Saint-Martin-de-la-Cluze

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Martin-de-la-Cluze
Saint-Martin-de-la-Cluze
Chapelle Saint-Christophe de Pâquier
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Grenoble
Intercommunalité Communauté de communes du Trièves
Maire
Mandat
Hélène Rossi
2020-2026
Code postal 38650
Code commune 38115
Démographie
Population
municipale
723 hab. (2018 en augmentation de 11,75 % par rapport à 2013)
Densité 44 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 59′ 01″ nord, 5° 39′ 33″ est
Altitude 760 m
Min. 330 m
Max. 941 m
Superficie 16,3 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Grenoble
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Matheysine-Trièves
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Saint-Martin-de-la-Cluze
Géolocalisation sur la carte : Isère
Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Saint-Martin-de-la-Cluze
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Martin-de-la-Cluze
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Martin-de-la-Cluze
Liens
Site web mairie.smdlc.free.fr

Saint-Martin-de-la-Cluze est une commune française située dans le département de l'Isère, en région Auvergne-Rhône-Alpes. Ses habitants sont appelés les « Saint-Martinous ».

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation et description[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Martin-de-la-Cluze est située dans la partie méridionale du département de l'Isère, plus précisément dans le Trièves, entre Vif et Monestier-de-Clermont. Elle est à 30 km au sud de Grenoble et fait partie de son aire urbaine.

Traversée par le 45e parallèle nord, la commune est de ce fait située à égale distance du pôle Nord et de l'équateur terrestre (environ 5 000 km). Un panneau sur la D 1075 (ancienne Nationale 75) en signale le franchissement.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Martin-de-la-Cluze
Le Gua Vif Notre-Dame-de-Commiers
Saint-Martin-de-la-Cluze Monteynard
Miribel-Lanchâtre Sinard Avignonet

Géologie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Le territoire de Saint-Martin-de-la-Cluze est essentiellement une zone de basse et de moyenne montagne entourée de massifs élevés, quelque peu abritée des flux d'ouest par le massif du Vercors.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Voies de communication[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saint-Martin-de-la-Cluze est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Grenoble, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 204 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (53,9 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (53,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (53,9 %), prairies (16,2 %), zones agricoles hétérogènes (16 %), terres arables (9,6 %), eaux continentales[Note 3] (4,3 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

La commune compte plusieurs hameaux dont :

  • Essart-Garin,
  • la Coynelle,
  • la Salle,
  • le Coin,
  • les Benêts,
  • les Bétons,
  • les Brets,
  • les François,
  • les Gaillardons,
  • les Ridas,
  • les Silvains,
  • les Vaux,
  • Pâquier.

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Risques sismiques[modifier | modifier le code]

L'ensemble du territoire de la commune de Saint-Martin-de-la-Cluze est situé en zone de sismicité no 4 (sur une échelle de 1 à 5), mais en bordure occidentale de la zone no 3[8].

Terminologie des zones sismiques[9]
Type de zone Niveau Définitions (bâtiment à risque normal)
Zone 4 Sismicité moyenne accélération = 1,6 m/s2

Autres risques[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, La Cluse est le siège d'une seigneurie. L'enquête de 1339, signale au lieu-dit la Cluse la présence d'une maison forte : « Prima locus de Clusa ubi est locus fortis et quamdam turris » (ADI B 3120, f° 95 v°)[10].

Autres périodes[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 1970, la commune s'appelait La Cluze-et-Pâquier[11], du nom des deux communes éphémères fusionnées avant 1794 : La Cluze (ou La Cluse) et Pâquier[12].

La proximité de Grenoble et le développement des moyens de communication expliquent le doublement récent de sa population en une vingtaine d'années.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1959 1985 Raymond Gorde    
1985 mars 1995 Robert Commerot    
mars 1995 mars 2001 Albert Cuchet    
mars 2001 septembre 2013 Robert Riotton MPF  
mars 2014 mars 2019 (décès)[13] Joël Cavret SE Retraité ingénieur électrotechnicien
2019 2020      
2020 En cours Hélène Rossi    
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[15].

En 2018, la commune comptait 723 habitants[Note 4], en augmentation de 11,75 % par rapport à 2013 (Isère : +2,28 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
539550643637698761788791856
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
754770760688688663655594539
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
535510454456435418408383331
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
335262281353462566607607705
2018 - - - - - - - -
723--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune est rattachée à l'académie de Grenoble.

Équipement sportif et culturel[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'atelier Gilioli.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Émile Gilioli, sculpteur. Ayant séjourné de 1942 à 1945 à Saint-Martin-de-la-Cluze, il y revint épisodiquement pendant de nombreuses années et souhaita y être inhumé.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Escutcheon to draw-fr.svg

Saint-Martin-de-la-Cluze possède des armoiries dont l'origine et le blasonnement exact ne sont pas disponibles.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. Site de la préfecture de l'Isère, carte des zones de sismicité
  9. Arrêté du 22 octobre 2010 relatif à la classification et aux règles de construction parasismique applicables aux bâtiments de la classe dite « à risque normal » - Légifrance
  10. Élisabeth Sirot 2007, p. 32.
  11. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale : Paquier », sur ehess.fr, École des hautes études en sciences sociales (consulté le ).
  13. E.D., « Joël Cavret, le maire de Saint-Martin-de-la-Cluze est décédé », sur ledapuhine.com, (consulté le ).
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  17. « Eglise », notice no PA00117139, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  18. Eric Tasset, Châteaux forts de l'Isère : Grenoble et le Nord de son arrondissement, Grenoble, éditions de Belledonne, , 741 p. (ISBN 2-911148-66-5), p. 701.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Élisabeth Sirot, Noble et forte maison : L'habitat seigneurial dans les campagnes médiévales du milieu du XIIe au début du XVIe, Paris, Editions Picard, , 207 p. (ISBN 978-2-7084-0770-1, LCCN 2007475228).

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]