Assam

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

26° 09′ N 91° 46′ E / 26.15, 91.77 ()

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Assam (homonymie).
Assam
অসম
Sceau
Sceau
Localisation de l'État en Inde
Localisation de l'État en Inde
Administration
Pays Drapeau de l'Inde Inde
Capitale Dispur
Langue officielle Assamais
Gouverneur Janaki Ballabh Patnaik
Ministre en chef Tarun Kumar Gogoi (Congrès)
Démographie
Population 31 205 576 hab. (2011[1])
Densité 398 hab./km2
Rang 14e rang (2.59 %)
Géographie
Coordonnées 26° 08′ 24″ N 91° 46′ 12″ E / 26.14, 91.77 ()26° 08′ 24″ Nord 91° 46′ 12″ Est / 26.14, 91.77 ()  
Superficie 78 438 km2
Rang 16e rang (2.38 %)

L'Assam (assamais : অসম Ôxôm [ɔxɔm]) fait partie des États de l'extrémité est de l'Inde, au centre de la région du Nord-Est indien. Il a deux frontières internationales avec le Bhoutan et le Bangladesh et des frontières avec l'Arunachal Pradesh, le Nagaland, le Manipur, le Mizoram, le Tripura, le Meghalaya.

Histoire[modifier | modifier le code]

Étymologie et dénomination[modifier | modifier le code]

La vallée du Brahmapoutre est connue sous le nom de Pragjyotisha dans le Mahābhārata. Au Ier siècle, on la dénomme Kāmarūpa. Après la formation d'un royaume par une dynastie de Shan, des Thaïs, vers 1228, la région est connue à l'époque sous le nom de royaume d'Âhom dérivé du terme Āsām. La forme en sanskrit est Asama et signifie dans cette langue « inégale », « sans paire ». Aujourd'hui, ce royaume est connu sous le nom de royaume de l'Assam. La conquête britannique fait de l'Assam une région du Bengale. Puis, après l'indépendance indienne, l'Assam devient un vaste État incluant d'autres États antérieurs. Le , le gouvernement de l'État cherche à changer le nom de l'État en Asom, prononciation plus conforme à l'assamais, mais cette action provoque une controverse[2].

Préhistoire[modifier | modifier le code]

On a retrouvé dans la vallée du Brahmapoutre et les collines qui l'entourent, à des altitudes de 460 à 615 mètres, des traces de camps, probablement dans le but d'utiliser de la dolérite pour faire des outils[3].

Proto-histoire et légendes[modifier | modifier le code]

Selon le premier traité historico-religieux paru en Assam vers le IXe ou Xe siècle, le Kalika-Purâna, le premier roi de la région de Kāmarūpa était Mahiranga, suivi par Hatak, Sambar, Ratna et Ghatak. Naraka, issu de cette dynastie, en établit une autre. Le dernier de la dynastie des Naraka-Bhauma fut tué par Krishna. Un certain Naraka, fils de Bhagadatta, mentionné dans le Mahabharata, a combattu pour les Kauravas dans la bataille de Kurushetra avec une armée de kiratas, de China et d'habitants de la côte est. Plus tard beaucoup de monarques de la région se prétendirent descendants de cet homme.

Antiquité et Moyen Âge indien[modifier | modifier le code]

Un féroce lion retrouvé à Madan Kamdev à côté de Baihata Cariali en Assam représentant le puissant Kamarupa-Palas (vers IXe-Xe siècles)
Rang Ghar, un pavillon construit par Pramatta Singha (aussi Sunenpha ; 1744–1751) dans la capitale Ahom Rongpur, aujourd'hui Sibsagar ; le Rang Ghar est un des premiers pavillons de plein air en Asie du Sud-Est

L'ancien Assam, connu sous le nom de Kamarupa, a été dominé par de puissantes dynasties : les Varmanas (vers 350-650 ), les Salstambhas (Xalostombho, vers 655-900) et les Kamarupa-Palas (vers 900-1100). Durant le règne du roi Varman, Bhaskaravarman (vers 600–650), le voyageur chinois Xuan Zang visita la région et conta ses voyages. Plus tard, après l'affaiblissement et la désintégration (après les Kamarupa-Palas), la tradition Kamarupa perdura jusqu'aux environs de 1255 par les dynasties Lunar I (vers 1120-1185) et les Lunar II (vers 1155-1255).

Royaume d'Âhom vers 1826

Assam britannique[modifier | modifier le code]

Les intrigues de palais et les troubles politiques liés à la rébellion de Moamoria vont permettre au royaume expansionniste birman d'Ava d'envahir la province et de placer à sa tête un roi fantoche en 1821. Le pouvoir birman atteignait alors la frontière du territoire géré par la Compagnie anglaise des Indes orientales, provoquant un nouvel afflux de réfugiés vers la zone britannique. Or, les Britanniques désiraient que les Birmans n'ouvrent pas leurs ports aux Français et les pouvoirs locaux appelaient les Britanniques à l'aide à la suite des exactions des Birmans. La première guerre anglo-birmane débute en 1823 et se termine par la victoire des Britanniques et le traité de Yandabo en 1826[4].

