Séchilienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Séchilienne
Séchilienne
La place de Séchilienne.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Grenoble
Intercommunalité Grenoble-Alpes Métropole
Maire
Mandat
Cyrille Plenet
2020-2026
Code postal 38220
Code commune 38478
Démographie
Gentilé Séchiliennois (Séchiliennoise) / Chichilins
Population
municipale
1 051 hab. (2018 en augmentation de 6,59 % par rapport à 2013)
Densité 49 hab./km2
Population
agglomération
531 440 hab. (2006)
Géographie
Coordonnées 45° 03′ 15″ nord, 5° 50′ 02″ est
Altitude 364 m
Min. 304 m
Max. 1 646 m
Superficie 21,47 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Grenoble
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de l'Oisans-Romanche
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Séchilienne
Géolocalisation sur la carte : Isère
Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Séchilienne
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Séchilienne
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Séchilienne
Liens
Site web sechilienne.fr

Séchilienne est une commune française située dans le département de l'Isère et la région Auvergne-Rhône-Alpes. Séchilienne est située sur l'axe routier qui relie Grenoble aux stations de ski de l'Oisans et ne compte plus que deux commerces[1] : un traiteur et un garage . Ses habitants s'appellent les Séchiliennoises et Séchiliennois[2].

Séchilienne fait partie de l'Espace Belledonne[3], association dont la mission est de promouvoir le développement des communes de la chaîne de Belledonne. L'Espace Belledonne est un Groupe d’Action Locale (GAL) et, à ce titre, gère le programme européen Leader sur son territoire jusqu’en 2013.

Séchilienne fait partie de la métropole Grenoble-Alpes Métropole.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Topographie[modifier | modifier le code]

Séchilienne est à 8 km à l'est de Vizille, et 3 km au sud de Livet-et-Gavet, à la sortie des gorges de la Romanche, sa superficie (2 147 ha dont 1717 de bois soit 80 %) s'étire vers le nord sur les pentes boisées de la chaîne de Belledonne, culminant à 1 654 m au pic de l'Œilly et au plus bas pour 310 m à la Croix du Mottet. La réserve naturelle du lac Luitel (17 ha) est près du col de même nom sur la route de Chamrousse.

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Séchilienne compte à ce jour 34 hameaux ou lieux-dits, les Rivoirands, le Grand Serre, l'Isle, les Michalets, le château, l'Ecluse, les Mouniers, la Sémillière, les Gavets, les Aillouds, les Riveaux, Cotte Fournier, la Chamoussière, les Blancs, les Tourneaux, Séguinière, les Nodes, la Gorge, les Clots, Lecharina, Buissonière, la Croix, le Luittel, les Replats, la Bathie, les Mathieux, le Thièbauds, les Finets, Clos Beney, Montsec, le Pleney, Faux Laurent et Cerley.

Sites géologiques remarquables[modifier | modifier le code]

En 2014, plusieurs sites géologiques remarquables sont classés à l'« Inventaire du patrimoine géologique »[4] :

  • les « dépôts interglaciaires de l'Arselle », sur les communes de Chamrousse et Séchilienne, constituent un site d'intérêt géochronologique de 28,22 hectares, classé « trois étoiles » à l'« Inventaire du patrimoine géologique » ;
  • les deux complexes tourbeux de la réserve naturelle du Lac Luitel, au Lac et au Col de Luitel, constituent le site d'intérêt géomorphologique nommé « tourbière du lac de luitel » ; le site, qui s'étend sur 12,92 hectares, est classé « trois étoiles » à l'« Inventaire du patrimoine géologique ».

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Les Ruines de Séchilienne le 14 juillet 2006.

En aval du village, au lieu-dit l'Île Falcon, sur la rive droite de la Romanche, se trouvent les Ruines de Séchilienne. Il s'agit d'une zone active d'éboulements du Mont-Sec qui forme l'extrême sud de la chaîne de Belledonne. Les différents scénarios d'éboulements donnent un volume de 3 millions à 25 millions de m³, voire jusqu'à 100 millions de m³ (hypothèse jugée improbable) et qui se détacheraient en une ou plusieurs fois de la montagne. Le glissement de terrain pourrait barrer le cours de la Romanche qui formerait alors un lac en amont. Ce barrage pourrait entraîner un danger supplémentaire s'il venait à se rompre car la partie basse de la vallée est fortement urbanisée (Vizille, Champ-sur-Drac, puis agglomération de Grenoble) et sensible (présence de pôles chimiques à Jarrie, Pont-de-Claix et Échirolles, d'un gazoduc…). Pour contrer ce risque, un merlon (levée de terre pour freiner la chute de rochers dangereux) a été aménagé, ce qui offre un deuxième tracé pour l'eau et devrait ainsi éviter que les roches forment le barrage et ainsi un lac. Un tunnel dans la montagne de Saint-Barthélemy-de-Séchilienne situé en face a aussi été creusé pour sonder les roches afin de construire à terme un tunnel plus grand pour que l'eau s'y engouffre si l'effet de barrage survenait et que le niveau venait a monter. Cette zone à risque est aussi surveillée en permanence par des capteurs.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Romanche borde la commune par le sud. Trois ponts permettent de franchir la rivière.

Le barrage qui alimentait l'ancienne usine de Noyer Chut a été démantelé entre 2011 et 2018[5].

Climat[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous indique les températures et les précipitations pour l'année 2010 :

Relevé météorologique de Séchilienne - Vizille
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −13,2 −9,3 −5,9 −0,9 9,5 8,5 16,9 8 4,6 −0,7 −5,3 −10,5 0,2
Température moyenne (°C) −0,6 3,5 7,8 12,8 14 19,1 23,3 20,2 16,2 12,7 7,7 1,3 11,5
Température maximale moyenne (°C) 5,9 17,8 23,2 29,9 18,5 33,7 31,8 36,1 27,5 28,4 24,2 19,8 24,8
Précipitations (mm) 85 97 69 55 142 129 40 69 69 81 125 55 1 016


Relief[modifier | modifier le code]

Séchilienne est à 364 m d'altitude en moyenne, elle a pour altitude minimale 304 m et maximale 1 646 m au pic de l'Œilly.

Transport[modifier | modifier le code]

Séchilienne étant situé aux portes de l'Oisans, qui est l'accès principal au communes de Livet-et-Gavet et Le Bourg-d'Oisans ainsi qu'aux stations de ski de renommées mondiale comme L'Alpe d'Huez, Les Deux Alpes, Vaujany…, bénéficie de plusieurs lignes de transport en commun comme les cars VFD (Voies ferrées du Dauphiné), et anciennement d'un arrêt du train qui reliait Grenoble au Bourg-d'Oisans.

Environnement[modifier | modifier le code]

Séchilienne est principalement recouvert de forêts (700 ha) mais aussi du lac du Luitel (17 ha) et d'une rivière (la Romanche).

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Séchilienne est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[6],[7],[8].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Grenoble, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 204 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[9],[10].

Depuis le début du XVIIIe siècle, Séchilienne est un « village-rue »[11].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (91,9 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (89,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (90,1 %), zones agricoles hétérogènes (4,3 %), zones urbanisées (2,1 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (1,8 %), prairies (1,6 %)[12].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[13].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les habitants de Séchilienne sont aussi surnommés les "Curotis" en référence à l'exposition plein sud du village.

Histoire[modifier | modifier le code]

Stèle commémorative dans le hameau "Les Clots" à la mémoire des victimes des nazis.

L'origine du nom, comme pour la commune de Chichilianne, vient probablement du patronyme romain Cicilianus, qui aurait été celui du propriétaire d'une des premières « villa » romaine (exploitation agricole).

Seconde Guerre Mondiale[modifier | modifier le code]

Séchilienne était un haut lieu de la résistance, en témoigne le nom de la place principale du village, la place du Maquis de l'Oisans.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[modifier | modifier le code]

Mairie de Séchilienne.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1971 1995 M. Jean-Jaques Martin SE Instituteur
1995 2014 M Gérard Cret SE DRH, chargé de l’administration générale, des finances et du personnel de la CCSG
2014 En cours Mme. Cyrille Plénet SE Agent technique
Les données manquantes sont à compléter.

