Guy Savoy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Guy Savoy
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (68 ans)
NeversVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinctions

Guy Savoy, né le à Nevers, est un chef cuisinier français. Son restaurant, situé dans le 6e arrondissement de Paris, possède trois étoiles au Guide Michelin depuis 2002.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

En 1955, ses parents partent s'installer à Bourgoin-Jallieu en Isère (60 km au nord-ouest de Grenoble) où son père est jardinier municipal et sa mère tient une petite buvette[1]. Elle transforme cette buvette en restaurant rapide puis en restaurant renommé dans les environs, baptisé L'esplanade[2],[3].

Formation[modifier | modifier le code]

En 1969, âgé de 16 ans, Guy Savoy entre en apprentissage à Bourgoin-Jallieu chez le maître chocolatier Louis Marchand qui fut élève de Maurice Bernachon, le plus grand pâtissier-chocolatier de Lyon[4],[3].

En 1970, âgé de 17 ans, il entre en apprentissage chez les Frères Troisgros à Roanne. Il y restera 3 années. Lors de cet apprentissage, il noue une amitié indéfectible avec Bernard Loiseau. En 1973, il rejoint Paris et le restaurant Lasserre[3]. Il continue à se perfectionner les années suivantes au Lion d'Or à Cologny sur les hauts de Genève et du lac Léman chez Jacques Lacombe, et à L'Oasis à La Napoule sur la Côte d'Azur, dirigé par Louis Outhier.

Parcours professionnel[modifier | modifier le code]

En 1977, Claude Verger lui confie la place de chef de son restaurant La Barrière de Clichy après le grand chef cuisinier Bernard Loiseau[3].

En 1980, il s’installe à son compte rue Duret, dans le 16e arrondissement de Paris où il ouvre son premier restaurant[3], et obtient sa première étoile au Guide Michelin un an plus tard en 1981 et sa deuxième en 1985.

En 1987, il déménage 18 rue Troyon dans le 17e arrondissement de Paris, à deux pas de l'avenue des Champs-Élysées et de l'Arc de triomphe, où il ouvre son Restaurant Guy Savoy, plus spacieux. En 2000, celui-ci est rénové par l'architecte Jean-Michel Wilmotte.

Entre 1987 et 1997, le chef ouvre également sept bistrots-restaurants à Paris.

En 1997, il entre au dictionnaire Larousse.

En 2002, il obtient une troisième étoile au Guide Michelin.

En 2006, le Caesars Palace de Las Vegas[5] ouvre un Restaurant Guy Savoy, jumeau du restaurant parisien.

En 2007, il double un personnage secondaire dans la version française du film d'animation Ratatouille[6].

En 2015, il transfère son principal restaurant au 11 quai de Conti dans l'hôtel de la Monnaie, construit au XVIIIe siècle.

En 2020, il est désigné pour la 4e fois consécutive « Meilleur restaurant au monde » selon le classement La Liste[7].

Autres fonctions[modifier | modifier le code]

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

En 1975, Guy Savoy épouse Danielle, avec qui il a deux enfants : Caroline (née en 1976) et Franck (né en 1979)[8]. Depuis 2013, il partage sa vie avec la journaliste Sonia Mabrouk[9],[10].

Établissements[modifier | modifier le code]

Restaurants principaux
Autres restaurants

Distinctions[modifier | modifier le code]

En 2008, Guy Savoy est fait Chevalier de la Légion d'honneur, décoré par Jean Glavany, ministre de l'Agriculture[14]. En 2009, il est promu au grade d'Officier de la Légion d'honneur.

En 2018, il est lauréat du Prix du Rayonnement gastronomique français.

Le Restaurant Guy Savoy à Paris reçoit en 2002 trois étoiles au Guide Michelin. En 2020, il est désigné pour la quatrième année consécutive « Meilleur restaurant au monde » par La Liste. Il a cinq Toques au Gault et Millau, trois Assiettes au Guide Pudlowski, et est classé dans les « Meilleures tables de Paris » au Guide Lebey.

Le Restaurant Guy Savoy à Las Vegas reçoit deux étoiles Michelin, le AAA Five Diamond Award, le Forbes Five Star Award et le Wine Spectator Grand Award.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Avec Guy Langlois, Légumes gourmands, Plon, 1986
  • La Gourmandise apprivoisée, Albin Michel, 1987
  • La Cuisine de mes bistrots, Hachette, 1998
  • 120 recettes comme à la maison, Filipacchi, 2000
  • Vos Petits plats par un grand, Minerva, 2003
  • Desserts - Comme à la maison, comme au restaurant, Éditions Alain Ducasse, 2013
  • Best of Guy Savoy, Éditions Alain Ducasse, 2013
  • Avec Gonzague Saint Bris, Le Goût de Stendhal, Éditions Télémaque, 2014
  • Savourer la vie, Flammarion, 2015
  • Tout l’œuf, Éditions Télémaque, 2015

Filmographie[modifier | modifier le code]

Info Simple.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par les bases de données Allociné et IMDb.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Biographie de Guy Savoy, Magazine Elle.
  2. Guy Savoy, Savourer la vie. Souvenirs joyeux, Éditions Flammarion, , p. 137
  3. a b c d et e Anne Fulda, « Guy Savoy, à point et à vif », Le Figaro, encart « Le Figaro et vous », samedi 6 / dimanche 7 janvier 2018, page 32.
  4. Guy Savoy, Savourer la vie. Souvenirs joyeux, Éditions Flammarion, , p. 159
  5. Anaïs Digonnet, Guy Savoy élargit ses horizons, France-Amérique, 16 février 2012
  6. a et b Laetitia Reboulleau, « Top Chef : 5 choses à savoir sur Guy Savoy », sur fr.news.yahoo.com, (consulté le ).
  7. Thibaut Danancher, « Guy Savoy, meilleur restaurant du monde », Le Point, 29 novembre 2019.
  8. « Guy Savoy », sur LExpress.fr, (consulté le )
  9. Marie-France Chatrier, « Sonia Mabrouk veut réveiller les Français », Paris Match, (consulté le )
  10. « Guy Savoy en couple avec la journaliste Sonia Mabrouk : "Une évidence" », Purepeople, (consulté le )
  11. (en) Restaurant Guy Savoy in the Caesar's Palace, Caesarpalace.com
  12. (en) Richard Carleton Hacker, Reinventing Guy Savoy in Las Vegas, Robb Report, 7 avril 2013
  13. Vincent Delmas, Restaurant Atelier Maître Albert (Guy Savoy ) Paris 5, Critique-gastronomique.com, 12 novembre 2012
  14. Légion d'honneur pour la juge du divorce Sarkozy, Les mots ont un sens, 15 juillet 2009

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]