Union syndicale Solidaires

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Union syndicale Solidaires
Logo de l’association
Cadre
Forme juridique Union syndicale
But Défendre les intérêts de l’ensemble du monde du travail par tous les moyens, peser en faveur de rapprochements interprofessionnels, favoriser l'unité syndicale
Zone d’influence Drapeau de la France France
Fondation
Fondation 1981 : G10
1998 : Solidaires
Fondateur Annick Coupé
Origine Groupe des Dix
Identité
Siège 144 boulevard de la Villette
75019 Paris
Structure Union syndicale
Personnages clés Cécile Gondard-Lalanne
Eric Beynel
Méthode Syndicalisme de lutte
Syndicalisme de transformation sociale
Financement Cotisations, subventions et dons
Membres 110 000 adhérents revendiqués en 2014[1]
Représentativité cf. article
Slogan Agissons tous ensemble et rejetons l’austérité !
Site web www.solidaires.org

L'Union syndicale Solidaires est une union syndicale française créée le 10 décembre 1981. L'acronyme SUD (pour « solidaires, unitaires, démocratiques ») désigne une partie de ces syndicats nationaux et fédérations membres ; d'autres structures membres ont choisi une autre dénomination mais sont membres de Solidaires de la même manière.

Elle ne faisait pas partie des cinq confédérations de syndicats de salariés français (CFE-CGC, CFDT, CFTC, CGT, CGT-FO) bénéficiant d'une présomption irréfragable de représentativité. La loi Représentativité de 2008 offre aujourd'hui des possibilités de développement, notamment dans le secteur privé.

Le Groupe des Dix[modifier | modifier le code]

Le Groupe des Dix a été constitué en France le 10 décembre 1981 par dix organisations syndicales autonomes non-confédérées, dans le but de favoriser l'émergence d'un nouveau pôle capable de peser dans le mouvement syndical pour plus d'efficacité. Tous entendaient garder leur indépendance et refusèrent de s'organiser en confédération. Ils décidèrent cependant de maintenir des contacts entre eux afin de développer l'entraide.

Les membres originels du G10 :

Le SNUI et la FGSOA sont issus du refus de la scission CGT-FO de 1947 et le SNJ.

Des débuts difficiles et fragiles[modifier | modifier le code]

Au cours des années qui suivent, d'autres syndicats rejoignent le groupe dont l'activité reste relativement faible. Cette faiblesse amène en 1985 les syndicats membres à ne plus se contenter de simples contacts nationaux, mais à encourager des liens sur le plan local (départements, grandes agglomérations). Ils créent également un centre de formation syndicale commun.

Particulièrement présents dans le secteur public, ils s'engagent sur ce qui devait devenir l'un de ses principaux chevaux de bataille : la défense des services publics à partir de 1986. Cet engagement se conjugue avec les grèves SNCF de l'hiver 1986-1987, qui traitent entre autres de cette question.

le logo du groupe des dix

Cependant, d'autres conflits dans des secteurs sur lesquels des syndicats du groupe interviennent (Banque de France, aiguilleurs du ciel, etc.) mettent en relief les faiblesses structurelles du Groupe des Dix : contacts trop lents sur le plan local, difficultés à peser en faveur de l'unité syndicale, incapacité à organiser la solidarité interprofessionnelle, et surtout difficulté à élargir le champ des analyses communes de par la règle de l'unanimité qui règne au sein du groupe pour toute décision.

C'est sur ce point que les plus gros désaccords apparaissent, amenant l'un des syndicats fondateurs à quitter le groupe. Parallèlement, le projet piloté par la FEN de créer une grande centrale réformiste divise le G10. Certains de ses membres (fonction publique territoriale, FGSOA, une partie de la FASP...) participent à la création de l'UNSA.