Équipements municipaux[modifier | modifier le code]

Le gymnase, la bibliothèque, l'école primaire, la maison des associations, la salle des fêtes.

Associations[modifier | modifier le code]

Séchilienne compte à ce jour 16 associations dont, le basket, la gymnastique, le badminton, le ski, la musculation.

Jumelages[modifier | modifier le code]

À ce jour, Séchilienne n'est jumelé avec aucune ville ou village.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[15].

En 2018, la commune comptait 1 051 habitants[Note 3], en augmentation de 6,59 % par rapport à 2013 (Isère : +2,28 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0221 1451 3551 4551 5411 6481 5551 4971 486
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 3851 3331 2741 1751 1941 1311 0501 011947
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
919971918712769628628632655
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
5995484746416737608639541 038
2018 - - - - - - - -
1 051--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Population par sexe et âge en 2008

Homme % Femme %
Ensemble 432 100 430 100
0 à 14 ans 94 21.7 94 21.4
15 à 29 ans 58 13.3 59 13.3
30 à 44 ans 103 23.8 105 23.9
45 à 59 ans 102 23.6 93 21.1
60 à 74 ans 56 12.9 56 12.6
75 à 89 ans 18 4.2 30 6.9
90 ans ou plus 2 0.5 3 0.7
Sources des données : Insee[18].

Séchilienne à son apogée comptait 1648 habitants avant de connaitre un exode massif de la population vers Grenoble et les plus grandes villes. En 1975, Séchilienne ne comptait alors plus que 474 habitants puis la population recommença à augmenter et se rapproche aujourd'hui de la barre des 1 000 habitants.

Logement[modifier | modifier le code]

Évolution du nombre de logements par catégorie

1968 1975 1982 1990 1999 2008
Ensemble 300 328 337 367 411 457
Résidences principales 191 177 231 255 296 340
Résidences secondaires et logements occasionnels 97 81 54 85 84 81
Logements vacants 12 70 52 27 31 36
Sources des données : Insee[19].

Économie[modifier | modifier le code]

Elevage à Séchilienne.

La commune a une centrale électrique, mais n'a pas conservé ses anciennes industries.

Chômage[modifier | modifier le code]

Chômage (au sens du recensement) des 15-64 ans

2008 1999
Nombre de chômeurs 29 30
Taux de chômage en % 7.2 8.3
Taux de chômage des hommes en % 6.4 5.8
Taux de chômage des femmes en % 8.1 11.6
Sources des données : Insee[19].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les établissements d'enseignement du village de Séchilienne relèvent de l'académie de Grenoble. Séchilienne dispose d'une école maternelle ainsi qu'une école primaire.

École de Séchilienne.

Le collège et le lycée le proche se situent tous deux à Vizille à quelques kilomètres de Séchilienne.

Scolarisation selon l'âge et le sexe en 2008

Ensemble Population scolarisée
2 à 5 ans 45 35
6 à 14 ans 123 123
15 à 17 ans 35 34
18 à 24 ans 52 26
25 à 29 ans 29 1
30 ans ou plus 568 3
Sources des données : Insee[20].

Diplôme le plus élevé de 15 ans ou plus selon le sexe en 2008

Ensemble Homme Femme
Population de 15 ans ou plus 619 312 307
- d'aucun diplôme 22,5 % 22,0 % 23,0 %
- du certificat d'études primaires 12,1 % 9,4 % 14,8 %
- du BEPC, brevet des collèges 5,4 % 5,8 % 4,9 %
- d'un CAP ou d'un BEP 30,2 % 35,9 % 24,3 %
- d'un baccalauréat ou d'un brevet professionnel 15,2 % 13,3 % 17,1 %
- d'un diplôme de niveau bac + 2 8,5 % 7,8 % 9,2 %
- d'un diplôme de niveau supérieur à bac + 2 6,2 % 5,8 % 6,6 %
Sources des données : Insee[20].

