Culture du thé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Une femme Japonaise effectuant la cérémonie du thé

La culture du thé est définie par la façon dont le thé est fabriqué et consommé, par la façon dont les gens interagissent avec lui, et par l'esthétique entourant la consommation de thé. Cela comprend tous les aspects de la production, de l'infusion, des arts et cérémonies du thé, ainsi que les éléments liés au thé de la société, de l'histoire, de la santé, de l'éthique, de l'éducation et de la communication et des médias.

Le thé joue un rôle important dans certains pays. Il est couramment consommé lors d'événements sociaux, et de nombreuses cultures ont créé des cérémonies officielles complexes pour ces événements. Les afternoon tea et les tea parties occidentales en sont un exemple. La cérémonie du thé, enracinée dans la culture chinoise du thé, diffèrent de celle des autres pays orientaux, comme celle japonaise ou celle coréenne. La préparation du thé peut  même être différente, comme au Tibet où la boisson est généralement préparée avec du sel et du beurre.

L'empire Britannique propagea sa propre interprétation de thé à ses dominions et colonies, y compris dans les régions correspondantes aux actuels états de Hong Kong, d'Inde et du Pakistan, qui avait des coutumes préexistantes liées au thé, ainsi que des régions comme l'Afrique de l'Est (aujourd'hui le Kenya, la Tanzanie et l'Ouganda) et le Pacifique (Australie et Nouvelle-Zélande), où le thé était totalement inconnu.

Chaque régions a ses propres variétés de thé noir, vert ou oolong, et ses propres habitudes d'assaisonnement, comme les herbes, le lait, le citron ou le sucre. La température et l'intensité du thé varient également largement.

Bubble tea[modifier | modifier le code]

Le Bubble tea, ou thé aux perles (en Chinois: 珍珠奶茶; pinyin: zhēnzhū nǎichá) est une boisson au thé mélangée avec du lait, rempli de petites boules de tapioca. Originaire de Taïwan, il est particulièrement populaire en Asie (Taïwan, Chine continentale, Hong Kong, Thaïlande, Corée du Sud, Philippines et Singapour) ainsi que dans certains pays d'Europe, au Canada et aux États-Unis.

Extrême orient[modifier | modifier le code]

Birmanie[modifier | modifier le code]

La Birmanie est l'un des très rares pays où le thé n'est pas seulement bu, mais aussi consommé sous forme de lahpet, mariné et servi avec divers accompagnements[1],[2]. Il est appelé lahpet so (thé mouillé) en contraste avec le lahpet chauk (thé sec) ou akyan jauk (brut sec) avec lequel le thé vert, appelé yeinway jan ou lahpet yeijan, est fait. Dans l'État shande Birmanie, où se situent la plupart des plantations de thé et dans l'État Kachin, le thé brut est rôti dans une poêle puis arrosé d'eau bouillante pour faire du thé vert[1]. C'est la boisson nationale de ce pays à prédominance bouddhiste n'ayant pour autre boisson que le vin de palme. Le thé sucré avec du lait est appelé « lahpet yeijo » et il est fait avec du acho jauk (thé doux et sec) ou du thé noir. C'est une boisson très populaire, bien que les classes moyennes semblent lui préférer le café la plupart du temps.

Le thé a été introduit en Birmanie par des immigrants indiens, dont certains ouvrirent des salons de thé appelés « kaka hsaing », qui évoluèrent en « lahpetyei hsaing » (salon de thé).

Nexus social[modifier | modifier le code]

La culture de la rue en Birmanie est en fait une culture du thé[2] du fait que la plupart des gens, surtout des hommes mais aussi des femmes et des familles, flânent dans les boutiques de thé en lisant le journal ou bavardent avec des amis, échangent les nouvelles, les ragots et les blagues, autour de tasses de thé indien servi avec une variété de de gâteaux à la crème au youtiao. Le thé vert est habituellement la première chose à être servie (gratuitement) après qu'un client se soit assis à une table dans tous les restaurants et salons de thé.

Les bars et les clubs restent minoritaires jusqu'à présent. Les salons de thé se trouvent partout, du plus petit village aux grandes villes dans chaque quartier[2]. Ils sont ouverts à partir de l'aube pour le petit-déjeuner jusque tard dans la soirée, et certains sont ouverts en permanence pour les conducteurs et voyageurs de longue distance. L'un des salons de thé les plus populaires de Rangoun à la fin des années 1970 était appelé « Shwe Hleiga » (escalier d'or) par les locaux car c'était juste un trottoir en retrait de la rue, avec des tables basses et tabourets pour les clients, au fond d'une cage d'escalier du centre-ville. Les principaux arrêts de bus et des terminaux, ainsi que les marchés ont plusieurs salons de thé. Des vendeurs ambulants sautent à bord des trains avec des bouilloires de thé géantes pour en vendre aux passagers assoiffés.

Lahpet[modifier | modifier le code]

Lahpet servi dans un plat laqué.

Le lahpet (thé mariné) est servi d'une des deux façons suivantes :

  1. le a-hlu lahpet ou lahpet de Mandalay est servi à l'assiette ou traditionnellement dans un plat laqué appelé « lahpet ohk » avec un couvercle et divisé en petits compartiments : le thé mariné avec de l'huile de sésame dans le compartiment central et d'autres ingrédients, tels que de l'ail frit croustillant, des pois, des arachides, du sésame grillé, des crevettes séchées, du gingembre râpé ou de la noix de coco frite dans les compartiments autour. Il peut être servi comme collation ou après un repas accompagné de thé vert pour les occasions spéciales ou simplement pour partager en famille ou avec des visiteurs. « A-hlu » signifie l'« aumône ». Une invitation à la cérémonie du shinbyu est traditionnellement donnée par appel du porte-à-porte avec un lahpet ohk, et l'acceptation est indiquée immédiatement par le participant.
  2. Le lahpet thouk ou laphet de Rangoun est une salade de thé très populaire dans toute la Birmanie, particulièrement apprécié par les femmes ; il figure sur le menu de certains salons de thé, ainsi que sur celui des restaurants birmans. Il est préparé en mélangeant tous les ingrédients de a-hlu lahpet excepté la noix de coco, avec en plus des tomates fraîches, de l'ail et du piment vert. La salade est assaisonnée avec du nuoc-mâm, de l'huile de sésame ou de l'huile d'arachide et un peu de lime[3],[4].

Chine[modifier | modifier le code]

Thé chinois, gancha.

En raison de l'importance du thé dans la société chinoise et sa la culture, on trouve des maisons de thé dans la plupart des quartiers résidentiels et commerciaux. Les maisons de thé chinoises offrent des dizaines de variétés de thés froids et chauds. Elles proposent également une variété de produits et d'aliments liés au thé. À partir de la fin de l'après-midi, les maisons de thé sont remplies d'étudiants et de travailleurs ; elles accueillent plus tard dans la nuit les insomniaques et les noctambules à la recherche d'un endroit pour se détendre.

Il existe aussi des maisons de thé traditionnelles, qui fournissent une large gamme de feuilles de thés de Chine et du Japon, ainsi que des accessoires de préparation du thé et des plats plus raffinés.

Enfin, il y a les vendeurs de thé, spécialisés dans la vente de feuilles de thé, de théières et d'autres accessoires. Le thé est un élément important dans la culture chinoise et est mentionné dans les Sept nécessités de la vie quotidienne [chinoise].

Deux périodes[modifier | modifier le code]

En Chine, au moins dès le début de la dynastie Tang, le thé était un objet d'initiés ; durant la dynastie Song, des réceptions officielles de dégustation du thé avaient lieu, elles étaient comparables aux dégustations de vin modernes. La vaisselle employée y était importante et on portait beaucoup d'attention pour qu'elle corresponde esthétiquement au thé servi.

Historiquement, il y a eu deux périodes majeures dans la consommation du thé en Chine, différenciées par la forme de thé produit et consommé : le thé en briques et le thé en feuilles.

Période du thé en brique[modifier | modifier le code]
Une brique de thé faite pour l'armée impériale russe du tsar Nicolas II.

Le thé servi avant la dynastie des Ming était généralement créé partir de briques de thé. Lors de la récolte, les feuilles de thé étaient soit partiellement soit complètement séchées, puis broyées avant d'être pressées dans des moules en formes de brique. Le pressage de pu-erh est probablement un vestige de ce processus. Les briques de thé étaient également parfois utilisées comme monnaie[5]. Pour améliorer leur résilience en tant que monnaie, le thé des briques était mélangé avec des liants tels que du sang[réf. nécessaire]. Servir du thé à partir de thé en briques requiert plusieurs étapes :

  • Grillage : les briques de thé sont généralement d'abord grillées sur le feu pour détruire les moisissures ou insectes qui peuvent s'y être développés, cela se produisait souvent lors du stockage. En plus de l'aspect sanitaire, ce procédé donnait probablement une saveur agréable au thé ;
  • Mouture : la brique de thé est brisée puis broyée en fine poudre. Cette pratique s'est perpétuée avec le thé japonais en poudre (matcha) ;
  • Dissolution : la poudre de thé est mélangée à de l'eau chaude et battue avec un petit fouet avant d'être servie. La couleur et les motifs formés par la poudre de thé étaient appréciés avant la consommation.

Cette préparation particulière nécessitait l'usage de bols noirs à motifs, dans lequel on pouvait mieux voir la poudre en suspension. Certains de ces bols, glacés avec des motifs appelés tache d'huile, plume de perdrix, fourrure de lièvre et écaille de tortue sont très recherchés aujourd'hui. Les motifs décrits par les particules de thé étaient de sujets de poésie, qui les décrivaient avec des phrases telles que « des perdrix tourbillonnant dans les nuages » ou « de la neige sur la fourrure d'un lièvre ». Le thé était à cette période plus apprécié pour ses motifs que pour son goût. Cette pratique d'utilisation de la poudre de thé peut encore être vue dans la cérémonie japonaise du thé, le chadō.

Période du thé en feuilles[modifier | modifier le code]
Cinq théières de Yixing en argile montrant une variété de styles formels à exubérants.

Après 1391, l'empereur Hongwu, fondateur de la dynastie des Ming, déclara que les hommages au thé de la cour devait être modifiés pour employer dorénavant des feuilles mobiles. Le décret impérial transforma rapidement les habitudes de consommation du thé de la population. L'avènement d'une nouvelle méthode de préparation de thé exigeait également la création de nouvelle vaisselle.

  • La théière nécessaire devait être telle que les feuilles de thé puisse être imprégnées séparément dans un récipient spécifique à l'infusion, permettant une bonne concentration. Le thé devait être gardé chaud et les feuilles de thé devaient pouvoir être séparées du thé lui-même lors du service ;
  • Les boites à thé et autres contenants de stockage devinrent également nécessaires afin de préserver le thé et de conserver sa saveur. C'est justement parce que les feuilles de thé perdaient leur goût qu'elles avaient été initialement employées sous forme de briques. En outre, l'arôme naturel du thé est devenu l'aspect le plus important de la consommation, du fait de la nouvelle méthode de préparation ;
  • Un changement des récipients à boire du thé chinois s'opéra : de petits bols avec des motifs unis ou simples sur les surfaces intérieures furent dorénavant privilégiés. Cette façon de boire du thé dans de petits bols ou tasses a probablement été adoptée car ils permettaient de rassembler la vapeur aromatique du thé sous le nez, afin de mieux apprécier le goût du thé.

Les services à thé faits avec un type particulier d'argile violette (zisha) de Yixing continuèrent à se développer au cours de cette période (dynastie des Ming). La structure de l'argile violette fait qu'elle permet de concevoir des éléments fins avec une haute densité, préférés pour la conservation de la chaleur. La simplicité et la rusticité dominent la décoration de l'argile violette. Elle est devenue l'objet le plus populaire d'exécution de la cérémonie du thé chinoise, qui combine souvent la littérature, la calligraphie, la peinture et la gravure de sceau dans la culture chinoise.