La compagnie prend alors le contrôle du Bas-Assam et un protectorat est mis en place dans le Haut-Assam en 1833. En 1838, Purander Singh est déposé et les Britanniques annexent la région. L'Assam est inclus dans la présidence du Bengale de l'Inde britannique. Dans les années 1850, quelques mouvements populaires réclament un Assam indépendant. En 1905, des difficultés pour la gestion de cette présidence poussent les Britanniques à la séparer en une entité occidentale et une autre orientale, dans laquelle se trouve l'Assam, le Bengale oriental, le Manipur, l'Arunachal Pradesh, le Nagaland, le Meghalaya et le Mizoram. Cette province prend le nom d'Eastern Bengal and Assam (en), avec pour capitale Dhaka, dans l'actuel Bangladesh.

En 1913, une Assemblée législative d'Assam est créée dans sa capitale, qui est alors Shillong. Un conseil législatif est créé en 1937. Les mouvements indépendantistes de la région militent pour la création d'un État séparé ; celui-ci est créé en 1947 après l'indépendance de l'Inde ; la zone dénommée Assam est alors constituée de l'actuel Assam, de l'Arunachal Pradesh, du Nagaland et du Meghalaya, le Manipur et le Mizoram ayant un statut particulier de territoires partiellement indépendants de l'Inde.

La République[modifier | modifier le code]

L'Assam des années 1950 constitué du Nagaland, du Meghalaya et du Mizoram qui se sont formés dans les années 1960-70. L'Arunachal Pradesh n'est devenu un État à part entière qu'après la Guerre sino-indienne de 1962.

Depuis 1947, avec l'accroissement des difficultés économiques de la région, des groupes séparatistes se sont formés sur des bases ethniques et demandent l'autonomie. Cela a engendré une fragmentation de l'Assam. En outre, les migrations de populations venues de l'ouest, plus particulièrement du Bengale, depuis le début du XXe siècle s'accélèrent avec la partition des Indes, augmentant la paupérisation et les tensions ethniques. En 1961, le gouvernement de l'Assam promulgue une loi rendant l'usage de l'assamais obligatoire ; celle-ci a dû être retirée sous la pression des habitants du Cachar, bengalophone[N 1]. 1960 voit aussi la naissance du mouvement qui allait aboutir pour des raisons similaires à l'autonomie puis à la séparation des districts des Collines, ceux des Khasi et des Garo, devenus le Meghalaya en 1972. Les années 1980 ont connu des révoltes nommées Agitation de l'Assam à la suite de la découverte d'une augmentation brutale des électeurs inscrits sur les listes électorales. Certains partis politiques ont joué la carte de la peur de la forte augmentation de population bangladeshi, obligeant l'intervention du gouvernement fédéral. La crise se résoudra après six ans, avec les Assam accord.

Dans les années 1970, des rébellions armées de groupes séparatistes comme l'United Liberation Front of Asom et le National Democratic Front of Bodoland apparaissent. À partir de novembre 1990, le gouvernement indien mobilise l'armée indienne. Sur plus d'une décennie, des accrochages militaires de faible intensité accompagnés de quelques homicides politiques secouent l'État. Dans les années 2000, des partis sur base ethnique sont nés, les UPDS, DHD, KLO, HPCD, etc. une autonomie régionale a été accordée pour les Bodo avec le Domaines du Conseil Territorial du Bodoland et pour les Karbi dans le district du Karbi Anglong. Ces deux régions disposent en effet d'une forte identité culturelle et d'un retard de développement certain.

La capitale, Shillong, a été transférée à Dispur, aujourd'hui banlieue de Guwahati.

Géographie[modifier | modifier le code]

Géographie physique[modifier | modifier le code]

L'Assam est situé dans la vallée du Brahmapoutre en forme de « Y » couché, entre l'Himalaya au nord et divers massifs montagneux au sud. Outre la plaine alluviale de 80 à 100 km de large, l'Assam actuel s'étend sur les contreforts de l'Himalaya, on y trouve de petits massifs montagneux très érodés, les Mikir Hills ou les Cachar Hills. Au sud, la rivière Barak, issue du Barail coule dans la vallée du Cachar qui mesure de 40 à 50 km de large. L'Assam a un réseau hydrologique important, en sus du Brahmapoutre large de 16 km à certains endroits, ce fleuve reçoit de nombreux affluents. Le Brahmapoutre inonde régulièrement ses berges.

L'Assam est au cœur de la région du Nord-Est indien, le seul État de la région à ne pas avoir de frontière commune avec l'Assam est le Sikkim, qui n'en a d'ailleurs pas avec les autres non plus.

Ressources naturelles[modifier | modifier le code]

Le sous-sol de l'Assam détient du pétrole, du gaz naturel, du charbon, du calcaire et d'autres minéraux mineurs telles que du quartzite magnétique, du kaolin, de la sillimanite, de l'argile et du feldspath[5]. Une petite quantité de minerai de fer est présent dans les districts occidentaux[5]. Les réserves d'hydrocarbures, toutes découvertes en 1889, se situent dans les parties les plus hautes de l'État.

Selon une estimation de 2004 de l'United States Geological Survey, les sous-sols de l'Assam contiennent une réserve de 399 millions de barils de pétrole (soit 63 400 000 m³), 33 400 000 000 m³ de gaz et 10 700 000 m³ de gaz naturel liquéfié[6].

Désastres naturels[modifier | modifier le code]

La région est sujette aux catastrophes naturelles avec des crues annuelles, de fréquents et légers tremblements de terre. Les forts tremblements de terre sont rares, seulement trois d'entre eux ont été enregistrés depuis 200 ans, en 1869, 1897 (8,1 sur l'échelle de Richter) et en 1950 (8,6).

Gestion du territoire[modifier | modifier le code]

La capitale de l'État est Dispur. L'Assam compte en 2007 vingt-sept districts.

Il est formé dans la vallée du Brahmapoutre. Il dispose d'une frontière avec le Bhoutan et le Bangladesh. La plus grande ville de l'État est Guwahati.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de l'Assam est subtropical avec mousson.

Environnement[modifier | modifier le code]

Aux confins nord-est du pays, l'Assam n'est rattaché à l'Inde que par un étroit corridor de terres. Voisinant avec les rizières, les plantations de thé tapissent toujours ses campagnes. Au XIXe siècle, les Britanniques transformèrent la région en « grenier à thé », au prix de défrichages dantesques.

Gestion de la nature[modifier | modifier le code]

Quelques zones protégées de l'Assam et de la région
  •      Parc
  •      Sanctuaire & forêts
  •       Limites d'États
  •       Limites de districts

L'Assam compte plusieurs parcs nationaux :

L'Assam compte plusieurs sanctuaires :

Économie[modifier | modifier le code]

Bien que disposant d’abondantes ressources naturelles, l’Assam accuse d’un retard économique certain. Près d’un quart du pétrole consommé en Inde provient de cet État, en retrait par rapport au reste du pays. La croissance indienne était en en effet de 6% par an de 1981 à 2000 quand celle de l’Assam était de seulement 3,3% en moyenne. Lors du sixième plan quinquennal (1980-1985) la croissance a même été négative (-3,78%).

Cependant l’économie assamaise montre des signes d’améliorations, avec une croissance d’environ 5% au début des années 2000. En 2004 le PIB de l’État était estimé à 13 milliards de dollars.

L'agriculture contribue au tiers des revenus de l'économie et emploie 70% de la population. On y cultive du riz, du colza, des graines de moutarde, des jutes, des pommes de terre et autres patates douces. La région est également exportatrice de bananes, de papayes, de noix d'arec, de cannes à sucre et de curcuma. L'Assam produit également sa propre variété de thé (Camellia assamica), très raffinée et parmi les plus chères au monde. L'agriculture reste encore peu modernisée avec de faibles rendements. En 2000, le rendement du riz était de 1531 kg par hectare contre 1927 kg par hectare pour le reste de l'Inde (chiffre à comparer aux 9283 kg/hectare de l'Egypte ou aux 6131 kg/hectare de la Chine).

Population[modifier | modifier le code]

L'Assam comptait 31 169 272 habitants d'après le recensement de 2011[1], soit une augmentation de 16,93 % par rapport à 2001 (26 655 528 habitants). 85,92 % de la population est rurale et 14,08 % urbaine. Le taux d'alphabétisation est de 71,19 %[1].

L'Assam est une mosaïque ethnique. L'appartenance aux groupes bengalis et assamais se fait en fonction de la langue, les autres groupes, plus petits, ont gardé une forte identité culturelle propre qui les différencie.

Religion[modifier | modifier le code]

La plupart des Assamais sont de religion hindouiste (64,9 %) [7] et musulmane (30,9 %)[7]. On a aussi des chrétiens (3,7 %) ainsi que des sikhs, animistes et des bouddhistes (communautés de Khamti, Phake, Aito,...).

Politique[modifier | modifier le code]

Résultat des élections législatives de 2004[modifier | modifier le code]

  • INC 35,07 %
  • BJP 22,94 %
  • Régionalistes 19,95 %

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes
  1. Habituellement, les États indiens sont constitués sur une base linguistique, le Cachar aurait dû être rattaché au Tripura sur cette base
Références
  1. a, b et c (en) « Assam Population Census data 2011 », Gouvernement de l'Inde (consulté le 16 août 2013)
  2. Éditorial de The Assam Tribune, 6 janvier 2007.
  3. (Barpujari 1990)
  4. (en) Aitchison 1931, p. 230–233 Project South Asia, Université du Dakota du Sud.
  5. a et b (NEDFi, 2006)
  6. (Wandrey, 2004, p. 17)
  7. a et b Recensement indien

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :