source : http://meteolorraine.wifeo.com/orage-diluvien-sur-nancy.php
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  5. ou le 26 août 1837 selon Le dictionnaire des parlementaires.