Les feuilles de thé et la théière d'argile violette sont aujourd'hui encore la méthode préférée par les Chinois dans leur vie quotidienne.

Hong Kong[modifier | modifier le code]

Le thé à l'anglaise a évolué vers un nouveau style de boisson, le thé au lait de Hong Kong, plus souvent nommé « thé au lait ». À Hong Kong, on utilise le plus souvent pour son élaboration du lait concentré au lieu de lait ordinaire. Il est populaire dans les cha chaan tengs et les magasins de restauration rapide. Les thé chinois traditionnels, y compris le thé vert, la fleur de thé, le thé au jasmin et le thé pu-erh, sont également fréquents, et servis dans les restaurants dim sum.

Japon[modifier | modifier le code]

Une théière japonaise en fer à capacité d'une tasse de taille moyenne de la région de Tôhoku, destinée aux collectionneurs.
La cérémonie du thé japonaise se déroule traditionnellement dans un chashitsu, une petite maison à la décoration dépouillée située dans un jardin.

Le thé vert dans la société japonaise est une boisson traditionnellement réservée pour les invités importants et les occasions spéciales. Le thé vert est servi dans de nombreuses entreprises au cours de l'après-midi. Les Japonais achètent souvent des bonbons pour leurs collègues comme souvenir de vacances ou de voyages d'affaires, ils sont habituellement consommés avec du thé vert. Le thé est également préparé pour les visiteurs venant pour les réunions d'entreprises et pour les personnes rendant visite aux Japonais chez eux. Un thermos plein de thé vert est la base de toute sortie familiale ou scolaire, avec un bentō (boîte-repas). Souvent, les familles apportent leur propres tasses de thé pour mieux déguster la boisson traditionnelle.

La forte association culturelle que les japonais ont avec le thé vert en a fait la boisson la plus populaire à boire en accompagnement de la cuisine traditionnelle, comme les sushis, sashimi et tenpura. Dans un restaurant, une tasse de thé vert est souvent servie avec les repas sans frais supplémentaires, et elle est resservie à volonté. Les meilleurs restaurants japonais traditionnels apportent autant de soins à la sélection du thé qu'à la préparation de la nourriture elle-même.

Une tasse de matcha et un gâteau sucré.

Beaucoup de Japonais continuent d'enseigner l'art centenaire de la cérémonie du thé à leurs enfants. Pourtant, ils n'hésitent pas à employer des techniques de pointe pour cultiver et préparer le thé. De nos jours, le pressage à la main, méthode souvent présentée aux touristes, n'est enseigné que dans un but de conservation de la tradition culturelle japonaise. La plupart des distributeurs omniprésents au Japon proposent un large choix de thés chauds et froids en bouteille. Le thé Oolong jouit d'une grande popularité. Le thé noir, servi avec du lait ou du jus de citron, n'est vendu que dans quelques cafés et restaurants.

Les plus grandes régions productrices de thé au Japon incluent la préfecture de Shizuoka et la ville de Uji, dans la préfecture de Kyoto.

Il existe d'autres boissons portant le nom de « cha », mais elles sont en fait du thé à l'orge (mugi-cha), qui est populaire comme rafraîchissant en été, le thé de sarrasin (soba-cha), et le thé d'hortensia (ama-cha).

Tibet[modifier | modifier le code]

Du thé au beurre dans un bol.

Du beurre, du lait et du sel sont ajoutés à du thé et brassés afin de former une boisson chaude appelé po cha (bod ja, où bod signifie tibétain et ja thé) au Tibet. Le mélange est parfois appelé cha su mar, principalement dans le Kham, ou à l'est du Tibet. Traditionnellement, la boisson est faite avec une brique de thé et du lait de yak, puis mélangée dans une baratte pendant plusieurs minutes. L'utilisation de thé noir, de lait et de beurre ordinaires secoués et mélangés marche aussi, bien que le goût unique du lait de yak soit difficile à reproduire.

La consommation du thé au Tibet a beaucoup de règles. Un de celles-ci concerne l'invitation dans une maison pour pendre le thé. L'hôte doit servir du vin, et tremper son doigt d'abord, puis faire tomber trois gouttes à terre, symbolisant le respect pour Bouddha, Dharma et Sangha. La coupe sera ensuite remplie deux fois et elle devra être vide la dernière fois, sinon l'hôte se sentira insulté. Après cela, l'hôte présentera du thé au beurre comme cadeau à son invité, qui l'acceptera sans toucher le bord du bol. L'invité doit alors s'en servir un verre et le finir pour ne pas être considéré comme impoli.

Les deux principaux thés liés à la culture tibétaine sont le thé au beurre et le thé au lait sucré. Ces deux thés ne se trouvent qu'au Tibet. Les autres thés appréciés par les Tibétains sont les thés noirs classiques. Il y a de nombreux magasins de thé au Tibet, car les voyageurs en utilisent souvent comme principale source d'hydratation.

Thaïlande[modifier | modifier le code]

Le thé thai (aussi connu comme « thé glacé thaï ») ou « cha-yen » (thaï : ชาเย็น) est une boisson faite à partir de thé rouge fortement brassé qui contient généralement de l'anis, du colorant rouge et jaune, et parfois quelques épices. Ce thé est sucré avec du sucre et du lait condensé et servi froid. Du lait concentré ou du lait entier est généralement versé sur le thé et les glaçons avant de servir (il n'est jamais mélangé avant d'être servi) pour ajouter du goût et l'aspect crémeux. Localement, il est servi dans un grand verre traditionnel, et lorsqu'il est pris à emporter, il est versé sur de la glace concassée dans un sac en plastique transparent. Il peut être fait sous forme de frappé par les marchands occidentalisés.

