James Mattis (général)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour le coureur cycliste homonyme, voir James Mattis (cyclisme).
James Mattis
Portrait officiel de James Mattis, 2017.
Portrait officiel de James Mattis, 2017.
Fonctions
26e secrétaire à la Défense des États-Unis
En fonction depuis le
(8 mois et 2 jours)
Président Donald Trump
Gouvernement Administration Trump
Prédécesseur Ashton Carter
Biographie
Nom de naissance James Norman Mattis
Date de naissance (67 ans)
Lieu de naissance Pullman (État de Washington, États-Unis)
Nationalité Américaine
Parti politique Indépendant
Diplômé de Columbia High School
Central Washington University
National War College

James Mattis (général)
Secrétaires de la Défense des États-Unis
James N. Mattis
Le général quatre étoiles James Mattis en 2007.
Le général quatre étoiles James Mattis en 2007.

Surnom Chaos (indicatif)[1]
Warrior Monk
Mad Dog Mattis[2]
Origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Arme Flag of the United States Marine Corps.svg United States Marine Corps
Grade US-O10 insignia.svg Général
Années de service 1969-2013
Conflits
Commandement
Distinctions
Autres fonctions Secrétaire à la Défense des États-Unis (2017)

James Norman Mattis, né le à Pullman (État de Washington), est un général américain issu du corps des Marines, en service actif entre 1969 et 2013. Il sert notamment lors de la guerre du Golfe, de la guerre d’Afghanistan et de la guerre d'Irak où il commande la 1re division des Marines et la I Marine Expeditionary Force. Il occupe également plusieurs grands commandements au sein des Forces armées des États-Unis (United States Joint Forces Command entre 2007 et 2010 et United States Central Command, responsable des opérations militaires américaines au Moyen-Orient, Afrique du Nord et Asie centrale, de 2010 à 2013) et de l'OTAN (commandement allié Transformation, de 2007 à 2009).

Il devient secrétaire à la Défense des États-Unis et membre du cabinet le , durant la présidence de Donald Trump.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

Études et début de carrière[modifier | modifier le code]

James Mattis naît le à Pullman dans l'État de Washington[3]. Il sort diplômé de la Columbia High School (en) de Richland (Washington) en 1968 et s'engage l'année suivante à 19 ans dans l'United States Marine Corps[4]. Plus tard , il obtient un BA en histoire à la Central Washington University[5] et il est nommé au grade de second lieutenant dans le ROTC le [6].

Mattis est également diplômé de l'US Marine Corps Amphibious Warfare School, de l'US Marine Corps Command and Staff College, et du National War College. Considéré comme un intellectuel dans les rangs de l'armée, Mattis est connu pour son intérêt de l'histoire militaire et de l'histoire globale[7],[8]. Il dispose d'une bibliothèque personnelle de plus de 7 000 volumes[1], et impose des listes de lecture aux Marines sous son commandement[9],[10]. Il a également toujours avec lui un exemplaire des Pensées pour moi-même de Marc Aurèle lors de ses déploiements. Le major-général Robert H. Scales (en), l'a décrit comme « [...] l' un des hommes les plus courtois et polis que je connais[n. 1]. »[11]. Mattis est célibataire[12] ; il ne s'est jamais marié et n'a pas d'enfants[1]. Il est surnommé « Le Moine Guerrier » à cause de sa vie de garçon et de son dévouement à l'étude de la guerre[13]. Il est connu pour sa rigueur intellectuelle qu'il instille à ses Marines, et il exige de ces derniers qu'ils se familiarisent de la culture et de l'histoire des régions du monde où ils sont déployés. Avant de se déployer en Irak, Mattis a notamment organisé une formation de sensibilisation culturelle pour ses Marines[8]. Surnommé également le « chien fou »[4], il est connu pour certains de ses commentaires polémiques notamment quand il affirme en 2005 trouver « sympa de tirer sur des gens [qui battent leurs femmes][n. 2] »[4],[14].

En tant que lieutenant, Mattis sert comme commandant de peloton dans la 3e division des Marines, puis en tant que capitaine, il est affecté à la Naval Academy Preparatory School (en). Il est ensuite nommé major et sert dans le Marine Corps Recruiting Command (en) à Portland. Après avoir été promu au grade de lieutenant-colonel, Mattis commande le 1er bataillon (en), 7e régiment de Marines, une des bataillons d'assaut de la Task Force Ripper pendant la guerre du Golfe.

Guerre d’Afghanistan[modifier | modifier le code]

En tant que colonel, Mattis commande le 7e régiment de Marines. Il dirige la 1re brigade expéditionnaire des Marines (en) en tant que commandant avant sa promotion comme Brigadier général. Au cours de la planification initiale de la Guerre en Afghanistan, Mattis dirige la Force opérationnelle 58[n. 3] dans les opérations au sud du pays[15], devenant ainsi le premier officier du corps des Marines à avoir jamais commandé une force opérationnelle navale au combat[6]. Lors de son service en Afghanistan, son commandement et sa présence sur le terrain sont reconnus et appréciés par ses hommes[16].

Guerre d'Irak[modifier | modifier le code]

En tant que major-général, Mattis commande la 1re division des Marines au cours de l'opération Liberté irakienne en 2003 et les opérations de stabilisation ultérieures au cours de la Guerre d'Irak[7].

Mattis joue un rôle clé dans les opérations de combat à Falloujah, y compris la négociation avec les insurgés pendant la Première bataille de Falloujah en , ainsi que dans la participation à la planification de la Deuxième bataille de Falloujah en novembre. En , Mattis ordonne le bombardement d'une maison près de la frontière syrienne suspectée d'abriter l'ennemi. Cette action est connue comme le massacre du mariage de Mukaradeeb (en), et entraîne la mort de 42 civils, hommes, femmes et enfants qui assistaient à une célébration de mariage. Mattis déclare qu'il lui a fallu 30 secondes pour prendre la décision de bombarder l'endroit[17]. Il déclare également dans un discours à ses soldats en 2003 : « Il y a des trous du cul dans ce monde qu'il faut juste tuer »[18].

Après une enquête du département de la Défense qui met en exergue des mauvais traitements à l'encontre des civils par des soldats américains, Mattis déclare aux Marines américains en  : « Chaque fois que vous montrez de la colère ou du dégoût envers les civils, c'est une victoire pour Al-Qaïda et les autres insurgés[n. 4] » et les exhorte à faire preuve de respect envers les civils et de retenue dans l'utilisation de la force[19]. Mattis popularise également la devise de la 1re division des Marines « no better friend, no worse enemy », une paraphrase de la célèbre épitaphe du dictateur romain Sylla[20], dans sa lettre ouverte à tous les hommes de sa division pour leur retour d'Irak. Cette phrase est largement reprise au cours de l'enquête sur la conduite du lieutenant Ilario Pantano (en), un commandant de peloton servant sous le commandement de Mattis et accusé du meurtre de deux prisonniers irakiens[21],[22],[23],[24],[25],[26],[n. 5].

Durant son commandement en Irak, Mattis n'a pas hésité à relever de leur fonction des officiers à une période où l'armée américaine semblent incapable ou peu disposée à remplacer les officiers peu performants ou incompétents. Notamment lors de la poussée sur Bagdad, Mattis relève le commandant du 1er régiment des Marines (en), le colonel Joe D. Dowdy (en) ; un événement rare dans l'armée moderne qui fait la première page des journaux. Mattis a refusé de commenter publiquement la question autrement qu'en précisant que cette pratique demeure vivante, ou du moins « nous le faisons dans les Marines[n. 6] »[16]. Des interviews ultérieures des officiers et des hommes de Dowdy révèlent que le colonel a été condamné en partie car il donnait priorité à ses hommes quitte à prendre le risque de ralentir l'opération alors que Mattis insistait pour que la mission — la prise de Bagdad — soit exécutée rapidement[27].

