Étoile de la mort

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Étoile noire.
Maquette de la première Étoile de la mort

Les Étoiles de la mort (Death Stars) sont deux stations spatiales sidérales mobiles de forme sphérique et de la taille d'une petite lune présentes dans la saga Star Wars.

Dans la version originale, les deux stations sont nommées « Death Star » et « Death Star II », littéralement « Étoile de la mort » et « Étoile de la mort II ». Cependant, la station est appelée « Étoile noire » dans le premier doublage français de l'épisode IV (1977). Lors de la ressortie du film en DVD en 2004, le résumé déroulant au début des films, refaits pour l’occasion, cite l'« Étoile de la mort » alors que les dialogues utilisent toujours le terme d'« Étoile noire ». De plus, la même année, dans la version DVD de l'épisode V, on parle également d'« Étoile noire » dans une ligne de dialogue rajoutée alors que le résumé déroulant a toujours utilisé le terme d'« Étoile de la mort », tout comme les versions françaises des autres films de la saga. Les deux termes sont aléatoirement utilisés dans les diverses traductions des produits dérivés de la saga.

La première Étoile revient comme élément central du film dérivé Rogue One: A Star Wars Story sorti le 14 décembre 2016 en France et le 16 décembre 2016.

Description[modifier | modifier le code]

Le concept de ces stations de combat a tout d'abord été développé secrètement sur la planète Géonosis, puis sous l'impulsion de l'empereur Palpatine par Galen Erso dans un laboratoire secret situé sur Eadu. Elle a été construite dans le plus grand secret pour le compte de l'Empire galactique.

Palpatine compte resserrer son emprise sur la galaxie grâce à l'armement lourd et à la mobilité de cette station qui peuvent inspirer la peur à n'importe quel système de la galaxie.

L'Étoile de la mort[modifier | modifier le code]

Bien que les dimensions de l'Étoile de la mort ne soient pas précisées, il a été proposé un rayon d'environ 375 km[1]. Elle est dotée d'un superlaser Mark 1 capable de détruire une lune ou même une planète d'un seul tir. Pour sa protection rapprochée, elle possède aussi 15 000 batteries de turbolaser (dont 5 000 lourdes), 2 500 canons laser, 2 500 canons à ions Borstel NK-7 et 700 rayons tracteurs. De plus, sa coque est en duracier renforcé et elle est équipée d'écrans déflecteurs localisés.

Elle accueille en son sein 27 000 officiers, 774 000 membres d'équipage, pilotes et soldats, 400 000 techniciens ainsi que 25 000 Stormtroopers. Elle transporte aussi des soldats de l’Étoile de la mort ainsi que des artilleurs. Ce qui ne représente que le minimum de l'équipage nécessaire à son fonctionnement et peut certainement accueillir plusieurs fois ce nombre de personnes.

Enfin, elle peut aussi accueillir 7 200 chasseurs TIE, 5 destroyers stellaires, 11 000 véhicules terrestres et 20 000 navettes d'assauts et vaisseaux de combats.

Dans L'Attaque des clones (vers h 58), de courtes discussions entre le comte Dooku et un autochtone de Geonosis, l'archiduc Poggle le Bref, apprennent que l’Étoile de la mort est déjà en projet. On peut également brièvement apercevoir un plan holographique au même moment.

À la fin de La Revanche des Sith, Dark Vador et Palpatine admirent l’Étoile de la mort en début de construction.

Le film Rogue One montre l'Étoile de la mort tout juste achevée. On apprend que la station de combat a été construite sous la supervision de l'ingénieur Galen Erso. Ce dernier en a profité pour prendre sa revanche sur l'Empire en sabotant l'Etoile de la Mort en plaçant une faille dans le système, qui permet de la détruire par une réaction en chaîne.

Dans le film, l'Etoile est sous le commandement du grand Moff Tarkin et du directeur Orson Krennic. Ces derniers utiliseront la station de combat pour détruire la capitale de la planète Jedha, puis plus tard, la capitale de la planète tropicale Scarif, planète où sont justement conservés les précieux plans de la station.

Entre temps, l'Alliance rebelle, qui a appris l'existence de cette station de combat et va charger un groupe de rebelles de se rendre sur la base de Scarif afin d'y dérober les plans, dans l'espoir de parvenir à la détruire. Le groupe de rebelles, appelé "Rogue One" mené par Jyn Erso et Cassian Andor parvient sur Scarif et arrivent à récupérer les précieux plans lors d'une mission suicide au cours de laquelle chacun des rebelles sont éliminés un à un par les troupes impériales. Jyn et Cassian, derniers survivants de la mission parviennent finalement à transmettre les plans de la station à l'Alliance rebelle et à la princesse Leia avant de périr à leur tour, victimes du turbo laser de l'Etoile de la Mort, qui détruit en même temps la base de Scarif.

Au début du film Un nouvel espoir, les plans sont en possession de la princesse Leia Organa, sénatrice d'Alderran. Afin de les préserver, cette dernière les confie au droïde R2-D2 alors que leur vaisseau, arraisonné par l'Empire se trouve en orbite de la planète Tatooine. Le droïde se retrouve par hasard chez le jeune Luke Skywalker. Pendant leur voyage vers Alderaan, Obi-Wan Kenobi, Luke Skywalker, Han Solo, et Chewbacca confondent l'« Étoile » avec une simple lune. Ils se rendent compte de leur erreur trop tard, et sont capturés. Le commandant de la station, Tarkin, détruit Alderaan, planète d'adoption de la princesse Leia, pour prouver la toute-puissance de l'Empire. Les quatre rebelles parviennent tout de même à s'échapper avec la princesse et transmettent les plans aux ingénieurs de la rébellion. Ceux-ci découvrent une faille dans le système de refroidissement qui permet à des vaisseaux de petite taille de tenter une offensive. Ainsi Luke Skywalker, aux commandes d'un X-Wing, détruit la station avec l'aide d'Han Solo et de la Force.

L'Étoile de la mort II[modifier | modifier le code]

Dans l'épisode VI de Star Wars, une deuxième Étoile est en construction. Celle-ci' possède un superlaser mk-2 qui a la possibilité de détruire en plus d'une lune ou d'une planète, des vaisseaux (comme des croiseurs). L'Alliance rebelle organise une attaque grâce aux informations récoltées par des espions. L’Étoile de la mort II étant encore en construction, elle est défendue par un bouclier dont le générateur est basé sur la lune forestière d'Endor. Elle a aussi été modifiée pour ne pas avoir les mêmes failles que la précédente. Mais étant tellement imposante, elle est obligée d'être en orbite pour pouvoir tirer. Aussi les rebelles choisissent-ils cette fois une attaque frontale avec l'ensemble de leur flotte, ou presque.

Cependant, au cours de l'attaque, l'empereur Palpatine dévoile à Luke Skywalker ses plans. En réalité, bien que son apparence laisse supposer le contraire, le laser principal de l’Étoile de la mort est opérationnel. Il avait laissé les espions envoyer des comptes rendus erronés sur la situation de la station afin d'inciter les rebelles à l'attaquer.

Cependant, Palpatine sous-estime les rebelles, puisque ceux-ci parviennent à désactiver le bouclier d'Endor, à s'infiltrer dans la station et à détruire le noyau de l’Étoile de la mort, puisque, même si l'arme principale était prête, le réacteur était à nu, ce qui la rendait très vulnérable.

Apparition dans d'autres œuvres de la saga[modifier | modifier le code]

Dans le jeu Star Wars: Empire at War, en mode « conquête galactique », avec l'Empire au niveau technologique 5 et une station spatiale de même niveau, il est possible de construire l'Étoile Noire, qui après un compte a rebours lors d'une bataille spatiale, peut détruire une planète.

Dans son extension, Star Wars: Empire at War - Forces of Corruption, avec l'Empire au niveau technologique « 5 » et une station spatiale de même niveau, il est possible de créer l’Étoile de la Mort. Celle-ci présente une amélioration par rapport à l’Étoile Noire : elle peut tirer sur les vaisseaux ennemis si on en donne l'ordre au lieu de simplement détruire la planète attaquée.