Il est populaire dans toute l'Asie du Sud-Est et dans de nombreux restaurants en Amérique servant de la nourriture thaïlandaise ou vietnamienne, surtout sur la côte pacifique. Bien que le thé thaï soit différent du thé aux perles, le goût du thé thaï est certainement le plus populaire pour le thé aux perles en Asie.

Le thé vert est également très populaire en Thaïlande, avec de nombreuses variantes, telles que le thé vert à l'orge, thé vert, à la rose, au citron, etc. Le thé vert thaïlandais ne doit pas être confondu avec le thé vert traditionnel japonais : il a tendance à être plus doux et plus facile à apprécier, et c'est pourquoi il est l'un des plus commercialisés au monde.

Viêt Nam[modifier | modifier le code]

Le thé est cultivé intensivement au nord du pays, faisant du Viêt Nam l'un des plus grands exportateurs au monde. Le mot « thé » en vietnamien est « trà » (prononcé cha/ja) ou « chè ». Il est servi non sucré et sans lait, crème, ou citron.

Traditionnellement, le thé vert (tra xanh) est le plus souvent consommé. Les variantes de thé noir (chè tàu) sont également largement utilisées, bien que souvent parfumées aux fleurs de jasminum sambac (chè nhài, tra lài). Hué est réputée pour son thé parfumé aux étamines de Nelumbo nucifera (tra sen).

Dans les restaurants vietnamiens, y compris à l'étranger, une petite tasse de thé est habituellement servie une fois que le repas a été commandé, resservie à volonté gratuitement.

Asie du Sud[modifier | modifier le code]

Des plantations de thé au Sri Lanka.

Inde[modifier | modifier le code]

Un chai wallah à Varanasi versant une tasse de thé.

Parmi les es plus grands producteurs de thé au monde, l'Inde est un pays où le thé est très populaire partout et à tout moment de la journée du petit-déjeuner au soir. Il est souvent servi comme masala chai avec du lait, du sucre et les épices comme du gingembre, de la cardamome, du poivre noir et de la cannelle. L'essentiel du thé consommé est du thé noir indien, de la variété dite « CCT ». Habituellement, les feuilles de thé sont bouillies dans de l'eau pour faire le thé, puis du lait est ajouté[6].

Offrir du thé aux visiteurs est une norme culturelle dans les maisons, les bureaux et les entreprises indiennes. Le thé est souvent consommé dans des petits stands de bord de route, où il est préparé par des artisans appelés « chai wallahs »[7].

Les trois régions de l'Inde productrices de thés noirs plus célèbres  sont Darjeeling, Assam et Nilgiris. « Force, poids et parfum » sont les trois critères pour juger de la qualité d'un thé noir. Le thé Darjeeling est connu pour son arôme délicat et la couleur de sa lumière, il est appelé, à juste titre, « champagne des thés », avec un fort arôme et une couleur jaune ou brune après infusion. Le thé Assam est connu pour son goût prononcé et sa couleur sombre, et le thé Nilgiri est sombre, intense, aromatique savoureux. Assam produit la plus grande quantité de thé en Inde, essentiellement de la variété CCT, et elle est l'un des plus grands fournisseurs des grandes marques internationales telles que Lipton et Tetley. La marque Tetley, anciennement la plus importante marque britannique, appartient aujourd'hui à la société indienne Tata Tea Limited.

Le 21 avril 2012, le vice-Président de la Commission de Planification, Montek Singh Ahluwalia, a déclaré que le thé serait proclamé boisson nationale en avril 2013[8],[9]. S'exprimant à cette occasion, de premier ministre d'Assam, Tarun Gogoi, a déclaré qu'une loi spéciale pour l'industrie du thé serait prochainement annoncée pour assurer son développement[10]. Ce changement était prévu pour stimuler l'industrie du thé dans le pays ; mais en mai 2013, le ministère du commerce a décidé de ne pas le déclarer comme boisson nationale de peur de perturber la concurrence de l'industrie du café[11].

Pakistan[modifier | modifier le code]

Le thé est populaire partout au Pakistan et y est appelé chai (écrit چائے). Pendant la domination britannique, le thé est devenu très populaire dans la ville de Lahore. Le thé est généralement consommé au petit-déjeuner, durant la pause de midi sur le lieu de travail, et le soir à la maison. Le thé du soir peut être consommé avec des biscuits ou un gâteau. Les invités se font généralement offrir le choix entre du thé et des boissons gazeuses. Il est de pratique courante pour les patrons d'offrir des pauses thé à leurs employés, et parfois même du thé pendant ces pauses. Le thé offert au travail est généralement fort et très sucré.

Au Pakistan, les thés noirs et verts sont pareillement très populaires et respectivement connus localement comme sabz chai et kahwah. Le thé vert populaire est appelé kahwah est souvent servi après chaque repas dans les provinces du Khyber Pakhtunkhwa et de la ceinture pachtoune au Baloutchistan. Au Cachemire, le kashmiri chai ou « chai du midi » est un thé rose, laiteux, avec des pistaches et de la cardamome ; il est consommé principalement lors d'occasions spéciales comme les mariages, et pendant les mois d'hiver, où il est vendu dans de nombreux kiosques. À Lahore et dans d'autres villes du Pendjab, ce kashmiri chai ou cha (comme prononcé en punjabi, en kosher et dans de nombreux dialectes chinois) est une boisson courante dans le pendjab, où il a été apporté par les kashmiris au XIXe siècle. Traditionnellement, il est préparé avec du sel de roche de l'Himalaya, lui donnant sa couleur rose caractéristique. Dans les régions du nord du Pakistan de Chitral et de Gilgit-Baltistan, le thé est consommé salé avec du beurre selon la façon tibétaine.

Sri Lanka[modifier | modifier le code]

Au Sri Lanka, le thé noir est majoritaire, il est servi avec du lait et du sucre, mais le lait est toujours chauffé avant. Le thé est une boisson très populaire chez les Sri-Lankais, et une partie de son territoire est entouré par de nombreuses collines où les plantations de thé s'étendent sur des kilomètres. Boire du thé est devenu une  partie intégrante de la culture du Sri Lanka.

