Université de Sherbrooke

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Université de Sherbrooke
Image dans Infobox.
Histoire
Fondation
Statut
Type
Université publique, financée à 57 % par le gouvernement du Québec
Régime linguistique
Recteur
Pierre Cossette
Devise
Veritatem in charitate
(La vérité dans la charité)
Membre de
Site web
Chiffres-clés
Étudiants
36 000 (2008)[1]
Localisation
Pays
Campus
Localisation sur la carte du Canada
voir sur la carte du Canada
Red pog.svg
Localisation sur la carte du Québec
voir sur la carte du Québec
Red pog.svg

L'Université de Sherbrooke, fondée en 1954, est une université francophone située à Sherbrooke, métropole de la région de l'Estrie au Québec (Canada).

Histoire[modifier | modifier le code]

L'Université de Sherbrooke est née du désir d'établir une université catholique francophone dans une région initialement à forte densité anglophone[2]. Un comité est formé dans ce but en 1953[3]. Elle est la première université francophone hors des grandes villes de Montréal et Québec. John Samuel Bourque, député de Sherbrooke et ministre influent du gouvernement provincial de Maurice Duplessis, est le parrain du projet de loi qui décrète la transformation du Séminaire Saint-Charles-Borromée en université[4],[5]. Elle prévoit que « La fonction de chancelier de l’Université de Sherbrooke est créée et le titulaire en sera l’archevêque catholique romain de Sherbrooke »[5],[6]. La loi est sanctionnée le 5 mars 1954 et les premiers cours sont donnés dès septembre 1954[7].

À cette époque, l'université compte trois facultés. La Faculté des arts est logée dans l'ancien séminaire, la Faculté de droit dans le palais de justice de Sherbrooke et la Faculté des sciences dans les locaux de l'École supérieure[3]. 2000 étudiants à temps plein sont inscrits dans les programmes de science, commerce et droit[2].

À mesure que les facultés et les étudiants augmentent, les activités se déplacent sur le site actuel de l'université. Dès la fin des années 1960, le nombre de prêtres qui travaillent pour l'université diminue grandement. En 1975, le premier recteur laïc est nommé, en la personne de Yves Martin.

Présentation[modifier | modifier le code]

L’Université de Sherbrooke se différencie des autres grâce à son régime coopératif qui permet aux étudiants et étudiantes d’alterner les sessions d’études avec des stages rémunérés. Cela leur permet notamment d’intégrer graduellement les pratiques du marché du travail. De plus, elle est reconnue pour ses nombreuses recherches ayant conduit à des découvertes majeures[8].

L'Université est fréquentée par 41 000 étudiants et étudiantes provenant de 96 pays et territoires[8] et son corps professoral se compose de 3 812 personnes. L'Université emploie 6 634 personnes et compte plus de 110 000 diplômés. L'Université de Sherbrooke ne comptait à sa fondation seulement que trois facultés, mais en est maintenant composée de huit : gestion des affaires, droit, éducation, sciences de l’activité physique, génie, lettres et sciences humaines, médecine et sciences de la santé et sciences[7]. Elle offre 46 programmes de baccalauréat, 56 programmes de maîtrise et 33 programmes de doctorat. Elle détient 71 chaires de recherche, 35 centres de recherche, six instituts et une unité mixte internationale. L’Université de Sherbrooke est parmi les universités canadiennes recevant le plus de subventions et de contrats résultant de la recherche[7]. Elle est également la première université au monde à offrir un programme de Maîtrise en administration des affaires (M.B.A) en français[7].

L'Université de Sherbrooke offre également un programme de médecine à Saguenay au Québec et à Moncton au Nouveau-Brunswick, en partenariat avec l'Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) et avec l'Université de Moncton.

L'Université compte trois campus, deux à Sherbrooke et le troisième à Longueuil au Québec[8].

Recteurs[modifier | modifier le code]

Recteur actuel[modifier | modifier le code]

Pierre Cossette (en) est élu, en 2017, par les membres du collège électoral, comme 10e recteur de l'université pour un mandat de cinq ans[17]. En 2021, il a été réélu avec 95 % des votes pour un second mandat d'une durée de trois ans[18].

Pierre Cossette est diplômé en médecine de l'Université de Montréal, en médecine interne de l'Université de Sherbrooke et en épidémiologie et biostatistiques de l'Université McGill. Auparavant, il a été directeur du Département de médecine du CHUS et de la Faculté de médecine et des sciences de la santé, dont il est devenu le doyen avant de prendre le rôle de recteur[19].

Vice-recteur[modifier | modifier le code]

En date de 2020, Christine Hudon est vice-rectrice aux études de l’Université de Sherbrooke[20].

Composantes[modifier | modifier le code]

Le pavillon multifonctionnel (campus principal de Sherbrooke).

L'Université de Sherbrooke se compose de plusieurs facultés disciplinaires (droit, école de gestion, éducation, génie, lettres et sciences humaines, médecine et sciences de la santé, sciences et sciences de l'activité physique).

Implantations[modifier | modifier le code]

L'Université de Sherbrooke est active sur quatre campus :

  • campus principal de Sherbrooke ;
  • campus de la santé de Sherbrooke ;
  • campus de Longueuil ;
  • campus de recherche IIIT.

Campus principal[modifier | modifier le code]

Le Campus principal de Sherbrooke rassemble la direction de l'institution, les services administratifs associés, toutes les facultés, sauf celles de médecine et des sciences de la santé, des bibliothèques, des centres culturels ou sportifs et des résidences étudiantes.

Campus de la santé[modifier | modifier le code]

Le Campus de la santé de Sherbrooke regroupe la Faculté de médecine et des sciences de la santé, le Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CHUS) et des centres de recherche tels que l'Institut de pharmacologie de Sherbrooke.

Un partenariat entre l'Université de Sherbrooke et le CIUSSS de l'Estrie-CHUS a permis la création du Laboratoire de simulation clinique (LSC)[21].

À compter de l'automne 2022, l'Université de Sherbrooke aura un nouveau campus de médecine sur le territoire du Centre intégré de santé et des services sociaux de la Montérégie-Centre. Cet établissement pourra accueillir une centaine d'étudiants une fois la construction terminée.[22]

Campus de Longueuil[modifier | modifier le code]

Le Campus de Longueuil a été fondé en 1989[23]. Plus de 120 programmes de formation y sont offerts majoritairement au 2e et 3e cycles dans sept des huit facultés de l'Université de Sherbrooke. Les programmes, qu’ils soient de 1er, 2e ou 3e cycles, sont offerts pour la plupart à temps partiel, de soir et de fin de semaine ou sous diverses formes intensives pour permettre aux professionnels de demeurer sur le marché du travail.

En automne 2022, un nouveau campus de la santé sera installé à Longueuil avec un pavillon de formation médicale.[24]

Autres sites d'enseignement[modifier | modifier le code]

Des formations en médecine sont données aux étudiants francophones à Saguenay[25], au Québec, et à Moncton[26], au Nouveau-Brunswick, depuis 2006.

Enseignement et recherche[modifier | modifier le code]

Laboratoire d’innovation municipale[modifier | modifier le code]

La mairesse de Sherbrooke, Évelyne Baudin, annonce son premier budget le 20 décembre 2021. De ce budget un appui financier est finalement annoncé pour la création du laboratoire d’innovation municipale à l’Université de Sherbrooke. Ce projet faisait partie d’une de ses promesses électorales[27].

Recherche[modifier | modifier le code]

En 2014 et en 2015, selon le classement international établi par l'Université Leiden[28] aux Pays-Bas, l'Université de Sherbrooke se classe première université francophone au Canada pour la pertinence de sa recherche[29].

