GAFAM

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
  Sigles de 2 caractères
  Sigles de 3 caractères
  Sigles de 4 caractères
 Sigles de 5 caractères
  Sigles de 6 caractères
  Sigles de 7 caractères
  Sigles de 8 caractères

GAFAM est l'acronyme des géants du Web — Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft — qui sont les cinq grandes firmes américaines (fondées entre le dernier quart du XXe siècle et le début du XXIe siècle) qui dominent le marché du numérique, parfois également nommées les Big Five, ou encore « The Five ». Cet acronyme correspond au sigle GAFA initial, auquel le M signifiant Microsoft a été ajouté.

Bien que, dans certains secteurs, une partie des cinq entreprises puissent être en concurrence directe, elles offrent globalement des produits ou services différents tout en présentant quelques caractéristiques en commun qui méritent de les réunir sous un même acronyme : par leur taille, elles sont particulièrement influentes sur l'Internet américain et européen, tant au niveau économique et politique que social, et sont régulièrement l'objet de critiques ou de poursuites sur le plan fiscal, sur des abus de position dominante et sur le non-respect de la vie privée des internautes.

D'autres régions du monde possèdent leurs propres géants locaux, comme la Russie avec Yandex et VKontakte[1], ou comme la Chine avec Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi, entreprises désignées sous l'acronyme BATX.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le développement de ces cinq géants du Web s'inscrit dans le cadre de la révolution numérique ou de la troisième révolution industrielle du début du XXIe siècle. Il s'appuie sur les principes de l'économie en réseau et de l'économie d'échelle. Le nom de Microsoft est adjoint à celui des quatre géants « originaux » du Web lorsque la firme acquiert le réseau LinkedIn et développe ses offres dans l'informatique en nuage, particulièrement auprès des entreprises[2].

Ces acteurs, bientôt « géants», occupent une position importante dans leurs secteurs d'activités. Par exemple, le paysage des moteurs de recherche est passé de quelques dizaines d’acteurs au début du Web à un marché structuré dans sa quasi-totalité autour de trois acteurs (Google, Yahoo, Bing).

Le regroupement des GAFAM est en concurrence avec d'autres regroupements, comme les NATU[3] (Netflix, Airbnb, Tesla, Uber).

Une structure oligopolistique[modifier | modifier le code]

Au niveau de la circulation des contenus, la forte concentration des acteurs met en place une dynamique oligopolistique parce que l'activité numérique tourne autour d'un nombre très restreint de plateformes. Ce mouvement s'observe dès le début des années [4]. Benoît Epron et Marcello Vitali-Rosati parlent d'un oligopole à franges : ils conçoivent un marché structuré autour et capté en grande partie par un nombre réduit d’acteurs majeurs, entourés d’un nombre élevé d’acteurs plus mineurs se partageant une part très limitée du marché[4].

L'influence des GAFAM est donc perceptible dans plusieurs secteurs d'activités car ils sont massivement présents dans toute l'infrastucture d'internet et du web tout en se positionnant en infomédiaires dominant la diffusion de l'information et les moyens de communication entre les internautes[5]. L'oligopole est ainsi concentré « verticalement » (centres de donnée, systèmes d'exploitation, navigateurs web, réseaux) et « horizontalement » (messageries, communication, réseaux sociaux)[6].

Verticalement :

  • Amazon, Microsoft et Google détiennent 57 % de part de marché de l'informatique en nuage[7] ;
  • Microsoft et Apple détiennent 95 % du marché des systèmes d'exploitation pour ordinateur de bureau[8] ;
  • sur mobiles, Google et Apple détiennent à eux seuls quasiment l'intégralité de la part de marché des systèmes d'exploitation[8] ;
  • grâce à Google Chrome et Microsoft Edge ou Internet Explorer, Google et Microsoft se partagent près de 80 % du marché des navigateurs[8] ;
  • avec son service Google Fi, l'entreprise est, au États-Unis, un opérateur de réseau mobile virtuel (MVNO). Google déploie aussi un réseau de fibre optique dans une quinzaine de villes[9]. Facebook développe internet.org, un service gratuit, mais restreint, d'accès à internet pour les appareils mobiles d'entrée de gamme[10] ;
  • Microsoft et Facebook, en partenariat avec une filiale de Telefonica, ont installé Marea, un câble de fibre optique reliant les États-Unis et l'Europe et qui représente à lui seul la moitié de la capacité de tous les câbles de l'Atlantique[11],[12]. La plupart des GAFAM investissent dans les câbles sous-marins (35 en )[13], cela leurs permet d'avoir plus de pouvoir sur les opérateurs mais aussi parce que la neutralité du Net ne s’applique pas aux réseaux internationaux[12]. Ainsi, au milieu des années , la part de marché des GAFAM dans les câbles sous l'Atlantique est de 5 %, plus de 50 % à la fin de la décennie et devrait atteindre 90 % avant le milieu des années selon le directeur Réseaux et Services internationaux de l'opérateur Orange[12].

Horizontalement :

  • Gmail (Google) et Outlook/Hotmail (Microsoft) dominent le marché de la messagerie électronique avec près de deux milliards de comptes actifs[14]. En combinant tous les types de messageries électroniques (bureau et mobiles), Google, Microsoft et Apple détiennent, en , 85 % du marché des services de courriel[6] ;
  • En , sur les dix applications les plus téléchargées des dix dernières années, quatre appartiennent à Facebook (Facebook, Messenger, WhatsApp et Instagram). Skype (Microsoft) arrivant en sixième place[15]. En , Facebook enregistre presque deux milliards et demi d'utilisateurs actifs[16]. LinkedIn (Microsoft) enregistre 600 millions de membres à travers le monde[17] ;
  • Youtube (Google) avec ses deux milliards d'utilisateurs mensuels[18] et Facebook dominent le secteur de la vidéo en ligne[6] ;
  • Le moteur de recherche de Google domine largement avec 93 % de part de marché au niveau mondial[19] ;
  • avec 80 % de part de marché, Apple, Google et Amazon dominent le marché du téléchargement de musique payant ; Amazon réalisant par ailleurs les trois quarts des ventes de livres électroniques[6]. Les multinationales investissent également dans le domaine de la vidéo à la demande tel que Apple avec Apple TV+, Amazon avec Prime Video ou encore Facebook avec Facebook Watch.

Outre les plateformes mentionnées ci-haut, les GAFAM se positionnent dans une multitude de secteurs, par exemple l'automobile, avec l'accord signé entre Google et Renault-Nissan-Mitsubishi afin que soit installé Android dans les véhicules de l'alliance à partir de [20].

En France, Pôle Emploi signe un partenariat avec Facebook en dans le but de former 50 000 demandeurs d'emploi aux technologies numériques[21].

L'oligopole s'étend aussi dans le domaine de l'éducation, les GAFAM ayant divers programmes dédiés à ce domaine. Ainsi avec CS First, Google vise les enseignants désirant apprendre le code à leurs élèves alors qu'en , Apple organisait dans ses magasins des initiations au code pour les élèves français qui repartaient avec des petits cadeaux de la marque[22]. Chaque année se déroule le « Amazon Campus Challenge », un concours d'étudiant organisé par Amazon et dont le premier prix est une bourse et une offre de stage dans l'entreprise. En , la seconde édition du concours tenu en France récompense deux étudiantes qui ont aidé une entreprise à rejoindre la Boutique des Producteurs de la plateforme d'Amazon[23]. Toujours en France, le programme « Jeunes Citoyens du numérique » consiste à recruter des volontaires du service civique qui, après avoir reçu une formation dispensée par Microsoft France via l'association Unis-Cité, sont ensuite envoyés dans les collèges afin de sensibiliser les élèves au numérique et à l’intelligence artificielle[24].

Le secteur de la santé est très prisé par les GAFAM. Aux États-Unis, Google lance en Google Cloud Healthcare, une application visant à rassembler plusieurs types de données médicales dont des dossiers médicaux ou des imageries aux rayons X afin de les utiliser pour analyse notamment pour l'apprentissage automatique de l'intelligence artificielle[25]. Apple, Microsoft et Google développent conjointement avec plus d'une trentaine de sociétés d'assurances et le soutient de l’État de Washington, un standard de normalisation des données de santé (CARIN Blue Button) devant permettre d'uniformiser les informations présentées sur les divers terminaux mobiles[26]. À la fin de , The Wall Street Journal révèle que Google collecte, légalement, les données de santé de dizaines de millions d'Américains sans que ces derniers, ni leurs médecins n'en soient informés[27]. En France, entre et , Microsoft, Amazon et Google ont tour à tour obtenu la « certification d'hébergeur en données de santé »[28]. Dans une tribune parue dans Le Monde, un collectif de professionnels de la santé et de l’informatique médicale dénonce le projet du gouvernement français de confier l'hébergement centralisé des données de santé à Microsoft[29]. Selon le collectif, le projet présente de nombreux problèmes dont la possibilité que les GAFAM et les assureurs puissent accèder aux données, le risque d'être « numériquement captif » par rapport à Microsoft, ou encore, une rupture potentiel du secret médical puisque le CLOUD Act autorise l'accès de la justice américaine aux données stockées dans un autre pays[30].

La mainmise des GAFAM se fait également sentir dans des secteurs inattendus ; ainsi l'entreprise française d'équipements électriques Legrand a noué des accords avec Amazon et Microsoft afin d'intégrer Alexa et Microsoft Office 365 à ses interrupteurs[31]. L'entreprise est aussi en discussions avec Apple et Google.

Influences[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

Les GAFAM ont énormément d'influence dans le monde occidental. Elle est plus limitée dans les pays autoritaires où les réseaux sont contrôlés par l’État et où ils contrôlent souvent leurs propres géants de l'internet comme Yandex pour la Russie ou les BATX pour la Chine, un pays où Apple et Microsoft sont toutefois présents en se pliant à la censure du gouvernement. Google, qui s'était retiré de Chine en , envisage depuis un retour sur ce marché de plus de 770 millions d'internautes, avec une version censurée de son moteur de recherche[32].

