Sheryl Sandberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sandberg (homonymie).
Sheryl Sandberg
Description de cette image, également commentée ci-après

Sheryl Sandberg en 2011.

Naissance (46 ans)
Washington, D.C. (États-Unis)
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Profession
Autres activités
Membre du conseil d'administration de :
The Walt Disney Company
Women for Women International
Center for Global Development
V-Day
Formation

Sheryl Kara Sandberg[1] est une femme d'affaires américaine, née le à Washington, D.C.. Elle est l'actuelle directrice des opérations (COO) de Facebook. Elle était auparavant vice-présidente des Ventes et opérations internationales en ligne (Global Online Sales and Operations) chez Google. Elle s'est également impliquée dans le lancement de la branche philanthropique de Google, Google.org et dans AdWords. Avant de rejoindre Google, Sheryl Sandberg était chef de service au sein du département du Trésor des États-Unis où elle a fait partie du programme d'allègement de la dette des pays en voie de développement.

En 2011, elle est classée comme la cinquième femme la plus puissante au monde par le magazine Forbes. En 2012, elle est à la dixième place, en 2013 à la sixième et en 2014 à la neuvième. Elle est également considérée comme l'une des femmes les plus puissantes dans le secteur informatique en 2014[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Sheryl Kara Sandberg est née le à Washington, D.C., aux États-Unis au sein d'une famille juive[3], fille de Adele (une enseignante) et Joel Sandberg (un ophtalmologue[4]) et aînée de leurs trois enfants[1]. Lorsqu'elle avait deux ans, sa famille a déménagé à Miami, en Floride[3]. Elle était, à l'école publique, « toujours en tête de classe »[3]. Ses deux parents s'engagent pour leur part dans le bénévolat et le soutien à l'opposant russe[4].

En 1987, Sandberg est entrée au Harvard College et a obtenu un Bachelor of Arts en économie en 1991[5]. C'est là qu'elle a rencontré le professeur Lawrence Summers qui est devenu son encadrant pour la rédaction de son mémoire[6]. Summers l'a recrutée pour qu'elle devienne son assistante de recherche à la Banque mondiale[3], où elle a travaillé pour des projets de santé en Inde et lutté contre la lèpre, le SIDA et la cécité[7]. Elle a par ailleurs été intronisée au Phi Beta Kappa, un club estudiantin regroupant des élèves très brillants élus au cours de leur troisième ou quatrième année d'études universitaires[3].

En 1993, elle est entrée à la Harvard Business School et a reçu son M.B.A. en 1995. Elle a ensuite travaillé comme conseillère en stratégie pour McKinsey & Company. De 1996 à 2001, elle a été chef de service au sein du département du Trésor des États-Unis où elle a fait partie du programme d'allègement de la dette des pays en voie de développement.

Elle a ensuite été vice-présidente des Ventes et opérations internationales en ligne (Global Online Sales and Operations) chez Google. Elle s'est également impliquée dans le lancement de la branche philanthropique de Google, Google.org et dans AdWords.

Fin 2007, Mark Zuckerberg, cofondateur et CEO de Facebook, rencontre Sandberg lors d'une fête de Noël[8] organisée par Dan Rosensweig. À l'époque, elle envisageait de devenir cadre supérieure chez The Washington Post Company[3]. Zuckerberg ne recherchait pas vraiment de COO mais l'a trouvé « parfaitement adaptée » au rôle[3]. Ils ont passé davantage de temps en janvier 2008 au Forum économique mondial de Davos, en Suisse. En mars 2008, Facebook a annoncé le transfert de Sheryl Sandberg de Google vers Facebook[9]. Le 23 décembre 2009, Sheryl Sandberg est nommée au conseil d'administration de la Walt Disney Company[10].

Après avoir rejoint Facebook, Sandberg a rapidement cherché à rendre Facebook rentable. Avant sa venue, l'entreprise était « principalement occupée à construire un site vraiment cool ; les bénéfices, supposaient-ils, suivraient »[3]. À la fin du printemps, la direction de Facebook a accepté de fonder son modèle économique sur la publicité, à condition que les annonces restent discrètes. En 2010, Facebook est devenu bénéficiaire[3]. Sandberg gère les ventes, le marketing, le développement commercial, les ressources humaines, la politique publique et la communication de Facebook.

Son salaire en 2011 est de 30,8 millions de dollars ce qui en fait la mieux payée devant les fondateurs de Facebook[11].

Le 25 juin 2012, Sheryl Sandberg est nommée au conseil d'administration de Facebook[12]. Elle est la seule femme qui y siège.

En 2013, elle publie un livre pour exhorter les femmes à avoir de l’ambition et à se mettre en avant, traduit en français sous le titre d’En avant toutes (éd. JC Lattès). Elle y encourage également les couples à se répartir les tâches ménagères et à se partager la prise en charge des enfants[13].

En août 2013, elle vend pour 91 million de dollars d'actions Facebook (2 363 636 actions). À la suite de cette transaction, elle possède toujours 25 millions d'actions (à 38,50 € en août 2013) ce qui représente 962 500 000 dollars d'actions Facebook[réf. nécessaire]. En janvier 2014, elle devient l'une des plus jeunes femmes milliardaires au monde[14]. Avec un salaire annuel de 30 millions de dollars, elle gagne davantage que Marc Zuckerberg, son employeur. Elle a annoncé qu'elle allait donner la moitié de sa fortune d'un milliard de dollars pour promouvoir la cause féminine[4].

Vie privée[modifier | modifier le code]

En 2004, Sheryl Sandberg épouse en secondes noces David Goldberg[1], un entrepreneur du web plus tard devenu CEO de SurveyMonkey (en)[3]. Elle a deux enfants[4].

David Goldberg est mort subitement le 1er mai 2015 suite à un traumatisme crânien résultant d'une chute dans la salle de sport de l’hôtel mexicain où le couple résidait pour ses vacances[15].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) « Sheryl Sandberg, David Goldberg », Weddings/Celebrations, The New York Times,‎ (consulté le 16 juillet 2011)
  2. heryl Sandberg (Facebook) : une féministe à qui Facebook doit beaucoup, JDN, 26 août 2014
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j (en) Ken Auletta, « A Woman’s Place », The New Yorker,‎ (consulté le 16 juillet 2011)
  4. a, b, c et d Marie-Catherine Beuth, « Sheryl Sandberg, l'égérie "quasi féministe" », Le Figaro, encart « Économie », mardi 12 août 2014.
  5. Olivier Duffez, « Facebook recrute Sheryl Sandberg, ancienne dirigeante de Google » 4 mars 2008
  6. (en) Jessi Hempel, « Sheryl Sandberg: Facebook's new number two to Zuckerberg », Money.CNN.com,‎ (consulté en 22 juil. 2010)
  7. (en) « Sheryl Sandberg, An Inside View of Facebook », Newsweek,‎ (consulté le 22 juillet 2010)
  8. Jean-Baptiste Diebold, « Facebook : Sheryl Sandberg tient la boutique », High-Tech, sur challenges.fr, Challenges,‎ (consulté le 30 juillet 2012)
  9. (en) Kara Swisher, « Sheryl Sandberg Will Become COO of Facebook », All Things Digital (en),‎ (consulté le 22 juillet 2010)
  10. (en) Sheryl Sandberg Nominated To Disney Board, 23 décembre 2009.
  11. (en) « Executive Bios », Facebook.com,‎ (consulté en 17 sept. 2011)
  12. « Sheryl Sandberg nommée au conseil d’administration Facebook », sur zdnet.fr,‎
  13. Léa Lejeune, « Parité: un succès sur le papier », Libération, no 9981,‎ (lire en ligne)
  14. Géraldine Russell, « La numéro 2 de Facebook rejoint le club fermé des femmes milliardaires », in lefigaro.fr, 22 janvier 2014.
  15. Neila Beyler, « Décès de David Goldberg : la Silicon Valley perd l’un de ses patrons les plus populaires », lesechos.fr, 3 mai 2015.