Eurasie[modifier | modifier le code]

Russie[modifier | modifier le code]

Un verre de thé dans un kolchugino, un support de verre soviétique classique, commémorant l'oviétique d'exploration de l'espace

Le thé russe est traditionnellement servi dans un « verre de thé titulaire » en Russie, en Ukraine, en Biélorussie, ainsi que dans les autres de la CEI. Les précieux podstakanniks sont fabriqués à partir d'argent, les séries classiques sont fabriqués principalement en nickel argenté, en cupro-nickel, et en d'autres alliages de nickel, d'argent ou d'or plaqué. En Russie, il est de coutume de boire du thé infusé séparément dans un verre d'eau et dilué avec de l'eau fraîchement bouillie (« paire de théières », 'чай парой чайников'). Traditionnellement, le thé est très fort, sa force étant souvent un indicateur du degré d'hospitalité de l'hôte. Le mélange du thé et de l'eau se faisait traditionnellement grâce à un samovar (parfois toujours aujourd'hui, mais avec un samovar électrique). Le podstakannik ('подстаканник'), ou un verre de thé titulaire (littéralement « chose sous le verre »), fait également partie de la tradition russe du thé. La prise du thé est un événement familial ; il est généralement servi après chaque repas avec du sucre (de une à trois cuillerées à café par tasse) et du citron (sans lait), ainsi qu'un assortiment de confitures, de pâtisseries et de confiseries. Le thé noir est couramment utilisé, le thé vert gagne en popularité car il est considéré comme plus sain. Les sachets de thé ne sont pas utilisés dans la cérémonie du thé traditionnelle russe, juste de grandes feuilles de thé noir en vrac.

Dans les prisons soviétique et russe, les détenus faisaient souvent un thé brassée très fort appelé comme « chifir », dans le but de faire l'expérience de ses effets sur l'humeur[12].

Turquie[modifier | modifier le code]

Thé turc, servi dans un verre typique.

Le thé turc, ou Çay, est produit sur la côte est de la mer Noire, qui a un climat doux, des précipitations élevées et un sol fertile. Le thé turc est généralement préparé à l'aide de çaydanlık, un instrument spécialement conçu à cet effet. L'eau est portée à ébullition dans la partie basse du récipient, puis une partie de l'eau est utilisée pour remplir les petites bouilloire sur le haut remplies de plusieurs cuillères à soupe de feuilles de thé en vrac, produisant un thé très fort. Une fois servis, le reste de l'eau est utilisée pour diluer le thé individuellement, permettant à chacun de choisir entre un thé fort (« koyu », ou foncé) et un thé faible (« açık », ou clair). Le thé est bu dans de petits verres pour qu'il reste chaud et pour bien voir sa couleur, avec des morceaux de sucre de betterave[13]. Dans une moindre mesure que dans les autres pays musulmans, le thé remplace à la fois l'alcool et le café comme boisson sociale.

En 2004, la Turquie a produit 205 500 tonnes de thé (6,4 % de la production mondiale de thé), ce qui en fait l'un des plus grand producteur dans le monde[14] ; 120 000 tonnes sont directement consommées en Turquie, et le reste est exporté[15]. En 2010, la Turquie a la plus forte consommation de thé par habitant dans le monde, avec 2,7 kg par an[16]. À partir de 2013, la consommation par habitant de thé turc est supérieure à dix tasses par jour, et de 13,8 kg par an[17]. Le thé est cultivé principalement dans la province de Rize sur la côte de la mer Noire.

Moyen-orient et en Afrique[modifier | modifier le code]

Égypte[modifier | modifier le code]

Le thé est la boisson nationale en Égypte, et occupe une position que même le café ne peut pas rivaliser. En Égypte, le thé est appelé « shai »[18]. Les thé vendus en Égypte sont presque exclusivement importés du Kenya et du Sri Lanka. Le gouvernement Égyptien estime que le thé est une culture stratégique et possède de grandes plantations au Kenya. Le thé vert est arrivée récemment en l'Égypte (seulement à la fin des années 1990) et n'est pas aussi populaire que le thé noir.

Les thés égyptiens se décline en deux variétés : le koshary et le saiidi. Le thé koshary est populaire dans la Basse-Égypte (au nord) ; il est préparé selon la méthode traditionnelle de trempage dans de l'eau bouillante et laissé infusé durant quelques minutes. Il est presque toujours édulcorés avec du sucre de canne et est souvent aromatisé avec des feuilles de menthe. Ajouté du lait est également admis. Le thé koshary est habituellement clair : moins d'une demi cuillerée à café par tasse est déjà considéré comme très raffiné.

Le thé saiidi est commun en Haute-Égypte (au sud). Il est préparé en faisant bouillir du thé noir avec de l'eau pendant cinq minutes à feu vif. Le thé saiidi thé est extrêmement lourd, avec deux cuillerées à thé par tasse en moyenne. Il est édulcoré avec de grandes quantités de sucre de canne (nécessaires car la  méthode de préparation rends le thé très amer). Le thé saiidi est noir, même sous forme liquide.

En plus du véritable thé, les tisanes sont souvent servies dans les maisons de thé égyptiennes, avec des ingrédients allant de la menthe à la cannelle et du gingembre au salep. On attribue à chacune d'en elle des vertus médicinales en médecine traditionnelle égyptienne. Le karkadé, une tisane fait àpartir des fleurs d'hibiscus, est un boisson particulièrement populaire et traditionnellement considérée comme bénéfique pour le cœur.

Iran[modifier | modifier le code]

Le thé arriva en Perse (Iran actuel) à travers la route de la soie depuis l'Inde et est rapidement devenu la boisson nationale. Toute la partie nord de l'Iran, le long des rives de la mer Caspienne dispose d'un climat favorable pour la culture du thé. En particulier dans la province de Gilan, sur les pentes de l'Elbourz, se trouvent de grandes zones de culture et des millions de personnes travaillent dans l'industrie du thé. Cette région couvre une grande partie des besoins de l'Iran en thé. Les iraniens ont l'un des taux de consommation de thé les plus élevés par habitant dans le monde ; et depuis les temps anciens, chaque rue a sa châikhâne (maison de thé). Les châikhânes ont toujours un important rôle social. Les iraniens boivent traditionnellement du thé en le versant dans une soucoupe et en se mettant un morceau de pierre de sucre (qand) dans la bouche avant de boire le thé.

