Eric Schmidt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Eric Schmidt
Eric Schmidt en 2011.
Fonction
Directeur général
Google
-
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Eric Emerson SchmidtVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Domiciles
Formation
Yorktown High School (en) ( - )
Université de Princeton (licence (en)) (jusqu'en )
Université de Californie à Berkeley (maîtrise (en)) (jusqu'en )
Université de Californie à Berkeley (doctorat) (jusqu'en )
Université de Californie à BerkeleyVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Période d'activité
depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Wendy Schmidt (en) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Sophie Schmidt (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Propriétaire de
Membre de
Site web
Distinction

Eric Emerson Schmidt, né le , à Washington, D.C.[1], est un homme d'affaires américain, PDG de Google de 2001[2] à 2011, date à laquelle il devient président exécutif du conseil d'administration et est remplacé au poste de PDG par Larry Page, cofondateur de Google[3]. Il est également membre du conseil de surveillance de l’université de Princeton dans le New Jersey.

Eric Schmidt est alors devenu président exécutif (Executive Chairman) d'Alphabet Inc., la nouvelle holding qui chapeaute Google, poste qu'il quitte le 22 décembre 2017, en vue de se « consacrer à d'autres projets, notamment philanthropiques ». En 2016, il devient également directeur d'un comité pour le Pentagone américain afin d'étudier l'apport des innovations de la Silicon Valley à l'armée américaine.

Carrière[modifier | modifier le code]

Son père, d'origine allemande, enseignait l'économie à Virginia Tech[4].

Eric Schmidt a obtenu un diplôme universitaire en électrotechnique de l'université de Princeton, un master et un doctorat en informatique de l'université de Californie à Berkeley. Il est coauteur du logiciel lex.

Eric Schmidt a été chercheur en informatique aux Bell Laboratories et chez Zilog puis au Palo Alto Research Center de Xerox.

En 1983, il rejoint, en tant que directeur technique et directeur général, Sun Microsystems, où il a largement contribué au développement et à la diffusion du langage de programmation Java.

En 1997, il devient président-directeur général et président du conseil d'administration de Novell[5].

En 2001, Eric Schmidt intègre Google en tant que PDG. Il y assume des responsabilités importantes en matière de gestion, de stratégie et d'expertise technologique.

En 2006, il est élu membre de la National Academy of Engineering en reconnaissance de son travail sur le développement des stratégies Internet de Google. Il entre la même année au Conseil d'administration d'Apple, où il siège aux côtés de Steve Jobs, cofondateur et patron de la firme à la pomme, et d'Al Gore, ancien vice-président des États-Unis sous le mandat de Bill Clinton.

En 2007, il devient membre de l'Académie des arts et des sciences américaine. Eric Schmidt est également président du conseil d'administration de la New America Foundation (en) et membre du conseil de surveillance de l'université de Princeton (New Jersey).

En , il est contraint de démissionner du conseil d'administration d'Apple en raison du risque de conflits d'intérêts entre Apple et Google, notamment sur la téléphonie mobile.

Les stock-options dont il dispose dans Google en font aujourd'hui l'un des hommes les plus riches du monde (50e au classement du magazine Forbes de 2010), avec une fortune estimée à plus de 13,7 milliards de dollars[6].

En avril 2011, il quitte sa fonction de PDG pour celles de président exécutif de Google, chargé des affaires extérieures de Google (partenariats, relations commerciales et gouvernementales, et innovation en matière de technologies) et de président du conseil d'administration de Google[7]. Il est remplacé comme PDG par Larry Page, cofondateur de Google[3].

En 2015, il devient président exécutif (Executive Chairman) d'Alphabet Inc., une nouvelle structure parente de Google qui se recentre sur les activités Internet. En 2016, il devient également directeur d'un comité pour le Pentagone américain afin d'étudier l'apport des innovations de la Silicon Valley à l'armée américaine[8].

Le 21 décembre 2017, Alphabet Inc. annonce qu'il quittera son poste de président lors du conseil d'administration de janvier 2018. Il gardera cependant un rôle de « conseiller technique sur la science et la technologie » pour le groupe[9].

Il participe à la réunion du Groupe Bilderberg de 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017[10],[11],[12],[13],[14],[15],[16].

Investisseur[modifier | modifier le code]

Il a cofondé une société de capital risque baptisée Innovation Endeavors.

Selon le magazine Forbes, ce fond a notamment soutenu — à hauteur de 11 millions de dollars — un tour de table destiné à financer la croissance de la startup Rebellion Defense alliance créée pour fournir une IA de pointe pour les armées et le droit complexe militaro-industriel des États-Unis et du Royaume-Uni, après « qu'une révolte d’employés a forcé Google à cesser de fournir au Pentagone des outils d'IA capables d'étiqueter les images de drones, Lynch et Camarillo ont vu une opportunité : si les géants de la technologie ne fournissaient pas au gouvernement des logiciels de défense de pointe, peut-être qu'ils le pourraient »[17].

Mais la start-up a ensuite perdu une partie de ses fondateurs et personnels (dont Chris Lynch, cofondateur et ancien PDG de la start-up, qui avait antérieurement aussi piloté une division au sein d'une agence fédérale militaire américaine (Defense Digital Service) missionnée pour rapidement trouver des applications militaires à l'IA) et a fermé sa branche britannique, en tentant de survivre auprès du Pentagone[17].

Politique[modifier | modifier le code]

Penchant politiquement du côté du Parti démocrate, il a été proche de l'administration Obama[18].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. James Manyika, Google’s view on the future of business. An interview with CEO Eric Schmidt, The McKinsey Quarterly, (lire en ligne).
  2. « Qui a peur du Google ? », G.F., Challenges, no 180, 17 septembre 2009, p. 49.
  3. a et b (en) http://googleblog.blogspot.com/2011/01/update-from-chairman.html
  4. (de) « Eric E. Schmidt », sur munzinger.de (consulté le ).
  5. « Leading Through Rough Times : An Interview with Novell’s Eric Schmidt », sur Harvard Business Review, (consulté le ).
  6. (en) « Eric Schmidt », sur Forbes (consulté le ).
  7. (en) http://googleblog.blogspot.com
  8. (en) Andrea Shalal, « Former Google CEO Schmidt to head new Pentagon innovation board », sur reuters.com, (consulté le ).
  9. « Eric Schmidt, le président d’Alphabet, la maison mère de Google, quitte ses fonctions », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le ).
  10. Florentin Collomp, « L'élite mondiale réunie près de Londres pour le controversé sommet du cercle Bilderberg », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne, consulté le )
  11. (en-GB) Charlie Skelton, « Bilderberg conference 2014: eating our politicians for breakfast », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le )
  12. Tristan Quinault Maupoil, « Alain Juppé convié au huis clos des «maîtres du monde» », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne, consulté le )
  13. Zone International - ICI.Radio-Canada.ca, « Qui sont les Canadiens qui participent à la réunion du groupe Bilderberg cette année? », sur Radio-Canada.ca (consulté le )
  14. « Das sind die 7 irrsten Verschwörungstheorien über die Bilderberg-Konferenz », sur The Huffington Post (consulté le )
  15. (en-GB) Charlie Skelton, « Bilderberg: the world’s most secretive conference is as out of touch as ever », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le )
  16. « Le groupe de Bilderberg, un club trop mystérieux pour être honnête? », RTBF Info,‎ (lire en ligne, consulté le )
  17. a et b (en) David Jeans, « How Rebellion Defense, The $1 Billion Military AI Startup Hyped By Silicon Valley, Wound Up In A Nosedive », sur forbes.com (consulté le ).
  18. Lucie Ronfaut, « Eric Schmidt, le "père de Google", quitte la présidence d'Alphabet », Le Figaro, encart « Économie », samedi 23 / dimanche 24 décembre 2017, page 24.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :