La Celle-sur-Loire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Celle.
La Celle-sur-Loire
Image illustrative de l'article La Celle-sur-Loire
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Nièvre
Arrondissement Cosne-Cours-sur-Loire
Canton Cosne-Cours-sur-Loire
Intercommunalité Communauté de communes Loire et Nohain
Maire
Mandat
Danielle Roy
2014-2020
Code postal 58440
Code commune 58044
Démographie
Population
municipale
848 hab. (2014)
Densité 40 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 28′ 23″ nord, 2° 55′ 50″ est
Altitude Min. 132 m – Max. 233 m
Superficie 21,17 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Celle-sur-Loire

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Celle-sur-Loire

La Celle-sur-Loire est une commune française située dans le département de la Nièvre en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La Celle-sur-Loire se situe sur l'ancienne Nationale 7, à environ 7 kilomètres au nord de Cosne-Cours-sur-Loire.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Sury-près-Léré
(Cher)
Neuvy-sur-Loire Rose des vents
Léré
(Cher)
N Arquian
Saint-Vérain
O    La Celle-sur-Loire    E
S
Boulleret
(Cher)
Myennes Cosne-Cours-sur-Loire

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

C'est à la présence d'un oratoire consacré dès le VIIIe siècle à saint Rémi que le village doit son nom : Cella sancti Remigii (La Celle-Saint-Rémi) [1].

Ce village a connu dans le passé une histoire assez remarquable au fil des siècles.

On peut notamment signaler la voie romaine, encore visible en direction de Neuvy-sur-Loire.

Les textes nous apprennent que c'est ici que Pépin Le Bref, père de Charlemagne et époux de Berthe au Grand Pied, reçoit à Pâques 768 des envoyés du calife de Bagdad Al-Mansur, peut-être sur le site du château des Barres dont on voit encore des traces à l'entrée du village.

Au Moyen Âge, un grand port fut fondé en bords de Loire pour le commerce prospère de cette époque.

L'église datant du XVIe et XVIIe siècle a subi à de nombreuses reprises de terribles inondations de la Loire.

Sous le Premier Empire, les maréchaux Bertrand et Macdonald séjournèrent régulièrement à La Celle-sur-Loire. Bien que d'origine écossaise, la famille Macdonald était installée dans la commune de Sancerre, toute proche. Lui-même résidait dans le château de Courcelles-le-Roi à Beaulieu-sur-Loire. Il aimait le calme de la commune, et il est intervenu en faveur de ses habitants.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Marie-Claude Agogue    
mars 2008 en cours
(au avril 2014)
Danielle Roy DVD Retraitée de l'enseignement

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 848 habitants, en augmentation de 2,29 % par rapport à 2009 (Nièvre : -3,1 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
724 630 575 656 705 728 778 851 801
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
895 888 962 905 945 899 860 852 802
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
779 780 700 631 617 602 582 583 577
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
623 627 660 759 859 798 826 858 848
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Voie romaine dite "vieille route impériale", au nord du bourg. Elle conserve une portion pavée.
  • Château des Barres, au sud du bourg. Il n'en subsiste qu'une motte entourée d'un fossé.
  • Église Saint-Hilaire, vitraux 4e quart XVIe , 1er quart XVIIe siècle[6].
  • Villa des Vernes dit le Château. À présent atelier de fabrication de bijoux.
  • Musée paysan de Cadoux, installé dans une grange du XVe siècle, au bord de la D 907, ancienne N 7.
  • Bords de Loire aménagés pour les pêcheurs, sentier naturaliste au départ du lieu-dit le Port.
  • Petit pont sur la rivière l'Œuf.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Les maréchaux d'empire Étienne Jacques Joseph Macdonald et Antoine Joseph Bertrand.
  • Le grand cuisinier Henri Trottier de l'Auberge nivernaise. L'Auberge Nivernaise était tenue par Henri Trottier. Ce maîtr- cuisinier de France, formateur, personnage haut en couleurs et « figure » appréciée de toute la population reçut pendant des années de nombreuses célébrités : le peintre Utrillo, sa mère Suzanne Valadon, Elsa Triolet, compagne d'Aragon, mais aussi des célébrités de la télévision française : Léon Zitrone, Guy Lux, Achille Zavatta, Jean Richard, les Martin Circus...
  • Le folkloriste Jean Drouillet (1911-2005) y avait sa résidence secondaire.
  • Eric Taffoureau-Millet (-) s'est illustré dans le domaine artistique, en organisant la promotion de « Valotte » (voir valotte (en)) qui fut à la fois le premier album de Julian Lennon et le premier album enregistré au Manoir de Valotte, studio d'enregistrement situé à Saint-Benin-d'Azy. Ce succès mondial a fortement contribué au tourisme local et régional (nombreux reportages de chaînes TV internationales et émissions de radios à partir de La Celle-sur-Loire).
    Eric collabore pour leurs biographies avec Serge Gainsbourg, Vince Taylor au Valotte Records Studio (Le Domaine de La Garenne a reçu Michelle Mc Cartney, Miss France 1989, et nombre de groupes rock anglais ; chanteur avec le groupe anglais The London Buses,no 1 du TOP 100 UK, et devient "Man of The Decade USA" dans les années 9O. Il produit à Londres des concerts au Marquee Club, Dingwall's, Camden Palace. Eric était issu d'une très ancienne famille. Charles et Jeanne Millet, ses arrière-grands-parents, vivant au Domaine de la Garenne, au lieu-dit les Potiers, furent connus comme maraîchers et leur matériel fut offert au Musée paysan de Cadoux (calèche et accessoires de la ferme). Leur fils, Gérard Millet, contribua bénévolement à la restauration de nombreux chemins. Résistant pendant la Seconde Guerre mondiale, populaire auprès des Cellois, il est, hélas, décédé dans un attentat comme policier dans les années 5O en service commandé, recevant à titre posthume la médaille d'Acte de Service et Dévouement. L'épouse de Gérard, Renée Millet, assura dans les années 3O la direction de chantiers pour l'électrification des campagnes. Eric Taffoureau-Millet, passionné d'histoire, est donateur des musées Galliera, Arts et traditions populaires de Paris, Musée national du sport au Parc des Princes. Engagé dans le droit handicap depuis plus de dix ans, il a présenté sa candidature aux élections présidentielles de 2002 et 2007 pour « ATTENTION!HANDICAP » (passages à LCI, en longues interviews avec Michel Field, et aussi Paul Wermus, Françoise Laborde, Paul Amar de France Télévisions). Il est aussi l'auteur du projet de loi déposé au parlement « PROGRES HANDICAP »contre les discriminations. Il est membre de la SACEM et de la Société des gens de lettres de France.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]