Alphabet (entreprise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Alphabet (homonymie).
Alphabet Inc.
logo de Alphabet Inc.
Création
Fondateurs Larry Page, Sergey Brin
Personnages clés Eric Schmidt (président exécutif)
Ruth Porat (directrice financière)[1]
Forme juridique Société anonyme avec appel public à l'épargne
Action NASDAQ : GOOGL
Siège social Drapeau des États-Unis Mountain View (Californie) (États-Unis)
Direction Larry Page, Sergey Brin, Eric Schmidt
Activité Internet, logiciel, biotechnologie, domotique, santé
Site web https://abc.xyz/
Capitalisation environ 555 milliards de $ (1er février 2016)[2] (426 milliards d'euros[3])
Chiffre d’affaires 74,98 milliards de $ (2015)[4]
Résultat net 23,4 milliards de $ (2015)[2]

Alphabet Inc. est une entreprise américaine basée en Californie, créée en 2015 comme un conglomérat de sociétés précédemment détenues par la société Google. Selon les fondateurs de Google, le but de cette structure est de décharger la société historique de ses activités ne représentant pas son cœur de métier à savoir les services Internet tels que l'indexation de pages, YouTube ou Gmail qui tirent des revenus de la publicité en ligne. Selon l'entreprise, les comptes de Google en ressortent clarifiés et les risques sont désormais répartis entre les filiales.

Alphabet Inc. est dirigée par les deux cofondateurs du moteur de recherche, Larry Page (CEO) et Sergey Brin (président). Eric Schmidt est quant à lui président exécutif (Executive Chairman) du groupe.

Histoire[modifier | modifier le code]

Alphabet est créée à l'occasion de la restructuration de Google, afin de recentrer les activités du moteur de recherche et des services internet - incluant du matériel comme les téléphones Google Nexus, tout en explorant d'autres domaines via des filiales au sein d'Alphabet. Le but n'est pas d'en faire une marque forte mais de regrouper plusieurs marques indépendantes[5]. Le groupe est constitué initialement de Google Inc., Nest Labs, Calico, ainsi que Google Fiber, Google X, les fonds Google Capital (en) et Google Ventures[6],[7],[8], et Sidewalk Labs (en) dans le domaine de l'urbanisation[9].

Le nom de la société Alphabet a été choisi car il représente le langage, l'innovation la plus importante de l'humanité qui est au cœur de l'outil de recherche Google, selon les fondateurs. Larry Page évoque également que le nom de la société représente un jeu de mots avec alpha et bet, qui signifie « pari » en anglais[5],[6].

La société est immatriculée dans l'État du Delaware, un paradis fiscal au sein des États-Unis, ce qui se traduit par une simple boîte aux lettres au nom d'Alphabet dans un immeuble de Wilmington. Les observateurs voient ce choix comme faisant partie de la stratégie d'optimisation fiscale de Google[10],[11].

À la suite de cette restructuration, Alphabet compte désormais sur plusieurs dirigeants pour gérer les différentes filiales du groupe. Les deux fondateurs de Google, Larry Page et Sergey Brin, ont alors pris la tête de la nouvelle entreprise respectivement en tant que CEO et président[6],[12]. Néanmoins ce dernier supervise également le laboratoire Google X Lab. Et c'est l'ancien dirigeant d'Android et Chrome, Sundar Pichai, qui devient le nouveau CEO du moteur de recherche[13].

Eric Schmidt est quant à lui président exécutif (Executive Chairman) d'Alphabet[14].

Le 2 octobre 2015, les actions Google deviennent des actions Alphabet conservant les mêmes codes GOOG et GOOGL, le conseil d'administration d'Alphabet est constitué des mêmes membres que celui de Google[7].

En septembre 2016, Alphabet annonce l'acquisition d'Apigee Corp pour 625 millions de dollars[15].

Capitalisation[modifier | modifier le code]

En février 2016, la capitalisation d'Alphabet atteint 555 milliards de dollars américains et devient la première capitalisation mondiale devant Apple[2],[16] même si les groupes restent proches et s'échangent la place suivant l'évolution de leurs cours de bourse[17].

Entreprises de la holding[modifier | modifier le code]

Répartition des différentes filiales d'Alphabet.

En 2016, la holding comprend les entreprises suivantes, certaines ayant changé de nom quelque temps après la création d'Alphabet afin de marquer la séparation avec Google :

Google reste la principale source de revenus du groupe, les autres entreprises constituent ce qui est appelé par Alphabet la division « other bets » (en français : autres paris). Les résultats financiers sont présentés séparemment sur ces deux segments[22]. Sur la partie « autres paris », le chiffre d'affaires 2015 est en hausse par rapport à l'année précédente mais les pertes s'élèvent à 3,6 milliards de dollars en 2015[2].