Un groupe d'influence[modifier | modifier le code]

Réseau des consultants qui travaillent pour les GAFAM en Europe.

En , les GAFAM dépensent ensemble la somme record de 50 millions de dollars en lobbying auprès du gouvernement américain (Google 18 millions ; Amazon près de 13 millions ; Facebook 11,5 millions et Apple 7 millions)[33]. Microsoft dépense 8,5 millions de dollars, une somme stable par rapport aux années précédentes[34] mais portée à 9,5 millions de dollars en 2018, année où les dépenses en lobbying des cinq multinationales dépassent les 64 millions de dollars[35].

En Europe, Google et Microsoft sont parmi les entreprises américaines qui dépensent le plus en matière de lobbying auprès de la commission européenne. Ainsi, en date du , Google déclare dépenser plus de huit millions d'euros et Microsoft plus de cinq millions d'euros[36]. Afin d'influencer les institutions européennes, les GAFAM s'appuient sur un réseau d'agences de conseil spécialisées, des lobbistes et associations professionnelles parfois interconnectés (une agence pouvant avoir plusieurs GAFAM comme clients) et dont les services, selon le Corporate Europe Observatory, « vont du blanchiment d'image au verdissage, en passant par la création de groupes ad hoc pour servir les intérêts de leurs clients »[37].

La pratique de la porte tournante est courante entre les GAFAM et le monde politique. Ainsi, en Europe et aux États-Unis, plusieurs hauts fonctionnaires qui ont servi sous différentes administrations ont rejoint les rangs de l'une ou l'autre des entreprises : Facebook a embauché Louisa Terrell, assistante du président Obama pour les affaires législatives, Sheryl Sandberg ancienne employée de Google et qui a travaillé au département du Trésor, Erskine Bowles, ancien chef de cabinet du président Bill Clinton, Joe Lockhart (en), ancien porte-parole du même président à la Maison Blanche, ou encore Joel Kaplan (en) et Ted Ulloyt (en), respectivement ancien assistant et ancien conseiller du président George W. Bush[38]. En Europe, la députée européenne Erika Mann devient lobbyiste en chef pour Facebook avant d'être remplacé par Thomas Myrup Kristensen qui travaillait pour le ministère danois de la Science, de la Technologie et de l'Innovation[39].

En , l'association Campaign for Accountability (en) montre qu'en une dizaine d'années, il y a plus de 250 mouvements de portes tournantes entre Google et des membres de gouvernements américains[40]. Durant la même période, la multinationale recrute plus de 65 anciens hauts fonctionnaires de l'Union européenne alors que 15 employés de Google sont nommés à des postes gouvernementaux[40]. En , alors que la Commission européenne débute une enquête sur Google portant sur des infractions présumées des règles de concurrences, 18 mouvements de portes tournantes sont recensés entre l'entreprise et des fonctionnaires européens, soit plus du double que l'année précédente[40]. Similairement, aux États-Unis, alors que les autorités de régulation commencent à soulever des questions sur les pratiques des grandes plateformes au sujet de la concurrence et du respect de la vie privée, Google, Facebook et Apple intensifient leurs recrutements auprès de fonctionnaires de différentes administrations[41].

À la fin des années , les grandes entreprises de la Silicon Valley et notamment Amazon, exercent des pressions sur le Pentagone pour qu'il abandonne ses 2 215 centres de données afin de les remplacer par un seul service d'informatique en nuage, la Joint Enterprise Defense Infrastructure (en) (JEDI) représentant un contrat de 10 milliards de dollars sur dix ans[42]. Lorsque des employés du département de la Défense font en sorte que le président d'Amazon, Jeff Bezos, soit assermenté pour le Defense Innovation Advisory Board (en), un conseil consultatif influent du Pentagone et alors que le secrétaire à la Défense James Mattis s'apprête à lui faire prêter serment, Roma Laster, employée du Pentagone chargée de la surveillance des conflits d'intérêts, envoie un avertissement urgent au chef de cabinet de Mattis : contrairement aux règles, Jeff Bezos n'a jamais fait l'objet des vérifications requises pour obtenir une habilitation de sécurité (antécédents, absence de conflits d'intérêts ou possibilité d'être victimes de chantage)[42]. De plus, l'appel d'offres concernant JEDI est lancé seulement après que James Mattis embauche Sally Donnelly en tant que conseillère principale alors qu'elle était auparavant consultante pour Amazon[43]. L'appel d'offres contient un bon nombre de stipulations techniques que seul Amazon peut respecter[43]. Laster qui questionne aussi la proximité de Eric Schmidt avec le Pentagone et certains passe-droits dont il semble jouir, est écartée de ses fonctions[42] (l'ex-président exécutif de Alphabet, la maison mère de Google, est depuis , président du Defense Innovation Advisory Board, le conseil consultatif que Jeff Bezos tentait de rejoindre). Dans le grief déposé suite à sa mise à l'écart, Roma Laster affirme que Schmidt l'a menacé de passer par-dessus sa tête pour joindre James Mattis, qu'on lui a dit de se retirer et de ne plus jamais lui parler[42].

En France, le Directeur du numérique pour l’éducation, Mathieu Jeandron, qui avait suscité une polémique en encourageant les cadres de l'éducation nationale à utiliser les services des GAFAM[44] et qui était également en poste lorsque le ministère de l’Éducation nationale avait signé un accord de 13 millions d'euros sans appel d'offre avec Microsoft[45], est recruté par Amazon en , avec des réserves de la commission de déontologie[46]. Laurent Solly, ancien chef de cabinet de Nicolas Sarkozy, est vice-président France et Europe du Sud de Facebook[47],[48].

Politique et démocratie[modifier | modifier le code]

La masse d'information personnelle collectée par ces entreprises et leur position dominante peut permettre d'influer sur la politique d'un pays comme dans le cas du scandale Facebook-Cambridge Analytica[49] ou sur les résultats de recherche dans le cas de Google qui peut déclasser des sites jugés négativement notamment par le ministère de la défense des États-Unis (sites socialistes, pacifistes, proches de la Russie ou journal d'enquête tel que The Intercept)[50].

Lors d'une allocution au Forum économique mondial de , George Soros dénonce Google et Facebook qui, en exploitant l'environnement social, représentent « une menace pour la démocratie ». Selon Soros, si les géants du Web choisissent de collaborer avec les États, on pourrait « aboutir à un réseau de contrôle totalitaire que Aldous Huxley ou George Orwell n'auraient même pas imaginé »[51].

Pour Noam Chomsky, la surveillance et l’énorme quantité de données personnelles captées par Google et les autres multinationales leur permettront de façonner la manière de présenter l’information[52]. Aux États-Unis et en Europe, Facebook finance les grands médias (directement ou par la création de studios) afin qu’ils produisent du contenu spécifiquement formatés ou exclusifs pour le réseau social, faisant craindre que la presse devienne dépendante des conditions imposées par les GAFAM et que la pluralité en soit affectée (les médias de moindre envergure devenant moins visibles)[53],[54],[55]. Le pluralisme est également menacé par la façon dont les plateformes appréhendent les contenus. Pour Google, un des critères étant que plus un site en produit, plus il est mis en valeur dans le moteur de recherche, ce qui pousse les rédactions à favoriser la reprise de communiqués de presse au détriment du reportage ; alors que pour Facebook, le contenu est moins important que sa capacité à agir sur l'affect (par exemple, le fait divers) et donc à générer des partages ou des J'aime[5].

Selon le professeur de droit Frank Pasquale, la plupart des GAFAM remplacent « la logique de la souveraineté territoriale par une souveraineté fonctionnelle » où la société est de moins en moins guidée par la démocratie mais de plus en plus par les entreprises privées[56]. Aux États-Unis, lorsque Amazon cherche un lieu pour implanter son second siège social, plusieurs municipalités n’hésitent pas à proposer de transférer une part de leur pouvoir afin d’attirer la multinationale. Ainsi Chicago propose qu'Amazon empoche directement 1,32 milliard de dollars d'impôts sur le revenu payés par ses propres travailleurs, Chula Vista en Californie offre gratuitement un terrain de plus de 34 ha d'une valeur de cent millions de dollars en plus d'une exonération de taxes foncières durant 30 ans, la ville de Boston propose la mise en place d'un groupe d'employés municipaux travaillant pour le compte de l'entreprise ainsi qu'un « responsable des relations avec la collectivité » et enfin, le plus emblématique en matière de perte de souveraineté est la proposition de Fresno en Californie qui offre à Amazon le pouvoir de décider la façon dont ses impôts seront dépensés[57].

En , Amnesty International publie un rapport dénonçant le pouvoir qu'exercent Google et Facebook sur leurs utilisateurs et utilisatrices. Selon l'organisation, même si d'autres entreprises comme Apple, Amazon et Microsoft ont elles aussi beaucoup de pouvoir dans certains secteurs, les plateformes de Google et de Facebook sont devenues un nouvel espace public mondial presque incontournable pour communiquer et échanger. Amnesty International souligne que la collecte disproportionnée de données personnelles est incompatible avec le droit à la vie privée ; la perte de ce dernier portant atteinte à d'autres droits : la liberté d’expression, la liberté d'opinion, la liberté de pensée ainsi que le droit à la non-discrimination. L'organisation estime que le modèle économique de Google et Facebook, basé sur la surveillance, est devenu le modèle d'Internet pour de nombreuses entreprises technologiques et se « fraie un chemin dans nos maisons, sur nos lieux de travail et dans nos rues à travers l’ « Internet des objets » ». Ce rapport, qui intègre les réponses et points de vue des deux multinationales, énonce plusieurs recommandations aux gouvernements dont, par exemple, légiférer afin d'interdire aux entreprises de lier l'utilisation de leurs services à la collecte de données personnelles ou encore de faire en sorte que ces entreprises soient tenues juridiquement responsables des atteintes aux droits humains provoqués par leurs systèmes[58],[59].

En , le Danemark nomme un ambassadeur auprès des GAFAM[60].

Économie[modifier | modifier le code]

À la toute fin des années , Alphabet (Google) emploie presque 99 000 personnes, Amazon 613 000, Facebook 35 000, Apple 139 000 et Microsoft 144 000[61].

Revenu par employé en 2018 (dollars US)[62]
Aphabet (Google) 1 385 214
Amazon 359 671
Facebook 1 569 056
Apple 2 012 083
Microsoft 873 910
La place des GAFAM parmi les entreprises ayant les plus grandes capitalisations boursières

La croissance des GAFAM est très rapide. Ainsi en dix ans, entre et , les revenus de Google sont multipliés par six, ceux de Amazon par douze, le chiffre d'affaires de Facebook est multiplié par 186 et celui de Microsoft, par deux[63]. Quant à Apple, son chiffre d'affaires est multiplié par trois et demi entre et [64].

En , selon le classement BrandZ qui mesure la valeur des marques, les GAFAM occupent les cinq premières places ; Google en tête devant Apple, Microsoft, Amazon et enfin Facebook[65]. La valeur combinée de la maison mère de Google (Alphabet) et Apple est supérieure à celle du CAC 40 au complet et grâce à ses réserves, Apple pourrait acheter les deux plus grosses entreprises de l'indice boursier français (LVMH et Total)[65].

La capitalisation boursière et la trésorerie cumulé des GAFAM sont respectivement équivalentes au produit intérieur brut de l'Allemagne et à celui de la Suède et en 2016, les cinq entreprises dépensent près de 60 milliards de dollars américains en recherche et développement[66].

En , les GAFAM représentent à eux seuls 45 % de la valeur de l'indice NASDAQ qui comporte une centaine d'entreprises cotées[67].

Le , les cinq multinationales franchissent le seuil des 5 000 milliards de dollars de capitalisation boursière combiné, soit 2.4 fois la valeur du CAC 40 et deux fois celle du SBF 120 dans sa totalité[68].

Puissance économique des GAFAM
Société Création Produits phares Source de revenu principale (en )[69] Utilisateurs[70] (Milliards) Capitalisation boursière[68] (Milliards USD en ) Acquisitions notoires
Google (Alphabet) 1998 Moteur de recherche, Régie publicitaire, Intelligence artificielle Publicité (86 %) 1,42 939 reCAPTCHA, Waze, DoubleClick, YouTube, Android
Apple 1976 Ordinateur personnel Matériel (81 %) 0,85 1 320[Note 1] Beats Electronics
Facebook 2005 Réseau social, Publicité, Intelligence artificielle Publicité (98 %) 2,13 598 Instagram, WhatsApp, Oculus
Amazon 1994 Commerce en ligne, informatique en nuage Vente en ligne (82 %) 0,244 930 Whole Foods Market, Twitch
Microsoft 1975 Système d'exploitation, informatique en nuage Logiciels (62 %) 1 1 210 Hotmail, Nokia, Skype, LinkedIn, GitHub, Mojang

Social[modifier | modifier le code]

Le modèle d'affaire ou la stratégie de la plupart des GAFAM implique qu'ils collectent une masse considérable de données des internautes ou des utilisateurs de leurs produits, ce qui les place régulièrement sous le feu des critiques en matière de respect de la vie privée.

Ainsi, le , au jour même de l'entrée en vigueur du règlement général sur la protection des données, l'association autrichienne noyb.eu (en) (none of your business) dépose quatre recours devant autant d'autorités européennes de contrôle : en Allemagne devant le Commissaire de Hambourg à la protection des données et à la liberté d'information (HmbDfDI) contre WhatsApp (Facebook), en Autriche à la DSB contre Facebook, en Belgique à l'APD contre Instagram (Facebook) et en France à la CNIL à l'encontre de Android (Google)[71].

Affiches de La Quadrature du Net dans le cadre du recours collectif contre les GAFAM ou certains de leurs services[72].

Trois jours après et au nom de 12 000 personnes, l'association française La Quadrature du Net dépose à son tour une plainte portant sur sept services ou filiales des GAFAM (Google Search, YouTube et Gmail pour Google, iOS pour Apple, Facebook, Amazon et LinkedIn pour Microsoft) afin que les entreprises cessent le pistage publicitaire et l'analyse comportementale des internautes[73].

Les associations reprochent aux cinq entreprises de ne pas respecter le règlement européen, un point de vue partagé par une analyse du conseil norvégien des consommateurs[74].

En Californie, le « California Consumer Privacy Act » est un projet de loi lancé à partir de et qui vise à interdire aux entreprises (quelles qu'elles soient) de vendre les données des internautes. De nombreuses entreprises s'opposent au projet et financent alors un mouvement destiné à le faire échouer : Google et Facebook versent 200 000 dollars chacun ; Amazon et Microsoft 195 000 dollars chacun[75]. Empêtré dans le scandale Cambridge Analytica, Facebook se retire du mouvement d'opposition au projet de loi et Microsoft est taxé d'hypocrisie alors que l'entreprise soutient d'un côté le règlement européen de protection de la vie privée mais s'oppose à une loi de même nature en Californie[76].

Des anciens employés et des investisseurs dans les GAFAM dénoncent également la façon dont les produits sont conçus afin de les rendre indispensables et addictifs[77]. Tristan Harris quitte son poste d'ingénieur chez Google afin de se consacrer à Time Well Spent, une organisation destinée à inciter les concepteurs à orienter le design de leurs produits de façon à redonner le pouvoir aux utilisateurs plutôt que de les soumettre à l'économie de l'attention et à l'anxiété de manquer quelque chose[78]. Aux États-Unis, un groupe constitué d'anciens employés de Facebook et Google ont monté une campagne nommée « la vérité à propos de la technologie »[79]. Dotée d'un budget de sept millions de dollars, l'initiative vise à sensibiliser les élèves, leurs parents et leurs professeurs à l'addiction aux nouvelles technologies. En plus de Tristan Harris, le collectif est notamment composé de :

Selon Edward Snowden, le modèle d'affaire des GAFAM et notamment celui d'Amazon, de Google et de Facebook repose sur l'abus des utilisateurs. Pour le lanceur d'alerte, le problème réside dans le fait que tout est légal, qu'il s'agisse de Facebook ou de la NSA : « Nous avons rendu légal le fait d'abuser d'une personne, ou de ce qui est personnel. Nous avons établi un système qui rend la population vulnérable au profit des privilégiés »[80].

À l'interne[modifier | modifier le code]

Si les GAFAM exercent une influence considérable sur le « monde extérieur », elles peuvent également subir des pressions internes provenant de leurs propres employés.

En , Google a fait part de son intention de ne pas renouveler l'année suivante un contrat avec le département de la Défense des États-Unis dans le cadre d'un projet d'intelligence artificielle destinée aux drones de combat, alors qu'une douzaine d'employés mécontents du lien entre leur employeur et les militaires démissionnent et qu'une pétition signée par 4 000 personnes circule au sein de l'entreprise, demandant à ce que cesse le projet[81]. Dans une tentative d'étouffer les voix dissidentes, la vice-présidente pour l'activité cloud de Google, Diane Greene, affirme lors d'une réunion publique, qu'il s'agit d'un contrat mineur de seulement 9 millions de dollars ; or, des courriels internes révélés par The Intercept montrent que l'entreprise s'attendait à ce que les revenus liés au projet passent de 15 à 250 millions de dollars par an et par ailleurs, Fei-Fei Li (en) (scientifique en chef du département Intelligence artificielle de Google) s'inquiète de « ce qui se passerait si les médias commençaient à reprendre un thème selon lequel Google construit secrètement des armes d'IA ou des technologies d'IA pour permettre à l'industrie de la défense de se doter d'armes »[82]. La même année, un autre projet de Google suscite également le mécontentement en interne lorsque l'entreprise annonce vouloir investir le marché chinois avec une version censurée de son moteur de recherche[83]. Une lettre ouverte est alors signée par 1 400 employés qui réclament plus de transparence et d'information au sujet du projet afin de pouvoir prendre des décisions éthiques concernant leur travail et leur emploi au sein de Google[84].

Le , dans une lettre ouverte publiée en internet et dans The New York Times, 300 employés de Microsoft font part de leur mécontentement à Satya Nadella après que l'entreprise, via un post de blog, s'est honorée d'avoir l'ICE en tant que client qui utilise sa plateforme Azure (notamment afin de faciliter la reconnaissance faciale des immigrants)[81]. Dans le contexte polémique de la politique d'immigration de Donald Trump, les employés disent refuser « d'être complices » d'une « agence qui a fait la preuve d’une volonté répétée à promulguer des règles cruelles et inhumaines. »[85]. Le 21 juin, une centaine de programmeurs de GitHub (acheté par Microsoft) menacent de ne plus utiliser la plateforme de gestion de développement si Microsoft ne rompt pas sa collaboration avec l'agence de l'immigration[85].

Amazon est également critiqué par un groupe d'actionnaires qui s'inquiète de l'utilisation de Rekognition, un logiciel de reconnaissance faciale, par les forces de police américaine. Dans une lettre ouverte adressée à Jeff Bezos, les actionnaires font part de leur inquiétude que « cette technologie puisse être utilisée pour cibler et surveiller injustement et [de façon disproportionnée] les personnes de couleur, les immigrants et les organisations de la société civile ». Soixante-dix organisations dont l'Union américaine pour les libertés civiles soutiennent le groupe d'actionnaires et envoient à leur tour une lettre au fondateur de Amazon, accompagné d'une pétition signée par près de 60 000 personnes[86].