Commandements majeurs[modifier | modifier le code]

Après être promu lieutenant-général, Mattis prend le commandement du Marine Corps Combat Development Command (en). Le , parlant ad libitum lors d'un forum à San Diego, il dit : « En Afghanistan, vous avez des gars qui tapent les femmes pendant cinq ans parce qu'elles ne portent pas de voile. Vous savez, des gars comme ça, n'ont aucune virilité. C'est donc très amusant de les tuer. En fait, c'est un grand plaisir de se battre. Vous savez, c'est vraiment drôle. C'est amusant de tirer sur certaines personnes. Je vais être franc avec vous, j'aime me bagarrer[n. 7]. ». Les remarques de Mattis suscitent des controverses ; le général Michael Hagee (en), commandant du corps des Marines, publie une déclaration suggérant que Mattis aurait dû choisir ses mots plus attentivement, mais qu'il ne serait pas sanctionné[14].

Le Pentagone annonce le que le lieutenant-général Mattis est choisi pour prendre le commandement de la I Marine Expeditionary Force (MEF), basée au camp de Pendleton[28]. Le , le secrétaire à la Défense, Robert Gates, annonce que le président George W. Bush va proposer la promotion de Mattis au grade de général afin de lui attribuer le commandement de la United States Joint Forces Command (JFCOM) à Norfolk, en Virginie. L'OTAN accepte de nommer Mattis comme commandant suprême du Commandement allié Transformation (SACT). Le , le Sénat des États-Unis confirme la nomination de Mattis et ce dernier laisse le commandement de la MEF le au lieutenant-général Samuel Helland. Mattis est officiellement promu général quatre étoiles et prend le contrôle du JFCOM/SACT le . Il laisse le poste de SACT au général français Stéphane Abrial le , mais conserve le commandement du JFCOM[29].

Mattis avec le général Martin Dempsey, en 2011.

Au début de 2010, Mattis est sur la liste des généraux des Marines pressentis pour remplacer James T. Conway (en) en tant que commandant du corps des Marines des États-Unis[30],[n. 8]. En juillet, il est recommandé par le secrétaire à la Défense, Robert Gates, pour remplacer David Petraeus comme commandant de la United States Central Command (CENTCOM)[31], avant d'être formellement nommé par le président Barack Obama le [32]. Sa confirmation par le Comité des forces armées du Sénat des États-Unis marque la première fois qu'un Marines occupe le poste de commandant d'un Unified Combatant Command[33]. La cérémonie de prise de commandement se déroule à la base aérienne de MacDill le [34],[35],[36]. En tant que chef du CENTCOM, Mattis supervise les guerres en Irak et en Afghanistan et il est responsable d'une région qui comprend également la Syrie, l'Iran et le Yémen[37]. L'administration d'Obama ne se montre pas particulièrement confiante envers Mattis, car il est perçu comme favorable à une confrontation militaire avec l'Iran[38]. Il prend sa retraite du Corps des Marines le .

Carrière civile[modifier | modifier le code]

Depuis sa retraite de l'armée, Mattis travaille pour FWA Consultants et fait également partie du conseil d'administration de General Dynamics[39]. Depuis , il est membre et professeur invité à la Hoover Institution[40],[41]. Mattis est également membre depuis 2013 du conseil d'administration de la société de biotechnologie de la Silicon Valley, Theranos dont les pratiques ont été critiquées[42],[43] et qui se retrouve sous le coup d'une enquête fédérale[44].

En , Mattis rejoint le conseil consultatif de Spirit of America (en), une organisation à but non lucratif[n. 9] qui fournit une assistance aux Américains servant en Afghanistan, en Irak et en Afrique et qui viennent en aide aux habitants de ces régions[45].

Il est le co-auteur du livre Warriors & Citizens : American Views of Our Military avec Kori Schake, publié en [46].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

En , Donald Trump annonce son intention de le nommer secrétaire à la défense de sa future administration[47]. Comme il a quitté l'armée depuis moins de sept ans, il doit toutefois obtenir une autorisation particulière du Congrès avant de pouvoir entrer en fonction[48],[n. 10]. Il est confirmé le par le Sénat par 98 voix pour et 1 voix contre[50].

Vues politiques[modifier | modifier le code]

Mattis pense que l'Iran est la principale menace pour la stabilité du Moyen-Orient, devant Al-Qaïda et l'État islamique. Il avance ainsi : « Je considère l'État islamique comme rien de plus qu'une excuse pour l'Iran pour continuer son méfait. L'Iran n'est pas un ennemi de l'État islamique, ils ont beaucoup à gagner à la tourmente dans la région que l'État islamique crée. Pour ce qui est de l'accord nucléaire avec l'Iran, bien qu'il considère qu'il s'agit d'un accord médiocre, il croit qu'il n'existe actuellement aucun moyen de le déchirer en disant: « Nous allons simplement reconnaître que nous avons un accord imparfait sur le contrôle des armements. Ce que nous avons accompli, c'est une pause nucléaire, et non un arrêt nucléaire »[51]. Mattis soutient que les inspections nucléaires pourraient ne pas empêcher l'Iran de chercher à développer des armes nucléaires, mais que «si rien d'autre, au moins nous aurons de meilleures données de ciblage s'il s'agit d'une lutte à l'avenir »[51]. Il critique le président Barack Obama d'être naïf à propos des intentions iraniennes et le Congrès pour être « à peu près absent » sur l'accord nucléaire[52]. La presse a spéculé sur l'éventualité que les vues de Mattis sur l'Iran auraient été la raison pour laquelle il a été renvoyé par le président Obama[53].

Mattis loue l'amitié des alliés américains régionaux tels que la Jordanie et les Émirats arabes unis[54]. Il a critiqué Barack Obama et Donald Trump, ainsi que la stratégie de défense actuelle comme donnant « la perception que nous éloignons » des alliés américains. Il insiste sur la nécessité pour les États-Unis de renforcer leurs liens avec les services de renseignement alliés, en particulier les services de renseignement de la Jordanie, de l'Égypte et de l'Arabie saoudite[55]. En 2012, Mattis a plaidé pour fournir des armes aux rebelles syriens, comme un moyen de lutter contre les alliés iraniens en Syrie[56].

Lors d'une conférence parrainée par The Heritage Foundation à Washington en 2015, Mattis a déclaré qu'il croyait que l'intention du président russe Vladimir Poutine était de « briser l'OTAN »[57]. Mattis s'est aussi exprimé contre ce qu'il décrit comme étant les politiques expansionnistes ou belliqueuses de la Russie en Syrie, en Ukraine et dans les pays baltes[48]. Mattis pense également que les déclarations conciliatrices de Donald Trump envers la Russie sont mal informées[48].

Comme Michael T. Flynn, Mattis considère qu'au Moyen-Orient la menace principale contre la sécurité des Etats-Unis émanerait de l'Iran, ce qui inquiète l'éditorialiste Mehdi Hasan qui considère que l'attitude imprudente de Mattis vis-à-vis de l'Iran pourrait déboucher, même involontairement, sur un conflit armé[58].

Récompenses et décorations[modifier | modifier le code]

Militaires[modifier | modifier le code]

Les décorations, les récompenses et les insignes de James Mattis incluent :

Bronze oak leaf cluster
 ribbon ribbon
ribbon
V
Gold star
Gold star
ribbon
ribbon ribbon ribbon
ribbon ribbon
Bronze star
Bronze star
Bronze star
Bronze star
Bronze star
Bronze star
Bronze star
ribbon
ribbon
Bronze star
Silver star
Bronze star
Bronze star
ribbon
ribbon ribbon
USMC Rifle Expert badge.png USMC Pistol Expert badge.png
1re rangée Defense Distinguished Service Medal avec une feuilles de chêne Navy Distinguished Service Medal Defense Superior Service Medal
2e rangée Legion of Merit Bronze Star avec "V" Device Meritorious Service Medal avec deux 516" Gold Stars Navy and Marine Corps Achievement Medal
3e rangée Combat Action Ribbon (en) Navy and Marine Corps Presidential Unit Citation Joint Meritorious Unit Award Navy Unit Commendation
4e rangée Meritorious Unit Commendation (en) (Navy et Marine Corps) Marine Corps Expeditionary Medal National Defense Service Medal avec deux 316" bronze stars Southwest Asia Service Medal (en) avec deux 316" bronze stars
5e rangée Afghanistan Campaign Medal avec une 316" bronze star Iraq Campaign Medal avec une 316" bronze star Global War on Terrorism Expeditionary Medal avec 1 316" bronze star Global War on Terrorism Service Medal (en)
6e rangée Humanitarian Service Medal (en) Sea Service Ribbon (en) avec une 316" silver star et deux 316" bronze stars Marine Corps Recruiting Service Ribbon (en) avec une 316" bronze star Médaille de l'armée polonaise en or
7e rangée Médaille du service méritoire de l'OTAN[29] Médaille de l'OTAN pour son service avec l'ISAF[29] Kuwait Liberation Medal (Saudi Arabia) (en) Kuwait Liberation Medal (Kuwait) (en)
Rifle Expert Badge (4th award)[n. 11] Pistol Expert Badge (2d award)[n. 12]

Civils[modifier | modifier le code]