En 2020, l'Agence antidopage s'associe à l'Université de Sherbrooke afin de créer la Chaire de recherche sur l'antidopage au sport. Les deux parties verseront 200 000$ US pour les cinq prochaines années. [30]

En 2020, dans le cadre de la recherche sur la maladie d’Alzheimer, le professeur-chercheur à l’Université de Sherbrooke Stephen Cunnane et son équipe ont développé une boisson cétogénique prouvant qu’elle améliore trois fonctions cognitives de manière importante lorsque prise de façon régulière pendant six mois.[31]

Institut quantique[modifier | modifier le code]

Fondé en 2015 grâce à une subvention de 33,5 M$ du Fonds d'excellence à la recherche Apogée Canada[32], l'Institut quantique rassemble des chefs de file mondiaux, notamment de partenaires comme l’Institut canadien de recherches avancées, IBM, Microsoft, Lockheed Martin et Google[32] en matière de recherche et de formation interdisciplinaire en science et technologies quantiques. Cet institut œuvre principalement dans les matériaux quantiques, l’information quantique, la physique mésoscopique ainsi que les méthodes numériques.

Super-ordinateur[modifier | modifier le code]

Le Centre de calcul scientifique de l'Université de Sherbrooke détient un super-ordinateur qui a souvent été le plus puissant ou qui a figuré parmi les plus puissants du Canada[33]. Il est surnommé « Mammouth » et il possède, dans sa version 2011, plus de 39 000 processeurs. Il a été financé à l'aide d'une subvention accordée au Réseau québécois de calcul de haute performance (RQCHP).

USITO[modifier | modifier le code]

Le groupe de recherche Franqus de la Faculté des lettres et sciences humaines de l'Université de Sherbrooke a réalisé un dictionnaire général du français québécois standard.

Usito est le premier dictionnaire électronique à décrire le français standard en usage au Québec[34], tout en faisant le pont avec le reste de la francophonie. Il propose un contenu ouvert sur l'Amérique du Nord et sur le monde. Il est basé sur un corpus de textes entièrement québécois.

Développement durable[modifier | modifier le code]

Au début des années 2000, l'Université de Sherbrooke a adopté une stratégie de développement durable qui implique toute la communauté universitaire et qui intègre les missions d'enseignement et de recherche. L'Université de Sherbrooke a été la première université québécoise à mettre en place un programme de libre accès au transport en commun pour ses étudiantes et étudiants[35].

Depuis 2018, l'Université de Sherbrooke a mis en place un Plan de développement durable (Pan DD) qui s'étalonne sur quatre ans. Dans ce plan, un total de 326 actions écologiques ont été méticuleusement choisies par les membres et seront réalisées d'ici 2022. En août 2021, le Plan de développement durable (Plan DD) 2018-2022 de l'Université de Sherbrooke était effectué à plus de 80 %[36]. Un nouveau plan a récemment été conçu pour les années 2022 à 2025[36].

Mesures pendant la pandémie de Covid-19[modifier | modifier le code]

En 2020, en raison de la pandémie de Covid-19, l’Université de Sherbrooke décide de fonctionner en formule hybride, les étudiants et étudiantes ayant des cours à distance ainsi que des cours en classe, et ce, afin de permettre aux élèves d’avoir des activités en présentiel. Cette formule commence en automne 2020 et le recteur, Pierre Cossette, s'engage à ce que son établissement scolaire respecte les règles sanitaires du gouvernement[37]. Pour l'automne 2021, l'Université de Sherbrooke a priorisé la maintenance d'un maximum d'activités en présentiel en offrant un campus « éclaté » pour les étudiants et le personnel[38]. Ainsi, l'Université a mis de l'avant le concept des classes extérieures lors des belles journées au début de l'automne[38],[39].

Usine-école[modifier | modifier le code]

La Faculté de génie de l’UdeS s’associe avec la microbrasserie sherbrookoise Siboire pour créer une Usine-école au sein du campus. Le projet a pour but de répondre aux besoins de l’industrie et former la communauté étudiante pour son entrée sur le marché du travail[40].

Identité visuelle[modifier | modifier le code]

Jusqu'au début des années 1970, l'université a principalement utilisé ses armoiries comme image de marque[41]. Un logo formé de la lettre « S » stylisée à l'intérieur d'un carré est introduit en décembre 1970[42]. Ce logo est légèrement modifié en 1993[43].

Le , dans le but d'augmenter sa notoriété, l'Université de Sherbrooke opère un changement d'image de marque. L'institution utilise désormais UdS au lieu de UdeS dans sa signature promotionnelle et déclare vouloir devenir une marque de communauté, plutôt qu'une marque centralisée[44]. L'université change également de logo et ajoute aussi de nouveaux graphiques[44]. Ces changements ne font pas l’unanimité chez les étudiants et les membres du personnels. Certains déplorent que l’université, par l’adoption du nouveau logotype, a manqué de professionnalisme et de vision[44].

Galerie d'art[modifier | modifier le code]

L'Université possède sa propre galerie d'arts, la Galerie d'art Antoine-Sirois. Située dans l'arrondissement du Mont-Bellevue dans le Pavillon Irénée-Pinard [B6], au 2500, boul. de l'Université à Sherbrooke, cette galerie présente les œuvres réalisées par des artistes réputés tant au niveau régional, national qu'international[45],[46].

Vie étudiante[modifier | modifier le code]

L'un des nombreux tunnels de l'Université de Sherbrooke servant à relier les pavillons entre eux.

Associations et regroupements étudiants[modifier | modifier le code]

  • La Fédération étudiante de l'Université de Sherbrooke (FEUS) a été fondée en 1955. C'est la fédération étudiante qui, par son accréditation, représente l'ensemble des étudiants du premier cycle. Elle compte 10 associations membres et plus de 13 000 étudiants.
  • Le Regroupement des étudiants en maîtrise et doctorat de l'Université de Sherbrooke (REMDUS) est un regroupement qui, par son accréditation, représente l'ensemble des étudiants du second et du troisième cycle. Il était affilié à la Table de concertation étudiante du Québec (TaCEQ) jusqu'à ce qu'un référendum en en décide autrement. Près de 70 % des étudiants se sont prononcés contre le maintien du REMDUS dans la TaCEQ. Néanmoins, en 2015, elle s'est prononcée en faveur à l'affiliation à l'Union étudiante du Québec (UEQ).[réf. souhaitée]
  • Chaque faculté possède une association étudiante qui lui correspond.
  • En association avec la CDEC, l’Université de Sherbrooke a mis en place un Frigo Free-go pour lutter contre le gaspillage alimentaire[47].
  • La pair-mission est un service de soutien psychologique offert aux étudiants de l’université. Les bénévoles avec lesquels on peut prendre une rencontre sont eux aussi étudiants. Ils ont reçu une formation de trois jours pour s’assurer d’avoir les outils et compétences nécessaires pour bien remplir leur rôle.[48]

Sports[modifier | modifier le code]

Pavillon Univestrie

Les équipes sportives de l'Université de Sherbrooke s'appellent Vert & Or. L’Université de Sherbrooke compte six types d’équipes sportives.

L’Université de Sherbrooke a créé le Département des sports en 1961. Jean-Pierre Lavigne a été nommé directeur[49].

Le Vert et Or cumule 10 titres universitaires canadiens depuis sa création en 1964[source secondaire nécessaire]. D'ailleurs, l'équipe masculine d'athlétisme en remporte 4 consécutifs entre 1997 et 2000.

Stade[modifier | modifier le code]

Le stade de l'Université de Sherbrooke est un stade multifonctionnel construit en 2003 et qui compte 3 359 sièges.

Médias[modifier | modifier le code]

L'institution publiait le journal UdeS, destiné principalement aux personnes sur le campus et tiré à 8 500 exemplaires.

La fin du journal sur support papier s'explique par la politique de développement durable de l'université, les changements dans les habitudes des lecteurs qui utilisent de plus en plus Internet et la diminution des revenus publicitaires.

De plus, la communauté étudiante de l'université est responsable de la production d'un journal étudiant, Le Collectif et d'une station de radio FM, CFAK 88,3 FM.

Résidences[modifier | modifier le code]

Cuisine commune des locataires au résidence E.
  • Le Campus principal de l’Université de Sherbrooke a deux bâtiments où les étudiants peuvent loger.

Outre les résidences situés sur le Campus principal, les étudiants peuvent aussi se loger à Le Montagnais. Ces résidences étudiantes sont divisés en trois campus: Campus principal, Campus Centro et Campus de la santé[50].

Personnalités liées à l'université[modifier | modifier le code]

Collation des grades 2009, sur le terrain du stade.

Étudiants[modifier | modifier le code]

  • Brigitte Alepin, fiscaliste québécoise, connue pour ses interventions dans les médias canadiens et pour son livre Ces riches qui ne paient pas d'impôt.

Enseignants[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Pavillon Georges-Cabana.
Installation de lettres géantes sur le campus principal
Faculté des sciences.
Résidences G au pied du mont Bellevue.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.usherbrooke.ca/accueil/fr/udes-en-bref/
  2. a et b Zone Société- ICI.Radio-Canada.ca, « Les débuts de l’Université de Sherbrooke il y a 65 ans », sur Radio-Canada.ca (consulté le )
  3. a et b Jean-Michel Daoust, « Fondation de l'Université de Sherbrooke (1954-05-04) », sur Université de Sherbrooke, (consulté le )
  4. Amédée Gaudreault, « Le bill de l'Université de Sherbrooke, adopté à l'unanimité à Québec », sur La Tribune, (consulté le )
  5. a b et c Gouvernement du Québec, « Loi relative à l'Université de Sherbrooke », (consulté le )
  6. En date de 2022, cette disposition est toujours en vigueur : « Assemblée de l'Université », sur Université de Sherbrooke (consulté le ).
  7. a b c et d « Université de Sherbrooke | l'Encyclopédie Canadienne », sur thecanadianencyclopedia.ca (consulté le )
  8. a b et c « Université de Sherbrooke | EtudesUniversitaires.ca » (consulté le )
  9. « Mgr Irénée Pinard, nommé recteur de l'université; l'abbé L. Drapeau, supérieur du G. Séminaire », sur La Tribune, (consulté le )
  10. « Mgr Maltais est nommé recteur de l'U. de Sherbrooke », sur Le Devoir, (consulté le )
  11. Yvon Rousseau, « Nouveau recteur à l'Université M. Yves Martin », sur La Tribune, (consulté le )
  12. Michel Rondeau, « Un ancien élu recteur de l'Université », sur La Tribune, (consulté le )
  13. Michel Rondeau, « Aldée Cabana élu recteur au 6e tour », sur La Tribune, (consulté le )
  14. Marco Fortier, « Pierre Reid devient le 7e recteur », sur La Tribune, (consulté le )
  15. André Laroche, « Béchard élu de justesse », sur La Tribune, (consulté le )
  16. Clairandrée Cauchy, « Luce Samoisette dirigera l'Université de Sherbrooke », sur Le Devoir, (consulté le )
  17. a et b « Pierre Cossette amorce son mandat de recteur à l'UdeS », sur Radio-Canada.ca, (consulté le )
  18. Sabrina Lavoie, « Un second mandat pour Pierre Cossette à l’UdeS », sur latribune.ca, (consulté le )
  19. « Pierre Cossette devient le 10e recteur de l'UdeS », sur La Tribune.ca, (consulté le )
  20. « Université de Sherbrooke : des cours dans des églises et en plein air », sur La Presse, (consulté le )
  21. « L'Université de Sherbrooke au service des étudiants et de la communauté », sur Le Devoir (consulté le )
  22. « Deux millions pour la formation des médecins », sur La Presse, (consulté le )
  23. Jean Pichette, « L'Université de Sherbrooke compte bien rester à Longueuil », Le Devoir,‎ (lire en ligne Accès limité)
  24. « Un nouveau campus de médecine de l’UdeS à Longueuil », sur FM 103,3, (consulté le )
  25. « Association avec l'Université de Sherbrooke », sur Le Quotidien, (consulté le )
  26. Zone Aucun thème sélectionné- ICI.Radio-Canada.ca, « L'Université de Sherbrooke... à Moncton », sur Radio-Canada.ca (consulté le )
  27. Rémi Léonard, « Sherbrooke Citoyen propose un laboratoire universitaire sur le monde municipal », La Tribune,‎ (lire en ligne)
  28. (en) Centre for Science and Technology Studies (CWTS), « CWTS Leiden Ranking 2016 », sur CWTS Leiden Ranking 2016 (consulté le )
  29. (en) « Université de Sherbrooke », sur Top Universities, (consulté le )
  30. « L’Agence mondiale antidopage s’associe à l’Université de Sherbrooke », sur La Presse, (consulté le )
  31. « Une équipe de l’UdeS développe une boisson cétogène pour améliorer la mémoire », sur La Tribune, (consulté le )
  32. a et b Service Canada, « Le ministre Holder annonce un investissement dans la recherche quantique qui révolutionnera le traitement de l'information et les matériaux de pointe », sur www.canada.ca, (consulté le )
  33. Zone Science- ICI.Radio-Canada.ca, « L'Université de Sherbrooke possède l'ordinateur le plus puissant au Canada », sur Radio-Canada.ca (consulté le )
  34. « Usito se veut le dictionnaire d’ici », sur Le Devoir (consulté le )
  35. Radio-Canada, « Depuis 2004, l'Université de Sherbrooke met l'accent sur le libre accès au transport en commun », (consulté le ) : « L’Université de Sherbrooke a été une pionnière au Québec en offrant la gratuité des transports en commun à ses étudiants. »
  36. a et b « L’UdeS, une meneuse durable à Sherbrooke », sur La Tribune, (consulté le )
  37. « L'Université de Sherbrooke opte pour une formule hybride à l'automne », sur Radio-Canada.ca (consulté le ).
  38. a et b « L’UdeS s’attend à un automne éclaté », sur La Tribune, (consulté le )
  39. « Université de Sherbrooke : des cours dans des églises et en plein air », sur La Presse, (consulté le )
  40. 1,2 million pour la formation brassicole. (2021, novembre 13). La Presse. https://www.lapresse.ca/affaires/tetes-d-affiche/2021-11-13/1-2-million-pour-la-formation-brassicole.php
  41. Voir les couvertures de l'annuaire général de 1971-1972 et de celui de 1973-1974.
  42. « L'Université de Sherbrooke rend hommage au quotidien " Le Devoir " », sur Le Devoir, (consulté le ) : « L'Université de Sherbrooke sera désormais identifiée par ce symbole. », A-24
  43. « L'Université adopte un nouveau logo : L'ancien sigle identifiait l'institution sherbrookoise depuis 20 ans », sur La Tribune, (consulté le )
  44. a b et c « L’UdeS dévoile sa nouvelle image de marque », sur La Tribune, (consulté le )
  45. Site touristique officiel du gouvernement du Québec, « galerie d'Art », sur Bonjour Québec (consulté le )
  46. « Galerie d'art Antoine-Sirois », sur www.musees.qc.ca (consulté le )
  47. « Un frigo libre-service à l’UdeS », sur La Tribune, (consulté le )
  48. « Un nouveau service de « pair-aidance » sur le campus de l’UdeS », sur La Tribune, (consulté le )
  49. « La genèse du Vert & Or », sur La Tribune, (consulté le )
  50. « Le Montagnais | Résidences étudiantes disponibles sur 3 campus », sur Le Montagnais - Résidences étudiantes (consulté le )
  51. « Beaudoin, Laurent | l'Encyclopédie Canadienne », sur www.thecanadianencyclopedia.ca (consulté le )
  52. Ministry of Foreign Affairs, Republic of China (Taiwan), « Liu Chao-shiuan reçoit le prix 2009 de l’amitié canado-taiwanaise », sur Taiwan Info, (consulté le )
  53. « Alexis Wawanoloath - Assemblée nationale du Québec », sur www.assnat.qc.ca (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]