Polémique sur sa création[modifier | modifier le code]

Le lendemain de l'annonce de la création de la société, plusieurs journaux pointent que cette restructuration masquerait en réalité une opération visant à faire tomber les procès antitrust en cours, lancés par l'Union européenne. En éclatant son activité en plusieurs sociétés, Alphabet souhaite atténuer l'abus de position dominante qu'il exerçait en concentrant toutes ses activités dans une seule entité. Quelques heures après ces articles, plusieurs juristes estiment cette piste cependant peu probable comme le fait remarquer Christophe Benavent : « si une partie de l’activité est filialisée, les litiges resteront dans l’entité ou seront transférés »[23].

Les détracteurs de cet empire financier notent que cette nouvelle structure et dénomination est une manière de rendre Google moins hégémonique aux yeux des consommateurs de ses multiples services collectant toujours plus de données personnelles à des fins publicitaires, par le biais d'une infantile communication notamment avec des cubes alphabet de couleur sur leur site officiel[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Adrienne LaFrance, « Alphabet, Jigsaw, and the Puzzle of Google's New Brand », sur theatlantic.com,‎ (consulté le 3 mars 2016).
  2. a, b, c et d Stéphane Lauer, « Alphabet (Google) devient la première capitalisation mondiale », sur lemonde.fr,‎ (consulté le 3 mars 2016).
  3. « Présentation de la Société ALPHABET INC. », sur lefigaro.fr,‎ (consulté le 3 mars 2016).
  4. (en) « Alphabet Inc. 2015 Annual Report Form (10-K) », sur EDGAR, United States Securities and Exchange Commission,‎ (consulté le 3 mars 2016).
  5. a et b (en) « Google Announces Plans for New Operating Structure », sur google.com,‎ (consulté le 10 août 2015).
  6. a, b et c (en) Brian Womack, « Google Rises After Creating Holding Company Called Alphabet », sur bloomberg.com,‎ (consulté le 10 août 2015).
  7. a et b Davey Alba, « After Today, Google Officially Becomes Alphabet », sur wired.com,‎ (consulté le 3 mars 2016).
  8. (en) Julia Greenberg, « What Google, I Mean Alphabet, Looks Like Now », sur wired.com,‎ (consulté le 3 mars 2016).
  9. « Tout ce qu’il faut savoir sur Alphabet, la nouvelle maison mère de Google », sur lemonde.fr,‎ (consulté le 3 mars 2016).
  10. Jamal Henni, « Google immatricule d'office Alphabet dans un paradis fiscal », sur bfmbusiness.fr,‎ (consulté le 22 août 2015).
  11. « Alphabet, trop fort en Google », Le Canard enchaîné, no 4947,‎ , p. 1.
  12. (en) Cade Metz, « A New Company Called Alphabet Now Owns Google », sur wired.com,‎ (consulté le 3 mars 2016).
  13. « Qui sont les dirigeants d'Alphabet, la nouvelle société de Google », Le Figaro, publié le 11 août 2015.
  14. (en) Andrea Shalal, « Former Google CEO Schmidt to head new Pentagon innovation board », sur reuters.com,‎ (consulté le 3 mars 2016).
  15. Google to buy software developer Apigee in $625 million deal, Reuters, 8 septembre 2016
  16. Anaïs Moutot, « Alphabet-Google détrône Apple à Wall Street », sur lesechos.fr,‎ (consulté le 3 mars 2016).
  17. (en) Matt Krantz, « Apple not going down easy as it overtakes Google parent Alphabet », sur usatoday.com,‎ (consulté le 3 mars 2016).
  18. David Goldman, « From A to Z, meet Alphabet's companies », sur cnn.com,‎ (consulté le 3 mars 2016).
  19. David Goldman, « From A to Z, meet Alphabet's companies », sur cnn.com,‎ (consulté le 3 mars 2016).
  20. Eric Schmidt, « Google Ideas becomes Jigsaw », sur medium.com,‎ (consulté le 3 mars 2016).
  21. Gautier Virol, « Google veut protéger les sites d'information des attaques informatiques », sur lefigaro.fr,‎ (consulté le 3 mars 2016).
  22. (en) Deborah M. Todd et Subrat Patnaik, « Alphabet changes results format to separate Google, other bets », sur reuters.com,‎ (consulté le 3 mars 2016).
  23. Olivier Ertzscheid, « Et si Google changeait de nom parce qu’il a chaud au cul ? », sur Rue89,‎ (consulté le 11 août 2015).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :