Infomédiaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les infomédiaires sont des acteurs du web qui permettent un accès organisé aux informations pour les internautes qui doivent faire face à un volume exponentiel d’informations diffusé par une multitude de producteurs[1]. Ils se placent comme intermédiaires entre les producteurs d'information et les internautes.

Concept[modifier | modifier le code]

Ce terme, inventé par John Hagel III, est né de la contraction des mots information et intermédiaire[2]. L'infomédiaire va proposer à l'internaute une sélection de liens externes sans bénéficier forcément des droits de publications des sites vers lesquels il "pointe"[3]. Il est possible d'assimiler le concept de l'infomédiation au fonctionnement d'un marché économique dans le sens où il permet la rencontre de l'offre et de la demande[4]

Modèles économiques concernés[modifier | modifier le code]

L'infomédiation permet le développement du e-commerce en mettant en relation les vendeurs et les acheteurs[5]. De nombreux sites de tourisme utilisent ce concept en y associant un système de comparaison des tarifs et des services proposés. Ce modèle a rapidement été repris pour de nombreux secteurs d'activité comme les assurances ou encore l'électroménager.

L'infomédiation[modifier | modifier le code]

L’organisation de l’information par les informédiaires, tout en diminuant la complexité dictée par la multitude d’information disponibles, en facilitant le rencontre entre la demande et l’offre, crée ce qu’on appelle l’infomédiation. Ce phénomène implique une sélection de l’information par un agent externe, dans un marché qui est structuré selon les règles du monopole[6]. L’informédiation peut être définie comme « la capacité à organiser les marchés et les usages de l’information numérique » [7]. « La centralisation croissante de l’internet contemporain entre les mains d’un petit nombre d’entreprises oligopolistiques contraire aux principes fondateurs de l’internet » (Tim Berners-Lee, 2016) permet un contrôle de la circulation de l’information et un accès miré et personnalisé aux contenus. Le problème que le pouvoir technologique peut engendrer sur le contrôle de la circulation de l’information avait déjà fait l’objet du débat à l’aube de la naissance des GAFAM. Déjà  en 1982 des recherches avaient montré le péril qui se cache derrière les technologies de l’informations, capables d’opposer aux besoins sociaux la logique du marché[8]. Cette réorganisation de l’information et la conséquente redistribution selon les exigences personnelles de l’internaute sont possibles seulement grâce à la structure d’oligopole du marché; une concentration qui est évident tant au niveau horizontal que vertical. La concentration horizontale permet  aux infomédiaires l’accès à l’information crée pour la communauté (préférences, données personnels etc.). A partir des informations ainsi reçues, ils peuvent, grâce à l’analyse algorithmique, classer l’information et la redistribuer de façon orientée. 

Infomédiation sociale[modifier | modifier le code]

Le développement des réseaux sociaux a mis en avant un phénomène d'infomédiation sociale de l'actualité[9]. C'est une diffusion de contenu d'actualité par des internautes au moyen de plates-formes propriétaires et structurantes. Cette infomédiation est ainsi soumise aux caractéristiques techniques des réseaux dans lesquels elle s'intègre. De plus, elle représente un apport d'audience potentiel pour les sites d'actualité et s'inscrit donc pleinement dans l'économie culturelle.

Juridiction[modifier | modifier le code]

La juridiction qui entoure le concept d’infomédiation reste floue. Il est difficile de définir juridiquement la responsabilité de l’infomédiaire qui n’est par définition ni l’hébergeur, ni l’éditeur des contenus qu’il met à disposition[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Frank Rebillard, « Les intermédiaires de l’information en ligne », sur Inaglobal, (consulté le 26 décembre 2012).
  2. C. Montcullier, « Comprendre le rôle de l’infomédiaire », sur 01net., (consulté le 29 décembre 2012).
  3. Robert Boure et Nikos Smyrnaios, L’infomédiation de l’information en ligne. Les cas des filiales françaises de Google et de Yahoo, ADBS Éditions, , p. 43-55
  4. Muet, Impacts économiques de la révolution numérique, Revue économique, , p. 347-375
  5. Brousseau et Curien, Economie d'Internet, économie du numérique, Revue économique, , p. 7-36
  6. Smyrnaios, N., « L’effet GAFAM: stratégies et logiques de l’oligopole de l’internet », Communication & langages,‎
  7. N. Smyrnaios, « Les GAFAM contre l’Internet - Une économie politique du numérique »,,
  8. Bianchi, M. C., de Cugis, A., & Falaguasta, G, The Impact of new ways of life on Information Technology. In Information technology, impact on the way of life: a selection of papers from the EEC Conference on the Information Society held in Dublin, Ireland,
  9. Bernhard Nikos et Rieder Smyrnaios, « Pluralisme et infomédiation sociale de l'actualité : le cas de Twitter », Réseaux, no 176,‎ , p. 105-139
  10. Frank Rebillard et Nikos Smyrnaios, Les infomédiaires, au cœur de la filière de l’information en ligne, La Découverte, , 344 p. (ISBN 9782707160171), p. 163-194