Île Maurice[modifier | modifier le code]

Le thé joue un rôle important dans la culture de l'île. Boire du thé permet de se socialiser, et il est souvent servis aux invités et sur le lieu de travail.

Les mauriciens consomment généralement du thé noir, souvent avec du lait et du sucre. L'île Maurice est un producteur de thé, au départ à petite échelle lorsque les français ont introduit la plante vers 1765, puis plus tard sous la domination britannique où l'échelle de culture du thé augmenta.

Trois producteurs de thé de dominent le marché local :  Bois Cheri, Chartreuse et Corson. Le thé le plus  consommé sur l'île est le thé à la vanille.

Maroc[modifier | modifier le code]

Thé à la menthe marocain.

Le Maroc est considéré comme le premier importateur de thé vert dans le monde entier[19].

Le thé a été introduit au Maroc au XVIIIe siècle grâce au commerce avec l'Europe.

Les marocains consomment du thé vert à la menthe, plutôt que du thé noir. Il est devenu une partie intégrante de la culture et est largement consommé à presque tous les repas. Le thé marocain est généralement servi avec des biscuits au thé, des feuilles de menthe verte fraiches et du sucre brun local « en forme de doigt ».

Sahel[modifier | modifier le code]

Service à thé sahélien.

Dans le Sahel, le Gunpowder est préparé avec un peu d'eau et de grandes quantités de sucre. Le thé sahélien est une occasion sociale et trois verres, la première très amère, la deuxième entre les deux et la dernière plutôt douces, sont prises au cours de plusieurs heures.

Somalie[modifier | modifier le code]

Le thé est une boisson à rôle social important pour les somalis. Il est appelé « shaah » en somali. Le thé a été introduit aux somalis à par le commerce ancien avec les arabes et les indiens. Dans les grandes villes Somaliennes, on trouve de nombreux magasins et d'étals de thé de autour ses zones de marchés. Les somalis consomment du thé à tout moment de la journée, mais surtout au petit déjeuner, en fin d'après-midi, appelé asariyo, et après ou pendant le repas. Tout invité dans une maison somalienne se voit offrir du thé épicé Somaliené, connu comme shaah hawash, dès qu'il ou elle arrive. Le thé est épicé avec de la cardamome, des clous de girofle et parfois du gingembre sec ; il est servi avec du lait et du sucre. Le thé est généralement préféré au café en Somalie, mais il n'y a pas de domination tranchée.

Les somalis boivent généralement le thé avec du lait de chamelle, mais il est de coutume de servir le thé noir après un repas lourd. Il est appelé « shaah bigaysi ».

Europe centrale[modifier | modifier le code]

Tchéquie[modifier | modifier le code]

Une culture du thé spécifique à la Tchéquie s'est développée au cours des dernières années, incluant l’apparition de nombreux styles de salons de thé. Malgré le fait qu'ils aient la même appellation, ces salons de thé sont différents de ceux de style britannique. Les thés purs y sont généralement préparés selon la coutume de leur pays d'origine, et un bon palais de thé peut offrir 80 thés différents, provenant de presque tous les pays producteurs. Des salons de thé locaux ont également créés des mélanges et des méthodes de préparation et de service qui leur sont propres.

Allemagne[modifier | modifier le code]

Une théière allemande avec un couvercle à charnière, XVIIIe siècle.

La région de la Frise orientale est connue pour sa consommation et sa culture de thé[20]. Du fort thé Assam, de Ceylan ou de Darjeeling est servi à chaque fois qu'il y a des visiteurs à la maison en Frise ou un autre rassemblement, ainsi qu'avec le petit-déjeuner, l'après-midi, et en milieu de soirée. Il remplace généralement l'eau durant les repas.

La préparation traditionnelle est la suivante : Un kluntje (une pierre de sucre blanc qui fond lentement) est mise au fond de la coupe vide (ce qui permet à plusieurs tasses de thé d'être sucrées), puis le thé est versé sur le kluntje. Un lourd nuage de lait (« Wölkje »)[21] est ajouté au thé, représentant l'eau, le sucre étant la terre. Il est servi sans une cuillère etbu en trois parties : au début on sent plutôt le goût de la crème, puis du thé et enfin le goût sucré du kluntje au fond de la tasse. Remuer le thé mélangerait les trois niveaux et gâcher la saveur traditionnelle du thé. Le thé est généralement servi avec des petits biscuits au cours de la semaine et des gâteaux lors d'occasions spéciales ou des week-ends. Le thé est réputé guérir les maux de tête, des problèmes d'estomac, et le stress, entre autres. Le service à thé est souvent décoré de dessins est-frisons roses[22]. La cuillère à café n'est pas servie pour mélanger le thé, mais pour la signaler que l'on en a eu suffisamment.

Slovaquie[modifier | modifier le code]

Bien que ce soit moins visible qu'en Tchéquie, la culture du thé existe en Slovaquie. Les salons de thé y sont considérés comme un milieu inconnu par beaucoup, mais ils continuent d'ouvrir dans tous les centres des villes de taille moyenne. Ces salons de thé sont appréciés pour offrir un environnement calme avec une musique agréable. Plus important encore, ils sont généralement non-fumeurs, contrairement à la plupart des bars et des cafés.

Europe de l'ouest[modifier | modifier le code]

Une enseigne pour un Salon de thé en forme de théière à Paris.

France[modifier | modifier le code]

Bien que la France soit connue pour sa consommation de café, le thé de l'après-midi a longtemps été une habitude sociale de la classe moyenne supérieure, comme l'illustrent par exemple les romans de Marcel Proust. Mariage Frères est une célèbre boutique haut de gamme de parisienne, en activité depuis 1854. Le marché français du thé est encore moindre au celuidu Royaume-Uni (250 grammes par personne et par an, contre environ 2 kilos dans le Royaume-Uni[23]), mais il a doublé de 1995 à 2005 et est encore en croissance constante[24]. Le thé noir est majoritaire en France, mais thés verts d'Asie et les thés parfumés aux fruits sont de plus en plus populaire. Les français boivent généralement du thé dans l'après-midi. Il est souvent pris dans des salons de thé. La plupart des gens ajoutent du sucre dans leur thé (65 %), puis du lait (25 %), du citron (30 %) ou rien (32 %)[25]. le thé est généralement servi avec des pâtisseries, y compris une variété de pâtisseries peu sucrées réservées à l'accompagnement du thé, à l'instar de la madeleine et du financier.

Irlande[modifier | modifier le code]

Un café Irlandais, The Tea Junction.

L'Irelande est depuis longtemps l'un des pays ayant la plus grande consommation par habitant de thé du monde. Bien que largement semblable à la culture du thé anglaise, celle de  l'Irlande s'en distingue par certains éléments: par exemple, le thé en Irlande est généralement pris avec du lait ou du sucre et est un peu plus épicé et plus fort que les mélanges anglais traditionnels. Les marques de thé les plus populaires vendues en Irlande sont Lyons, Barry's, et Bewley's

Portugal[modifier | modifier le code]

Du thé est cultivé au Portugal, dans les Açores, un groupe d'îles situé à 1 500 km à l'ouest de la partie continentale du Portugal. Le Portugal a été le premier à introduire la pratique de boire du thé en Europe, ainsi que le premier pays Européen à produire du thé lui-même.

En 1750, les terrains allant des champs de Capelas à ceux de Porto Formoso, sur l'île de São Miguel, étaient utilisés pour un premier essai de culture de thé. Ils donnèrent 10 kg de thé noir et 8 kg de thé vert. Un siècle plus tard, avec l'introduction de travailleurs qualifiés de Macao 1883, la production est devenue importante et la culture élargie. En suivant les instructions de ces travailleurs, les espèces jasminum grandiflorum et malva vacciones ont été introduites pour donner de la « noblesse » à l'arôme du thé, bien que seul le jasmin ne sera finalement employé[26].

Ce thé est actuellement commercialisé sous le nom de traité composé, « Gorreana », et est réalisé par des familles indépendantes. Aucun herbicide ou pesticide ne sont autorisés durant le processus de croissance, et les consommateurs modernes associent cette production avec les thés bio plus récents. Cependant, la production de normes relatives à la plante elle-même et sa cueillette n'ont pas changés depuis 250 ans.

Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Thé noir avec du lait, non encore agité.

Les Britanniques sont parmi les plus grands consommateurs de thé au monde, chaque personne consommant en moyenne 1,9 kg par an[27]. Le thé employé est généralement due thé noir, servi avec du lait et parfois avec le sucre. Le thé fort est servi avec beaucoup de lait et souvent deux cuillères à café de sucre, généralement dans une tasse, qui est communément appelé « builder's tea », en référence aux constructeurs et plus largement à la classe ouvrière. La plupart du temps au Royaume-Uni, boire du thé n'est pas une expression de la culture délicate et raffiné que le reste du monde s'imagine : une tasse de thé est quelque chose bu fréquemment tout au long de la journée. Les britanniques ont bien sûr une cérémonie de thé plus formelle, mais les pauses thé sont une partie essentielle de la journée de travail. Le terme est souvent abrégé en « thé », indiquant essentiellement une pause. Ce terme d'ailleurs employé dans le jeu de cricket et, par conséquent, dans la plupart des autres pays de l'ancien empire britannique.

Histoire[modifier | modifier le code]

Boite de stockage de feuilles de thé en vrac, appelée « tea caddy ».

La popularité du thé au Royaume-Uni remonte au XIXe siècle, quand l'Inde faisait partie de l'empire, et que les intérêts britanniques contrôlaient la production de thé dans le sous-continent. Cependant, il a été d'abord introduit au Royaume-Uni par Catherine de Bragance, reine consort de Charles II d'origine portugaise, durant les années 1660 et 1670. Le thé se propager dans tout le Royaume-Uni et à travers les classes sociales, et les jardins de thé se développèrent peu à peu.

Certains chercheurs suggèrent que le thé a joué un rôle dans la révolution industrielle. L'« afternoon tea » est probablement devenu un moyen d'augmenter le nombre d'heures que les ouvriers pouvaient travailler dans les usines ; les stimulants contenus dans le thé, accompagné de sucres permettant aux travailleurs d'avoir plus d'énergie pour finir le travail de la journée. En outre, le thé a contribué à atténuer certaines conséquences de l'urbanisation qui a accompagné la révolution industrielle : la consommation de thé nécessitait de faire bouillir son eau, détruisant ainsi les maladies d'origine hydrique comme la dysenterie, le choléra et la typhoïde[28].

Le thé comme repas[modifier | modifier le code]

High tea au Sri Lanka.
Article détaillé : Thé (repas).

Dans les îles britanniques, le mot « thé » ne désigne pas seulement une boisson, mais aussi un repas. Le type de repas qualifié ainsi dépend beaucoup du milieu social et de l'endroit où vit la personne qui en parle. La différenciation entre le dîner, le déjeuner et le thé est un repère social classique de l'anglais britannique et est expliqué plus en détail sur l'article détaillé. Brièvement, l'afternoon tea est plus doux et plus tôt, alors que le high tea est le dernier repas de la journée.