La radicalisation du G10[modifier | modifier le code]

Bannières de Solidaires dans une manifestation à Paris en 2005

Début 1989, le Groupe des Dix s'élargit en s'ouvrant à Sud-PTT. Ce syndicat n'est pas de tradition autonome. Il s'agit en fait de syndicats CFDT, principalement de la région parisienne, traditionnellement en opposition avec leur fédération, qui viennent d'en être exclus pour avoir soutenu la « grève des camions jaunes » contre l'ouverture au privé du transport du courrier malgré leur Fédération. Aux élections qui ont lieu trois mois après sa naissance, Sud-PTT n'obtient de représentativité que sur la région parisienne, mais connaît un développement spectaculaire de son implantation au début des années 1990. En effet, à la suite du grave échec subi par la CFDT lors des élections professionnelles de 1989 et à la suite de la décision de celle-ci de soutenir la loi de séparation de La Poste et de France Télécom (loi Quilès) qui ouvrait la voie à la privatisation, de nouveaux syndicats départementaux des PTT de la CFDT font défection et rejoignent Sud-PTT.

Certains détracteurs[réf. nécessaire] expliquent le développement rapide de l'union syndicale à cette époque par une consigne de la Ligue communiste révolutionnaire (LCR) qui voudrait que ses militants y adhèrent. Mais à 3 200 militants revendiqués pour la LCR, contre au moins 50 000 pour l'union syndicale à l'époque, cette affirmation est fortement sujette à caution. Pour Jean-Marie Pernot, « on leur attribue une tendance trotskiste, ce qui est ridicule et faux. Trouver des boucs émissaires est toujours un moyen facile pour les pouvoirs en place d'assurer leur tranquillité »[2].

Deux autres syndicats issus de la CFDT, vont rejoindre plus tard le G10, à une dizaine d'années d'intervalle, celui des infirmières le CRC-Santé, à la fin des années 1980, notamment à la suite de la grève des infirmières, et celui des forestiers, le syndicat national unifié des personnels des forêts et de l'espace naturel (SNUPFEN), lors d'un congrès extraordinaire en novembre 2003, en pleine réforme forestière.

L'entrée des nouveaux venus va donner un coup de fouet au travail interprofessionnel du groupe. Le champ d'activité et de réflexion s'élargit. Surtout, le principe de l'élaboration d'une Charte des valeurs sociales et syndicales, afin de donner une plus grande cohésion au groupe, est adopté.

Le groupe affirme davantage sa volonté d'un renouveau du champ syndical en participant à toutes les initiatives allant dans ce sens. Il se présente en 1992 pour la première fois aux élections prud'homales et est de plus en plus actif dans les luttes des secteurs où il intervient.

Cette dynamique entraine de nouvelles adhésions de syndicats et les premiers regroupements locaux G10 effectifs.

Pour la première fois, il prend une initiative d'ampleur nationale avec le lancement de la campagne Agir contre le Chômage, qui se traduit par l'organisation de marches de chômeurs et la création d'AC !, qui cherche à unifier l'ensemble des organisations de chômeurs.

Ces nouvelles orientations entrainent le départ du G10 de trois autres syndicats autonomes (Fédération autonome des transports, Fédération maîtrise et cadres de la SNCF, et la FGSOA) qui avec la FEN (Fédération de l'Éducation nationale), qui vient de connaître une scission, fondent une nouvelle organisation autonome, l'Union nationale des syndicats autonomes (UNSA). La FSU qui est issue de la scission de la FEN n'est pas, non plus, adhérente au G10.

Progressivement le G10 s'est radicalisé et apparaît de plus en plus comme un des points forts de la gauche syndicale, au même titre que l'opposition CFDT avec laquelle les rapports sont d'autant plus particuliers que nombreux sont les nouveaux militants du G10 à y être passés.

1995 : l'élargissement[modifier | modifier le code]

Lors des grèves de décembre 1995, cette évolution apparaît encore plus clairement. Le résultat est que, au lendemain de ce mouvement, des militants quittent les fédérations de la CFDT, jugées trop peu revendicatives, et créent SUD Rail. Des syndicats d'entreprise non seulement de la CFDT, mais aussi de la CGT-FO et de la CGT quittent leurs confédérations et se constituent en SUD. C'est ainsi qu'à Toulouse, c'est une véritable Union départementale qui se met en place.

À la suite des mouvements de 1995, se créent les premiers syndicats SUD Éducation et SUD Étudiant.

Ce mouvement qui s'est poursuivi depuis lors (AFPA, Michelin, Thomson, etc.), accompagné d'un élargissement des syndicats et fédérations existantes, donne une situation contrastée. Le G10 reste cependant totalement absent de secteurs entiers.

