Edward Snowden

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Snowden.
Edward Snowden
Description de cette image, également commentée ci-après

Edward Snowden lors de son interview par Glenn Greenwald et Laura Poitras, le 6 juin 2013 à Hong Kong.

Nom de naissance Edward Joseph Snowden
Naissance (32 ans)
Elizabeth City, Caroline du Nord, États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américain
Profession
Activité principale
Administrateur systèmes chez Booz Allen Hamilton (jusqu'au 10 juin 2013)
Autres activités
Révélateur des programmes de surveillance électronique (PRISM, XKeyscore) de citoyens, d'entreprises et d'États par les agences de renseignements américaines (NSA, FBI), britanniques (GCHQ), canadiennes (CSEC), australiennes (DSD) et néo-zélandaises (GCSB)

Edward Joseph Snowden, né le [1], est un informaticien américain[2], ancien employé de la Central Intelligence Agency (CIA) et de la National Security Agency (NSA)[3],[4], qui a révélé les détails de plusieurs programmes de surveillance de masse américains et britanniques[5].

À partir du , Snowden rend publiques par l’intermédiaire des médias, notamment The Guardian[6] et du Washington Post[7], des informations classées top-secrètes de la NSA concernant la captation des métadonnées des appels téléphoniques aux États-Unis, ainsi que les systèmes d’écoute sur internet des programmes de surveillance PRISM, XKeyscore, Boundless Informant et Bullrun du gouvernement américain[8],[9], ainsi que les programmes de surveillance Tempora, Muscular et Optic Nerve du gouvernement britannique. Pour justifier ses révélations, il a indiqué que son « seul objectif est de dire au public ce qui est fait en son nom et ce qui est fait contre lui »[10].

À la suite de ses révélations, Edward Snowden est inculpé le par le gouvernement américain sous les chefs d’accusation d’espionnage, vol et utilisation illégale de biens gouvernementaux[11],[12].

Exilé à Hong Kong en juin 2013 puis à Moscou, Edward Snowden obtient le l’asile temporaire en Russie[13]. Le il obtient un droit de résidence pour trois ans en Russie[14].

Le , l’édition américaine du Guardian et le Washington Post se voient décerner le prix Pulitzer pour la publication des révélations sur le système de surveillance de la NSA, rendues possibles grâce aux documents fournis par Snowden[15],[16],[17].

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et éducation[modifier | modifier le code]

Edward Snowden naît le à Elizabeth City en Caroline du Nord, mais passe toute son enfance dans la ville de Wilmington[18]. Son père, Lonnie Snowden, originaire de Pennsylvanie, est un ancien officier de la garde côtière des États-Unis[19]. Sa mère, Wendy, originaire de Baltimore, Maryland, travaille à la cour fédérale du district du Maryland. Il a une sœur plus âgée que lui, qui est avocate[18],[20].

En 1999, Edward déménage avec sa famille à Ellicott City dans le Maryland, où il étudie l’informatique au lycée Anne Arundel Community College (en)[18], pour obtenir les crédits nécessaires à l’obtention d’un diplôme d’études secondaires. À Crofton (Maryland) (en), où il habite, presque tout le monde travaille pour l’armée ou la NSA, dont le quartier général est non loin à Fort Meade[21].

Snowden ne finit pas sa licence à Arundel[22]. Son père explique qu’Edward a raté plusieurs mois d’école pour cause de maladie, et, plutôt que de retourner passer son GED dans une université locale — qu’il a par la suite obtenu[23] — il préfère suivre des cours en ligne afin d’obtenir une maîtrise à l’université de Liverpool, en 2011[24].

Ayant travaillé dans une base militaire américaine au Japon, Edward Snowden aurait eu à cette occasion un intérêt profond pour la culture japonaise et en aurait étudié la langue[25]. Snowden a également affirmé qu’il avait une compréhension de base du mandarin, qu’il était profondément intéressé par les arts martiaux et a revendiqué le bouddhisme comme étant sa religion[26]. Avant de fuir pour Hong Kong, Snowden résidait à Honolulu, Oahu, sur l’archipel d’Hawaï[27]. Il avait visité Hong Kong auparavant avec Lindsay Mills, sa petite amie[28].

Le , Lonnie Snowden accorde une interview à Fox TV, étant préoccupé par la désinformation dans les médias concernant son fils. Il décrit Edward comme étant « un jeune homme attentionné et sensible, doté d'une profonde réflexion »[24]. Alors qu’il est en accord avec son fils dans son opposition aux programmes de surveillance qu’il a révélés, Lonnie Snowden demande à son fils de cesser sa fuite et de rentrer à la maison[29].

Le , lors d’un interview organisé et diffusé par la télévision russe Rossiya 24, Lonnie Snowden change d’avis et conseille à son fils de rester en Russie pendant son asile temporaire : « Je pense que la Russie a la ferme intention et la possibilité de protéger mon fils. Si j'étais à sa place, je resterais en Russie »[30].

Convictions politiques[modifier | modifier le code]

En juin 2013, Edward Snowden est photographié à côté d’un ordinateur portable orné d’autocollants à l’effigie d’associations promouvant un internet libre, comme l’Electronic Frontier Foundation ou le réseau Tor[31].

À l’élection présidentielle américaine de 2008, Snowden dit avoir voté pour un Tiers parti, sans préciser lequel. En 2008, il est prêt à faire ses révélations, mais il décide d’attendre à cause de l’élection de Barack Obama. Snowden dit qu’à cette période il « croyait aux promesses d'Obama », mais que celui-ci « a continué les pratiques de son prédécesseur »[32].

Concernant l’élection présidentielle américaine de 2012, les listes de donateurs aux politiques indiquent qu’il a contribué à la primaire de Ron Paul, candidat à l’investiture du parti républicain[33].

Carrière[modifier | modifier le code]

Le , Edward Snowden s’engage dans l’armée en tant que recrue des forces spéciales. Il a alors 21 ans et dit vouloir combattre pendant la guerre d’Irak, parce qu’il « se sentait obligé en tant qu'être humain d'aider les peuples libres contre l'oppression ». Cependant, quatre mois plus tard, un accident pendant un entraînement lui brise les deux jambes et l’oblige à abandonner sa formation. Il est par la suite embauché par la NSA comme agent de sécurité à l’université du Maryland, avant de rejoindre la CIA pour travailler dans la sécurité informatique[34].

De mars 2007 à février 2009[35], Snowden est envoyé par la CIA à la mission américaine des Nations unies à Genève en Suisse[36]. Il décrit cette expérience à Genève comme étant « formatrice ». Par exemple, il raconte que la CIA a délibérément rendu ivre un banquier suisse, puis l’a encouragé à rentrer chez lui en voiture. Quand ce dernier a été arrêté, un agent de la CIA lui aurait alors offert son aide, puis l’aurait recruté. Le président de la Confédération suisse, Ueli Maurer, a commenté ce témoignage : « Il ne me semble pas que cet incident se soit déroulé de la façon dont Snowden et les médias la décrivent ». Ces révélations sont arrivées à un moment particulier dans les relations États-Unis–Suisse, puisque le Conseil fédéral suisse tentait d’adopter une loi pour plus de transparence dans le secteur bancaire. Snowden a justifié cette révélation en disant « je ne veux pas vivre dans une société qui pratique ce genre de choses »[37],[38].

En 2009, Snowden quitte la CIA pour travailler chez un prestataire privé de la NSA sur une base militaire américaine au Japon. Le directeur de la NSA, Keith B. Alexander a confirmé que Snowden a eu un poste à la NSA pendant un an, avant de devenir consultant[39]. Snowden travaille ensuite pour Booz Allen Hamilton pendant trois mois, en tant qu’administrateur systèmes pour la NSA, au Centre de renseignement régional SIGINT de Kunia Camp, Hawaii (en) à Oahu, une des îles de l’archipel d’Hawaï[40].

Snowden décrit sa vie comme très confortable, gagnant un salaire annuel d’environ 200 000 dollars avant son emploi chez Booz Allen Hamilton[41]. Dans un entretien avec le quotidien de Hong Kong South China Morning Post, réalisé le , mais publié seulement le , Snowden affirme avoir cherché un emploi chez Booz Allen Hamilton afin de recueillir des preuves des activités de la NSA : « Mes fonctions au sein de Booz Allen Hamilton me donnaient accès aux listes des appareils [ordinateurs, téléphones portables] espionnées à travers le monde par la NSA ». « C’est pour ça que j’ai accepté le poste il y a trois mois », a-t-il expliqué[42].

Snowden travaille à Hawaï depuis un mois lorsqu’il dérobe des informations ultraconfidentielles à l’aide d’une clé USB[43]. Il les transporte ensuite à l’aide de quatre ordinateurs portables jusqu’à Hong Kong, où il se réfugie du [43] au , date de son départ en direction de Moscou. Son travail d’administrateur systèmes lui donnait un accès facile au réseau des ordinateurs de la NSA. D’après le Los Angeles Times, le technicien savait parfaitement comment échapper au contrôle destiné à empêcher tout téléchargement illégal de documents officiels[44]. Snowden est licencié de chez Booz Allen Hamilton le , à la suite, selon ses employeurs, d’une « violation du code d'éthique et de la politique de l'entreprise »[45],[46]

Quand Snowden quitte les États-Unis en mai 2013, à 30 ans, après la perte d’un emploi qui lui assurait un mode de vie privilégié, il explique : « Je suis prêt à sacrifier tout cela parce que je ne peux, en mon âme et conscience, laisser le gouvernement américain détruire la vie privée, la liberté d'Internet et les libertés essentielles des gens du monde entier avec ce système énorme de surveillance qu'il est en train de bâtir secrètement »[47],[48].

La fuite d’information[modifier | modifier le code]

Contacts avec les journalistes[modifier | modifier le code]

Dès 2009, un débat interne entre cadres de la NSA avait eu lieu au sujet de la moralité et de la légalité de certaines collectes de données. Cette « fronde » connue de la Maison-Blanche avait abouti à une proposition de réforme de la NSA formulée par les contestataires, à laquelle l’administration américaine n’avait pas donné suite[49]. En , Snowden prend contact anonymement avec Glenn Greenwald, journaliste au Guardian et avocat américain[50]. Il lui demande de s’équiper d’outils de chiffrement avant de commencer à communiquer[50]. Glenn Greenwald, peu familier avec les outils de chiffrement, ne donne pas suite dans l’immédiat à ce message[50].

En , Snowden se met en rapport, toujours de manière anonyme, avec la documentariste Laura Poitras[51]. Il commence par établir une méthode de communication sécurisée, lui demandant sa clé de chiffrement. Il prétend avoir des informations intéressantes à partager dans le domaine du renseignement. Snowden ne fournissant pas de documents à cette étape, Laura Poitras, qui a besoin d’évaluer la fiabilité de cette source inconnue, en parle à quelques personnes, dont le journaliste Barton Gellman et Jacob Appelbaum, qui l’aident à s’assurer de la crédibilité de ce contact anonyme. Selon elle, Snowden a choisi de s’adresser à elle après avoir lu l’un de ses articles du New York Times consacré à William Binney, un autre lanceur d’alerte des programmes d’espionnage de la NSA, en 2002.

En , Glenn Greenwald et Laura Poitras, qui se connaissent depuis 2010 — ils sont membres fondateurs de la Freedom of the Press Foundation, créée avec le célèbre lanceur d’alerte Daniel Ellsberg en décembre 2012[52] — se rencontrent à New York pour faire le point sur cette source anonyme qui souhaite divulguer de nombreuses informations confidentielles relatives aux programmes de surveillance américains[50].

Le , Barton Gellman, un journaliste du Washington Post, indique qu’il a établi un premier contact avec Snowden. Gellman affirme que Greenwald a été impliqué seulement après que le Washington Post a renoncé à garantir la publication complète des documents dans les soixante-douze heures, mais Greenwald dément cette chronologie des faits[53],[54].

Selon Gellman, avant de le rencontrer en personne, Snowden lui a écrit : « Je comprends que je vais avoir à répondre de mes actions, et que ces révélations publiques marquent la fin de ma vie telle qu'elle a été ». Il a aussi dit à Gellman que tant que les articles ne sont pas publiés, les journalistes travaillant avec lui sont en danger vis-à-vis des agences d’espionnage américaines. Selon Snowden, ces agences de renseignement seraient même prêtes à tuer une personne si elles pensaient que cela pouvait empêcher des révélations embarrassantes[55].

L’hôtel Mira, où Edward Snowden, Laura Poitras, Glenn Greenwald et Ewen MacAskill (en) se sont rencontrés à Hong Kong[56].

En , Snowden invite Greenwald et Laura Poitras à le rejoindre à Hong Kong[57]. Ces derniers quittent New York pour Hong Kong avec un autre journaliste du Guardian, Ewen MacAskill (en)[50]. Ils avaient rendez-vous dans un centre commercial jouxtant l’hôtel Mira, dans le quartier de Kowloon, avec un homme ayant un Rubik’s Cube dans la main : il s’agissait de Snowden[58].

Le Greenwald publie un premier article concernant les activités d’espionnage de la NSA : l’espionnage massif des appels téléphoniques de l’opérateur Verizon.

Le , Gellman publie avec Laura Poitras le premier article du Washington Post révélant le programme de surveillance PRISM[59].

Avant de révéler son identité, Snowden demande à ne pas être cité par de trop longues phrases de peur d’être identifié par analyse sémantique[60]. Son identité est révélée publiquement, à sa demande, par le Guardian et le Washington Post le [61]. Il explique sa décision de renoncer à l’anonymat en ces termes : « Je n'ai pas l'intention de me cacher, parce que je sais que je n'ai rien fait de mal ».

Au début, Snowden utilise le pseudonyme de Verax (qui signifie « celui qui dit la vérité » en latin). Il communique par email de façon chiffrée[51] et héberge ses messages chez le service de courriel Lavabit[62], un service email qui a la particularité de stocker les messages des utilisateurs de façon chiffrée sur ses serveurs. Le propriétaire de Lavabit avait reçu une ordonnance du tribunal lui demandant de coopérer avec le gouvernement américain pour espionner les utilisateurs du service. Percevant cette coopération comme une « complicité de crime contre le peuple américain »[63], il la refuse et décide de fermer Lavabit le . De plus, le gouvernement lui interdit de donner des détails sur cette fermeture[64].

Quelques semaines après le début des révélations, David Cameron[65], premier ministre du gouvernement du Royaume-Uni demande au Guardian de restituer les documents en sa possession relatifs à la NSA et au GCHQ, qu’Edward Snowden leur a fourni. Le rédacteur en chef du journal, Alan Rusbridger, raconte que dans un premier temps ils refusent. Le gouvernement menace alors le journal d’une action judiciaire afin de se faire remettre ces documents. Le [66], le Guardian se résigne alors à détruire les disques durs contenant les documents, en présence d’agents du GCHQ qui vérifient le bon déroulement de cette destruction[67]. Le Guardian a fait savoir qu’ayant préalablement fait plusieurs copies des documents de Snowden sur des serveurs hors du Royaume-Uni, il continuera à publier des articles sur les révélations de Snowden[68].

Le , le conjoint de Glenn Greenwald, en transit à l’aéroport d’Heathrow et qui revenait d’un séjour à Berlin où il avait travaillé avec Laura Poitras, a été arrêté par des officiers britanniques, interrogé en vertu de la loi antiterroriste et détenu pendant 9 heures afin d’être interrogé sur Edward Snowden et les activités des journalistes[69],[70],[71].

Le , le Guardian annonce un partenariat avec le New York Times, afin de poursuivre la publication des révélations sur le GCHQ, en étant « hors de portée du gouvernement britannique »[65].

Le , la commission parlementaire d’enquête du Sénat brésilien, mis en place pour enquêter sur des faits présumés d’espionnage des États-Unis au Brésil, a demandé à la police fédérale qu’elle assure la protection de Glenn Greenwald, le journaliste à l’origine de leur révélation[72].

Le , le journal Le Monde indique collaborer avec le journaliste Glenn Greenwald et son équipe depuis le mois d’août, afin de publier une série d’articles, en se concentrant sur la façon dont la NSA a travaillé sur des cibles françaises[73].

Le , Glenn Greenwald annonce le lancement de The Intercept, un magazine en ligne créé avec Jeremy Scahill et Laura Poitras, et financé par Pierre Omidyar[74],[75],[76]. À court terme, le magazine doit servir de plateforme pour présenter les documents sur la NSA révélés par Edward Snowden et ainsi poursuivre la publication d’enquêtes sur la surveillance globale par les États-Unis[77].

Laura Poitras diffuse son film documentaire Citizenfour en avant-première le au Festival du film de New York[78]. Le documentaire, qui évoque la surveillance mondiale généralisée, retrace notamment l’histoire d’Edward Snowden de Hong Kong à Moscou[79],[80]. Citizenfour était le pseudonyme utilisé par Edward Snowden pour signer son premier email envoyé à Laura Poitras en janvier 2013[81].

Les documents[modifier | modifier le code]

Le , des officiels de la NSA indiquent qu’Edward Snowden n’a pas réussi à accéder aux « bijoux de la couronne », c’est-à-dire les documents les plus secrets de la NSA[82].

Fin , lors de sa rencontre à Hong Kong avec Glenn Greenwald, Snowden aurait communiqué entre 9 000 et 10 000 documents de la NSA[83]. Début , le journaliste Glenn Greenwald précise que Snowden lui a confié entre 15 000 et 20 000 documents secrets américains[84].

Fin , la police britannique indique que le compagnon de Glenn Greenwald, interrogé par des officiers de police britanniques lorsqu’il était en transit à l’aéroport d’Heathrow le [69],[70],[71], était en possession de 58 000 documents sensibles du renseignement britannique[85].

Le , le général Keith B. Alexander, directeur de la NSA, déclare que la fuite concernerait entre 50 000 et 200 000 documents[86].

Le , des officiers de la NSA indiquent, que 6 mois après le début de l’investigation, les enquêteurs ne sont pas toujours en mesure de quantifier avec exactitude l’ampleur de la fuite de données[87].

Le , dans un reportage du magazine 60 Minutes sur la chaîne américaine CBS, un officier de la NSA confirme que le nombre actuel de documents concernés par la fuite s’élève à 1,7 million, ce qui en fait la plus importante fuite de données connue de l’histoire de la Communauté du renseignement américain[88]. Lors de l’interview, l’officer précise qu’Edward Snowden a eu accès aux « clés du royaume » : 31 000 documents ultra-confidentiels de la NSA qui détaillent la connaissance de l’agence et ses lacunes, et donc les moyens que pourraient utiliser d’autres pays pour se protéger[88].

Les révélations[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Révélations d'Edward Snowden.

Exil et asile[modifier | modifier le code]

Réfugié à Hong Kong[modifier | modifier le code]

Panorama urbain de la ville de Hong Kong.

Ayant fui son pays[4], Edward Snowden était, depuis le [89], réfugié au sein de la région administrative spéciale (RAS) de Hong Kong en Chine[4],[90],[91],[92]. Parmi les cibles de la NSA, des centaines sont visées depuis 2009 à Hong Kong ou en Chine, a affirmé Snowden, qui dit agir notamment pour dénoncer « l'hypocrisie du gouvernement américain quand il assure qu'il n'espionne pas d'infrastructures civiles, au contraire de ses adversaires »[89].

À Hong Kong, Edward Snowden a demandé aux avocats qui le secondaient de mettre leur téléphone portable dans le réfrigérateur de sa planque, rapporte The New York Times[93]. Objectif : « Bloquer toute écoute », non grâce au froid mais grâce à l’effet cage de Faraday : les épaisses parois de métal du réfrigérateur créent une sorte de barrière électromagnétique empêchant le passage des ondes radio et la transmission de données, explique un expert, Adam Harvey[94], dans le quotidien américain[93]. Toutefois, l’utilisation d’un simple shaker semble plus efficace pour bloquer les ondes électromagnétiques, selon Michael Colombo du site internet Make (magazine) (en), qui a fait l’expérience comparative[95],[96].

Alors qu’il est probable que la Chine refuse d’extrader Edward Snowden (malgré le fait que Hong Kong ait un accord d’extradition avec les États-Unis)[97], l’hebdomadaire français Le Nouvel Observateur reprend la question d’une éventuelle manipulation chinoise[98],[99] ; ce que dément Snowden le [100], lors d’une discussion en direct avec les lecteurs du Guardian[41]. Il ajoute : « Le gouvernement américain ne pourra pas étouffer [cette affaire] en m’emprisonnant ou en me tuant. La vérité est en marche et ne pourra pas être arrêtée », explique-t-il[101].

Réfugié à Moscou[modifier | modifier le code]

Le , Edward Snowden embarque à bord d’un vol de la compagnie Aeroflot à destination de Moscou en Russie accompagné par Sarah Harrison une conseillère de WikiLeaks[102], bien que cela ne soit probablement pas sa destination finale[103],[104]. Le gouvernement de Hong Kong confirme l’information : « Aujourd'hui, Snowden a quitté Hong Kong volontairement pour un pays tiers de façon légale et normale », affirme un porte-parole. Les autorités hongkongaises n’ont, selon elles, « pas obtenu d'informations pertinentes » justifiant l’arrestation de l’américain comme le demandaient les États-Unis[43],[104]. Ce même jour, afin de l’empêcher de voyager, le gouvernement américain révoque son passeport[105].

Bloqué à l’aéroport Cheremetievo[modifier | modifier le code]

À son arrivée à l’aéroport international Cheremetievo de Moscou, Snowden rencontre brièvement un diplomate de l’ambassade de l’Équateur à Moscou, le ministre des Affaires étrangères équatorien annonçant pour sa part que Snowden a demandé l’asile politique dans son pays[106],[107],[108].

Voiture diplomatique de l’ambassade d’Équateur devant l’aéroport international Cheremetievo de Moscou, le .

Edward Snowden a officiellement demandé l’asile au gouvernement équatorien, dans une lettre rendue publique par la presse locale[109] le  : « Moi, Edward Snowden, citoyen des États-Unis d'Amérique, je vous écris pour solliciter l'asile à la république de l’Équateur, face au risque de persécution de la part du gouvernement des États-Unis et de ses agents en relation avec ma décision de rendre publiques de graves violations de la part du gouvernement des États-Unis d'Amérique de leur Constitution – concrètement du quatrième et du cinquième amendement – ainsi que de plusieurs traités des Nations unies souscrits par mon pays. […] Je crois qu'il est improbable que je reçoive un traitement humain avant le procès et je cours en plus le risque d'une condamnation à perpétuité ou la mort »[110].

Selon un cadre de la compagnie Aeroflot cité par l’agence Reuters, Snowden a réservé un siège sur un vol à destination de La Havane. D’après une journaliste de Reuters, qui se trouve sur ce vol, l’ex-agent ne se trouve toutefois pas à bord[108]. Le site WikiLeaks fondé par Julian Assange a annoncé que Snowden était « en route pour la République d'Équateur par un chemin sûr afin d'obtenir l'asile »[111].

Le , le président russe Vladimir Poutine déclare qu’Edward Snowden est toujours dans la zone de transit de l’aéroport Cheremetievo ; son arrivée à Moscou étant, a-t-il affirmé, « totalement inattendue »[112]. La présence de Snowden dans la zone de transit cause un début de crise diplomatique entre les États-Unis et la Russie[113],[114],[115], les Américains souhaitant que les Russes extradent de force Snowden vers les États-Unis, les Russes faisant état que : « Les Américains ont mis en connaissance de cause Moscou dans l'embarras en n'avertissant pas à temps de l'annulation du passeport » d’Edward Snowden, a affirmé le une source proche du dossier à l’agence russe Interfax. « Si cela avait été su plus tôt, il est possible que Snowden n'aurait jamais décollé pour Moscou, et il n'y aurait pas eu toute cette histoire », a ajouté la source[114].

Dans une interview donnée à la chaîne NBC le [116], le père d’Edward Snowden a déclaré que son fils était prêt à envisager un retour sur le sol américain s’il obtient certaines garanties[117]. Par l’intermédiaire de son avocat, Lonnie Snowden a adressé une lettre à Eric Holder, le ministre américain de la Justice. Il y explique que son fils est prêt à rentrer aux États-Unis à condition qu’il ne soit pas arrêté avant son procès. Il demande également qu’il puisse choisir le lieu où il sera jugé et qu’il ne soit pas tenu au silence. Selon NBC, les deux hommes ne se seraient pas parlé depuis avril dernier[118].

Le , selon un responsable des services consulaires russes et l’agence Reuters, Edward Snowden aurait demandé l’asile politique à la Russie. Le lendemain, ce responsable russe précise : « La veille à 22 h 30, la citoyenne britannique Sarah Harrison (membre de WikiLeaks voyageant avec M. Snowden) s'est présentée au service consulaire de l'aéroport de Cheremetievo et a transmis une demande d'asile politique de Snowden en Russie »[119].

Le , le président russe, Vladimir Poutine déclare que Snowden pourrait rester en Russie uniquement s’il cessait « ses activités visant à faire du tort » aux Américains. « Comme il se considère comme un défenseur des droits de l'homme, il n’a manifestement pas l’intention de cesser ces activités, c’est pourquoi il doit choisir un pays où aller, et s’y rendre », a-t-il ajouté. Le porte-parole de la présidence de la Fédération de Russie Dmitri Peskov a ajouté que Snowden ne pouvait être remis aux États-Unis, où la peine de mort est en vigueur : « Aucun pays ne peut livrer Snowden à un autre pays comme les États-Unis où est appliquée la peine de mort » [120]

Le , Wikileaks annonce qu’Edward Snowden a fait une demande d’asile à vingt et un pays dont l’Islande, l’Allemagne, la France, l’Inde, la Chine, Cuba, l’Équateur ou encore le Brésil[121],[122]. Ces nouvelles demandes font suite à la réticence de l’Équateur quant à l’accueil de l’ancien agent de la NSA, réticences engendrées par la forte pression exercée par les États-Unis pour empêcher Snowden, comme il le dit lui-même[123] « Jeudi, le président Obama a déclaré à la face du monde qu’il ne permettrait aucune "manigance ou marchandage" diplomatique à mon propos », a déclaré Edward Snowden dans un communiqué. « Cependant, on apprend maintenant qu’après avoir promis de ne pas agir de cette manière, le président a donné l’ordre à son vice-président de faire pression sur les dirigeants des pays auprès de qui j’ai demandé une protection pour rejeter mes demandes d’asile politique », a-t-il ajouté[124], de trouver une terre d’asile[125]. « Ce type de méthode de la part d'un leader mondial n'est pas la justice… Il s’agit des vieux instruments d’agression politique », ajoute-t-il[126].

À cette période, Snowden renonce à demander l’asile politique en Russie[127] et dénonce l’attitude de l’administration Obama à son égard : « Bien que je ne sois déclaré coupable de rien, [l'administration Obama] a unilatéralement annulé mon passeport, faisant de moi un apatride ». « Sans aucune décision de justice, cette administration tente à présent de m'empêcher d'exercer un droit fondamental, un droit qui appartient à tout le monde, le droit de demander asile »[128]. À ce sujet, Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, déclare à des journalistes : « En apprenant hier la position de Poutine sur les conditions nécessaires pour rester en Russie, il a renoncé à sa demande »[129].

L’incident de l’avion présidentiel bolivien[modifier | modifier le code]

L’Espagne, la France et l’Italie (en rouge) ont refusé le survol de leur espace aérien. L’avion présidentiel bolivien a atterri en Autriche (en jaune).

Le , comme l’Italie, le Portugal et l’Espagne, la France ferme brutalement son espace aérien, en raison de rumeurs selon lesquelles Edward Snowden se trouverait à bord de l’avion du président de Bolivie Evo Morales, qui revenait d’une conférence à Moscou[130]. Ce refus de survol de son espace aérien provoque un scandale en Bolivie, où des manifestants boliviens en colère s’attaquent à l’ambassade de France en Bolivie de La Paz[131].

La Bolivie et les pays d’Amérique latine sont furieux et déposent plainte à l’ONU. La France refuse d’expliquer pourquoi elle a interdit pendant plusieurs heures le survol de son pays[132]. Le soir du , Paris fait part à la Bolivie de ses « regrets », évoquant un « contretemps », le porte-parole du ministère de Laurent Fabius indiquant que « Le ministre des Affaires étrangères a téléphoné à son homologue bolivien pour lui faire part des regrets de la France à la suite du contretemps occasionné pour le président Morales par les retards dans la confirmation de l'autorisation de survol du territoire par l'avion du président »[133].

Le , le président du Venezuela, Nicolás Maduro, et le président du Nicaragua, Daniel Ortega, affirment tous les deux qu’ils sont disposés à accorder l’asile à l’ex-consultant Edward Snowden[134],[135]. Nicolás Maduro, au cours d’une célébration de l’indépendance du Venezuela, annonce qu’il entend « le protéger de la persécution de l'empire le plus puissant du monde, qui s'est déchaînée sur lui »[136]. Daniel Ortega confirme pour sa part avoir reçu une demande de Snowden à l’ambassade du Nicaragua à Moscou[134] : « Nous, nous sommes ouverts et respectueux du droit d'asile, et il est clair que si les circonstances le permettent, nous recevrons Snowden avec grand plaisir et lui donnerons l'asile ici au Nicaragua »[136]. Le , à la suite de ses ennuis avec certains pays européens qui lui ont refusé le survol de leur espace aérien, le président Bolivien, Evo Morales, offre lui-aussi l’asile politique à Snowden[137].

Le , le président cubain Raúl Castro soutient le droit de ces pays à offrir l’asile politique à ceux qui sont « persécutés pour leur idéal ou en raison de leur lutte pour les droits démocratiques »[138]. Ce soutien est important, notamment en l’absence de vol commercial direct à partir de Moscou vers l’un des trois pays latino-américains susceptibles d’offrir l’asile à Edward Snowden, ce qui l’obligerait théoriquement à faire escale à La Havane[138].

Choix de l’asile en Russie[modifier | modifier le code]

Le , lors d’une rencontre avec des avocats et des défenseurs des droits de l’homme à l’aéroport de Moscou, Edward Snowden déclare qu’il va redemander l’asile politique en Russie[139],[140], ce qui est confirmé par son avocat Anatoli Koutcherena. Trois pays d’Amérique latine ainsi que Cuba sont prêts à l’accueillir, mais Snowden invoque l’impossibilité de rejoindre ces pays pour expliquer sa demande, n’ayant pas de passeport pour pouvoir se déplacer hors de Russie : « Je ne peux qu'accepter l'offre de la Russie car je suis dans l'impossibilité de me déplacer », explique-t-il[141].

Ce même jour, le président de la Douma, Sergueï Narychkine, s’exprime en faveur de l’accueil de Snowden : « La Russie doit accorder à Snowden l'asile politique ou un asile politique temporaire », déclare-t-il, le considérant « comme un défenseur des droits de l'homme »[142]. Le porte-parole de la présidence russe Dmitri Peskov réitère via l’agence Interfax les conditions déjà fixées la semaine dernière par Vladimir Poutine lui-même : s’il formule réellement une demande d’asile à la Fédération de Russie, « Snowden pourrait théoriquement rester si, premièrement, il renonce totalement à ses activités qui font du tort à nos partenaires américains, et, deuxièmement, si lui-même le souhaite »[140].

Le , le président russe Vladimir Poutine accuse les États-Unis d’avoir « coincé » Edward Snowden en Russie : « Il est arrivé sur notre territoire sans invitation, en transit vers d'autres pays. Nos collègues américains l'ont de facto coincé [en Russie] après avoir intimidé tous les pays prêts à l'accueillir »[143].

Le , Edward Snowden, dépose officiellement sa demande d’asile en Russie afin d’obtenir le statut de réfugié politique, qui lui permettrait ensuite de quitter Moscou à destination d’un autre pays, la réponse des autorités russes étant attendue dans les trois mois[144].

Le , la presse annonce qu’Edward Snowden devrait être autorisé à quitter l’aéroport de Cheremietevo où il est confiné depuis un mois[145], mais que cette décision ne sera effective que lorsque les papiers d’immigration seront remplis[146]; de son côté, Michael McFaul (en), Ambassadeur des États-Unis en Russie confirme que les États-Unis ne demandent pas l’extradition de Snowden, mais son retour volontaire dans sa patrie.

Asile en Russie[modifier | modifier le code]

Le , la Russie, qui ne dispose pas d’accord d’extradition avec les États-Unis[147], accorde un asile temporaire d’un an à Edward Snowden[148]. Ce statut de réfugié lui permet de travailler, en contrepartie il ne doit pas quitter la Russie[147].

Le , Snowden « remercie la Russie de [lui] accorder l'asile en accord avec ses lois et ses obligations internationales » et indique que « lors des huit dernières semaines, on a vu l'administration Obama ne montrer aucun respect pour les lois internationales et nationales, mais en fin de compte la justice a gagné »[13]. En outre, son avocat russe, Anatoli Koutcherena, indique que « Edward Snowden ne diffusera plus de documents sur les programmes de surveillance américains à travers le monde mais veut refaire sa vie en Russie »[13].

Libre de se déplacer en Russie après un mois de confinement, Snowden quitte l’aéroport Cheremetievo le [149],[150]. Son avocat russe a précisé qu’il avait trouvé refuge chez des expatriés américains, mais n’a pas révélé sa localisation[13].

Le , le site russe Life News indique avoir "obtenu une preuve que Snowden se trouve à Moscou" et publie une photo d’un homme ressemblant à l’informaticien américain[151],[152]. Son avocat a confirmé qu’il s’agit bien de lui[151].

Le , alors que l’asile temporaire d’un an a expiré, son avocat Anatoli Koutcherena annonce qu’Edward Snowden obtient, à compter du , un permis de séjour en Russie de 3 ans (jusqu’en 2017). Ce nouveau statut lui permet notamment de voyager librement à l’étranger, dans une limite de 3 mois maximum[153].

Le , Citizenfour, le film documentaire de Laura Poitras qui retrace l’histoire d’Edward Snowden, révèle que Lindsay Mills, la petite amie du lanceur d’alerte, l’a rejoint à Moscou depuis juin 2014[154].

Activités médiatiques et politiques[modifier | modifier le code]

Après avoir fourni tous ses documents aux journalistes, et malgré le fait qu’il ait dû « renoncer à ses activités qui font du tort [aux] partenaires américains » pour obtenir le droit d’asile en Russie, Edward Snowden garde le contact avec les médias et reste actif politiquement.

Le , le journal brésilien Folha de S. Paulo publie une lettre ouverte d’Edward Snowden dans laquelle il déclare être « prêt à aider des sénateurs brésiliens » qui lui ont demandé assistance dans « leurs enquêtes sur les soupçons de crimes contre des citoyens brésiliens »[155],[156].

Le , Daniel Ellsberg annonce qu’Edward Snowden sera membre du conseil d’administration de la Freedom of the Press Foundation à compter de février 2014[157],[158].

Le , Edward Snowden a répondu aux questions des internautes en direct lors d’un dialogue en ligne avec organisé par The Courage Foundation[159],[160],[161]. À cette occasion, il précise qu’un retour aux États-Unis « n’est malheureusement pas possible », car « la loi américaine de protection des lanceurs d’alerte ne protège pas les sous-traitants dans le domaine de la sécurité nationale »[161]. Par ailleurs, il a réaffirmé son opposition à la collecte massive des métadonnées, car « il n’y a aucune raison de poursuivre un programme non constitutionnel, qui n’a que 0 % de taux de succès » et qui n’a pas contribué à déjouer « ne serait-ce qu’un seul projet d’attentat », même s’il précise que « l’espionnage n’était pas mauvais en soi »[160].

Le , une chaîne de télévision allemande du groupe ARD diffuse une longue interview d’Edward Snowden, filmée 3 jours plus tôt à Moscou[162],[163]. Dans cette interview, il affirme notamment que la NSA utilise parfois des informations collectées à des fins économiques[163].

Le , Edward Snowden a apporté son témoignage aux députés européens dans le cadre du Comité d’enquête sur la surveillance électronique de masse de citoyens de l’Union européenne, sous forme d’une lettre de douze pages[164],[165]. Il explique à cette occasion que « L’une des activités essentielles de la division des affaires étrangères de la NSA est de faire pression sur les États membres de l’Union européenne, pour qu’ils changent leurs lois et permettent ainsi la surveillance de masse »[164],[165]. Il indique également que la NSA aurait multiplié les accords de coopération avec les États européens, pour avoir accès aux données. Il cite l’exemple du Danemark et de l’Allemagne, qui peuvent chacun mettre leurs centres d’interception de données à disposition de la NSA, à la condition qu’elle ne recherche aucune donnée danoise ou allemande sur leurs territoires respectifs. Mais les deux centres, observe-t-il, vont permettre à la NSA de récupérer des données danoises en transit en Allemagne, et données allemandes en transit au Danemark[164],[165]. Par ailleurs, il rappelle que les chefs des services de renseignements ont affirmé que 54 attaques terroristes avaient été déjouées grâce aux systèmes de surveillance globale, mais que la commission d’enquête demandée par le président Barack Obama a démontré que la NSA n’avait pas pu apporter la preuve d’un seul complot déjoué sur le sol américain.

Le , Edward Snowden a fait sa première apparition publique depuis le début de l’affaire, par vidéo interposée depuis Moscou, lors du festival South by Southwest organisé à Austin aux États-Unis[166],[167],[168]. Selon lui, la surveillance globale telle que pratiquée par la NSA a montré ses limites, voire son inefficacité[166]. Il indique que « La NSA, cette surveillance de masse qui s’étend à tous les pays, est en train de mettre le feu au futur d’internet. Et vous, tous les gens présents dans cette salle, êtes les pompiers. »[168]. Il suggère une réaction d’ordre politique notamment avec le renforcement des organes de supervision et une réaction des citoyens à travers leur utilisation quotidienne de l’Internet, comme le recours au chiffrement[166].

Le , lors d’une conférence TED à Vancouver, Edward Snowden a affirmé en direct que « le plus gros » des révélations sur la NSA, était à venir[169],[170].

Le , Edward Snowden pose une question en direct au président russe Vladimir Poutine sur la surveillance globale mise en place par la Russie[171]. Ce dernier répond en indiquant que « Nos agents sont contrôlés par la loi. Il faut obtenir une autorisation de justice pour surveiller quelqu'un individuellement. Nous n'avons pas d'autorisation de faire des écoutes globales de la population et nos lois ne le permettraient pas »[172].

Le , The Guardian publie une interview d’Edward Snowden, réalisée par Alan Rusbridger, le rédacteur en chef du journal et par Ewen MacAskill (en), le journaliste qui avait accompagné Edward Snowden à Hong-Kong[173].

Le , le magazine américain Wired publie une longue interview d’Edward Snowden, réalisée à Moscou par le journaliste James Bamford (en), l’un des meilleurs spécialistes de la NSA[174],[175]. Cette interview permet à Edward Snowden de réaffirmer son rôle de patriote contraint à la désobéissance pour sauvegarder les libertés fondamentales[175]. Il confirme également sa volonté de retourner, à moyen terme, aux États-Unis[175].

Dans le cadre de la Journée internationale des droits de l’homme, Edward Snowden a donné sa première téléconférence publique en France le depuis Moscou, dans le cadre d’un débat intitulé « Surveillance des données et respect de la vie privée » organisé par la section française d’Amnesty International[176],[177].

Le , Edward Snowden participe à une visioconférence depuis la Russie, dans le cadre du festival du film et forum international sur les droits humains qui se déroule à Genève. Il s’y exprime notamment sur sa conception du patriotisme : « Le patriotisme, ce n’est pas aimer un gouvernement, mais aimer un pays, le patriotisme, c’est aimer son peuple ». Il déplore également l’impérialisme des États-Unis, qui base sa politique sur des mensonges, comme les fausses preuves sur les armes de destruction massive qui ont amené les États-Unis à déclencher la guerre d’Irak en 2003, et le fait que cette politique ne profite qu’à une élite dans le pays. Il estime aussi que la Suisse pourrait être un pays d’accueil possible où trouver refuge, mais que c’est une question qui relève du peuple suisse, de ses politiciens et du Conseil fédéral. Il doute néanmoins que les États-Unis le laisse sortir de Russie, et que s’il devait y avoir un procès aux États-Unis, cela se ferait dans des conditions qui ne seraient pas équitables. Il ne veut pas d’un procès avec une présentation secrète des preuves, des témoins secrets et une interprétation secrète du droit, or sur ce point, le gouvernement des États-Unis n’a clairement pas accepté le principe d’un procès public. Enfin, il déclare que sa situation d’exilé lui pèse car il ne peut pas voir souvent sa famille ni ses amis, mais qu’il ne sent pas déprimé car il se sent plein d’énergie, il se sent soutenu et a le sentiment que malgré ces contraintes, il a fait sa part pour changer les choses[178].

Réactions[modifier | modifier le code]

Au sujet de ses révélations[modifier | modifier le code]

Nations unies[modifier | modifier le code]

Le , le Conseil des droits de l’homme des Nations unies a adopté à l’unanimité une résolution présentée par le Brésil et l’Allemagne visant à protéger le droit à la vie privée contre la surveillance illégale[179],[180],[181].

Amérique[modifier | modifier le code]

États-Unis[modifier | modifier le code]

Le , le directeur du FBI, Robert Mueller, confirme qu’une enquête pénale est lancée contre Edward Snowden[182]. « Ces fuites ont causé des dommages importants à notre pays et à notre sécurité. Nous prenons toutes les mesures nécessaires pour que cette personne soit tenue responsable pour ces fuites », a-t-il déclaré lors d’une audition devant la Chambre des représentants des États-Unis[183].

Le , le président des États-Unis, Barack Obama, en visite officielle à Berlin, indique en réponse à la chancelière allemande Angela Merkel, qui lui rappelait que la surveillance d’Internet doit avoir des limites, que le programme de surveillance PRISM ne s’applique qu’à la lutte contre le terrorisme et au trafic d’armes[184].

Le , selon le Washington Post[185], Edward Snowden est inculpé d’espionnage, de vol et d’utilisation illégale de biens gouvernementaux[11],[12]. La plainte a été déposée en Virginie où se trouve le siège de Booz Allen Hamilton[186].

Le , des parlementaires américains, issus des deux principaux partis américains, participant à la commission judiciaire de la Chambre des représentants, dénoncent les programmes de surveillance mis en place par la NSA et menacent de ne pas les renouveler, jugeant qu’ils violent la vie privée des Américains[187].
À ce sujet : la représentante démocrate Zoe Lofgren affirme qu’elle croit « très clairement que ce programme est sorti des rails de la légalité ». Le principal élu démocrate de cette commission judiciaire, John Conyers, estime que c’est « intenable, c'est scandaleux et [que cela] doit être stoppé immédiatement. Il me semble que nous avons une très sérieuse violation de la loi ». Le républicain Jim Sensenbrenner (en), l’un des promoteurs du USA PATRIOT Act en 2001 et de sa section 215, qui prévoit la collecte des métadonnées, a mis en garde James M. Cole (en), le procureur général adjoint des États-Unis : « La section 215 expire à la fin de 2015 et à moins que vous ne réalisiez que vous avez un problème, elle ne sera pas renouvelée [...] il n'y a pas les votes à la Chambre des représentants, vous devez changer la façon dont vous utilisez la section 215, sinon dans un an et demi, vous ne l'aurez plus »[187].

Snowden a depuis reçu le soutien de l‘ancien président démocrate, Jimmy Carter, pour qui la démocratie aux États-Unis est actuellement en panne, affirmant que ses révélations sont probablement salutaires sur le long terme[188] ; il reçoit aussi le soutien de l’ancien sénateur républicain Gordon J. Humphrey (en), lequel l’encourage dans sa démarche en considérant ce programme de surveillance comme une violation généralisée de la Constitution des États-Unis[188].

Le , les États-Unis s’engagent, par une lettre d’Eric Holder, le procureur général des États-Unis adressée à son homologue russe, à ce qu’Edward Snowden ne soit ni condamné à mort, ni torturé en cas d’extradition dans son pays[189].

Le , selon une enquête menée à l’échelle nationale par l’université Quinnipiac, une majorité d’électeurs américains estiment que l’ex-consultant de la NSA est un « dénonciateur » plutôt qu’un « traître ». Près de 55 % des électeurs américains considèrent que le jeune homme de 30 ans est un « lanceur d’alerte », contre 34 % qui jugent qu’il a trahi son pays[190]. « La plupart des électeurs américains ont une image positive d'Edward Snowden, mais c'était avant qu'il obtienne l'asile en Russie », a toutefois précisé Peter A. Brown, directeur adjoint de l’institut de sondage de l’université Quinnipiac. Le sondage montre en outre que 38 % des électeurs se disant républicains voient Snowden comme un traître et 51 % comme un dénonciateur, contre respectivement 36 % et 56 % du côté des démocrates[190].

Le , Apple nie avoir connaissance du programme « Drop out jeep » qui donne à la NSA accès aux contenus présents sur les iPhones (messages vocaux, listes de contact, textos, fichiers, historique de géolocalisation) ainsi qu’à leur matériel (microphone et appareil photo)[191].

Le , quatre anciens responsables et collaborateurs de la NSA (William Binney, Thomas Drake, Edward Loomis et J. Kirk Wiebe), en collaboration avec d’autres vétérans des services de renseignement américains (Veteran Intelligence Professionals for Sanity (en)) comme Daniel Ellsberg, adressent au président Barack Obama une note publique détaillée, expliquant comment — de leur point de vue — les dirigeants de la NSA ont "bâclé la collecte et l’analyse des renseignements avant les attaques du 11 septembre 2001, couvert leurs propres erreurs, et violé les droits constitutionnels du peuple américain, tout en gaspillant des milliards de dollars et en trompant le public"[192],[193],[194].

Le , James R. Clapper, Directeur du renseignement national des États-Unis, reconnaît pour la première fois que la « collecte et le stockage de millions d’enregistrements d’appels a été maintenu trop secrète pendant trop longtemps »[195]

Le , l’ancien vice-président Al Gore indique qu’Edward Snowden a « rendu un important service », en « révélant le viol de lois importantes, dont des violations de la Constitution des États-Unis », ce qui était « bien plus sérieux que les crimes qu’il a commis »[196],[197].

Un artiste américain, Jim Dessicino, a réalisé une statue à l’effigie d’Edward Snowden de 2,7 mètres[198]. Elle fut exposée pendant quelques heures le vendredi dans le parc d’Union Square à Manhattan, en face d’une statue d’Abraham Lincoln, avant que des policiers ne demandent à son créateur de la déménager en l’absence d’autorisation[198].

Brésil[modifier | modifier le code]

Le , à la suite des révélations d’Edward Snowden concernant l’espionnage des entreprises et particuliers brésiliens, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères brésilien, Tovar Nunes, a qualifié ces révélations « d'extrêmement graves »[199].

Le , l’agence Associated Press, citant les autorités brésiliennes, indique que Joe Biden, le vice-président des États-Unis, s’est entretenu par téléphone avec Dilma Rousseff, la présidente brésilienne, pour tenter d’apaiser les tensions survenues dans les relations entre les deux pays à la suite des révélations d’Edward Snowden concernant l’espionnage pratiqué par les États-Unis[200].

Selon la ministre brésilienne de la Communication, Helena Chagas, Joe Biden a appelé Mme Rousseff pour « exprimer ses regrets au sujet des conséquences négatives de la divulgation de renseignements secrets ». Le gouvernement brésilien a demandé des explications officielles aux autorités américaines après la publication, par le quotidien O Globo, des informations communiquées aux journalistes brésiliens par Edward Snowden, cet article du journal ayant révélé l’existence d’une base conjointe de la NSA et de la CIA à Brasilia[200].

Pérou[modifier | modifier le code]

Le , à la suite des accusations d’espionnage en Amérique latine portées par le journal brésilien O Globo basées sur des documents d’Edward Snowden, les autorités du Pérou ont demandé des explications aux États-Unis pour les activités présumées d’espionnage dont le pays aurait été la cible, a indiqué à l’AFP, Eda Rivas (en), la ministre des Affaires étrangères péruviennes[201].

Europe[modifier | modifier le code]

Union européenne[modifier | modifier le code]

À la suite des révélations du du Spiegel et du Guardian sur l’espionnage de l’Union européenne par la NSA, le président du Parlement européen, l’Allemand Martin Schulz, estime que « si cela se confirme, il s'agit d'un immense scandale » et que « cela nuirait considérablement aux relations entre l'Union européenne et les États-Unis »[202].

Le , le groupe écologiste au Parlement européen, par la voix de son coprésident Daniel Cohn-Bendit, indique, lors d’une interview sur France Inter, proposer Edward Snowden au prix Sakharov pour la liberté de pensée[203]. Le député européen appelle également à une rupture immédiate des négociations sur le traité de libre-échange transatlantique, tant qu’un accord n’a pas été signé avec les États-Unis sur la protection des données[204].

Le , le Parlement européen confie à la Commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures (LIBE) le soin de mener une enquête parlementaire sur la surveillance de masse conduite par les États-Unis et certains États membres de l’Union européenne des citoyens de l’Union européenne[205],[206]. Cette commission d’enquête vise à recueillir les preuves sur les programmes de surveillance, réaliser des investigations, analyser leurs impacts sur les droits fondamentaux des citoyens européens et proposer des mesures de prévention et de protection au niveau européen[207].Les eurodéputés organisent ainsi une riposte politique au nom des citoyens qu’ils représentent et souhaitent entendre les responsables américains dont le directeur de la NSA Keith B. Alexander et Edward Snowden[205].

Allemagne[modifier | modifier le code]

Le , Joachim Gauck, le président allemand déclare que les personnes comme Edward Snowden, méritent le respect pour leur combat pour la défense de la liberté[208].

Le , la chancelière Angela Merkel téléphone au président américain Barack Obama pour réclamer des explications après avoir découvert que ses conversations sur son portable pourraient avoir été écoutées par les États-Unis. M. Obama lui assure que Washington ne surveille pas et ne surveillera pas ses communications, sans préciser si cela a été le cas par le passé[209].

Le , l’opérateur Deutsche Telekom a annoncé le lancement du projet « Clean Pipe ». Son intention est de protéger son réseau et les communications qui y transitent des risques d’espionnage étranger, en s’accordant avec les autres opérateurs nationaux[210]

En , l’opérateur Deutsche Telekom annonce que son projet « Clean Pipe », lancé en réponse aux écoutes numériques généralisées de la NSA révélées par Edward Snowden, est en phase de tests avec quelques entreprises[211]. Ce projet vise à déployer un périmètre de sécurité aux données qui transitent sur le réseau de l’opérateur en les conservant sur le territoire national, en s’appuyant sur un réseau « étanchéifié »[211]. Le projet pourrait être entièrement déployé fin 2015 ou début 2016, en incluant le remplacement des routeurs américains par des routeurs allemands[211].

Le , Angela Merkel annonce qu’elle souhaite construire un « internet européen »[212],[213],[214].

Le , le gouvernement allemand annonce qu’il va mettre fin à son contrat existant avec l’opérateur de télécommunications américain Verizon, en citant notamment « les liens avérés entre des services de renseignement étrangers et des sociétés, à la suite de l’affaire des écoutes de la NSA » [215],[216].

France[modifier | modifier le code]

Le , la France, par la voix de son ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, demande des explications aux autorités américaines « dans les plus brefs délais » : « Ces faits, s’ils étaient confirmés, seraient tout à fait inacceptables » indique-t-il. La garde des Sceaux, ministre de la Justice, Christiane Taubira, va plus loin, en estimant que si Washington avait bel et bien mené les opérations d’espionnage décrites par le Spiegel, ce serait « un acte d’hostilité inqualifiable »[217].

Le même jour, le président de la République française, François Hollande, déclare que : « Nous ne pouvons pas accepter ce type de comportement entre partenaires et alliés ». « Nous demandons que cela cesse immédiatement », ajoute-t-il, en marge d’un déplacement à Lorient, jugeant que « les éléments sont déjà suffisamment réunis pour que nous demandions des explications »[218].

Le , une manifestation de soutien à Edward Snowden, comprenant une quarantaine de personnes, pour la plupart des militants d’organisations de défense des droits et libertés sur internet, s’est tenue à Paris, place du Trocadéro[219].

Le , à la suite des révélations d’Edward Snowden, la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH) et la Ligue française pour la défense des droits de l’homme et du citoyen (LDH) déposent conjointement une plainte contre X auprès du procureur de la République de Paris. Celle-ci porte sur l’accès frauduleux dans un système de traitement automatisé de données, la collecte illicite de données personnelles, l’atteinte à la vie privée et l’atteinte au secret des correspondances électroniques[220].

Le , un ensemble de personnalités interpellent le gouvernement français, via une lettre ouverte publiée dans le journal Libération sur « un des plus grands scandales de l’histoire du numérique et des libertés » sur lequel la France « ne peut demeurer sans voix »[221]. À travers une pétition, ils préconisent notamment le développement de solutions de chiffrement décentralisées basées sur du logiciel libre et l’élaboration d’une Charte mondiale Informatique et Libertés[221].

Le , le journal Le Monde a publié les résultats d’une enquête[222] réalisée en collaboration avec Glenn Greenwald au sujet de la surveillance de la France par les services de renseignements américains. L’enquête révèle que les communications téléphoniques des citoyens français sont interceptées de façon massive, et que la NSA cible également les salariés de grandes entreprises nationales comme Wanadoo et Alcatel-Lucent. À la suite de ces révélations, le ministre des affaires étrangères, Laurent Fabius, a dénoncé des « pratiques inacceptables »[223] et convoqué Charles Rivkin, l’ambassadeur des États-Unis en France.

Le , l’hébergeur internet Gandi annonce son soutien au projet open source de client de communication sécurisé Caliop[224], relancé par Laurent Chemla fin août 2013 suite aux révélations du programme d’Edward Snowden sur PRISM[225].

Luxembourg[modifier | modifier le code]

Le ministre des Affaires étrangères du Luxembourg, Jean Asselborn, indique que « les États-Unis feraient manifestement mieux de surveiller leurs services de renseignement plutôt que leurs alliés ». Selon lui, l’espionnage américain est « hors de contrôle », en soulignant que si les activités de renseignement « sont justifiées par la lutte contre le terrorisme, l'Union européenne et ses diplomates ne sont pas des terroristes »[226],[227].

Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

À la suite des révélations d’Edward Snowden publiées par le Guardian et à la mise en évidence pour l’opinion publique du programme Tempora, les parlementaires britanniques demandent des comptes au gouvernement. Le Government Communications Headquarters (GCHQ) assure respecter scrupuleusement la loi, un porte-parole déclarant : « Nous ne faisons pas de commentaires sur les questions touchant au renseignement. Nos agences de renseignement continuent à agir en respectant un strict cadre légal »[228].

Le directeur de la commission parlementaire chargée du renseignement et de la sécurité, Malcolm Rifkind, s’est attendu à avoir une réponse rapide du GCHQ sur cette affaire, a-t-il indiqué sur la chaîne de télévision britannique BBC, ajoutant que la commission pouvait décider le cas échéant d’entendre directement le directeur du GCHQ : « La question cruciale n'est pas tant de savoir quelle quantité de données [le GCHQ] peut en théorie collecter mais ce à quoi il peut avoir accès, s'il s'agit d'une intrusion dans la vie privée des citoyens ». L’opposition travailliste estime pour sa part que les informations du Guardian soulignent « l'urgence et l'importance du travail sur cette question de la commission sur le renseignement et la sécurité » ; des militants pour la protection de la vie privée ont également exprimé leur inquiétude[228].

Russie[modifier | modifier le code]

Le , Alexeï Pouchkov, président de la commission des affaires étrangères de la Douma a qualifié Edward Snowden de « dissident et de dénonciateur du système de renseignement américain »[229],[230].

Le , le porte-parole de la présidence, Dmitri Peskov, déclare que la Russie ne remettra pas Edward Snowden aux États-Unis : « Nous n'avons jamais remis quelqu'un et nous ne le ferons jamais dans le futur »[231].

Le , son avocat russe a indiqué qu’Edward Snowden a demandé la prolongation de son permis de séjour en Russie qui arrive à expiration en août 2014[232].

Asie[modifier | modifier le code]

Hong Kong[modifier | modifier le code]

Le , à la suite des premières révélations dans la presse, plusieurs centaines de manifestants défilent à Hong Kong, notamment devant l’ambassade américaine. Les activistes demandent qu’Edward Snowden soit protégé, tout en dénonçant les opérations américaines d’espionnage de la Chine et de Hong Kong[233].

Israël[modifier | modifier le code]

Selon le quotidien israélien Yediot Aharonot, citant les articles parus dans Der Spiegel, le New York Times et The Guardian le , la NSA, en coopération avec le GCHQ britannique, interceptaient les communications téléphoniques et électroniques des ambassades israéliennes à travers le monde dans le cadre d’une opération conjointe de surveillance nommée « Broadoak», selon Ron Ben-Yishai (en), expert de ce quotidien, « au moins un ministre de la défense israélien » conscient d’être sur écoute, « aurait intentionnellement transmis des informations qui correspondaient à ses objectifs stratégiques dans le but de désinformer ceux qui l’écoutaient métamorphosant le prédateur en victime »[234]. Selon la chaine de télévision israélienne Aroutz 2, le premier ministre actuel, Benjamin Netanyahou, aurait été aussi mis sur écoute. Cependant, elle affirme que « Netanyahou n’a pas d’ordinateur dans son bureau, qu’il n’utilise pas d’email et n’a pas de ligne téléphonique privée ». Une autre chaîne de télévision israélienne, Channel 10 rapporte que lorsqu’il aborde des sujets particulièrement sensibles, y compris à son domicile privé, lui et ses interlocuteurs, envisageant la possibilité qu’ils puissent être espionnés, s’expriment par gestes et par « code » et qu’il conduit ses discussions sur « des sujets hautement sensibles uniquement dans les bureaux du Mossad qu’il considère comme étant sécurisés »[235].

Personnalités publiques[modifier | modifier le code]

  • Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, et le réalisateur américain Michael Moore considèrent Edward Snowden comme un héros national[236].
  • Le collectif hacktiviste Anonymous a lui aussi rendu hommage à Snowden, le qualifiant « d'un des plus grands lanceurs d'alerte de l'histoire »[5].
  • Daniel Ellsberg, responsable de la fuite des Pentagon Papers dans les années 1970 pendant la guerre du Viêt Nam, déclare qu’Edward Snowden a eu raison de fuir pour éviter son emprisonnement aux États-Unis : « Bon nombre de gens nous comparent, Edward Snowden et moi, et lui reprochent d'avoir quitté le pays et de chercher asile à l'étranger plutôt que de se présenter devant un tribunal comme je l'ai fait. Je pense qu'ils ont tort. Mon histoire remonte à une autre époque, et les États-Unis n'étaient pas ce qu'ils sont aujourd'hui »[237].
  • La chanteuse américaine Patti Smith apporte son soutien à Snowden lors d’un concert à Helsinki en Finlande en juillet 2013. Elle chante notamment : « Where are you, they don't want you, but I do. You're youth, you're truth, raining down, shaking up Washington. Edward Snowden I don't know what they will do to you, but Edward let it snow, let it snow » (« Où êtes-vous, ils ne veulent pas de vous, mais moi oui. Vous êtes la jeunesse, vous êtes la vérité, faisant pleuvoir [sur] et secouer Washington. Edward Snowden je ne sais pas ce qu'ils vont faire pour vous, mais Edward qu'il neige, qu'il neige »)[238].

Manifestations de soutien[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Au sujet de sa fuite et de sa demande d’asile[modifier | modifier le code]

Amérique[modifier | modifier le code]

États-Unis[modifier | modifier le code]

Le , juste avant de quitter Hong Kong, le passeport d’Edward Snowden est révoqué[243]. À ce sujet, la porte-parole du département d’État, Jennifer Psaki (en), déclare que « la révocation du passeport de quelqu'un sous mandat d'arrêt pour crime est courant et n'affecte pas son statut de citoyen (américain) »[105].

Le , Caitlin Hayden (en), la porte-parole de la NSA, déclare au sujet de l’arrivée de Snowden à Moscou ce même jour que, « Compte tenu de notre coopération après les attentats du marathon de Boston et notre histoire avec la Russie sur le renforcement des lois sur ces questions de sécurité — y compris concernant le renvoi en Russie de grands criminels à la demande de Moscou — nous espérons que le gouvernement russe va étudier toutes les options possibles pour expulser M. Snowden vers les États-Unis pour répondre devant la justice des charges qui pèsent contre lui »[108].

Bolivie[modifier | modifier le code]

Le , le président bolivien, Evo Morales, déclare que son pays est prêt à examiner la demande d’asile politique de Snowden. Il indique à Russia Today (chaîne de télévision russe dont la diffusion est faite en russe, anglais, arabe et espagnol) : « S'il y avait une demande, nous serions bien sûr prêts à en débattre et à prendre en considération cette idée »[244].

Le , après avoir ressenti le détournement de son avion présidentiel comme une tentative d’intimidation de la part du gouvernement des États-Unis, Evo Morales déclare que Snowden est le bienvenu en Bolivie. Il dit proposer cette offre d’asile en réaction contre les nations européennes et américaine, qu’il accuse d’avoir temporairement bloqué son vol de retour de Moscou le [137],[245].

Équateur[modifier | modifier le code]

Le , le président équatorien, Rafael Correa, annonce que son pays analysera « avec une très grande responsabilité » la demande d’asile déposé par l’ex-consultant[246]. Un peu plus tôt, le chef de la diplomatie équatorien, Ricardo Patiño, avait défendu la demande d’asile déposée par Snowden auprès de son pays, estimant que son action avait permis de « faire la lumière » sur les agissements des États-Unis[111] ; selon lui « Il en va de la liberté d'expression et de la sécurité des citoyens dans le monde », ainsi que « de la confidentialité des communications ». « Nous savons qu'il est à Moscou. Nous sommes en discussion avec les autorités », a précisé le chef de la diplomatie équatorienne[247].

Le , le président équatorien rejette la demande d’asile, à la demande du vice-président américain Joe Biden. Il déclare ne pas pouvoir engager de procédure de demande d’asile si le demandeur ne se trouve pas sur le sol équatorien, et laisse la Russie gérer cette situation : « Pour l'instant, la solution, la destination de Snowden, est entre les mains des autorités russes »[248].

Nicaragua[modifier | modifier le code]

Le , le président de la République du Nicaragua, Daniel Ortega, annonce que son pays est disposé à donner l’asile à Snowden si les conditions sont réunies. Il déclare « Nous sommes ouverts et respectueux du droit d'asile, et c'est clair que si les circonstances le permettent, nous recevrons Snowden avec plaisir et lui donnerons l'asile, ici au Nicaragua »[249].

Venezuela[modifier | modifier le code]

Le , le président du Venezuela, Nicolás Maduro, en déplacement en Russie, déclare à des journalistes que son pays n’a pas encore reçu de demande d’asile, mais a salué l’action du lanceur d’alerte. « Il n'a tué personne et n'a pas posé de bombe », déclare-t-il, cité par l’agence Interfax. « Ce qu'il a fait, c'est dire une grande vérité afin d'empêcher des guerres. Il mérite une protection »[244].

Le , le président annonce qu’il « a décidé d'accorder l'asile humanitaire au jeune américain Edward Snowden, pour qu'il puisse venir et vivre loin de la persécution de l'impérialisme nord américain »[249].

Europe[modifier | modifier le code]

Union européenne[modifier | modifier le code]

Le , le président du Parlement européen, l’Allemand Martin Schulz, déclare à la télévision publique allemande : « j’ai de la compréhension pour cette demande. Si M. Snowden fait une demande, les autorités doivent examiner s’il fait effectivement l’objet d’une persécution politique ». Il ajoute : « La déception au sujet de Barack Obama est profonde. J'ai considéré cet homme comme un rénovateur, j'ai cru qu'il ferait entrer plus de démocratie, plus de transparence dans la politique américaine. Visiblement, ce n'est pas le cas »[250].

Plusieurs pays d’Europe comme la Finlande, l’Irlande, l’Autriche, l’Italie ou l’Espagne précisent que les demandeurs d’asile doivent être physiquement présents sur leur territoire afin que la requête d’asile soit valide, et ne peuvent donc pas faire suite à la demande d’asile d’Edward Snowden[251].

Allemagne[modifier | modifier le code]

Le , le ministre des Affaires étrangères allemand, Guido Westerwelle, confirme avoir reçu une demande d’asile politique d’Edward Snowden, une requête « transmise [...] sans délai aux autorités compétentes » et que le pays examinera « en conformité avec la loi »[244].

France[modifier | modifier le code]

Plusieurs partis français s’engagent en faveur d’Edward Snowden. Ainsi, le , Marine Le Pen déclare que « L’ancien agent de la CIA Edward Snowden doit être mis en sécurité au plus vite » et que la France doit lui accorder l’asile[252]. Le , Jean-Luc Mélenchon le décrit comme un « bienfaiteur » et appelle la France à lui accorder l’asile politique[253]. Cette position est reprise par le Parti de gauche, dont le groupe au Conseil de Paris dépose le une motion afin d’élever le hacker au rang de citoyen d’honneur de la Ville de Paris[254]. Le même jour, le mouvement Europe Écologie Les Verts (EELV) publie un communiqué demandant à la France d’accorder « sans délai » l’asile à Edward Snowden[255].

Le , le président de la République française François Hollande déclare qu’il a eu connaissance par voie de presse de la demande d’asile de l’informaticien à la France mais qu’officiellement rien n’était parvenu aux services français[256]. François Hollande prône une « position coordonnée, commune » de l’Europe dans ce dossier[244].

Le , le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, annonce avoir rejeté la demande d’asile d’Edward Snowden : « La France a reçu, comme beaucoup d’autres pays, par l’intermédiaire de son ambassade à Moscou, une demande d’asile de Edward Snowden. Compte tenu des éléments d’analyse juridique et de la situation de l’intéressé, il n’y sera pas donné suite »[257],[258]. Plus précisément, ce n’est pas l’asile, au sens usuel du terme (dont l’attribution est de la compétence de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides - OFPRA -), mais l’entrée sur le territoire français qui lui a été refusée par les autorités[259],[260].

Le , le magazine L’Express a lancé sur une pétition sur le site change.org demandant au président François Hollande d’accorder à Edward Snowden l’asile politique en France[261],[262]. La pétition a reçu le soutien de plus de 165 000 signataires, parmi lesquels figurent Daniel Cohn Bendit, Pierre Bergé, Luc Ferry, Jack Lang, Bernard Kouchner, Edgar Morin, Alain Touraine ou encore Michel Rocard[263].

Le même jour, le premier ministre, Manuel Valls, indique de nouveau qu’il n’est pas favorable à l’accueil d’Edward Snowden sur le territoire français[264].

Le , les sénatrices Chantal Jouanno et Catherine Morin-Desailly ont déposé une proposition de résolution pour accorder l’asile à Edward Snowden[265],[266]. Elles déclarent que « les révélations d'Edward Snowden ont montré que les collectes massives d'informations par la NSA, concernant des citoyens du monde entier, dépassaient le cadre de la lutte nécessaire contre le terrorisme ou contre les autres risques géopolitiques »[265]. Elles souhaitent également qu’Edward Snowden soit fait citoyen d’honneur, en se fondant sur l’article 14 de la Déclaration universelle des droits de l’homme sur le droit d’asile et « du caractère éthique de la démarche de Snowden »[265].

Le , un autre centriste, le député Yves Jégo, a déposé une proposition similaire à l’Assemblée nationale, qui reprend les termes de celle déposée quelques jours plus tôt au Sénat[267],[268],[269].

Le , des députés du groupe d’études « Internet et société numérique », comme Christian Paul (PS), Patrice Martin-Lalande (UMP), Laurence Dumont (PS) ou encore Sergio Coronado (EELV), se réunissent à l’Assemblée Nationale lors d’une « réunion d’échange avec les signataire de l’appel demandant à la France d’accorder l’asile à Edward Snowden »[270].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Attribuées[modifier | modifier le code]

Demandées par des tiers[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Documentaire[modifier | modifier le code]

Bande annonce de Citizenfour, un documentaire de Laura Poitras

Interviews[modifier | modifier le code]

Fiction[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Spencer Ackerman, Washington, « Edward Snowden did enlist for special forces, US army confirms », The Guardian, 10 juin 2013.
  2. (en) « AP Source: NSA leaker Snowden's passport revoked », Associated Press,‎ (lire en ligne)
  3. Farhad Manjoo, « Prism, Snowden, et les guignols de la NSA », www.Slate.fr - 10 juin 2013.
  4. a, b et c Céline Lussato, « Surveillance par la NSA : qui est Edward Snowden ? », L'Obs.com avec AFP, 10 juin 2013.
  5. a et b « Surveillance d'Internet : un ancien employé de la CIA à l'origine des fuites », Le monde.fr avec AFP et Reuters - 9 juin 2013.
  6. (en) Glenn Greenwald, Ewen MacAskill et Laura Poitras, « Edward Snowden: the whistleblower behind the NSA surveillance revelations », The Guardian,‎ (consulté le 11 août 2013)
  7. (en) Barton Gellman, Aaron Blake et Greg Miller, « Edward Snowden comes forward as source of NSA leaks »,The Washington Post, 9 juin 2013.
  8. « Scandale du système de surveillance américain : Si vous avez raté le début… », 20minutes.fr avec AFP, 10 juin 2013.
  9. « Le FBI aurait accès aux serveurs de Google, Facebook, Microsoft, Yahoo! et d'autres géants d'Internet », Le Monde.fr avec AFP et Reuters - 7 juin 2013.
  10. Tanguy Berthemet, « Edward Snowden, l'homme qui fait trembler le gouvernement américain », Le Figaro.fr - 10 juin 2013.
  11. a et b « Snowden inculpé par la justice des États-Unis pour espionnage », Libération.fr avec AFP, 22 juin 2013.
  12. a et b Chloé Woitier, « Les États-Unis négocient à Hongkong l'extradition d'Edward Snowden », Le Figaro.fr avec AFP, AP et Reuters - 22 juin 2013.
  13. a, b, c et d « Edward Snowden "remercie" la Russie où il veut refaire sa vie », Le Monde,‎ 1er août 2013
  14. « Edward Snowden pourra rester trois ans de plus en Russie », Libération,‎ (lire en ligne)
  15. « Les révélations d'Edward Snowden récompensées par un prix Pulitzer », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  16. (en) Ravi Somaiya, « Pulitzer Prizes Awarded for Coverage of N.S.A. Secrets and Boston Bombing », New York Times,‎ (lire en ligne)
  17. (en) Ed Pilkington, « Guardian and Washington Post win Pulitzer prize for NSA revelations - Pair awarded highest accolade in US journalism, winning Pulitzer prize for public service for stories on NSA surveillance », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  18. a, b et c (en)Tracy Connor, What we know about NSA leaker Edward Snowden , NBC Nightly News, 10 juin 2013
  19. (en)Colby Itkowitz et Daniel Patrick Sheehan, Edward Snowden's father, stepmother plan to make public statement , The Morning Call, 10 juin 2013
  20. Greg Toppo, « Former neighbor remembers Snowden as 'nice kid' », USA Today,‎ (lire en ligne)
  21. Laure Mandeville, « Ed Snowden, agent ambigu de la vérité » , Le Figaro.fr, 24 juin 2013
  22. (en)Profile: Edward Snowden , BBC.co.uk, 10 juin 2013
  23. (en)Interview d'Edward Snowden par Glenn Greenwald et Laurence Pautras du Guardian, « NSA contractor: 'I know I have done nothing wrong' » , Donna Leinwand Leger, USA Today, 9 juin 2013, consulté le 9 juin 2013
  24. a et b (en)Meenal Vamburkar, Edward Snowden’s Father Speaks Out To Fox About Media ‘Misinformation , Mediaite.com, article du 17 juin consulté le 19 juin 2013. « He is a sensitive, caring young man. … He is just a deep thinker. »
  25. « http://www.npr.org/templates/story/story.php?storyId=191987129 » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), septembre 2013 Associated Press, consulté le 15 juin 2013
  26. http://www.nytimes.com/2013/06/16/us/for-snowden-a-life-of-ambition-despite-the-drifting.html?pagewanted=all The New York Times, John M. Broder, Scott Shane, le 15 juin 2013. « Mr. Snowden, who has taken refuge in Hong Kong, has studied mandarin standard, was deeply interested in martial arts, claimed Buddhism as his religion and once mused that "China is definitely a good option career wise". »
  27. Bonnie Malkin, « Edward Snowden's girlfriend revealed to be former ballet dancer », The Daily Telegraph,‎ (lire en ligne)
  28. http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/northamerica/usa/10112012/Edward-Snowdens-girlfriend-Lindsay-Mills-lost-and-alone-after-whistleblower-flees-to-Hong-Kong.html Nick Allen, Raf Sanchez, The Daily Telegraph, consulté le 12 juin 2013
  29. (en)Meenal Vamburkar, Edward Snowden’s Father Speaks Out To Fox About Media ‘Misinformation , Mediaite.com, article du 17 juin consulté le 19 juin 2013
  30. « Le père d'Edward Snowden lui conseille de rester en Russie » , L'Express.fr avec l'AFP, 31 juillet 2013
  31. (en) The Stickers on Edward Snowden’s Laptop - John Schwartz, The Lede, blog The New York Times, 10 juin 2013
  32. (en) Edward Snowden, NSA files source: 'If they want to get you, in time they will' - The Guardian, 10 juin 2013
  33. (en) Liste des donateurs de la campagne de Ron Paul - Federal Election Commission
  34. Francetv info avec AFP, « Espionnage du web : qui est le lanceur d'alerte Edward Snowden ? », Francetvinfo.fr,‎ (consulté le 14 août 2013)
  35. (en) Adam Geller et Brian Witte, « Edward Snowden's Background Surrounded By Spycraft », Huffingtonpost,‎ (consulté le 8 juillet 2013)
  36. Laure Mandeville, « Ed Snowden, agent ambigu de la vérité », Le Figaro,‎
  37. (en) Gus Lubin, « Edward Snowden Describes CIA Tricks », Business Insider,‎ (consulté le 14 août 2013)
  38. (en) « Swiss president would back criminal probe against NSA leaker », Reuters (consulté le 14 août 2013)
  39. (en) « NSA Implementing 'Two-Person' Rule To Stop The Next Edward Snowden », Forbes,‎ (consulté le 14 août 2013)
  40. Bill Gertz, « Pentagon fears compromise of electronic intel to China | Washington Free Beacon », Freebeacon.com,‎ (consulté le 14 août 2013)
  41. a et b Edward Snowden: NSA whistleblower answers reader questions | World news | theguardian.com
  42. Voir le dernier paragraphe de l'article
  43. a, b et c Lucie Ronfaut, Espionnage : une clé USB à l'origine du scandale, Le Figaro.fr, 14 juin 2013
  44. (en) Ken Dilanian, « Officials: Edward Snowden took NSA secrets on thumb drive », latimes.com,‎ (consulté le 14 août 2013)
  45. John Bacon, « Contractor fires Snowden from $122,000-a-year job », Usatoday.com,‎ (consulté le 14 août 2013)
  46. Vincent Hermann, PRISM : Snowden révèle que la NSA s'est introduite dans les routeurs chinois , PC INpact, 13 juin 2013
  47. « Edward Snowden, l'homme qui fait trembler le gouvernement américain », Le Figaro,‎ (consulté le 14 août 2013)
  48. « Scandale du système de surveillance américain: Si vous avez raté le début... », 20minutes.fr (consulté le 14 août 2013)
  49. Un débat interne a agité la NSA avant les fuites de Snowden, article sur lemonde.fr, daté du 20 novembre 2014.
  50. a, b, c, d et e (en) Peter Maass, « How Laura Poitras Helped Snowden Spill His Secrets' », New York Times,‎ (consulté le 13 août 2013)
  51. a et b Irin Carmon, « How we broke the NSA story », Salon,‎ (lire en ligne)
  52. Freedom of the Press Foundation - Board of Directors
  53. « Code name ‘Verax’: Snowden, in exchanges with Post reporter, made clear he knew risks », The Washington Post (consulté le 14 août 2013)
  54. « How Glenn Greenwald Began Communicating With NSA Whistleblower Edward Snowden », Huffingtonpost.com,‎ (consulté le 14 août 2013)
  55. Barton Gellman, « Code name ‘Verax’: Snowden, in exchanges with Post reporter, made clear he knew risks », The Washington Post (consulté le 14 août 2013)
  56. (en) « How Edward Snowden led journalist and film-maker to reveal NSA secrets », The Guardian (consulté le 1 septembre 2013)
  57. (en) Michael Kelley, « A Documentary Filmmaker Was The 'Mastermind' Behind The Snowden Disclosures », Business Insider,‎ (consulté le 14 août 2013)
  58. (en) Peter Maass, « Q. & A.: Edward Snowden Speaks to Peter Maass », New York Times,‎ (consulté le 14 août 2013)
  59. Barton Gellman et Laura Poitras, « U.S., British intelligence mining data from nine U.S. Internet companies in broad secret program », Washington Post,‎ (consulté le 14 août 2013)
  60. Barton Gellman, « Code name 'Verax': Snowden, in exchanges with Post reporter, made clear he knew risks », The Washington Post,‎ (lire en ligne)
  61. « Barton Gellman, Glenn Greenwald feud over Edward Snowden », Politico.Com (consulté le 14 août 2013)
  62. « Edward Snowden has applied for asylum in Russia: Russian media (LIVE BLOG) », GlobalPost,‎ (consulté le 14 août 2013)
  63. « Lavabit », Lavabit (consulté le 14 août 2013)
  64. Spencer Ackerman in Washington, « Lavabit email service abruptly shut down citing government interference | Technology », theguardian.com (consulté le 14 août 2013)
  65. a et b Jack Mirkinson, « New York Times Partnering With Guardian On Snowden Reporting », The Huffington Post,‎ " Journalists in America are protected by the first amendment which guarantees free speech and in practice prevents the state seeking pre-publication injunctions or prior restraint.It is intended that the collaboration with the New York Times will allow the Guardian to continue exposing mass surveillance by putting the Snowden documents on GCHQ beyond government reach. Snowden is aware of the arrangement."
  66. (en) Adi Robertson, « Guardian partners with NYT on Snowden files due to British 'pressure' », Fox News,‎ (consulté le 6 septembre 2013)
  67. Britain forced Guardian to destroy copy of Snowden material - Yahoo News Canada
  68. David Miranda, schedule 7 and the danger that all reporters now face | Alan Rusbridger | Comment is free | The Guardian
  69. a et b (en) « Glenn Greenwald's partner detained at Heathrow airport for nine hours », The Guardian,‎ (consulté le 18 août 2013)
  70. a et b Sangaré, « Le partenaire Brésilien de Glenn Greenwald retenu à l'aéroport de Heathrow pendant 9 heures », Le Club Médiapart,‎ (consulté le 18 août 2013)
  71. a et b « Scandale Prism : un proche du lanceur d'alerte détenu neuf heures à Heathrow », Le Monde,‎ (consulté le 18 août 2013)
  72. « Brésil : le Sénat enquête sur l’espionnage américain, demande la protection de Greenwald », LeSoir.be,‎
  73. Natalie Nougayrède, « Éditorial du "Monde" : combattre Big Brother », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  74. (en) « Glenn Greenwald's new website launches with fresh NSA revelations - The Intercept one of several sites to be launched by new media company First Look, started by eBay founder Pierre Omidyar », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  75. « Le nouveau média du créateur d'eBay démarre avec une révélation sur la NSA », [[Libération (journal)|]],‎ (lire en ligne)
  76. Mehdi Atmani, « «The Intercept», le site né des révélations sur la NSA », Le Soir,‎ (lire en ligne)
  77. (en) « About The Intercept », FirstLook.org/theintercept, The Intercept,‎ (consulté le 10 février 2014)
  78. a et b (en) Glenn Greenwald, « Edward Snowden's Girlfriend, Lindsay Mills, Moved to Moscow to Live with Him - The Intercept », The Intercept,‎ (lire en ligne)
  79. (en) Spencer Ackerman, « Citizenfour review – Poitras' victorious film shows Snowden vindicated », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  80. (en) Michael B Kelley, « 'Citizenfour' Review Of Snowden Movie - Business Insider », Business Insider,‎ (lire en ligne)
  81. (en) Russell Brandom, « 'CitizenFour' gives an insider's view of Snowden's life during the leaks », The Verge,‎ (lire en ligne)
  82. (en) Barbara Starr, « Snowden did not access 'crown jewels' of NSA intel, official says », CNN,‎ (lire en ligne)
  83. AFP, « Greenwald: 'Explosive' NSA Spying Reports Are Imminent », Der Spiegel,‎ (consulté le 30 juillet 2013)
  84. Snowden leaked more than 15,000 secret US documents: Greenwald
  85. (en) « UK took three weeks to act over data at New York Times, says Guardian », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  86. (en) « Surveillance is a necessary ‘hornet’s nest’ - Invited by the Baltimore Council on Foreign Affairs, the director of the National Security Agency gave a talk in Baltimore on "cyber challenges », technical.ly,‎ (lire en ligne)
  87. « Officials Say U.S. May Never Know Extent of Snowden’s Leaks », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  88. a et b (en) « SA speaks out on Snowden, spying - The NSA gives unprecedented access to the agency's HQ and, for the first time, explains what it does and what it says it doesn't do: spy on Americans », CBS,‎ (lire en ligne)
  89. a et b Les révélations de Snowden à la "une" de la presse chinoise
  90. Tanguy Berthemet, Espionnage : Ed Snowden, le «lanceur d'alerte» a disparu, Le figaro.com, le 11 juin 2013
  91. Scandale du système de surveillance américain: Ce que risque la taupe Edward Snowden - 20minutes.fr
  92. Surveillance d'Internet: Snowden promet de nouvelles révélations - L'EXPRESS
  93. a et b http://thelede.blogs.nytimes.com/2013/06/25/why-snowdens-visitors-put-their-phones-in-the-fridge/
  94. Adam Harvey | Adam Harvey
  95. Edward Snowden: Can a Refrigerator Function as a Faraday Cage? | MAKE
  96. INSOLITE • Snowden est-il givré ? | Courrier international
  97. Scandale Prism : pour la presse chinoise, l'extradition de Snowden serait une "trahison" - Le Monde, 17 juin 2013
  98. Affaire Edward Snowden : des coïncidences troublantes, la Chine aurait-elle eu un rôle ? - Le Nouvel Observateur, 14 juin 2013
  99. (en) Edward Snowden: Naive NSA Whistleblower, Chinese Spy, or Something Else Entirely? - Blogs of War, 10 juin 2013
  100. Edward Snowden dAŠment AStre un espion chinois - Le Nouvel Observateur
  101. Snowden : « Je ne suis pas un espion chinois » - Libération
  102. (en) Michelle FlorCruz, « Edward Snowden Travels To Moscow Accompanied By WikiLeaks' Sarah Harrison », International Business Times,‎ (consulté le 8 juillet 2013)
  103. (en) « Edward Snowden leaves Hong Kong on Moscow flight », BBC,‎ (consulté le 8 juillet 2013)
  104. a et b (en) Russia Today, « US whistleblower Snowden on flight to ‘third country’ via Moscow », 23 juin 2013
  105. a et b U.S. warns countries against Snowden travel | Reuters
  106. Laure Mandeville, Derrière Snowden, une partie géopolitique anti-américaine , Le Figaro.fr, le 24 juin 2013
  107. Vidéo, Edward Snowden brouille les pistes , France 3, 24 juin 2013
  108. a, b et c La cavale invisible d'Edward Snowden , Le Figaro.fr, 24 juin 2013
  109. Carta a Rafael Correa
  110. « Moi, Edward Snowden, je vous écris…. », Courrier international, 25 juin 2013
  111. a et b Clara Beaudoux, L'Équateur "analyse" la demande d'asile d'Edward Snowden, France Info, 24 juin 2013
  112. Toujours à Moscou, Snowden au cœur d'une querelle internationale, Le Monde.fr avec AFP et Reuters, 25 juin 2013, mis à jour à 18:33
  113. Edward Snowden dans les limbes de la diplomatie
  114. a et b La confusion légale et diplomatique règne toujours sur le sort d'Edward Snowden
  115. Le Monde.fr avec AFP et Reuters, « Toujours à Moscou, Snowden au cœur d'une crise diplomatique », Le Monde,‎ (consulté le 8 juillet 2013)
  116. Snowden’s dad: ‘I don’t feel he’s committed treason’ - Video on TODAY.com
  117. Edward Snowden prêt à rentrer aux États-Unis sous conditions, selon son père - 20minutes.fr
  118. Un retour possible de Snowden aux États-Unis ? - Monde - MYTF1News
  119. Edward Snowden a demandé l'asile à la Russie