Commonwealth[modifier | modifier le code]

L'afternoon tea et ses variantes sont connus sous l’appellation « tea ceremony » dans les pays du Commonwealth dans le commerce. Dans certaines variétés d'anglais, « tea » se réfère à un repas savoureux, comme dans l'usage australien

Amériques[modifier | modifier le code]

Canada[modifier | modifier le code]

Au Canada, divers types de thé sont utilisés par plusieurs tribus indigènes comme médicaments cérémoniels. Par exemple, les Ojibwés et les Cris d'Ontario utilisent du thé de cèdre dans les cérémonies de sudation pour nettoyer et nourrir leur corps. Lorsque les colons européens sont arrivés sur les rives d'Amérique du Nord, ce sont les autochtones qui leur ont appris à faire du thé d'aiguille de pin pour aider à guérir leur scorbut ; les aiguilles de pin étant une excellente source de vitamine C.

États-Unis[modifier | modifier le code]

Le thé glacé est populaire aux États-Unis.

Aux États-Unis, le thé peut généralement être servi à tous les repas comme une alternative au café, lorsqu'il est servi chaud, ou comme alternative aux sodas lorsqu'il est servi glacé. Le thé est également consommé tout au long de la journée.

Plutôt que de boire du thé chaud, de nombreux américains préfèrent le thé servi avec de la glace. En fait, aux États-Unis, environ 80 % du thé consommé est servi froid, ou « glacé ». L'iced tea est devenu un symbole emblématique du sud des États-unis et sa légendaire hospitalité, apparaissant souvent à côté du barbecue d'été.

Le thé glacé peut être acheté comme les sodas, embouteillé, dans tous les distributeurs et magasins alimentaires. Ce thé pré-préparé est habituellement sucré. Parfois, certains parfums, comme le citron ou framboise, y sont ajoutés.

Le thé est aussi largement disponible décaféiné aux États-Unis pour ceux qui souhaitent réduire les effets physiologiques de la caféine.

Avant la seconde guerre mondiale, la préférence du thé aux États-Unis était répartie de façon égale entre thé vert et le thé noir, à 40 % chacun, les 20 % restants préférant le thé oolong. La guerre coupa les États-Unis de ses principales sources de thé vert, la Chine et le Japon, ne laissant que du thé presque exclusivement britannique en provenance d'Inde, qui ne produisait que du thé noir. Après la guerre, près de 99 % du thé consommée était du thé noir. Les thés vert, oolong, et blanc thés sont récemment réapparus, étant souvent considérés comme des aliments bons pour la santé.

Depuis la fin des années 1990, les chaines de restauration rapide de café ont eu un impact énorme sur la façon dont les américains en proposant plus de tisanes et de thés exotiques. Autrefois considéré comme une rareté, le chai, basé sur le masala chai indien, a créé une option populaire chez les individus habituellement amateurs de caffè latte. Bien que n'étant pas commercialisé, le bubble tea taïwanais est également devenu populaire aux États-Unis au cours des dernières années.

Brésil[modifier | modifier le code]

La culture brésilienne du thé trouve ses origines dans les infusions, ou chás (portugais, prononciation : [ˈʃas]), faites par les indigènes de la région amazonienne. La période coloniale portugaise a introduit le thé à proprement parler, ainsi que les habitudes de consommation européennes.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Ma Thanegi, « A World filled with Tea », Myanmar Times vol. 6 no 113 (consulté le 1er avril 2007)
  2. a, b et c (en) « The Travelling Gourmet », Myanmar Times no 37 (consulté le 1er avril 2007)
  3. (en) Daniel Haber, « Lephet - Green Tea Salad » [archive], Swe Sone magazine, (consulté le 11 avril 2007)
  4. (en) George Balun, « Pickled tea - a traditional favourite », Myanmar Times vol. 10 no 184 (consulté le 11 avril 2007)
  5. Andrew Forbes ; David Henley (2011)
  6. (en) « chai latte » - Dictionary.com
  7. (en) « What is a chai wallah? », Chai Wallahs of India (consulté le 30 novembre 2013)
  8. (en) « News - National: Tea will be declared a national drink, says Montek », The Hindu,‎ (lire en ligne)
  9. (en) « Tea to get hotter with national drink tag? », Times Of India,‎ (lire en ligne)
  10. (en) « Tea will be declared national drink: Montek Singh Ahluwalia - India », IBNLive,‎ (lire en ligne)
  11. (en) Mohit Sharma, « Tea-coffee war brewing, national drink tag at stake », Hindustan Times (consulté le 1er juillet 2013)
  12. (ru)Тюрьма, зона, понятия, блатной жаргон (феня), тюремные татуировки (наколки), чифир, братва, мужики, петухи и многое другое
  13. (en) « Let's Drink Turkish Tea! », I Was In Turkey (consulté le 25 novembre 2014)
  14. La production mondiale de thé a atteint des sommets - FAO, 14 juillet 2005
  15. About Turkey:Geography, Economics, Politics, Religion and Culture, Rashid and Resit Ergener, Pilgrims' Process, 2002, 0-9710609-6-7, p. 41
  16. (en) « Capacity Building Program on International Trade » [PDF], Ministry of Indian Agriculture (consulté le 26 janvier 2013)
  17. (en) Turkish Statistical Institute, « En çok çay ve karpuz tüketiyoruz (in Turkish)/ We consume a lot of tea and watermelon », CNN Turk,‎ (lire en ligne)
  18. The book of cities by Philip Dodd
  19. (en) Morocco tea imports from China hits $56 million mark AngolaPress
  20. (en) Tealand Ostfriesland - Ostfriesland-tourism.com (voir archive)
  21. (de) Ostfriesland in Niedersachsen - LandSichten.de
  22. (en) Ostfriesen Tea - Wiesmoor info
  23. (en) « Le thé s'impose en France: une véritable révolution », AFP,‎
  24. (en) Juthier, Jean-Etienne Juthier, « Pourquoi les sociétés de thé font fortune », JDN Economie,‎
  25. Apprenez à préparer le thé !, Louis Asana, Doctissimo, quoting Tea Expo 2004, Lipton
  26. (en) The Tea history in São Miguel
  27. (en) Statistiques FAO - FAO → Download → Food Supply → Crops Primary Equivalent
  28. (en) Tea and the Industrial Revolution