Treffort

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Treffort
Treffort
Vue générale.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Grenoble
Intercommunalité Communauté de communes du Trièves
Maire
Mandat
Pierrick Bonenfant
2020-2026
Code postal 38650
Code commune 38513
Démographie
Population
municipale
301 hab. (2019 en augmentation de 14,89 % par rapport à 2013)
Densité 27 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 54′ 59″ nord, 5° 39′ 32″ est
Altitude 618 m
Min. 486 m
Max. 1 070 m
Superficie 11 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Grenoble
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Matheysine-Trièves
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Treffort
Géolocalisation sur la carte : Isère
Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Treffort
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Treffort
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Treffort

Treffort est une commune française située dans le département de l'Isère, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Positionnée dans un secteur de moyenne montagne connue sous le nom du Trièves située au sud de Grenoble, la commune est désormais rattachée au canton de Matheysine-Trièves dont le bureau centralisateur est situé à La Mure depuis le nouveau découpage territorial. Treffort est également adhérente à la Communauté de communes du Trièves qui regroupe vingt-huit communes et dont le siège est fixé dans la commune voisine Monestier-de-Clermont, agglomération la plus importante de ce secteur.

Ses habitants sont appelés les Treffortains[1],[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation et description[modifier | modifier le code]

Treffort est un petit village de moyenne montagne essentiellement rural à vocation résidentielle situé au sud du département de l'Isère et de la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Le territoire de Treffort est essentiellement une zone de basse et de moyenne montagne entourée de massifs élevés, quelque peu abritée des flux d'ouest par le massif du Vercors, est une des parties de l'Isère la plus méridionale.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Plage à Treffort, au lac de Monteynard-Avignonet. Au fond, Marcieu.

Le territoire communal est bordé à l'est par le lac de Monteynard-Avignonet. Treffort est une des communes adhérente du « SIVOM du Lac de Monteynard - Avignonet », chargé du développement touristique de la zone, et qui regroupe un total de dix communes.

Ce lac de barrage est formé en grande partie par la retenue des eaux du Drac[3] et de l'Ébron[4], rivières qui bordent également son territoire.

Voies de communication et transport[modifier | modifier le code]

Treffort est reliée par la D110B va jusqu'à Sinard, permettant de prendre la D110 et l'A51 en direction de Grenoble. La seule ligne de transport en commun de Treffort est la PSINA du réseau Cars Région, qui relie de l'arrêt « Embarcadère » à Treffort jusqu'à « École Primaire » à Sinard, parfois prolongé à « Croix de Portier », permettant la correspondance avec la ligne T95[5].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Treffort est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[6],[7],[8].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Grenoble, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 204 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[9],[10].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (65,5 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (66,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (65,5 %), eaux continentales[Note 3] (12,2 %), terres arables (10,7 %), zones agricoles hétérogènes (4,8 %), prairies (4,7 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (2,1 %)[11].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Hameaux, lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Il existait un hameau appelé la Salette sur une terrasse, avant la construction du barrage de Monteynard-Avignonet. Les quelques maisons qui s'y trouvaient ont été démolies avant leur engloutissement sous les eaux du lac.

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Risques sismiques[modifier | modifier le code]

L'ensemble du territoire de la commune de Treffort est situé en zone de sismicité n°3 dite « modérée, » comme la plupart des communes de son secteur géographique. Elle se situe cependant au sud de la limite d'une zone sismique classifiée de « moyenne »[12].

Terminologie des zones sismiques[13]
Type de zone Niveau Définitions (bâtiment à risque normal)
Zone 3 Sismicité modérée accélération = 1,1 m/s2

Selon une édition du journal le Matin de l'époque, le , un séisme de moyenne ampleur a été ressenti par la population de Monestier-de-Clermont et de sa région[14]

« Ce matin, vers 4 heures 45, la population de Monestier-de-Clermont a perçu une secousse assez forte qui s'est prolongée pendant une minute. On ne signale pas d'accident de personne. »

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Conformément à sa population le conseil municipal de Treffort est formé de onze membres.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 juin 2006 René Decorps    
août 2006 mars 2008 Jean-Luc Granier    
mars 2008 mars 2014 Régis Gauthier    
mars 2014 2020 Philippe Berthoin SE Chef d'entreprise
2020 En cours Pierrick Bonenfant    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[16].

En 2019, la commune comptait 301 habitants[Note 4], en augmentation de 14,89 % par rapport à 2013 (Isère : +2,9 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
310293295271243247258261291
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
270257251251234213211193194
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1541331321101201171148782
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
6757536978129208254283
2019 - - - - - - - -
301--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune est rattachée à l'académie de Grenoble et dépend de la zone A.

Équipement sportif et culturel[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Historiquement, le quotidien à grand tirage Le Dauphiné libéré consacre, chaque jour, y compris le dimanche, dans son édition de l'Isère-Sud, un ou plusieurs articles à l'actualité du canton et de la communauté de communes, ainsi que des informations sur les éventuelles manifestations locales, les travaux routiers, et autres événements divers à caractère local.

Culte[modifier | modifier le code]

L'église (propriété de la commune) et la communauté catholique de Treffort dépendent de la paroisse Notre-Dame d'Esparron (Relais du Lac), elle-même rattachée au diocèse de Grenoble-Vienne[19].

Économie[modifier | modifier le code]

Le petit village de Treffort bénéficie ces dernières années de la construction de plusieurs maisons dont les propriétaires souhaitaient jouir de la proximité du lac de Monteynard-Avignonet.

Une base de loisir au bord du lac de Monteynard-Avignonet permet un accès direct au plan d'eau. On peut y pratiquer de nombreuses activités nautiques.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

  • Bateau La Mira.
  • Passerelles himalayennes sur le lac de Monteynard-Avignonet.
  • Le château d'Herbelon, construit en 1603 au bord du lac, aujourd'hui occupé par un hôtel-restaurant[20].

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Les bois de Treffort sont classés en Zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique de Type I.

Le hêtre nommé « L'arbre à Mimi ».

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Escutcheon to draw-fr.svg

Treffort possède des armoiries dont l'origine et le blasonnement exact ne sont pas disponibles.


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Michelle Berger, « Histoire des communes de l'Isère: Arrondissement de Grenoble », sur Google Livres, Editions Horvath, (ISBN 9782717104943, consulté le ), p. 246.
  2. André Plank, « L'origine des noms des communes du département de l'Isère », sur Google Livres, Artès, (ISBN 9782910459086, consulté le ).
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau - le Drac (W2--0200) » (consulté le ).
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - L'ébron (W25-0400) » (consulté le ).
  5. « Plan interactif de la ligne PSINA », sur Cars Région Isère
  6. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  8. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  9. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  10. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  11. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  12. Site de la préfecture de l'Isère, carte des zones de sismicité, consulté le 20 octobre 2019.
  13. Arrêté du 22 octobre 2010 relatif à la classification et aux règles de construction parasismique applicables aux bâtiments de la classe dite « à risque normal » - Légifrance
  14. Site de Gallica, Edition du journal le Matin du 06/05/1931
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  19. Site diocese-grenoble-vienne.fr, page sur la paroisse.
  20. Eric Tasset, Châteaux forts de l'Isère : Grenoble et le Nord de son arrondissement, Grenoble, éditions de Belledonne, , 741 p. (ISBN 2-911148-66-5), p. 708.