Shoshana Zuboff

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Shoshana Zuboff
Shoshana Zuboff at Alexander von Humboldt Institut.jpg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (69 ans)
Nationalité
Domicile
Nobleboro (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Activités
Conjoint
James Maxmin (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Directeur de thèse
Herbert Kelman (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Distinction
Œuvres principales
L’Âge du capitalisme de surveillance (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Shoshana Zuboff est une universitaire, professeure émérite à la Harvard Business School, sociologue et femme de lettres américaine. Ses écrits portent principalement sur les sociétés commerciales qui œuvrent dans Internet et leurs incidences sur les sociétés de personnes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Shoshana Zuboff naît en 1951[1]. Elle a obtenu son BA en philosophie de l'université de Chicago et son doctorat (Ph.D.) en psychologie sociale de l'université Harvard . Elle a rejoint la Harvard Business School en 1981 où elle occupe la chaire Charles Edward Wilson en administration des affaires ; elle l'une des premières femmes ayant le statut de professeure titulaire à cette faculté. En 2014 et 2015, elle est associée facultaire (Faculty Associate) au Berkman Klein Center for Internet & Society à la Harvard Law School[2].

Elle a produit plusieurs concepts originaux :

  • le capitalisme de surveillance (surveillance capitalism), une forme de capitalisme de l'information qui est caractéristique des sociétés commerciales qui mènent leurs activités principalement grâce à Internet[3],[4],[5],[6],[7]
  • le pouvoir instrumentaire (instrumentarian power),
  • la division de l'apprentissage dans la société (division of learning in society),
  • les économies d'action (economies of action),
  • les moyens de modification comportementaliste (means of behavior modification),
  • la civilisation de l'information (information civilization),
  • le travail via la médiation de l'ordinateur (computer-mediated work),
  • la dialectique automatisation/information (automate/informate dialectic),
  • l'abstraction du travail (abstraction of work)
  • l'individualisation de la consommation (individualization of consumption).

Elle affirme que Google et Facebook sont devenus des « antithèses de la démocratie » (antithetical to democracy)[8]. Selon Zuboff, grâce aux assistants personnels, des sociétés comme Google et Amazon recueillent d'immenses quantités de données sur leurs utilisateurs dans le but d'en tirer profit. Les utilisateurs partagent ces informations par facilité, sans en percevoir toute la portée pour leur vie privée[9].

En 2019, elle est récompensée par le Axel Springer Award pour son courage et sa franchise dans l'analyse des problèmes sociétaux d'une économie basée sur les données personnelles[10].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Elle est l'auteure de ces livres :

  • (en) In the Age of the Smart Machine: The Future of Work and Power, New York, Basic Books, (ISBN 0-465-03212-5)
  • (en) Shashana Zuboff et James Maxmin, The Support Economy: Why Corporations are Failing Individuals and the Next Episode of Capitalism, New York, Viking Press, (ISBN 0-670887366)
  • (en) Master Or Slave?: The Fight for the Soul of Our Information Civilization,
  • (en) The Age of Surveillance Capitalism: The Fight for a Human Future at the New Frontier of Power, PublicAffairs, , 704 p. (ISBN 978-1610395694)[11],[12],[13] présente les thèmes qui ont jalonné sa carrière : la révolution numérique, l'évolution du capitalisme, l'apparition de l'individualité psychologique et les conditions du développement humain.
    traduit en allemand : (de) Das Zeitalter des Überwachungskapitalismus, Francfort et New York, Campus, (ISBN 978-3-593-50930-3) (critique (en allemand)).
    traduit en français : Shoshana Zuboff (trad. Bee Formentelli et Anne-Sylvie Homassel), L'âge du capitalisme de surveillance, Zulma, , 720 p. [[des éditions]] (ISBN 978-2-84304-926-2)(extrait).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Zuboff, Shoshana, 1951- », Bibliothèque du Congrès,
  2. (en) « About », Shoshana Zuboff
  3. (de) Shoshana Zuboff, « A Digital Declaration: Big Data as Surveillance Capitalism », FAZ.NET,‎ (ISSN 0174-4909, lire en ligne, consulté le 28 août 2018)
  4. (en) Julia Powles, « Google and Microsoft have made a pact to protect surveillance capitalism », The Guardian, (consulté le 9 février 2017)
  5. (en) Bruce Sterling, « Shoshanna Zuboff condemning Google "surveillance capitalism" », Wired,
  6. (en) « The Unlikely Activists Who Took On Silicon Valley — and Won », New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le 28 août 2018)
  7. Shoshana Zuboff, « Un capitalisme de surveillance », sur Le Monde diplomatique, (consulté le 10 mai 2020)
  8. (en) Eric Johnson, « Google and Facebook have become “antithetical to democracy,” says The Age of Surveillance Capitalism author Shoshana Zuboff », recode,
  9. (en) Jennifer Szalai, « O.K., Google: How Much Money Have I Made for You Today? », New York Review of Books,‎ (lire en ligne)
  10. (de) « Shoshana Zuboff erhält Axel Springer Award », sur bild.de (consulté le 6 décembre 2019)
  11. (en) Kirstie Ball, « Review of Zuboff’s The Age of Surveillance Capitalism », Surveillance & Society, vol. 17, nos 1/2,‎ , p. 252–256 (ISSN 1477-7487, DOI 10.24908/ss.v17i1/2.13126, lire en ligne)
  12. (en) Julie E. Cohen, « Review of Zuboff’s The Age of Surveillance Capitalism », Surveillance & Society, vol. 17, nos 1/2,‎ , p. 240–245 (ISSN 1477-7487, DOI 10.24908/ss.v17i1/2.13144, lire en ligne)
  13. (en) Rafael Evangelista, « Review of Zuboff’s The Age of Surveillance Capitalism », Surveillance & Society, vol. 17, nos 1/2,‎ , p. 246–251 (ISSN 1477-7487, DOI 10.24908/ss.v17i1/2.13132, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]