Fiscalité[modifier | modifier le code]

Les GAFAM, comme toutes les entreprises du secteur numérique, peuvent avoir beaucoup de clients par rapport au nombre d'employés. Cela leur permet de dégager des bénéfices conséquents. De plus, en tant que multinationales, elles ont les moyens légaux d'échapper quasiment totalement à l’impôt sur les bénéfices en pratiquant l'optimisation fiscale qui consiste à rapatrier les bénéfices dans les pays fiscalement avantageux. Ces deux phénomènes leur permettent ainsi d'engendrer des profits considérables[87]. Selon en rapport de Moody's parue en , Apple possède 231 milliards de dollars US placés dans les paradis fiscaux, Microsoft environ 130 milliards US et Alphabet (Google) 51 milliards usd[88]. Selon BFM TV, en , Google a payé 14 millions d'euros d'impôts en France, Apple 19 millions, Amazon 8 millions (sur son activité logistique) et Facebook, 1,9 million[89].

Selon une étude réalisée par Oxfam America et portant sur l'évasion fiscale des plus grandes entreprises américaine entre et  ; Apple, Microsoft, IBM, Cisco et Google ont transféré plus de 450 milliards de dollars dans les paradis fiscaux, dont 181 milliards concernent Apple uniquement[90].

Redressement fiscal[modifier | modifier le code]

Google[modifier | modifier le code]

En et après six ans d'enquête, Google verse plus de 171 millions d'euros au fisc britannique dans le cadre d'un accord visant à clore une enquête sur des arriérés d'impôt s'étendant sur une décennie[91]. L'année suivante, dans le même contexte, l'entreprise règle plus de 300 millions d'euros au fisc italien[92]. En France, Google est accusé de fraude fiscale aggravée et en , le parquet national financier perquisitionne les bureaux parisiens de l'entreprise alors que le fisc lui réclamme plus d'un milliard d'euros[93]. Finalement, sur la base d'un flou juridique relatif à la notion d' « établissement stable », le tribunal administratif de Paris donne raison à Google qui n'a donc pas à payer les arriérés réclamés[94]. En , Alphabet (la maison mère de Google) transfère 15,9 milliards d'euros des Pays-Bas aux Bermudes[95].

Apple[modifier | modifier le code]

En , Apple est condamné à rembourser 13 milliards d'euros à l'Irlande, alors que durant plus de dix ans, ce pays a taxé l'entreprise à des taux situés entre 0,005 % et 1 % de son bénéfice, ce qui représente une aide fiscale d'État selon la Commission européenne alors que le taux moyen dans l'Union est de 21 %[96]. En , selon un rapport de la gauche alternative au Parlement européen, non seulement l'Irlande n'a pas mis fin aux pratiques de contournement fiscal d'Apple, mais l'entreprise continue de bénéficier de taux d'imposition très avantageux sur l'ensemble du territoire de l'Union européenne[97].

Visuel de l'association ATTAC représentant le logo de Apple en Étoile de la mort afin de dénoncer l'évasion fiscale pratiquée par l'entreprise américaine.

En , Apple assigne en justice l'association ATTAC qui a manifesté pacifiquement dans un de ses magasins à Paris afin de dénoncer l'évasion fiscale pratiquée par l'entreprise[98]. Apple est débouté de sa demande par le tribunal de grande instance et doit verser 2 000 euros à ATTAC au titre des frais judiciaires[99].

Une réforme fiscale adoptée aux États-Unis en permet aux entreprises américaines de payer un impôt allégé lorsqu'elle rapatrie leur trésorerie dans le pays, ce que fera Apple qui devra au passage s'acquitter d'un impôt de 38 milliards de dollars (le montant de la somme rapatriée n'est pas divulguée)[100].

Le , le fisc français et Apple trouvent un compromis pour un arriéré d'impôts dû sur la période -. Les deux parties ont négocié un accord à hauteur de 500 millions d'euros[101].

Facebook[modifier | modifier le code]

En , près de 700 millions de dollars de ses recettes réalisées en dehors des États-Unis sont transférées aux Îles Caïmans[102].

En , l'administration fiscale américaine, qui soupçonne Facebook de fraude fiscale, assigne l'entreprise en justice afin de la forcer à transmettre des documents pouvant servir à établir le montant d'un éventuel redressement estimé de 3 à 5 milliards de dollars[103]. L'année suivante, Facebook promet à l'avenir d'être plus transparent et déclarer, à l'horizon , certains de ses revenus là où ils sont effectivement engendrés et non pas uniquement en Irlande où le taux d'imposition des entreprises est de 12,5 % (contre par exemple plus de 33 % en France)[104].

En , Facebook a payé 1,9 million d'euros d'impôts en France, en vertu d'un chiffre d'affaires déclaré de 55,9 millions d'euros. Hors, selon le magazine L'Express, si l'activité réalisée en France était facturée dans le pays et non pas depuis l'Irlande, le chiffre d'affaires réel du réseau social serait d'environ 800 millions d'euros et il devrait s'acquitter de 120 millions d'euros d'impôts[105].

Amazon[modifier | modifier le code]

En , le fisc français réclame à l'entreprise 198 millions d'euros en arriérés et pénalités pour avoir déclaré à l'étranger des revenus réalisés en France ; un contentieux réglé en par une entente à l'amiable et dont le montant restera secret alors qu'en Italie, et dans un contexte similaire, Amazon débourse 100 millions d'euros[106]. Entre et , Amazon bénéficie d'un accord passé avec le Luxembourg qui lui permet d'échapper en grande partie à l'impôt sur les sociétés en Europe ; accord Jugé illégal par la commissaire européenne à la concurrence qui somme l'entreprise de reverser 250 millions d'euros au grand-duché[107]. À la fin , le scandale LuxLeaks incite le Luxembourg à ne pas renouveler l'accord et de son côté, Amazon crée des filiales dans chaque pays où elle opère, afin de régler ses impôts effectivement là où elle réalise ses bénéfices[107],[108]. Cependant, selon un rapport du Syndex[Note 3], la succursale française a payé, pour , moins de deux millions d’euros d’impôts sur les bénéfices alors que son chiffre d'affaires atteint le milliard d'euros et que les 252 millions d’euros que l'entreprise déduit au titre des services extérieurs représentent l’équivalent de sa marge commerciale[108].

En , un rapport publié par ATTAC France, Les Amis de la Terre et l’Union syndicale Solidaires souligne qu'Amazon dissimulerait 57 % de son chiffre d’affaires au fisc français et qu'aux États-Unis, pour chaque emploi créé par la multinationale, deux disparaîtraient ailleurs (par exemple dans les librairies locales)[109].

Microsoft[modifier | modifier le code]

Fin , Microsoft règle en France un redressement fiscal de plus de 72,4 millions d'euros, dont 16,4 millions dans le cadre d'un accord à l'amiable avec l'administration fiscale[110]. L'entreprise facture ses prestations depuis son siège européen situé en Irlande, pays au taux d'imposition avantageux, même si ses services sont rendus dans un pays tiers par ce que Microsoft considère alors comme une simple filiale faisant office d'agent commercial. Or ce montage n'est pas considéré comme valable par l'administration fiscale française et en , celle-ci réclame 600 millions d'euros à Microsoft France au titre de l'impôt dû dans le cadre de ses activités de vente d'espaces publicitaires dans son moteur de recherche Bing[111].

Taxe sur les services numériques[modifier | modifier le code]

L'Union européenne estime que les GAFA(M) paient moins de la moitié de l'impôt versé par les entreprises dites « classiques » alors qu'elles engrangent des revenus considérables[112]. Plusieurs pays européens ont des projets visant à imposer le bénéfice ou le chiffre d'affaires des GAFAM là où elle le réalise ; dont la Grande-Bretagne qui prévoie la mise en œuvre en d'une imposition des grandes entreprises du numérique à hauteur de 2 % de leur chiffre d'affaires[113],[114].

Le ministre de l'Économie et des Finances français, Bruno Le Maire, propose qu'une taxe de 3 % soit imputée sur le chiffre d'affaires des GAFAM en Europe et non pas sur les bénéfices ; une proposition refusée par plusieurs pays européens qui soulignent le caractère injuste d'une taxation sur le chiffre d'affaires[115]. Le , Bruno Le Maire affirme que même en l'absence d'accord européen, la France introduira une taxe au niveau national dès le pour un montant évalué à 500 millions d'euros[116],[117]. Cependant, cette future taxe n'est pas si évidente à mettre en place d'un point de vue légal et fiscal et ne devrait donc pas voir le jour avant au moins le printemps [118].

Le , Bruno Le Maire se dit "confiant" quant à l'introduction d'une taxe au niveau européen à partir de la fin du mois de . La taxe souhaitée par la France prévoit de toucher toutes les entreprises numériques ayant un chiffre d'affaires mondial supérieur à 750 millions d'euros et supérieur à 25 millions d'euros en France[119]. Le , le gouvernement espagnol adopte lui aussi un projet de loi en faveur d'une taxe à 3% sur certains services numériques (publicité et revente des données) générés par les GAFAM. Cette taxe doit être validée par le parlement mais elle concernerait, comme en France, les entreprises numériques ayant un chiffre d'affaires mondial supérieur à 750 millions d'euros et celles dont le chiffre d'affaires en Espagne est supérieur à 3 millions d'euros. Le gouvernement espagnol espère, avec cette mesure, plus de 1,2 milliard d'euros de recettes fiscales [119].

Le , l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) annonce un accord entre 127 pays pour mettre en place une loi mondiale visant à taxer les GAFAM. Cette loi entrerait en vigueur en et constitue une réelle avancée car les pays concernés représentent 90 % de l'économie mondiale. Sous la pression de l'opinion publique, ces gouvernements souhaitent taxer les GAFAM au sein des pays où leurs activités génèrent de gros profits mais où elles ne paient pas d'impôts, faute d'héberger les sièges sociaux. Si le texte est adopté, il se substituera aux mesures nationales isolées mises en place ou en projet dans des pays comme le Royaume-Uni, la France ou l'Espagne. Le texte pourrait impacter d'autres entreprises qui ne font pas partie des GAFAM, particulièrement les grosses multinationales qui réalisent des bénéfices pour leurs activités immatérielles[120].

Le , Pierre Moscovici, commissaire européen, dénonce « le comportement agressif des États-Unis qui menacent de saisir l'OMC afin de contrer la volonté de la France et d'autres pays de l'UE de vouloir taxer les GAFAM[121] ». Il ajoute que « la France et d'autres pays sont tout-à-fait légitimes pour décider qu'il existe une taxation nationale de l'activité numérique. Ce n'est pas anti-américain, ce n'est pas protectionniste. C'est juste une question d'équité[122]. ». Le projet de loi est adopté en commission mixte paritaire le 26 juin 2019[123].

Début , le président des États-Unis Donald Trump s'insurge contre le projet de la France et de l'Union européenne de taxer les GAFAM[124]. Il menace en retour de brandir des sanctions économiques contre les marchandises provenant des pays qui voteront une taxe contre les GAFAM en augmentant les tarifs douaniers à l'arrivée aux États-Unis[125]. En réponse, le ministère de l'économie français fait savoir que le projet de taxe est maintenu ː « Les pays sont fiscalement souverains. Donc pour nous, ce n’est pas adapté d’utiliser l’instrument commercial pour attaquer la souveraineté d’un État »[126],[127]. Google, Amazon et Facebook font également part de leur mécontentement en jugeant cette taxe discriminatoire et dénoncent la double imposition qu'elle induit ainsi que son effet rétroactif[128].

Le , Emmanuel Macron rappelle une nouvelle fois sa volonté de lutter contre les règles fiscales actuellement en vigueur pour les GAFAM, considérant qu'elles sont injustes[129] ː « C'est insoutenable, ce n'est pas juste économiquement », a lancé le président français qui a aussi ajouté ː « je ne suis pas d'accord avec ce système, je pense qu'il n'est pas bon, y compris pour les travailleurs américains. »[130].

En , le gouvernement de la République tchèque adopte un projet de loi (qui doit être validé par le parlement) avec un niveau de taxe portée à 7 % du chiffre d'affaires et introduit également un autre critère, celui de la « portée des activités sur le plan local » définie en fonction du nombre de comptes utilisateurs déclaré dépassant le seuil des 200 000 inscrits[131]. Le mois suivant, le parlement italien adopte une loi similaire à l'Espagne et à la France, devant entrer en vigueur au début de l'année [132].

Pour Victor Fouquet de l'Institut Sapiens, un groupe de réflexion français, cette taxe appliquée sur le chiffre d'affaires pourrait représenter un impôt de 30 à 35 % des bénéfices de plus petites entreprises du numérique comme Le Bon Coin ou BlaBlaCar, ce qui compromettra leurs capacités à se développer, renforçant ainsi l'oligopole formé par les GAFAM[133]. Par ailleurs, le , Amazon décide de répercuter la taxe sur les vendeurs français de sa place de marché en augmentant les frais de vente de 3 % auprès des vendeurs tiers sur amazon.fr. Ces derniers, afin de conserver leur marge, envisagent alors d'augmenter leurs prix, ce qui au bout du compte, aurait pour effet de faire payer la taxe GAFAM non pas à Amazon mais au consommateur final[134].

Pratiques anticoncurrentielles[modifier | modifier le code]

En matière de concurrence, les GAFAM ont le pouvoir de racheter toutes les entreprises innovantes montantes et ainsi empêcher toute concurrence de les détrôner (puisque la concurrence devient alors une filiale). ayant réalisé 700 acquisitions en une douzaine d’années[135].

Cette situation est souvent dénoncée par l'Union européenne, notamment par sa commissaire à la Concurrence Margrethe Vestager[136]qui inflige deux amendes à Google pour abus de position dominante. La première, en et d'un montant de 2,42 milliards d'euros, vise à condamner la manipulation par Google des résultats de son moteur de recherche qui favorise son propre produit, Google Shopping[137]. En , l'entreprise est condamnée à payer 4,34 milliards d'euros d'amende alors qu'elle oblige les fabricants des appareils Android à préinstaller son navigateur Google Chrome et faire en sorte que les requêtes soient dirigées vers celui-ci. Google est aussi condamné pour payer les fabricants et les opérateurs afin que ceux ci préinstallent le moteur de recherche Google sur leurs appareils[137]. L'entreprise fait appel des deux condamnations.

En , un ingénieur de Mozilla démontre que Google Chrome est privilégié sur YouTube alors que le chargement complet des pages de la nouvelle interface du site appartenant à Google est cinq fois plus lente avec Firefox et Microsoft Edge qu'avec le navigateur de Google[138].

En en Turquie, suite à une plainte de Yandex, Google est passible d’une amende (0,05 % de ses revenus annuels par jour de retard) en refusant d’ouvrir Android à la concurrence ; en particulier en ce qui concerne le choix du moteur de recherche par défaut[139]. En réponse, Google annonce qu’il ne renouvellera pas les licences accordées aux constructeurs de téléphones intelligents pour le marché turc, ce qui implique que (sauf nouvel accord avec l’Autorité de la concurrence) les acheteurs de futurs appareils mobiles ne pourront plus utiliser les applications et les services de Google[139].

Dès la création d'Amazon, Jeff Bezos indique que le modèle d'affaire de son entreprise n'est pas la recherche de profits et d'une rentabilité importante mais s'oriente plutôt vers l'expansion à grande échelle afin de devenir une plateforme indispensable. Ainsi, bien qu"enregistrant régulièrement des pertes ou une rentabilité anémique, Amazon en vient à capter 46 % des achats en ligne et investi également de nombreux secteurs : marketing, logistique, service de paiement, édition de livres, production de films, hébergement de services informatiques, etc. En contrôlant toutes ces infrastructures, l'entreprise obtient donc un grand avantage sur ses concurrents puisque ceux-ci deviennent dépendants de ses services, compromettant par ailleurs l'émergence d'acteurs qui pourraient défier sa position dominante[140]. Durant l'été , la Commission européenne lance une enquête visant à déterminer si, sur sa plateforme de commerce en ligne, Amazon profite de façon abusive des données de ses vendeurs tiers afin d'orienter ses propres offres commerciales à son avantage[141]. En septembre de la même année, l'entreprise est condamnée par le tribunal de commerce de Paris à une amende de quatre millions d'euros et à modifier sept clauses du contrat liant Amazon aux vendeurs tiers de sa place de marché. Les clauses jugées déséquilibrées en défaveur des vendeurs sont par exemple la possibilité par Amazon de modifier ou résilier un contrat sans préavis, d'interdire ou restreindre l'accès à sa plateforme de vente ou encore d'imposer des limites aux vendeurs en fonction de facteurs de performance peu explicités[142].

En , lors de l'audition de Mark Zuckerberg devant le Congrès américain dans le cadre du scandale Cambridge Analytica, le sénateur Lindsey Graham soulève la question du monopole de Facebook en ces termes : « Si je suis lassée de Facebook, à quel réseau social équivalent puis-je m'inscrire ? Je parle de vos vrais compétiteurs. Vous ne pensez pas que vous avez le monopole ? ». Mark Zuckerberg répondra qu'il n'a « certainement pas cette impression »[143].

Aux États-Unis en , alors que cinquante États amorcent une enquête anticoncurrentielle sur les pratiques commerciales de Google dans le domaine de la publicité ; presque au même moment, Facebook est lui aussi mis sous enquête par une petite dizaine d'États, rejoints plus tard par la quasi-totalité des États et visant à déterminer, selon la procureure de l'État de New York, Letitia James « si les actions de Facebook ont étouffé la concurrence et mis les utilisateurs en danger »[144],[145].

En France, l'autorité de la concurrence perquisitionne le siège social d'Apple en à la suite d'une plainte pour abus de position dominante de eBizcuss, un revendeur de produits Apple (« Apple Premium Reseller »), alors en liquidation judiciaire et qui reproche à Apple de favoriser l'approvisionnement de ses propres magasins « Apple stores » lors de la mise en marché de nouveaux produits[146]. En , une dizaine d'entreprise, dont Spotify et Deezer, écrivent à la Commission européenne pour dénoncer les pratiques anticoncurrentielles d'Apple et Google[147] qui prennent la forme de

« restriction de l'accès aux données ou de l'interaction avec les consommateurs, aux classements et aux résultats de recherche biaisés en passant par le manque de clarté, des termes et des conditions déséquilibrés et la préférence de leurs services intégrés verticalement. »

Concernant Microsoft, dès les années , l'histoire de la multinationale est entachée de poursuites judiciaires à son encontre pour abus de position dominante et pratiques anticoncurrentielles, au point que l'entreprise frôle le démantèlement dans les années [148]. Plusieurs États américains, le département de la Justice des États-Unis, des concurrents potentiels et plus tard la Commission européenne, reprochent à Microsoft d'imposer Windows aux fabricants d'ordinateurs ainsi que de lier l'utilisation du système d'exploitation à ses propres logiciels maison comme le Lecteur Windows Media et le navigateur Web[148]. Dans ce contexte, la Commission européenne inflige en une amende de plus de 497 millions d'euros à Microsoft, entre autres pour vente liée[149]. En , l'entreprise est de nouveau condamnée en Europe à une amende, cette fois de 561 millions d'euros, pour avoir retiré de Windows 7 l'écran de sélection permettant de choisir un navigateur par défaut, éventuellement autre que celui de Microsoft[150].

Démantèlement[modifier | modifier le code]

À la fin des années , la position monopolistique des GAFAM amène à débattre la question de leur démantèlement ; la situation étant parfois comparée à celles de la Standard Oil au début du XXe siècle et de AT&T au début des années [151]. Ainsi, la sénatrice Elizabeth Warren, candidate à l'élection présidentielle américaine de , propose de démanteler les entreprises du numérique dont le chiffre d'affaires dépasse 25 milliards de dollars et de les empêcher d'acheter des entreprises si ces acquisitions étendent leurs pouvoirs à d'autres secteurs (par exemple lorsque Google a acheté Waze et DoubleClick ; étendant son emprise respectivement dans le secteur de la navigation GPS et le marché publicitaire)[152].

Le , le co-fondateur de Facebook Christopher Hughes appelle au démantèlement du réseau social qui est devenu selon lui un danger pour l'entrepreneuriat et la démocratie[153].

Cependant, dans le journal Les Échos, Laurent Flallo estime que les démantèlements ont été par le passé longs, sinon impossible et comme le souligne un ancien membre du renseignement américain, les GAFAM « contribuent directement aux opérations militaires et d'intelligence américaines [où] leur taille titanesque est un actif »[135].

Perception[modifier | modifier le code]

En France, les GAFAM semblent jouir d'une image positive, voir très positive, à l'exception de Facebook qui ne recueille que 51 % d'opinion favorable.

Perception des GAFAM en France (en %)[154].
Sondage en ligne réalisé en auprès de 1 002 personnes.
Très bonne et plutôt bonne Plutôt mauvaise et très mauvaise
Google 80 19
Amazon 65 34
Facebook 51 48
Apple 67 33
Microsoft 81 18

Aux États-Unis, l'image des GAFAM tend à s'éroder à la fin des années . Ainsi, dans le Harris Poll Reputation Quotient, un rapport annuel publié par Harris Insights & Analytics (en) et qui mesure la réputation des cents entreprises les plus en vue selon les Américains[Note 4], seuls Amazon et Microsoft obtiennent un bon classement en  : le premier conservant sa première place pour la troisième année consécutive et le second passant de la 20e place à la 11e par rapport à [155].

En revanche, Google, en 8e position en , chute à la 28e place l'année suivante puis à la 42e en . Apple, alors premier au classement en et second en , glisse de la 5e place en à la 29e en puis à la 32e l'année suivante. Enfin, Facebook est parmi les GAFAM, l'entreprise qui semble jouir de la pire réputation auprès du public américain en passant de la 51e position en à la 94e en [155],[156].

Toujours aux États-Unis, un sondage réalisé en par le Pew Research Center montre que 50 % des personnes interrogées perçoivent les entreprises technologiques comme ayant un impact positif sur le pays (en seconde place derrière les organisations religieuses) ; un sentiment partagé par 71 % des sondés quatre ans auparavant. Dans le même temps, 33 % de l'échantillon pense que ces entreprises ont un impact négatif contre seulement 17 % en [157],[158].

Autres flexions de cet acronyme[modifier | modifier le code]

On trouve aussi le terme GAFAMI, ajoutant IBM à Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft mais aussi FATGASBAM (lire FAT GAS BAM) Facebook, Amazon, Tencent, Google, Apple, Samsung, Baidu, Alibaba, Microsoft.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. 1 000 milliards le , Apple devient la première entreprise à atteindre cette valeur.
  2. Module qui permet de s'identifier (se connecter) à un site via un compte Facebook
  3. Syndex est un cabinet d’expertise au service exclusif des représentants des salariés.
  4. Deux questions sont posées aux participants au sondage (25 800 personnes en ) : « de toutes les entreprises que vous connaissez ou dont vous avez entendu parler, lesquelles à votre avis se distinguent
    • comme ayant les meilleures réputations dans l'ensemble ? ;
    • comme ayant les pires réputations dans l'ensemble ? ».