Dans le jeu Star Wars : Le Pouvoir de la Force, l'apprenti secret de Vador, Starkiller, y affronte son maître pour libérer Bail Organa et d'autres Rebelles.

Impacts culturels[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
  • L’Étoile de la mort est parodiée sous le nom de Near-Death Star (« Étoile de la presque-mort ») dans la série télévisée Futurama. Il s'agit d'une planète artificielle sur laquelle les personnes âgées sont emmenées par des robots lors de leur 160e anniversaire. Nul n'en est jamais revenu, donc personne ne peut dire ce qui s'y trouve exactement.
  • Dans le jeu vidéo Sonic 2 sur Mega Drive, Eggman construit une station de combat similaire à celle de Star Wars : l'Œuf de la mort (qui possède en plus des moustaches et deux yeux afin de simuler la tête du scientifique fou). Elle sera endommagée par le personnage de Sega et la base s'écrasera sur l'île de l'Ange dans Sonic 3 et sera complètement réparée dans Sonic and Knuckles pour être à nouveau abattue. La station spatiale ARK et son redoutable Eclipse Canon (capable de détruire une planète) de Sonic Adventure 2 sont aussi inspiré de l’Étoile de la mort.
  • Dans le jeu vidéo Thunder Force IV sur Mega Drive, le boss de fin apparait intégré dans une station très simulaire à l’Étoile noire. Idem dans Gates of Thunder (1992) sur Super CD-Rom NEC
  • Dans le jeu online OGame, l'arme la plus puissante est l’Étoile de la mort qui nécessite la très coûteuse technologie Graviton pour être construite.
  • Dans le film Austin Powers 2, il est question de la fantasque « Death Star » ou du « Alan Parson's Project », « en fonction du nom qui sera disponible (sic) ». Il s'agit d'un canon géant qui a vocation à être placé sur la lune, afin de faire chanter les grands du monde des années 1960.
  • En 2010, le site Thedoghousediaries.com a présenté une bande-dessinée montrant côte à côte l’Étoile de la mort et le logo de Wikipédia[2].
  • Dans le film Clerks : Les Employés modèles, les personnages principaux dialoguent sur le fait que l'attaque de la deuxième Étoile de la mort a conduit à la mort injuste des nombreux ouvriers qui travaillaient à sa construction.
  • Dans la saga MP3 Adoprixtoxis, il est question à un moment de nommer une arme spatiale puissante. L’Étoile noire et l’Étoile de la mort y ont été suggérés.
  • À la suite d'une pétition publiée sur le site de la Maison-Blanche demandant la construction de l’Étoile de la mort, Paul Shawcross, conseiller de Barack Obama pour la science et l'espace, a répondu avec humour que le coût de sa construction s'élèverait à « plus de 850 000 000 000 000 000 dollars » (850 millions de milliards de dollars), et que cela n'était donc pas envisageable en raison du déficit actuel des États-Unis[3]. Des étudiants de l'université Lehigh ont même calculé qu'il faudrait plus de 833 milliers d'années pour la construire[4].
  • Dans le jeu Planetary Annihilations, si on construit les cinq catalysts sur la planète de métal on peut utiliser un rayon capable de détruire une planète (les développeurs ont dû probablement s'inspirer de l’Étoile de la mort pour ce rayon)
  • Dans l'anime Capitaine Flam, le Cyberlab possède quatre canons à protons additionnant leur tir comme les rayons des lasers des deux Étoiles de mort.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Roland Lehoucq, chercheur en astrophysique, « Les secrets de Star Wars », futura-sciences.com,
  2. (en) More funding needed! - Thedoghousediaries.com
  3. La Maison Blanche refuse de construire l’Étoile de la mort - Le Nouvel Observateur/AFP, 12 janvier 2013
  4. « How Much Would It Cost To Build The Death Star? », sur Centives (consulté le 17 décembre 2014)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]