Les prix civils de James Mattis incluent :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Citation originale :« ....one of the most urbane and polished men I have known. »
  2. Citation complète originale :« You go into Afghanistan, you got guys who slap women around for five years because they didn't wear a veil. You know, guys like that ain't got no manhood left anyway. So it's a hell of a lot of fun to shoot them. Actually, it's a lot of fun to fight. You know, it's a hell of a hoot. It's fun to shoot some people. I'll be right upfront with you, I like brawling. »
  3. La Task Force 58.
  4. Citation originale : « Whenever you show anger or disgust toward civilians, it's a victory for al-Qaeda and other insurgents. ».
  5. Les poursuites contre Ilario Pantano ont par la suite été abandonnées.
  6. Citation originale :« We are doing it in the Marines ».
  7. Citation originale : « You go into Afghanistan, you got guys who slap women around for five years because they didn't wear a veil. You know, guys like that ain't got no manhood left anyway. So it's a hell of a lot of fun to shoot them. Actually, it's a lot of fun to fight. You know, it's a hell of a hoot. It's fun to shoot some people. I'll be right upfront with you, I like brawling ».
  8. C'est finalement James F. Amos (en) qui est nommé commandant du Corps des Marines le .
  9. Une organisation à but non lucratif de type 501c3.
  10. Cette disposition est imposée par le National Security Act de 1947 ; Mattis est le deuxième secrétaire à la Défense à être exempté de ce délai après le général George Marshall[49].
  11. Voir Marksmanship Badges (United States) (en).
  12. Voir Marksmanship Badges (United States) (en).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Gretel C. Kovach, « Just don't call him Mad Dog », San Diego Union Tribune,‎ (lire en ligne).
  2. (en) Max Boot, « The Corps should look to its small-wars past », Armed Forces Journal, (consulté le 29 juillet 2014).
  3. a, b et c (en) « Nominations before the Senate Armed Services Committee, Second Session, 111th Congress », U.S. Government Printing Office (consulté le 3 juin 2015).
  4. a, b et c Juliette Duclos, « C'est sympa de tirer sur des gens" : Qui est James Mattis, le futur patron du Pentagone sous Donald Trump ? », sur lci.fr, (consulté le 2 décembre 2016).
  5. (en) « Official website », United States Joint Forces Command.
  6. a et b Reynolds 2005, p. 4–5.
  7. a et b Ricks 2006, p. 313.
  8. a et b (en) John Dickerson, « A Marine General at War », Slate,‎ (lire en ligne).
  9. (en) « LtGen James Mattis' Reading List », Small Wars Journal, .
  10. Ricks 2016, p. 317.
  11. (en) Thomas E. Ricks, « Fiasco », Armed Forces Journal,‎ (lire en ligne).
  12. (en) Christopher Cooper, « How a Marine Lost His Command In Race to Baghdad », The Wall Street Journal,‎ (lire en ligne).
  13. (en) Oliver North, « Gen. Mattis: The Warrior Monk », Fox News Insider,‎ (lire en ligne).
  14. a et b (en) Guardiano, John R., « Breaking the Warrior Code », The American Spectator, .
  15. (en) Gal Perl Finkel, « General Mattis : A warrior diplomat », The Jerusalem Post,‎ (lire en ligne).
  16. a et b Ricks 2012, p. 405.
  17. West 2008, p. 245.
  18. Thomas Liabot, « James Mattis, un "enragé" au Pentagone », leJDD.fr,‎ (lire en ligne).
  19. (en) Tony Perry, « General Urges Marines To Add A Friendly Wave To Their Arsenal », Los Angeles Times,‎ (lire en ligne).
  20. Durant 2012, p. 131.
  21. (en) « Top 10 Stories of 2005: Pantano, roads, Olchowski are 10-7 », Star News Online,‎ (lire en ligne).
  22. (en) Quinn-Judge, Paul, « Did He Go Too Far? », Time (magazine),‎ (lire en ligne).
  23. (en) Phillips, Stone, « Marine charged with murders of Iraqis: Lieutenant claims self-defense in shooting of detainees », MSNBC,‎ (lire en ligne).
  24. (en) Jeff Schogol, « Marine acquitted in Iraqi shootings will publish a book », Stars and Stripes (newspaper),‎ (lire en ligne).
  25. (en) Walker, Mark, « Pantano case has parallels to Hamdania incident », North County Times,‎ (lire en ligne).
  26. (en) Charen, Mona, « Is the Marine Corps P.C.? », townhall.com, (consulté le 24 janvier 2007).
  27. (en) Cooper, Christopher, « How a Marine Lost His Command In Race to Baghdad », Wall Street Journal, (consulté le 12 août 2015).
  28. (en) Christian Lowe, « Popular commander to lead I MEF », Marine Corps Times,‎ , p. 24.
  29. a, b et c (en) « French general assumes command of Allied Command Transformation », USS George Washington (CVN-73), NATO, (consulté le 28 septembre 2009).
  30. (en) Anne Gearan, « Gates announces nomination of Amos for CMC », Marine Corps Times,‎ (lire en ligne).
  31. (en) Gina Cavallaro, « Pentagon picks Mattis to take over CENTCOM », Marine Corps Times, (consulté le 8 juillet 2010).
  32. (en) « Obama backs Mattis nomination for CENTCOM », Marine Corps Times, (consulté le 23 juillet 2010).