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Les géants du web russe veulent se lancer à la conquête du monde », sur Le Parisien, (consulté le 2 août 2018).
  2. Frédéric Bianchi, « Pourquoi Microsoft a dépassé Google en Bourse », sur BFM Business, (consulté le 4 août 2018).
  3. Pierre Haski, « Après les Gafa, les nouveaux maîtres du monde sont les Natu », sur L’Obs, (consulté le 3 août 2018).
  4. a et b Benoît Epron et Marcello Vitali-Rosati, L'édition à l'aire du numérique, Paris, Éditions La Découverte, , 128 p. (ISBN 978-2-7071-9935-5, lire en ligne), p. 88.
  5. a et b Pierric Marissal, « Nikos Smyrnaios : « Facebook façonne l’idée que l’on se fait du monde » », sur L'Humanité, 19 juillet, 2017 (consulté le 25 décembre 2019).
  6. a b c et d Nikos Smyrnaios, « L’effet GAFAM : stratégies et logiques de l’oligopole de l’internet », Communication & langages, vol. 188, no 2,‎ , p. 74-80 (DOI 10.4074/S0336150016012047, présentation en ligne, lire en ligne [PDF]).
  7. Antoine Crochet-Damais, « Amazon maintient sa domination sur le marché du cloud », sur Le Journal du Net, (consulté le 25 décembre 2019).
  8. a b et c Voir statistiques sur (en) Netmarketshare.
  9. (en) Chris Welch, « Google Fiber is leaving Louisville in humiliating setback », sur The Verge, (consulté le 25 décembre 2019).
  10. Guillaume Champeau, « Neutralité du net : Facebook ouvre Internet.org à tous les développeurs », sur Numérama, (consulté le 25 décembre 2019).
  11. Dominique Filippone, « Le cable sous-marin Marea de Microsoft et Facebook finalisé », sur Le Monde informatique, (consulté le 25 décembre 2019).
  12. a b et c Annabelle Laurent, « Câbles sous-marins d’Internet : « Les risques de tension sont extrêmement réels » », sur Usbek & Rica, (consulté le 31 décembre 2019).
  13. Tristan Gaudiaut, « Les GAFAM et la bataille des câbles sous-marins », sur Statista, (consulté le 2 janvier 2020).
  14. « Les chiffres 2019 de l’e-mail », sur arobase.org, (consulté le 25 décembre 2019).
  15. « Facebook, Messenger, WhatsApp... Les 10 applis mobiles les plus téléchargées de la décennie », sur CNews, (consulté le 25 décembre 2019).
  16. « Nombre d'utilisateurs de Facebook dans le monde », sur Le Journal du Net, (consulté le 25 décembre 2019).
  17. Thomas Coëffé, « Chiffres LinkedIn – 2019 », sur blogdumoderateur.com, (consulté le 25 décembre 2019).
  18. Juliette Pignol, « Chiffres YouTube – 2019 », sur blogdumoderateur.com, (consulté le 25 décembre 2019).
  19. Olivier Duffez, « Parts de marché des moteurs de recherche (France, USA, monde) », sur webrankinfo.com, (consulté le 25 décembre 2019).
  20. Léna Corot, « L'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi s'allie à Google pour installer Androïd dans ses voitures », sur L'Usine digitale, (consulté le 25 décembre 2019).
  21. Véronique Arène, « Facebook et Pôle Emploi vont former 50 000 personnes à l'IT en France », sur Le Monde informatique, (consulté le 25 décembre 2019).
  22. Océane Herrero, « Les Gafam veulent se faire une place à l’école, profitant de ses faiblesses numériques », sur L'Opinion, (consulté le 25 décembre 2019).
  23. Maud Kenigswald, « Amazon Campus Challenge: la victoire des étudiantes de Montpellier Business School », sur Le Figaro, (consulté le 26 décembre 2019).
  24. Olivier Chartrain, « Éducation. Comment le virus Microsoft contamine les classes », sur L'Humanité, (consulté le 26 décembre 2019).
  25. « Google Cloud Healthcare : le géant web se lance sur le secteur de la santé », sur lebigdata.fr, (consulté le 26 décembre 2019).
  26. Valentin Blanchot, « Apple, Microsoft, et Google s’apprêtent à tester un standard pour les données de santé », sur Siècle digital, (consulté le 26 décembre 2019).
  27. Jennifer Mertens, « Google a collecté légalement les données de santé de millions d’Américains », sur 20 minutes, (consulté le 26 décembre 2019).
  28. « Google Cloud certifié hébergeur de données de santé en France », sur Le Monde informatique, (consulté le 26 décembre 2019).
  29. « L’exploitation de données de santé sur une plate-forme de Microsoft expose à des risques multiples », sur Le Monde, (consulté le 26 décembre 2019).
  30. « Pour des données de santé au service des patients – InterHop – Les hôpitaux français pour l'interopérabilité et le partage libre des algorithmes », sur interhop.org.
  31. Célia Garcia-Montero, « Legrand s'allie aux Gafam pour développer la maison et le bureau connectés », sur Le Journal du Net, (consulté le 26 décembre 2019).
  32. Anaïs Cherif, « Google prêt à s'auto-censurer pour reconquérir la Chine », sur La tribune, (consulté le 4 août 2018).
  33. (en) Tony Romm, « Apple, Amazon, Facebook and Google spent nearly $50 million — a record — to influence the U.S. government in 2017 », sur Recode, (consulté le 4 août 2018).
  34. (en) Arif Bacchus, « Microsoft spent about $8.5 million lobbying the US Government last year », sur onmsft.com, (consulté le 4 août 2018).
  35. (en) Felix Richter, « Google Outspends Its Peers on D.C. Lobbying », sur Statista, (consulté le 20 janvier 2020).
  36. (en) « LobbyFacts Database », sur lobbyfacts.eu (consulté le 20 janvier 2020).
  37. (en) Antoine Vergely, « Facebook's increasing PR job in Brussels », sur europeandatajournalism.eu, (consulté le 30 décembre 2019).
  38. (en) Cecilia Kang, « Facebook continues D.C. hiring spree with White House, privacy expert hires », sur The Washington Post, (consulté le 30 décembre 2019).
  39. (en) « Post-scandal Facebook: will the EU stop treating the tech giant as a trusted partner? », sur Corporate Europe Observatory, (consulté le 30 décembre 2019).
  40. a b et c (en) Jamie Doward, « Google: new concerns raised about political influence by senior ‘revolving door’ jobs », sur The Guardian, (consulté le 30 décembre 2019).
  41. (en) Cecilia Kang, « Tech firms hiring White House staffers », sur The Washington Post, (consulté le 30 décembre 2019).
  42. a b c et d (en) James Bandler, Anjali Tsui et Doris Burke, « How Amazon and Silicon Valley Seduced the Pentagon », sur ProPublica, (consulté le 30 décembre 2019).
  43. a et b (en) May Jeong, « “Everybody Immediately Knew That It Was for Amazon”: Has Bezos Become More Powerful in D.C. Than Trump? », sur Vanity Fair, (consulté le 30 décembre 2019).
  44. Pascal Hérard, « Education nationale : les données scolaires bradées aux GAFAM ? », sur TV5 Monde, (consulté le 30 décembre 2019).
  45. Antoine Oury, « Un ancien de l'Éducation nationale chez Amazon, Fleur Pellerin dans les airs », sur ActuaLitté, (consulté le 30 décembre 2019).
  46. Xavier Berne, « Le Directeur du numérique pour l’éducation autorisé à partir chez Amazon, sous conditions », sur Next INpact, (consulté le 30 décembre 2019).
  47. Florent Deligia, « L'incroyable cadeau de Laurent Wauquiez à Facebook », sur Lyon Capitale, (consulté le 30 décembre 2019).
  48. « Laurent Solly (Facebook) répond à l’Opinion », sur L'Opinion, (consulté le 30 décembre 2019).
  49. Sonia Delesalle-Stolper, «Sans Cambridge Analytica, il n'y aurait pas eu de Brexit», sur Libération, (consulté le 4 août 2018).
  50. Pierre Rimbert, « Censure et chaussettes roses », sur Le Monde diplomatique, (consulté le 4 août 2018).
  51. Mathieu Chartier, « George Soros : "Facebook et Google sont mauvais pour la démocratie" », sur Les Numériques, (consulté le 29 décembre 2019).
  52. Mathieu-Robert Sauvé, Les fake news dans les médias du Québec : perceptions des journalistes (mémoire), Université de Sherbrooke, (lire en ligne [PDF]), « GAFAM et le consentement », p. 44.
  53. Benjamin Lagues, « Servitude volontaire de la presse (et de l’État) face aux géants du numérique », sur Acrimed, (consulté le 1er janvier 2020).
  54. Frédéric Lemaire, « Google et compagnie : main basse sur l’information », sur Acrimed, (consulté le 1er janvier 2020).
  55. Nicolas Becquet, « Facebook a versé des millions aux médias français: la stratégie «VIP-VRP» et ses effets », sur Observatoire européen du journalisme, (consulté le 1er janvier 2020).
  56. Guillaume Serries, « Souveraineté fonctionnelle : la puissance des GAFAM met-elle en péril les démocraties ? », sur ZDNet, (consulté le 29 décembre 2019).
  57. (en) Danny Westneat, « This City Hall, brought to you by Amazon » [« Cet hôtel de ville vous a été offert par Amazon »], sur The Seattle Times, (consulté le 29 décembre 2019).
  58. Amnesty International, « La surveillance intrusive exercée par Facebook et Google : un danger sans précédent pour les droits humains », sur Amnesty International, (consulté le 12 janvier 2020).
  59. Amnesty International, « Les géants de la surveillance. Le modèle économique de Facebook et Google menace les droits humains » [PDF], sur Amnesty International, (consulté le 12 janvier 2020).
  60. Annabelle Laurent, « On a rencontré Casper Klynge, le premier ambassadeur auprès des GAFA », sur Usbek & Rica, (consulté le 5 août 2018).
  61. Voir les statistiques sur statista.com.
  62. (en) Clement, « Revenue per employee of leading tech companies in 2018 », sur Statista, (consulté le 21 janvier 2020).
  63. Tristan Gaudiaut, « Graphique: L'ascension des GAFAM », sur Statista, (consulté le 22 décembre 2019).
  64. Pierrick Fay, « Apple franchit la barre historique des 1.000 milliards de dollars en Bourse », sur Les Échos, (consulté le 22 décembre 2019).
  65. a et b Marjorie Encelot, « Les Gafam, ces superpuissances qui ont le pouvoir de faire dérailler les Bourses mondiales », sur Les Échos, (consulté le 7 août 2018).
  66. « Quels sont Les 10 chiffres qui illustrent la puissance des GAFAM? », sur Les Échos, (consulté le 7 août 2018).
  67. Muriel Motte, « Les Gafam, du toit du monde boursier à la descente tout schuss ? », sur L'Opinion, (consulté le 22 décembre 2019).
  68. a et b Quentin Soubranne, « Alphabet (google) : Les Gafam valent désormais 5.000 milliards de dollars en Bourse - BFM Bourse », sur tradingsat.com, (consulté le 10 janvier 2020).
  69. Charlie Perreau, « D'où viennent les revenus des Gafam ? », sur Le Journal du Net, (consulté le 8 août 2018).
  70. Fabernovel, Gafanomics, new economy, nex rules, octobre 2014
  71. Marc Rees, « RGPD : Google, Instagram, WhatsApp et Facebook attaqués pour leur politique du « tout ou rien » », sur Next INpact, (consulté le 8 août 2018).
  72. Marc Rees, « RGPD : La Quadrature du Net prépare une série d'actions de groupe contre les GAFAM », sur Next INpact, (consulté le 21 janvier 2020).
  73. « La Quadrature du net (et 12.000 internautes) porte plainte contre les Gafam », sur L’Obs, (consulté le 7 août 2018).
  74. Louis Adam, « RGPD : les GAFA ne joueraient pas le jeu », sur ZDNet, (consulté le 7 août 2018).
  75. Abdelkader Zahar, « Amazon, Microsoft et Google financent une offensive contre la confidentialité des données en Californie », sur huffpostmaghreb.com, (consulté le 8 août 2018).
  76. Nicolas Lellouche, « Aux États-Unis, Amazon, Microsoft et Uber s’opposent à une loi pour la protection de la vie privée », sur 01net, (consulté le 8 août 2018).
  77. Klervi Drouglazet, « Tristan Harris, Sean Parker, Renée DiResta… Qui sont les repentis de la Silicon Valley ? », sur L'Usine digitale, (consulté le 9 août 2018).
  78. Alice Maruani, « Tristan Harris : « Des millions d’heures sont juste volées à la vie des gens » », sur L'Obs, (consulté le 9 août 2018).