Sports[modifier | modifier le code]

  • Le village de Séchilienne est doté d'un gymnase pouvant accueillir des entraînements (ou matchs) de sport en tous genres (basket-ball, football en salle, tennis, danse, gymnastique, badminton) comme des réceptions au moment des vœux du maire, mais aussi d'un terrain de football et d'un champ de foire, lieu d'amusement des jeunes de Séchilienne.
  • Marion Josserand (1986-), skieuse acrobatique française et médaillée de bronze aux Jeux olympiques de Vancouver en 2010, habite à Séchilienne[21].
  • En 2010, le club de basket-ball l'ALS (Amicale Laïque Séchilienne) fêtait ses 80 ans[22].
  • Pour l'exercice de sport hivernal, Séchilienne est aussi doté d'un club de ski alpin (Ski club Sech/Saint-Bar) qui organise chaque samedi des sorties sur le domaine de L'Alpe d'Huez et une ou deux fois par an dans d'autres grandes stations françaises. Quant au ski nordique (ou ski de fond/skating) une partie du domaine skiable de Chamrousse est située sur les terres séchiliennoises.
  • Séchilienne peut également profiter d'une piscine couverte à 4 km sur la commune de Livet-et-Gavet.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

  • Ruines du château des Alleman, des XIVe siècle, XVe et XVIIe siècles[23], victime d'un incendie en 1944 et fort dégradé depuis.
  • La place du Maquis de l'Oisans.
  • Croix du Mottet : stèle en mémoire de 3 résistants tués au cours des combats des 7 et . L’inscription sur la stèle est :

« Ici les forces du Maquis de l'Oisans, fidèles à leur devise "La liberté ou la mort" le 8 août 1944 ont engagé le premier combat de la campagne de l'Oisans contre les forces ennemies de la Wehrmacht comprenant la 157e division alpine, la division Vlassoy et des unités mongoles, leur infligeant des lourdes pertes.
Le , ont livré le dernier combat victorieux libérant Vizille. L'ennemi battu, décimé, s'enfuit en déroute, abandonnant des milliers de prisonniers et tout son matériel.
La victoire est à nous. »

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Église de Séchilienne
Église Saint-Martin.

L’église Saint-Martin est un édifice de tradition romane qui fut remanié plusieurs fois au cours des siècles passés. Église d’un ancien prieuré dont il reste quelques vestiges, elle pourrait dater du XVe siècle. Cette église vient d’être restaurée par les soins de la commune, dans le style des derniers grands travaux entrepris au XIXe siècle. L'église possède des statues en bois doré (XVIe siècle), provenant du monastère de Prémol (détruit), une statue de saint Jean-Baptiste au baptistère (XVIIe siècle), une pietà, les vitraux, création moderne de Christophe Berthier, maître verrier à Grenoble.

Paroisse Saint-Paul de la Romanche[24]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

La réserve naturelle du lac du Luitel.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Site officiel de la commune », sur sechilienne.fr (consulté le ).
  2. « N°1 - Le nouveau maire et son conseil », Sech' Info et vous,‎ , p. 5 (lire en ligne)
  3. Espace Belledonne
  4. Inventaire du patrimoine géologique : résultats, Ministère de l'Environnement, de l'Énergie et de la Mer - DREAL Auvergne-Rhône-Alpes, 24 janvier 2014 (mis à jour le 31 mars 2015), accès le 23 septembre 2016.
  5. « Isère : Après 100 ans d’existence, le barrage de Séchilienne est démantelé », sur www.sauvonsleau.fr (consulté le ).
  6. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  8. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  9. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  10. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  11. Collectif sous la direction de Chantal Mazard, Atlas du patrimoine de l'Isère, Patrimoine en Isère, éd. Glénat, 1998, p. 147. (ISBN 978-2-7234-2632-9).
  12. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  13. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 1896, 1901, 1906, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  18. [1]
  19. a et b [2]
  20. a et b [3]
  21. « SECHILIENNE/ CHAMROUSEE (ISERE) JO / SKIECROSS : les villages fêtent Marion Josserand », sur Le Dauphiné libéré, .
  22. Site internet du club
  23. Eric Tasset, Châteaux forts de l'Isère : Grenoble et le Nord de son arrondissement, Grenoble, éditions de Belledonne, , 741 p. (ISBN 2-911148-66-5), pp. 540-541.
  24. Paroisse Saint-Paul de la Romanche

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]