  33. (en) « Petraeus' replacement at Central Command confirmed », The Fayetteville Observer,‎ (lire en ligne).
  34. (en) « Mattis takes over Central Command, vows to work with Mideast allies in Afghanistan, Iraq », Fox News,‎ (lire en ligne).
  35. (en) Robbyn Mitchell, « Mattis takes over as CentCom chief », Tampa Bay Times, (consulté le 12 août 2010), p. 1.
  36. (en) « Mattis assumes command of CENTCOM », U.S. Central Command, (consulté le 12 août 2010).
  37. (en) Michaels Jim, « Mattis interview : Syria would fall without Iran's help », USA Today,‎ (lire en ligne).
  38. Panetta et Newton 2015.
  39. a, b et c (en) « About General James Mattis », FWA Consultants (consulté le 3 juin 2015).
  40. (en) « General Jim Mattis, Annenberg Distinguished Visiting Fellow », Hoover Institute (consulté le 3 juin 2015).
  41. (en) « General Jim Mattis », Hoover Institution (consulté le 28 novembre 2016).
  42. (en) « A singular board at Theranos », Fortune, (consulté le 12 octobre 2015).
  43. (en) Carolyn Y. Johnson, « E-mails reveal concerns about Theranos's FDA compliance date back years », The Washington Post, (consulté le 26 décembre 2015).
  44. (en) Christopher Weaver, John Carreyrou et Michael Siconolfi, « Theranos Is Subject of Criminal Probe by U.S. », Wall Street Journal,‎ (ISSN 0099-9660, lire en ligne).
  45. (en) James Mattis, « Why I’m Joining Spirit of America », Spirit of America (consulté le 28 novembre 2016).
  46. (en) Jim Mattis et Kori Schake, Warriors and Citizens : American Views of Our Military, Stanford, California, Hoover Institution, , 360 p. (ISBN 9780817919344, lire en ligne).
  47. (en) Bill Chappell, « Trump Picks Gen. James Mattis As His Defense Secretary », sur National Public Radio, (consulté le 2 décembre 2016).
  48. a, b et c (en) Michael R. Gordon et Eric Schmitt, « James Mattis, Outspoken Retired Marine, Is Trump’s Choice as Defense Secretary », The New York Times,‎ (lire en ligne).
  49. (en) Dan Lamothe, « Trump has chosen retired Marine Gen. James Mattis for secretary of defense », Washington Post,‎ (lire en ligne).
  50. « Le Sénat américain confirme le général Mattis comme secrétaire à la Défense », sur Radio-Canada, (consulté le 20 janvier 2017).
  51. a et b (en) Jamie McIntyre, « Mattis: Iran is the biggest threat to Mideast peace », Washington Examiner,‎ (lire en ligne).
  52. (en) Leo Shane III, « General Mattis wants Iran to be a top focus for the next president (whoever it is) », Military Times,‎ (lire en ligne).
  53. (en) Daniel Halper, « Obama Fires Top General Without Even a Phone Call », Weekly Standard,‎ (lire en ligne).
  54. (en) Hope Hodge Seck, « Mattis: 'I Don't Understand' Speculation about Presidential Run », military.com,‎ (lire en ligne).
  55. (en) Carlo Muñoz, « James Mattis, retired Marine general, says Iran nuclear deal ‘fell short’ », The Washington Times,‎ (lire en ligne).
  56. (en) Spencer Ackerman, « Military’s Mideast Chief Sounds Ready to Aid Syria’s Rebels », Wired,‎ (lire en ligne).
  57. (en) « General stating Russian aggression in Ukraine "much more severe" than U.S. treats it may become Defense Secretary », sur UNIAN, (consulté le 6 décembre 2016).
  58. (en) Mehdi Hasan, « Trump’s “Moderate” Defense Secretary Has Already Brought Us to the Brink of War », sur The Intercept, .
  59. (en) « Convocation Will Honor Marine General James Mattis », Washington College (consulté le 3 juin 2015).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Articles[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • (en) Will Durant, Heroes of History : A Brief History of Civilization from Ancient Times to the Dawn of the Modern Age, New York, Simon & Schuster, , 352 p. (ISBN 978-0743235945). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Leon Panetta et Jim Newton, Worthy Fights : A Memoir of Leadership in War and Peace, Penguin Books, , 512 p. (ISBN 978-0143127802). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Nicholas E. Reynolds, Basrah, Baghdad, and beyond : The U.S. Marine Corps In The Second Iraq War, Annapolis, Md., Naval Institute Press, , 300 p. (ISBN 978-1591147176, OCLC 218663247). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Thomas E. Ricks, Fiasco (en) : The American Military Adventure in Iraq, New York, Penguin Press, , 482 p. (ISBN 978-1594201035, OCLC 237051170). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Thomas E. Ricks, The Generals : American Military Command from World War II to Today, New york, Penguin Press, , 576 p. (ISBN 978-1594204043). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Bing West, The Strongest Tribe : War, Politics, and the Endgame in Iraq, New york, Random House, , 464 p. (ISBN 978-1400067015). Document utilisé pour la rédaction de l’article

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]