Pierre Gagnaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pierre Gagnaire
Gagnaire.jpg
Informations générales
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (65 ans)
ApinacVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Pierre Gagnaire, né le à Apinac dans la Loire, est un grand chef cuisinier français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un restaurateur réputé dirigeant le Clos Fleuri à Saint-Priest-en-Jarez, commune limitrophe à Saint-Étienne, Pierre Gagnaire commence à travailler comme pâtissier avant de passer un été dans le restaurant de Paul Bocuse[1]. Il reprend pendant six ans le restaurant de son père avant d'ouvrir en 1981 son premier restaurant à Saint-Étienne, rue Georges Teyssier, puis rue de la Richelandière[1]. C'est dans ce lieu au cadre très contemporain, audacieux pour l'époque, qu'il obtient pour la première fois trois étoiles au Guide Michelin en 1993[1]. À la suite de difficultés financières, il ferme son restaurant de Saint-Étienne en 1995 pour venir s'installer à Paris, rue Balzac, où il retrouve ses trois étoiles quelque temps plus tard. En 2002, il ouvre le Sketch à Londres ; en 2005, un second établissement parisien le Gaya Rive Gauche, rue du Bac, plus simple que le premier ; toujours en 2005, un restaurant à Tokyo ; en 2006, un autre à Hong Kong ; en 2009, un dernier à Las Vegas[1]. Sa cuisine très créative est parfois considérée comme « iconoclaste »[1].

Ses plats évoquent souvent une constellation : une assiette principale entourée de multiples satellites. Des mets réputés modestes comme le navet, la raie, certains abats, prennent avec ses présentations précises et précieuses une allure spectaculaire.

En 2006 parait La cuisine c’est de l’amour, de l’art, de la technique, qu'il a coécrit avec Hervé This et, la même année, il publie Lucide et Ludique, résumant ses 40 années d'expériences culinaires.

Pierre Gagnaire est membre de l'Académie culinaire de France.

En 2007, Pierre Gagnaire participe aux Étoiles de Mougins, le Festival International de la Gastronomie et en est le président du concours amateur.

Distinctions et titres[modifier | modifier le code]

Pierre Gagnaire est chevalier de la Légion d'honneur, commandeur des Arts et des Lettres, chevalier de l’ordre du Mérite agricole et docteur Honoris Causa de l’université de Liège.

Legion Honneur Chevalier ribbon.svg
Ordre des Arts et des Lettres Commandeur ribbon.svg
Ordre du Merite agricole Chevalier 1999 ribbon.svg

Trois étoiles au Guide Michelin pour son restaurant principal de la rue Balzac à Paris.

Le 27 janvier 2015, Pierre Gagnaire est élu « plus grand chef étoilé du monde » selon ses pairs[2].

Le 1er février 2016, son restaurant Pèir | Pierre Gagnaire TT à La Bastide de Gordes reçoit sa première étoile au Guide Michelin.

Restaurants[modifier | modifier le code]

  • Paris, Pierre Gagnaire (1996)
  • Paris, Gaya rive gauche par Pierre Gagnaire (2005)
  • Londres, Sketch (2002)
  • Tokyo, Pierre Gagnaire à Tokyo (2005-2010)
  • Hong Kong, Pierre (2006)
  • Courchevel, Pierre Gagnaire pour Les Airelles (2007)
  • Dubaï, Reflets par Pierre Gagnaire (2008)
  • Séoul, Pierre Gagnaire à Seoul (2008)
  • Las Vegas, Twist by Pierre Gagnaire (2009)
  • Tokyo, Pierre Gagnaire Tokyo (2010)
  • Moscou, Les Menus par Pierre Gagnaire (2010)
  • Berlin, Les Solistes par Pierre Gagnaire (2013)
  • Gordes, Pèir I Pierre Gagnaire TT (2015)

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Pierre Gagnaire a écrit, seul ou en collaboration, de nombreux ouvrages, parmi lesquels :

  • Pierre Gagnaire, Sucré-Salé, La Martinière,‎  ;
  • Pierre Gagnaire et Hervé This, Alchimistes aux Fourneaux, Flammarion,‎  ;
  • Pierre Gagnaire et Hervé This, La Cuisine : C'est de l'amour, de l'art, de la technique, Éditions Odile Jacob,‎  ;
  • Pierre Gagnaire, Un principe d'émotions, Éditions Argol,‎ .

Citation[modifier | modifier le code]

« La cuisine ne se mesure pas en termes de tradition ou de modernité. On doit y lire la tendresse du cuisinier » — Pierre Gagnaire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e (en) « Trying Tenderness in Las Vegas », The New York Times, 17 novembre 2009.
  2. Palmarès du concours.

Liens externes[modifier | modifier le code]