En avril 2017, dans l'entre-deux-tours de l'élection présidentielle de 2017 qui oppose Marine Le Pen et Emmanuel Macron, Solidaires critique « la préférence nationale, le racisme et le repli nationaliste »[3].

1998 : fondation de Solidaires[modifier | modifier le code]

L'Union syndicale Solidaires est fondée en janvier 1998, pour mieux structurer l'ex-G10, qui a considérablement évolué depuis la multiplication des SUD. Il compte alors environ 60 000 adhérents.

Ce développement a amené le G10 à se restructurer en Union Syndicale G10 Solidaires. La règle de l'unanimité est abandonnée, au profit du consensus, mais chaque syndicat ou fédération membre garde un droit de veto qu'il peut utiliser s'il considère qu'une décision pourrait remettre en cause l'un de ses principes fondamentaux. Cela contraint du coup à un débat approfondi afin de lever tout malentendu.

La grande majorité des syndicats et fédérations membres de l’Union syndicale G10 Solidaires a pour nom SUD (Solidaires Unitaires Démocratiques). La mention du G10 est conservée dans le nouveau nom, car tous les syndicats membres ne se reconnaissent pas dans ce sigle (SNUI, SNJ, etc.).

L'Union syndicale G10 Solidaires est alors structurée en un Bureau national (BN) et en regroupements locaux pouvant accueillir en plus des syndiqués membres des syndicats locaux non adhérents au G10 en observateurs. Les groupes locaux sont régulièrement invités à des réunions élargies du BN. Des congrès réunissant des délégations des syndicats ou fédérations nationaux et des groupes locaux sont désormais convoqués tous les trois ans.

2001 : départ de deux syndicats[modifier | modifier le code]

Le Syndicat Unifié / UNSA Caisse d'épargne et le Syndicat national autonome des personnels des chambres de commerce rejoignent l'UNSA, soit une perte d'environ 8 000 adhérents.

Annick Coupé remplace Gérard Gourguechon comme porte-parole de l'organisation.

2004 : 3e congrès[modifier | modifier le code]

Le congrès se passe à la Bourse du travail de Bobigny en présence de 400 délégués.
L'union syndicale change de nom et devient l'Union Syndicale Solidaires (disparition du terme G10). Seuls 3 des 10 syndicats fondateurs sont encore présents, le Syndicat national unitaire des impôts (SNUI), le Syndicat national des journalistes (SNJ) et le Syndicat national autonome de la Banque de France (SNABF), et il y a 36 organisations nationales professionnelles et 52 structures géographiques interprofessionnelles locales.
L'union syndicale constate, malgré le départ de 2001, une progression des effectifs, on passe de 75 000 en 2001 à 80 000 en 2004, avec un développement dans le secteur privé : premier syndicat chez Kodak, second chez Michelin, implantation chez le pharmacien Eli Lilly, etc.

Il y a eu aussi la création d'un bureau national se réunissant une fois par mois, chargé de la mise en œuvre des grandes orientations, et un Secrétariat national qui assure le suivi quotidien de l'intervention de l'Union.

Le congrès s'est prononcé contre le projet de traité constitutionnel européen et a marqué sa solidarité avec les faucheurs volontaires d'OGM.

2008 : 4e congrès[modifier | modifier le code]

Le congrès se déroule au Palais des Congrès de Saint-Jean-de-Monts, en présence d'environ 350 délégués.
L'union syndicale compte désormais 43 organisations nationales professionnelles et 85 structures géographiques interprofessionnelles locales, avec des effectifs toujours en hausse, passant de 80 000 en 2004 à 90 000 en 2008. Le développement s'accélère dans le secteur privé, ce qui rend d'autant plus important le projet de loi alors en cours d'élaboration sur la réforme de la représentativité syndicale.

Le congrès est marqué par les interventions de nombreux syndicalistes internationaux invités (polonais, algériens, sénégalais, palestiniens, burkinabés...) ainsi que par celles des représentants du mouvement social français : Droits devant !!, Droit au logement, Attac, Ligue des droits de l'homme, CGT, FSU, UNEF...

Outre les classiques résolutions sur le contexte national et international, les valeurs et revendications de l'Union syndicale, le congrès adopte une résolution sur l'environnement (« Les enjeux écologiques : Notre syndicalisme face aux dangers pour la planète ») qui est la seule à être votée à l'unanimité sans aucune abstention.

L’évolution des statuts pour rendre définitif le vote des Solidaires locaux (les structures géographiques interprofessionnelles locales) aux congrès et aux conseils nationaux ne faisant pas encore l'unanimité (qui est nécessaire pour toute évolution des statuts), elle est remise à un congrès extraordinaire devant se dérouler en 2009 ; d’ici-là, un groupe de travail ad hoc, réunissant notamment les organisations syndicales qui ne se satisfaisaient pas du projet présenté au congrès, doit affiner ce projet pour résoudre les derniers problèmes : exemple typique de la démarche pragmatique de Solidaires pour construire des consensus larges et forts.

2010 : la réforme des retraites[modifier | modifier le code]

Bannière déployée sur la place du Martroi à Orléans lors de la journée de manifestation du 16 octobre 2010.

Solidaires a formulé des propositions pour réformer le système de la retraite en France et a participé à toutes les journées de grèves et manifestations contre la réforme française des retraites de 2010. Solidaires estime qu'il est « hors de question d’augmenter le montant des cotisations sociales salariales ou leur durée », et qu'il faut plutôt se concentrer sur la rémunération du capital, à savoir les dividendes, rachats d'actions et autres avantages offerts aux actionnaires[4]. Le syndicat estime que la réforme 2010 des retraites en France est injuste et inefficace.

2010 : 5e congrès[modifier | modifier le code]

2014 : 6e congrès[modifier | modifier le code]

Lors du congrès de Dunkerque en juin 2014, Solidaires renouvelle son secrétariat national avec le départ d'Annick Coupé, remplacée par deux co-porte-parole Cécile Gondard-Lalanne (SUD PTT) et Eric Beynel (Solidaires Douanes). Pour la première fois, un salarié du privé intègre le secrétariat national qui passe de 11 à 12 membres. L'union syndicale développe ses rapports avec la CGT. Très critique envers la politique de François Hollande, Solidaires annonce des campagnes sur le coût du capital, contre le grand marché transatlantique et l'aéroport Notre-Dame-des-Landes[5].

La question de la représentativité[modifier | modifier le code]

Les syndicats de Solidaires du secteur privé se heurtent à de grosses difficultés en matière de reconnaissance de leur représentativité. La loi reconnaît comme représentatifs les syndicats adhérents à l'une des confédérations CFDT, CGC, CFTC, CGT et CGT-FO. Toute autre organisation doit faire la preuve de sa représentativité pour pouvoir se présenter aux élections de délégués du personnel et de comités d'entreprise. L'esprit de cette loi serait d'éviter que le patronat ne puisse susciter des organisations syndicales soumises à lui, qui pourraient se présenter au premier tour.

Systématiquement, les autres syndicats dénoncent devant les tribunaux les nouveaux SUD ainsi créés, ce qui contraint ces derniers à donner la liste de leurs adhérents avec le risque que le juge décide de la communiquer aux autres parties, mettant ainsi en péril les nouveaux sudistes. Cela met évidemment un frein à ces créations.

En cas de rejet de la représentativité par le tribunal, il reste possible d'appeler au boycott des élections, car si un quorum de 50 % de participation n'est pas atteint, un deuxième tour est organisé où les candidatures sont libres. Une fois qu'il a des élus, le syndicat est plus facilement reconnu comme représentatif dans l'entreprise. C'est une tactique qui a souvent été employée par les SUD afin d'éviter la communication des listes d'adhérents. Dans les cas où il n'existait auparavant aucune organisation syndicale constituée dans l'entreprise, le syndicat nouvellement créé a obtenu des élus, parfois en nombre majoritaire, aux élections au sein de l'entreprise ou de l'établissement.

Mais, d'une manière générale, lorsque les organisations syndicales traditionnelles sont organisées dans l'entreprise, les SUD n'arrivent pas à obtenir que la majorité des salariés boycottent les élections.

Le 21 décembre 2006, l'Union syndicale Solidaires est devenue la huitième organisation représentative à la Fonction publique d'État grâce à une décision du conseil d'État[6]. L'Union syndicale Solidaires siège au Conseil supérieur de l'éducation au même titre que les autres syndicats de salariés.

En 2008, plusieurs mairies refusent les listes présentées par SUD-Collectivités territoriales et SUD Éducation aux élections professionnelles de la fonction publique territoriale, prétextant un manque de représentativité de ces deux syndicats[7].

La loi Représentativité de 2008 offre aujourd'hui des possibilités de développement, notamment dans le secteur privé.

Les principes fondateurs[modifier | modifier le code]

Cette Union se réfère à la Charte d'Amiens, et applique donc les principes qui en découlent[réf. nécessaire]. L'union a développé dans ses propositions socio-économiques et dans ses méthodes d'organisation et de fonctionnement certaines approches nouvelles. Ces dispositions sont parfois assez éloignées ou plus affirmées que celles d'autres unions syndicales. Toutes ces réflexions portant sur les objectifs comme sur les moyens d'y parvenir guident ses actions :

Méthodes[modifier | modifier le code]

Selon l'Union, ses méthodes reposent sur :

  • un fonctionnement interne démocratique et participatif (sans hiérarchie, avec recherche du consensus) ;
  • une recherche de l'unité syndicale chaque fois que cela est possible.

Activité[modifier | modifier le code]

Élections[modifier | modifier le code]

Élections prud'homales[modifier | modifier le code]

Organisation syndicale 1987 1992 1997 2002 2008
Solidaires
0,45 0,32 1,51 3,82 %

Résultats 2008 par collège[14]:

  • Industrie : 1,9 %
  • Commerce : 4,9 %
  • Agriculture : 4,0 %
  • Activités diverses : 5,5 %
  • Encadrement : 2,8 %

Représentativité[modifier | modifier le code]

Sur la base d'un accord signé par les organisations patronales (CGPME et MEDEF) et syndicats de salariés (CGT et CFDT), une loi a été votée le 20 août 2008 modifiant les règles de la représentativité.
Cette loi mesure la représentativité sur la base des élections dans les entreprises lors des élections aux comités d'entreprises (CE) ou à défaut aux élections des délégués du personnel (DP) mais d'autres critères supplémentaires existent.

Représentativité dans les entreprises

Dans les entreprises il faut faire 10% des voix pour être représentatif, c'est-à-dire pouvoir désigner des délégués syndicaux, participer aux négociations et signer (ou pas) des accords.
En dessous de 10%, une section syndicale peut exister par l'intermédiaire d'un représentant de la section syndicale, mais celui-ci ne peut négocier et n'a le droit que de distribuer des tracts.

Représentativité dans les branches et au niveau interprofessionnel

Pour la période 2013 - 2017, les résultats des élections dans les entreprises ont été agrégés sur la période 2009/2012 pour définir la représentativité au niveau national interprofessionnel et dans les branches.
Au niveau national interprofessionnel se négocie, par exemple, les règles d'assurance chômage, les règles de Sécurité Sociale ou la loi sur la sécurisation de l'emploi
Au niveau des branches, se négocient les conventions collectives, les minima salariaux et les grilles de qualification et de salaire[15].
Le seuil de représentativité est de 8% des voix dans ce cas là[15].

Représentativité de Solidaires en 2013[modifier | modifier le code]

Solidaires, qui est crédité d'un résultat de 3,47%, ne s'est développé dans le secteur privé que depuis ces dernières années.
Au niveau électoral, Solidaires qui n'avait de candidats que dans les entreprises représentant au total 15% des salariés est reconnu représentatif dans 42 conventions collectives nationales et locales en particulier dans le secteur de la santé et du social, des journalistes et des médias, de la culture, de la sous-traitance ferroviaire, de la métallurgie, du caoutchouc... et des bouchers du Haut-Rhin[15] .
Solidaires devient représentatif dans deux branches supplémentaires[16] :

Toutefois, Solidaires manque la représentativité dans la branche opérateurs télécoms en n'obtenant 6,99%.

Liste des syndicats adhérents à l'Union syndicale Solidaires[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des syndicats SUD.

Commentaires politiques[modifier | modifier le code]

Lors d'une entrevue avec le journal Sud Ouest, le 26 novembre 2007, François Hollande, alors secrétaire national du Parti socialiste, déclare, au moment où Sarkozy remet en cause les régimes spéciaux, que « le syndicalisme que l’on doit combattre est celui de SUD »[17].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Michel Denis, Le Groupe des Dix. Un modèle syndical alternatif, Paris, La Documentation française (cahier travail & emploi), 2001.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]