  120. AFP, « Snowden renonce à demander l'asile en Russie », sur Liberation.fr, Liberation,‎ (consulté le 2 juillet 2013)
  121. Communiqué de Wikileaks
  122. Le Monde parle de l'extradition d'Edward Snowden
  123. « Snowden dénonce les pressions d’Obama » , Le Soir.be avec l'AFP, 2 juillet 2013
  124. Snowden accuse Obama de pressions
  125. « Pour l’Équateur, la demande d'asile russe de Snowden pourrait régler son cas » (version du 11 décembre 2014 sur l'Internet Archive)
  126. La salve désespérée d’Edward Snowden contre Barack Obama
  127. Snowden renonce à l'asile russe… et cause un atterrissage | Radio-Canada.ca
  128. Snowden dénonce l’attitude de l’administration Obama à son égard | Radio-Canada.ca
  129. Snowden renonce à demander l'asile en Russie - Libération
  130. Affaire Snowden : les tribulations de l'avion d'Evo Morales - Le Point
  131. « Bolivie : des manifestants s'en prennent à l'ambassade de France » ,Le Monde.fravec l'AFP, 3 juillet 2013
  132. Bolivie : l'ambassade de France caillassée et le drapeau brûlé après l'affaire Snowden
  133. Affaire Snowden : Paris exprime ses regrets à la Bolivie
  134. a et b Snowden : la Bolivie, le Nicaragua et le Venezuela lui accordent l'asile
  135. Edward Snowden vers un asile latino ? - Libération
  136. a et b La Bolivie prête à accueillir Snowden - Le Point
  137. a et b Edward Snowden offered asylum in Bolivia by President Evo Morales - CBS News
  138. a et b Snowden bloqué depuis 15 jours dans un aéroport de Moscou
  139. Edward Snowden demande l'asile à la Russie - Libération
  140. a et b « Russie: Snowden rencontre des défenseurs des droits de l'homme » , RFI avec RT Russian, 12 juillet 2013
  141. Espionnage: Edward Snowden va demander l'asile politique provisoire à la Russie - 20minutes.fr
  142. « Edward Snowden demande l'asile politique à la Russie… pour mieux en partir » , Le Monde.fr avec AFP et Reuters, 12 juillet 2013
  143. « Poutine accuse les États-Unis d'avoir "coincé" Snowden en Russie » , Le Monde.fr avec AFP, 15 juillet 2013
  144. Piotr Smolar, « Lilia Shevtsova : "Poutine a sauvé Obama" dans l'affaire Snowden » , Le Monde.fr, article édité le 16 juillet, mis à jour le 17 juillet 2013
  145. Le Figaro, article édité le 25 juillet 2013, p. 6
  146. (ru) RBK 24 juillet 2013
  147. a et b (en) Paul Richter et Sergei L. Loiko, « Snowden asylum may presage rocky period in U.S.-Russia ties », Los Angeles Times,‎ 1er août 2013
  148. « L'ex-agent américain Edward Snowden a obtenu l'asile en Russie », sur rts.ch,‎ 1er août 2013
  149. « Edward Snowden a quitté l'aéroport de Moscou », sur lefigaro.fr,‎ 1er août 2013.
  150. « VIDEO. Edward Snowden a quitté l'aéroport de Moscou et obtenu l'asile en Russie », sur lexpress.fr,‎ 1er août 2013.
  151. a et b « la première photo de Snowden caché en Russie », La Libre Belgique,‎ (lire en ligne)
  152. « Un site russe publie une photo présentée comme celle d'Edward Snowden faisant ses courses », Le Journal de Montréal,‎ (lire en ligne)
  153. (en) Edward Snowden, « Snowden granted 3-yr residence permit - lawyer »
  154. (en) Glenn Greenwald, « Edward Snowden's Girlfriend, Lindsay Mills, Moved to Moscow to Live with Him », The Intercept,‎ (lire en ligne)
  155. (en) Edward Snowden, « An Open Letter to the People of Brazil », Folha de S. Paulo,‎ (lire en ligne).
  156. Eric LB et Pierre Fontaine, « Edward Snowden : « la NSA a révoqué notre droit à la vie privée » - Le lanceur d’alerte qui a révélé les pratiques de la NSA vient d’adresser une «lettre ouverte au Brésil» par laquelle il demande l’asile politique à Brasília. Nous avons choisi de la traduire en français car son message nous concerne tous. », 01net.com,‎ (lire en ligne).
  157. (en) Charlie Savage, « Snowden to Join Board of the Freedom of the Press Foundation », NY Times,‎ (lire en ligne).
  158. Pressfreedomfoundation - Communiqué de presse de la nomination d'Edward Snowden- le 14 janvier 2014.
  159. (en) « Live Q&A with Edward Snowden: Thursday 23rd January, 8pm GMT, 3pm EST », FreeSnowden.is,‎ (lire en ligne).
  160. a et b Corinne Lesnes, « Le chat planétaire d’Edward Snowden », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  161. a et b Gilbert Kallenborn, « Edward Snowden: "La surveillance de masse existe car c'est facile et pas cher" - Depuis son exil à Moscou, le célèbre lanceur d'alerte a répondu aux questions des internautes. L'occasion, pour lui, de préciser ses motivations et de donner son avis sur le futur. », 01Net,‎ (lire en ligne).
  162. Edward Snowden exklusiv - Das Interview, diffusée le ].
  163. a et b « Edward Snowden accuse la NSA d'espionnage industriel », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  164. a, b et c Philippe Ricard, « Snowden aux eurodéputés : il faut éviter que « les espions ne dictent la politique » », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  165. a, b et c « Snowden dénonce l'espionnage en Europe au service des États-Unis », Radio France internationale,‎ (lire en ligne).
  166. a, b et c Luc Vinogradoff, « Edward Snowden : « La NSA met le feu à Internet, vous êtes les pompiers qui peuvent la sauver » », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  167. « Snowden prend la parole depuis Moscou », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  168. a et b Joshua Ostroff, « Edward Snowden sur SXSW: la NSA est en train de «brûler le futur d'internet» », Le Huffington Post Québec,‎ (lire en ligne).
  169. (en) Marcus Wohlsen, « Father of the Web Meets a Robot Edward Snowden, Calls Him a Hero », Wired (magazine),‎ (lire en ligne).
  170. Gaël Lombart, « La NSA espionne un pays entier mais lequel ? », Le Parisien,‎ (lire en ligne).
  171. (en) Edward Snowden, « Vladimir Putin must be called to account on surveillance just like Obama - I questioned the Russian president live on TV to get his answer on the record, not to whitewash him », The Guardian,‎ (lire en ligne).
  172. « A Moscou, Vladimir Poutine interpellé par... Edward Snowden », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  173. (en) Alan Rusbridger et Ewen MacAskill, « I, spy: Edward Snowden in exile », The Guardian,‎ (lire en ligne).
  174. (en) James Bamford, « The most wanted man in the world », [[Wired (magazine)|]],‎ (lire en ligne).
  175. a, b et c Martin Untersinger, « Selon Snowden, la NSA développe un programme pour répliquer automatiquement aux cyberattaques », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  176. Pierre Magnan, « Edward Snowden s'exprimera à Paris grâce à Amnesty International », France TV,‎ (lire en ligne).
  177. « Edward Snowden va prendre pour la première fois la parole en France », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  178. Bloqué en Russie, Edward Snowden espère se réfugier en Suisse, Radio télévision suisse, 6 mars 2015.
  179. (en) « U.N. committee calls for end to excessive electronic spying », Reuters,‎ (lire en ligne)
  180. « Une commission de l'Onu s'en prend au cyberespionnage excessif », Challenges,‎ (lire en ligne)
  181. Peter James Spielmann (AFP), « Vie privée sur le Web: l'ONU adopte une résolution », Metro
  182. Le FBI a lancé une enquête pénale sur Edward Snowden , Le Monde.fr avec l'AFP, 13 juin 2013
  183. Le FBI a lancé une enquête pénale contre Edward Snowden , Libération.fr avec l'AFP, 13 juin 2013
  184. « Selon Obama, Prism est limité à l'antiterrorisme et au trafic d'armes », Le Monde.fr avec l'AFP, AP et Reuters, 19 juin 2006
  185. (en)Peter Finn et Sari Horwitz, U.S. charges Snowden with espionage , The Washingtonpost.com, 22 juin 2013
  186. Edward Snowden inculpé pour espionnage aux États-Unis , Le Monde.fr avec Reuters, 22 juin 2013
  187. a et b « Snowden : la NSA dans le viseur des parlementaires américains » , Le Nouvelobs.com avec AFP, 18 juillet 2013
  188. a et b Voir la page Edward Snowden sur Wikiquote.
  189. David Ingram et Julien Dury pour Reuters France, « Washington donne des garanties à Moscou sur Edward Snowden », Le Nouvel Observateur.com avec Reuters, 26 juillet 2013
  190. a et b Edward Snowden « remercie » la Russie où il veut refaire sa vie
  191. Douglas Cobb, « NSA Project DROPOUT JEEP Hacked Into Apple iPhones », Liberty Voice,‎ (lire en ligne)
  192. « NSA Insiders Reveal What Went Wrong », consortiumnews.com,‎ (lire en ligne)
  193. Rachael King, « NSA, Companies Made ‘Dysfunctional’ by Data », The Wall Street Journal,‎ (lire en ligne)
  194. « Former NSA whistleblowers plead for chance to brief Obama on agency abuses », sur rt.com,‎ (consulté le 7 juin 2014)
  195. (en) « Spy Chief: We Should’ve Told You We Track Your Calls - The U.S. government long considered its collection of Americans' call records to be a state secret. Now the Director of National Intelligence admits it would have been better if Washington had acknowledged the surveillance in the first place. », The Daily Beast,‎ (lire en ligne)
  196. (en) Ewen MacAskill, « Edward Snowden's NSA leaks 'an important service', says Al Gore - Former vice-president argues whistleblower exposed 'violations of US constitution far more serious than crimes he committed' », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  197. Vincent Hermann, « Al Gore : Edward Snowden a « rendu un important service » - Un lanceur d'alertes qui dérange », Next INpact,‎ (lire en ligne)
  198. a et b Claire Levenson, « Une statue géante d'Edward Snowden circule à New York », Slate,‎ (lire en ligne)
  199. (pt) Glenn Greenwald, Roberto Kaz et José Casado, « EUA espionaram milhões de e-mails e ligações de brasileiros », O Globo,‎ (consulté le 8 juillet 2013)
  200. a et b « Snowden: Biden téléphone à Rousseff pour étouffer le scandale » , RIA Novosti, 20 juillet 2013
  201. « Espionnage: le Pérou demande des explications aux États-Unis » , Notretemps.com avec l'AFP, 18 juillet 2013, consulté le 21 juillet 2013
  202. « Affaire Snowden : les États-Unis auraient aussi espionné l'UE » , Le Parisien.fr, 29 juin avec mise à jour le 30 juin 2013
  203. a et b Interview de Daniel Cohn-Bendit dans le 7/9 de Patrick Cohen sur France Inter, le 3 juillet 2013.
  204. petit_jeu, « Affaire Snowden : la NSA espionnait aussi l’Union européenne - SCANDALE PRISM », FRANCE 24,‎ (consulté le 14 août 2013)
  205. a et b « PRISM : Edward Snowden et la NSA bientôt entendus en Europe ? » , Numerama.com, 19 juillet 2013
  206. « LIBE Committee Inquiry on Electronic Mass Surveillance of EU Citizens », Parlement européen,‎
  207. (en) « LIBE Committee Inquiry on Electronic Mass Surveillance of EU Citizens - Programme et lettre de mission », Parlement européen,‎
  208. « Le président allemand affiche son respect pour Edward Snowden », Reuters, 26 juillet 2013
  209. « Principaux scandales liés aux révélations d'Edward Snowden », La Libre Belgique,‎ (lire en ligne)
  210. Christophe Lagane, « Deutsche Telekom veut se protéger de l’espionnage sur Internet - En réaction aux programmes d’espionnage des communications électroniques par la NSA, Deutsche Telekom veut concentrer le transit des données domestiques sur son seul réseau national », Silicon.fr,‎ (lire en ligne)
  211. a, b et c Christophe Lagane, « Clean Pipe : le bouclier anti NSA de Deutsche Telekom, sera finalisé pour 2016 - Une poignée de PME ont commencé à tester l’offre de réseau «étanchéifié» Clean Pipe de Deutsche Telekom pour un lancement élargi en mai prochain. Une réaction de l’opérateur allemand aux révélations sur les écoutes massives de la NSA. », Silicon.fr,‎ (lire en ligne)
  212. Gilbert Kallenborn, « Merkel et Hollande veulent créer un Internet européen, mais comment ? - La chancelière allemande et le président français souhaitent construire « des réseaux de communication au sein de l’Europe » pour protéger les données personnelles de nos concitoyens. Une idée pour le moins farfelue. », 01net.com,‎ (lire en ligne)
  213. Reynald Fléchaux, « Contre la NSA, Merkel va proposer à Hollande de faire réseau commun - La chancelière allemande, attendue à Paris mercredi, va proposer à la France de bâtir un réseau européen évitant le transit de données européennes aux Etats-Unis. Un projet qui renvoie au programme de réseau national de Deutsche Telekom, Clean Pipe. », Silicon.fr,‎ (lire en ligne)
  214. Sébastien Pommier, « Après l'affaire Snowden, Merkel veut protéger l'Internet européen - Lors du Conseil des ministres franco-allemand qui se tient ce mercredi, Angela Merkel entend convaincre François Hollande de la rejoindre sur la question de la protection des données. », L'Express,‎ (lire en ligne)
  215. « Ecoutes de la NSA : Berlin va couper les ponts avec l’américain Verizon », Les Échos,‎ (lire en ligne)
  216. Julien L., « Le scandale de la NSA pousse l'Allemagne à ne plus travailler avec Verizon - Le gouvernement allemand a décidé de se passer des services de l'opérateur américain Verizon une fois que le contrat actuel s’achèvera en 2015. Berlin a pris cette décision après des révélations sur les liens entre l'entreprise et la NSA. », Numérama,‎ (lire en ligne)
  217. « Tollé en Europe face aux révélations sur l'espionnage américain », Libération,‎ (consulté le 8 juillet 2013)
  218. « Écoutes américaines de l'UE : Hollande tape du poing sur la table », Le Figaro,‎
  219. « Manifestation de soutien à Edward Snowden à Paris » (version du 11 juillet 2013 sur l'Internet Archive)
  220. « La FIDH et la LDH portent plainte dans l'affaire Snowden », Le Monde,‎
  221. a et b Philippe Boucher, Louis Joinet et Philippe Lemoine, « Affaire Snowden : pour une régulation mondiale Informatique et Libertés : Un ensemble de personnalités interpellent le gouvernement, via une pétition, sur «un des plus grands scandales de l’histoire du numérique et des libertés». », sur liberation.fr, Libération,‎
  222. Jacques Follorou et Glenn Greenwald, « Comment la NSA espionne la France », Le Monde,‎
  223. Le Monde.fr avec AFP et Reuters, « NSA : Washington tente de relativiser son espionnage en France », Le Monde,‎
  224. Christophe Lagane, « Face à Prism : Gandi soutient le projet de messagerie sécurisée Caliop - Face aux écoutes de la NSA, mais aussi à l’article 20 de la loi de programmation militaire, l’hébergeur Gandi apporte un soutien matériel au projet open source de client de communication sécurisé Caliop. Un projet lancé par Laurent Chemla, le fondateur de Gandi. », PC INpact,‎ (lire en ligne)
  225. Jérôme Bouteiller, « Laurent Chemla : «Caliop pourrait démocratiser le chiffrement des données» - Pionnier de l’internet français, Laurent Chemla relance le projet de messagerie sécurisée Caliop initié au début des années 2000. En réaction à la fermeture de nombreuses messageries sécurisées. », Silicon.fr,‎ (lire en ligne)
  226. (de) Claus Hecking et Stefan Schultz, « Abgehörte EU-Vertretungen: "Kernschmelze des Rechtsstaats" », Der Spiegel,‎ (consulté le 30 juin 2013)
  227. Le Monde.fr avec AFP et Reuters, « Prism : la NSA espionnait l'Union européenne », Le Monde,‎ (consulté le 30 juin 2013)
  228. a et b « "Operation Tempora": comment les Britanniques dépassent les Américains pour espionner Internet » , L'Expansion.com avec AFP, 22 juin 2013
  229. « "Russian State Duma named E. Snowden a dissident and fighter agains the system" (""В Госдуме Э.Сноудена назвали новым диссидентом и борцом с системой"") », RBC Daily,‎ (consulté le 4 août 2013) :

    « "The head of the State Duma Committee on International Affairs Alexei Pushkov has called Edward Snowden, the whistleblower on the US intelligence services, as a new dissident fighting with the system. The deputy wrote this in his microblog. "Assange, Manning and Snowden were no spies and they gave away secret information not out of money but out of conviction. They are the new dissidents, fighters with the system, "- A.Pushkov believes." "Глава комитета Госдумы по международным делам Алексей Пушков назвал разоблачителя спецслужб США Эдварда Сноудена новым диссидентом, борющимся с системой. Об этом депутат написал в своем микроблоге. «Ассандж, Мэннинг и Сноуден не были шпионами и выдали секретную информацию не за деньги, а из убеждений. Они - новые диссиденты, борцы с системой», - считает А.Пушков." »

  230. "Глава комитета Госдумы по международным делам Алексей Пушков назвал разоблачителя спецслужб США Эдварда Сноудена новым диссидентом, борющимся с системой. Об этом депутат написал в своем микроблоге. «Ассандж, Мэннинг и Сноуден не были шпионами и выдали секретную информацию не за деньги, а из убеждений. Они - новые диссиденты, борцы с системой», - считает А.Пушков."
  231. Nicole Guihaumé, « PRISM : La Russie ne remettra pas Edward Snowden aux États-Unis (officiel) » , Mediapart, 27 juillet 2013
  232. « Snowden demande à la Russie de prolonger son permis de séjour », [[Libération (journal)|]],‎ (lire en ligne)
  233. CNBC, « Hong Kong Rally Demands Protection for Snowden », sur cnbc.com,‎
  234. (he)http://www.ynet.co.il/articles/0,7340,L-4467948,00.html
  235. (en)http://www.timesofisrael.com/spy-target-netanyahu-uses-gestures-and-codes-in-sensitive-discussions/
  236. (en)Esther Addley, Julian Assange praises Edward Snowden as a hero, Guardian.co.uk, 10 juin 2013
  237. « Edward Snowden a bien fait de fuir » , Courrier international.com avec The Washington Post et Daniel Ellsberg, 8 juillet 2013, consulté le 10 juillet 2013
  238. « Patti Smith chante pour Snowden : « Si personne ne veut de toi, je te prends » » , Rue89.com, 18 juillet 2013
  239. http://www.c-span.org/Events/Group-Holds-Rally-Against-Mass-Surveillance/10737442319-1/
  240. Bart Jansen and Carolyn Pesce, « Anti-NSA rally attracts thousands to march in Washington », USA Today (consulté le 27 octobre 2013)
  241. Bart Jansen et Carolyn Pesce, « Anti-NSA rally attracts thousands to march in Washington », Usatoday.com,‎ (consulté le 1 novembre 2013)
  242. Thousands gather in Washington for anti-NSA 'Stop Watching Us' rally | World news | theguardian.com
  243. Edward Snowden Passport Revoked: Reports
  244. a, b, c et d « La Bolivie "prête" à examiner une demande d'asile de Snowden » , Le Monde.fr avec AFP et Reuters, 2 juillet 2013
  245. Bolivian president Evo Morales joins Latin American allies in offering asylum to NSA leaker Edward Snowden - NY Daily News
  246. Affaire Snowden: de Hong Kong à l'Équateur, la patate chaude diplomatique , L'Express.fr avec Reuters, 24 juin 2013
  247. À Moscou, Edward Snowden brouille les pistes , Le Monde.fr avec l'AFP, 24 juin 2013
  248. L'Équateur renvoie la balle à la Russie dans l'affaire Snowden - SCANDALE PRISM - FRANCE 24
  249. a et b Le Venezuela offre "l'asile humanitaire" à Snowden - AFFAIRE SNOWDEN - FRANCE 24
  250. Internet : les dépêches - Notre Temps
  251. (en)« NSA leak fallout: LIVE UPDATES » , Russia Today, mise à jour du 14 juillet, consultée le 15 juillet 2013
  252. « Marine Le Pen demande l'asile en France pour Edward Snowden » Le Pen demande l'asile en France pour Edward Snowden via Reuters
  253. « http://www.bfmtv.com/video/bfmtv/politique/melenchon-demande-lasile-politique-snowden-un-homme-bienfaiteur-30-06-133748/ » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), septembre 2013.
  254. Alexis Corbière, « Donnons l’asile politique à Edward Snowden ! Le Conseil de Paris doit le nommer citoyen d’honneur ! » site du Parti de gauche.
  255. Communiqué sur le EELV demande à François Hollande d’accorder l’asile politique à Edward Snowden.
  256. Lucie Soullier, « Espionnage : Edward Snowden pourrait-il obtenir l'asile politique en France ? » , Le Monde.fr, 2 juillet 2013
  257. « Demande d'asile de M. Edward Snowden », communiqué de presse de Manuel Valls, ministre de l'Intérieur, 4 juillet 2013
  258. « Paris rejette la demande d'asile d'Edward Snowden » , Libération.fr avec l'AFP, 4 juillet 2013
  259. Elise Vincent, « Si Snowden entre en France, "la police serait tenue de l'interpeller" selon le ministère de l'Intérieur », 4 juillet 2013
  260. Maître Eolas, « Non, la France n’a pas refusé l’asile à Edward Snowden », sur le blog Journal d'un avocat, 5 juillet 2013
  261. Emma Defaud, « Le manifeste pour accueillir Snowden en France », L'express,‎ (lire en ligne)
  262. « François Hollande, accordez l'asile politique à Edward Snowden », Change.org,‎ (lire en ligne)
  263. Emmanuelle Germain, « Des députés demandent l'asile en France pour Edward Snowden », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  264. « Accueillir Snowden en France ? Les points-clés du débat », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  265. a, b et c « Deux sénatrices veulent accorder l'asile à Snowden », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  266. Martin Untersinger, « « Pourquoi la France doit accueillir Snowden » », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  267. « A l'Assemblée, une proposition pour faire de Snowden un « citoyen d'honneur » », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  268. « Yves Jego et Chantal Jouanno soutiennent le manifeste de Snowden », L'Expansion,‎ (lire en ligne)
  269. Cécile Bolesse, « Des politiques se mobilisent pour que la France accueille Edward Snowden - Après la proposition de résolution de deux sénatrices UDI, soutenue par le groupe écologiste au Sénat, c'est à l'Assemblée nationale que ce parti a déposé une nouvelle proposition », 01 Net,‎ (lire en ligne)
  270. « Des députés français réclament l'asile politique pour Edward Snowden », [[Libération (journal)|]],‎ (lire en ligne)
  271. (en) « Whistleblowers Blast NSA Programs, Award Snowden », sur accuracy.org, Institute For Public Accuracy,‎ (consulté le 12 juillet 2013)
  272. (en) Brett Wilkins, « Snowden honored by group of former intelligence officials », Digital Journal,‎ (consulté le 12 juillet 2013)
  273. (en)« Whilstleblowers Blast NSA Programs, Award Snowden » , sur le site de accuracy.org, 8 juillet 2013
  274. « Vidéo: un prix récompense l'éthique de Snowden », Europe1 avec Reuters,‎ (lire en ligne)
  275. Detlef Borchers, « Whistleblower-Preis für Edward Snowden », Heise online,‎ (consulté le 25 juillet 2013)
  276. « 'Snowden did it for all of us », Deutsche Welle,‎
  277. (de) Sven Lüders, « Fritz-Bauer-Preis an Edward Snowden », Humanistischer Pressedienst,‎ (consulté le 25 juillet 2013)
  278. « Brasil homenageia seis cidadãos do mundo » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), 17 septembre 2013
  279. (en) « Edward Snowden elected as rector of Glasgow University », BBC,‎ (lire en ligne)
  280. « Edward Snowden devient recteur de l'université de Glasgow - Les étudiants de l'université écossaise ont élu l'ancien consultant de la NSA à ce titre honorifique. Son rôle principal est de « représenter les intérêts des étudiants » a précisé l'établissement. », L'Express,‎ (lire en ligne)
  281. « Edward Snowden, l'ancien consultant de l'Agence américaine de sécurité (NSA), inculpé d'espionnage dans son pays et réfugié en Russie, a été élu au poste purement honorifique de recteur de l'université de Glasgow, a annoncé mardi 18 février la faculté écossaise. », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  282. (en) The Ridenhour Prizes, « Fostering the spirit of courage and truth », The Ridenhour Prizes,‎ (consulté le 8 avril 2014)
  283. (en) « Chaos Computer Club unterstützt Edward Snowden », Chaos Computer Club,‎ (lire en ligne)
  284. Johan Ahlander et Henri-Pierre André, « Le "prix Nobel alternatif" attribué à Edward Snowden », Le Nouvel Observateur,‎ (lire en ligne)
  285. (de) « Ehrung in Berlin: Snowden erhält Carl-von-Ossietzky-Medaille », Der Spiegel,‎ (lire en ligne)
  286. (en) « 2013 Sakharov Prize for Freedom of Thought - seven nominations », Parlement européen,‎
  287. Vincent Hermann, « Snowden sélectionné pour le prix Sakharov de la liberté de penser », PCinpact,‎
  288. (fr)Guerric Poncet, Snowden proposé pour le prix Nobel de la paix , Le Point, 15 juillet 2013
  289. (no)Adam Timander, Umeåprofessorn: Ge Snowden fredspriset , Västerbottens-Kuriren, 13 juillet 2013
  290. http://www.liberation.fr/monde/2014/01/31/snowden-propose-pour-le-nobel-de-la-paix_976906
  291. « There's Only One Logical Choice For Time's Person Of The Year », Business Insider,‎ (lire en ligne)
  292. Vancouver indie filmmakers shooting Snowden biopic, Vancouver Courier, 3 octobre 2013
  293. Filmmakers look to crowdfunding for Snowden movie CNBC, 10 septembre 2013
  294. Fiche du projet du film Classified: The Edward Snowden Story
  295. Hollywood Ponders Movie on Book About Snowden New York Times, 11 octobre 2013
  296. US heavyweights circle Edward Snowden film rights Screendaily.com, 25 septembre 2013

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Mathieu Dejean, « Affaire Snowden : un geek contre Big Brother », Les Inrockuptibles,‎ (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Commission d’enquête européenne à la suite des révélations d’Edward Snowden :

Lanceurs d’alerte concernant les programmes de surveillance de la NSA :

Programmes de surveillance révélés par Edward Snowden :

Programmes de surveillance :

Liens externes[modifier | modifier le code]