  79. Grégoire Martinez, « D'anciens employés de Facebook et Google sensibilisent sur les dangers des technologies », sur Europe 1, (consulté le 9 août 2018).
  80. Charlie Wood (article traduit en français), « Selon Edward Snowden, le business model des GAFAM repose sur l'abus des utilisateurs », sur Business Insider, (consulté le 10 janvier 2020).
  81. a et b Lucie Ronfaut, « Dans la Silicon Valley, les géants du Web craignent la fronde de leurs propres employés », sur Le Figaro, (consulté le 9 août 2018).
  82. (en) Lee Fang, « Leaked Emails Show Google Expected Lucrative Military Drone AI Work to Grow Exponentially », sur The Intercept, (consulté le 9 août 2018).
  83. « Le moteur de Google en Chine, c'est pas pour demain », sur ZDNet, (consulté le 18 août 2018).
  84. (en) Kate Conger et Daisuke Wakabayashi, « Google Employees Protest Secret Work on Censored Search Engine for China », sur The New York Times, (consulté le 18 août 2018).
  85. a et b Fleur Labrunie, « Microsoft critiqué par ses employés pour avoir collaboré avec la police des frontières américaine », sur Numerama, (consulté le 9 août 2018).
  86. Marius François, « Des actionnaires font pression sur Amazon pour mettre fin à un contrat avec la police américaine », sur Le Figaro, (consulté le 9 août 2018).
  87. Pierric Marissal, « Évitement fiscal. Les profits record des Gafam dans le viseur de l’Europe », sur L’Humanité, L'Humanité, (consulté le 17 avril 2018).
  88. Loïc Pialat, « La Silicon Valley a tout à gagner de la réforme des impôts de Donald Trump », sur Le Temps, (consulté le 6 août 2018).
  89. BFMTV, « Combien d'impôts paient aujourd'hui les GAFA au fisc français? », sur BFMTV (consulté le 18 décembre 2018).
  90. « L’évasion fiscale selon Apple, Google, IBM, Microsoft : un bilan », sur Silicon, (consulté le 6 août 2018).
  91. Benjamin Ferran, « L'accord entre Google et le fisc britannique fait polémique », sur Le Figaro, (consulté le 5 août 2018).
  92. Paolo Garoscio, « Optimisation fiscale : Google passe à la caisse en Italie », sur Clubic, (consulté le 5 août 2018).
  93. « Perquisition au siège de Google France dans une enquête pour fraude fiscale », sur France 24, (consulté le 5 août 2018).
  94. Sébastian Seibt, « Google échappe à plus d'un milliard d'euros d'arriérés d'impôts en France », sur France 24, (consulté le 5 août 2018).
  95. « la maison mère de Google transfère 16 milliards d'euros aux Bermudes », sur Le Point, (consulté le 7 août 2018).
  96. « Apple condamné à rembourser 13 milliards d'euros à l'Irlande », sur Le Parisien, (consulté le 5 août 2018).
  97. Christophe Alix, « Apple persiste et signe dans l'optimisation fiscale via l'Irlande », sur Libération, (consulté le 5 août 2018).
  98. « Qu'est-ce qu'Attac, l'association dans le viseur d'Apple ? », sur RTL, (consulté le 5 août 2018).
  99. Renaud Lecadre, « Apple est débouté contre Attac », sur Libération, (consulté le 5 août 2018).
  100. Jérôme Marin, « Apple va payer 38 milliards de dollars d’impôt aux États-Unis sur ses bénéfices à l’étranger », sur Le Monde, (consulté le 7 août 2018).
  101. Vincent Fagot, « Apple règle 500 millions d’euros d’arriérés d’impôts au fisc français », sur Le Monde, (consulté le 6 février 2019).
  102. Jamal Henni, « Exclusif : comment les profits de Facebook partent aux îles Caïmans », sur BFM Business, (consulté le 6 août 2018).
  103. Julien Lausson, « Facebook craint un redressement fiscal de 5 milliards de dollars », sur Numerama, (consulté le 6 août 2018).
  104. « Optimisation fiscale : Facebook promet plus de "transparence" », sur La Tribune, (consulté le 6 août 2018).
  105. Emmanuel Paquette, « Facebook France : 1,9 million d'euros d'impôts seulement », L'Express,‎ (lire en ligne).
  106. « Impôts: Amazon annonce avoir trouvé un accord avec le fisc français », sur Challenges, (consulté le 7 août 2018).
  107. a et b Cécile Ducourtieux, « Optimisation fiscale : Bruxelles sanctionne Amazon et assigne Dublin en justice », sur Le Monde, (consulté le 6 août 2018).
  108. a et b Benoît Berthelot, « Comment Amazon embrouille le fisc », sur Capital, (consulté le 6 août 2018).
  109. Cyprien Boganda, « Révélation. Ce que nous coûte le scandale Amazon », sur L'Humanité, (consulté le 24 novembre 2019).
  110. « Microsoft s’est acquitté d’une amende de 16,4 millions d’euros au fisc », sur Le Journal du geek, (consulté le 7 août 2018).
  111. Dominique Filippone, « Le fisc réclame 600 M€ à Microsoft France », sur Le Monde informatique, (consulté le 7 août 2018).
  112. Christian Deprez, « Les GAFA paient moitié moins d'impôts que les entreprises traditionnelles, estime l'UE », sur generation-nt.com, (consulté le 7 août 2018).
  113. Lionel Bonaventure, « La France va taxer les Gafa en 2019, une première européenne aux contours flous », sur France 24, (consulté le 23 décembre 2018).
  114. Ingrid Vergara, « La Grande-Bretagne veut taxer les géants du web », (consulté le 23 décembre 2018).
  115. Guillaume Périssat, « Taxation des GAFAM : les Nordiques plutôt froids », sur linformaticien.com, (consulté le 7 août 2018).
  116. Claude Soula, « Bruno Le Maire annonce sa taxe Gafa avant de l'avoir », sur L'Obs, (consulté le 18 décembre 2018).
  117. Claudia Cohen, « La France taxera les GAFA dès 2019, s'il n'y a pas d'accord européen », sur Le Figaro, (consulté le 13 janvier 2020).
  118. Fabrice Nodé-Langlois, « La «taxe Gafa» n'est pas pour tout de suite », sur Le Figaro, (consulté le 13 janvier 2020).
  119. a et b « Le Maire confiant dans un accord sur la taxation des Gafa », sur Le Figaro, (consulté le 13 janvier 2020).
  120. Anne Michel, « Vers un accord mondial pour mieux taxer Google, Amazon, Facebook et Apple ? », sur Le Monde, (consulté le 30 janvier 2019).
  121. « Passe d'armes entre France et Etats-Unis sur la taxation des Gafa », sur Challenges (consulté le 13 mars 2019).
  122. « Taxes Gafa: Moscovici déplore «l'attitude agressive» des Etats-Unis », sur Le Figaro, (consulté le 13 mars 2019).
  123. Alexandre Boero, « Les députés et sénateurs français se mettent d’accord sur la taxe GAFA », sur Clubic, (consulté le 13 janvier 2020).
  124. RMC, « Taxe GAFA en France: Donald Trump menace de riposter », RMC (consulté le 11 juillet 2019)
  125. Arnaud Leparmentier, « L’administration Trump riposte à la « taxe GAFA » française », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 11 juillet 2019)
  126. « La taxe «Gafa» ne viole aucun accord international, d'après Bercy », sur Le Figaro, (consulté le 11 juillet 2019).
  127. « Taxe Gafa: la mise au point de Bercy suite à la riposte américaine », sur Challenges, (consulté le 11 juillet 2019).
  128. Mathieu Grumiaux, « Surprise : les GAFA jugent la taxe GAFA "discriminatoire" », sur Clubic, (consulté le 13 janvier 2020).
  129. « Russie, Gafa, policiers... les déclarations de Macron juste avant le G7 », sur Le Huffington Post, (consulté le 23 août 2019)
  130. « A l'approche du G7, Macron fustige la taxation actuelle des Gafa », sur FIGARO, (consulté le 23 août 2019)
  131. Christian Olivier, « Le gouvernement tchèque approuve le projet de taxe numérique nationale ciblant les géants d'Internet », sur Developpez.com, (consulté le 13 janvier 2020).
  132. Christian Olivier, « L'Italie emboite le pas à la France en approuvant son projet de taxe numérique nationale ciblant les GAFA », sur Developpez.com, (consulté le 13 janvier 2020).
  133. Victor Fouquet, « Taxe Gafa: les conséquences d’une inconséquence », sur institutsapiens.fr, (consulté le 15 janvier 2020).
  134. Anaïs Cherif, « L'effet pervers de la taxe Gafa : Amazon va faire payer ses vendeurs français », sur La Tribune, (consulté le 17 janvier 2020).
  135. a et b Laurent Flallo, « Le droit à la vie privée rempart ultime contre l'hégémonie des Gafam », sur Les Échos, (consulté le 22 décembre 2019).
  136. Nicolas Certes, « Margrethe Vestager menace de démanteler Google - Le Monde Informatique », sur Le Monde informatique, (consulté le 17 avril 2018).
  137. a et b Léna Corot, « Google (à nouveau) condamné par la Commission européenne pour abus de position dominante », sur L'Usine digitale, (consulté le 5 août 2018).
  138. Patrick Ruiz, « Un ingénieur de Mozilla affirme que YouTube est plus lent sur Firefox et Microsoft Edge : Que sur Google Chrome », sur Developpez.com, (consulté le 7 août 2018).
  139. a et b Sébastien Dumoulin, « Google fait du chantage à Android en Turquie », sur Les Échos, (consulté le 19 décembre 2019).
  140. Khan 2017.
  141. Marc Rees, « Amazon cible d’une enquête européenne pour pratiques anticoncurrentielles », sur Next INpact, (consulté le 17 janvier 2020).
  142. Marc Rees, « Bercy fait condamner Amazon à 4 millions d'euros d'amende », sur Next INpact, (consulté le 17 janvier 2020).
  143. « Facebook : concurrence et gratuité, Zuckerberg élude les questions des sénateurs », sur ZDNet, (consulté le 6 août 2018).
  144. Bill Fassinou, « 50 États et territoires américains annoncent une vaste enquête antitrust sur Google : Pendant que Facebook fait l'objet d'une enquête sur sa position dominante dans l'industrie des réseaux sociaux », sur Developpez.com, (consulté le 31 décembre 2019).
  145. « 47 procureurs généraux ont rejoint l'enquête antitrust menée contre Facebook : Comme l'a annoncé Letitia James, procureure générale de l'État de New York », sur Developpez.com, (consulté le 31 décembre 2019).
  146. Jamal Henni, « Apple: le raid du gendarme de la concurrence n'était pas illégal », sur BFM Business, (consulté le 5 août 2018).
  147. Thomas Giraudet, « Voici la lettre que les fondateurs de Spotify et plusieurs entrepreneurs français ont écrit à la Commission européenne pour se plaindre d'Apple et de Google », sur Business Insider, (consulté le 6 août 2018).
  148. a et b « Affaire Microsoft: plus de dix ans de procédures aux États-Unis et en Europe », sur ZDNet, (consulté le 7 août 2018).
  149. Estelle Dumout et Jerome Thorel, « Microsoft sanctionné pour violation des lois européennes sur la concurrence », sur ZDNet, (consulté le 7 août 2018).
  150. Julien Lausson, « Bruxelles condamne Microsoft à 561 millions d’euros d’amende », sur Numerama, (consulté le 7 août 2018).
  151. « GAFAM : le déclin de l’empire américain ? », sur France Culture, 5juin 2019 (consulté le 9 juin 2019).
  152. « Une sénatrice américaine veut démanteler les GAFAM pour restaurer la concurrence », sur Next INpact, (consulté le 9 juin 2019).
  153. Elisa Braun, « «Il est temps de démanteler Facebook», d’après son cofondateur Chris Hughes », sur Le Figaro, (consulté le 9 juin 2019).
  154. (en) « Opinion on GAFAM in France 2019 » [« Opinion sur les GAFAM en France en 2019 »], sur Statista, (consulté le 21 janvier 2020).
  155. a et b Ali Stair, « Apple et Google dégringolent dans le classement des entreprises les plus en vue », sur Clubic, (consulté le 22 janvier 2020).
  156. (en) Ben Tobin, « Facebook, Big Tech decline in reputation among public in 2018, according to poll », sur USA Today, (consulté le 22 janvier 2020).
  157. Rolfe Winkler, « Comment les Gafam sont devenus, en dix ans, des puissances impériales », sur L'Opinion, (consulté le 22 janvier 2020)
  158. (en) Pew Research Center, « POLITICAL SURVEY FINAL TOPLINE JULY 10-15, 2019 », résultat du sondange du Pew Research Center réalisé en [PDF], (consulté le 22 janvier 2020).