Thé noir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir thé rouge.
Une tasse de thé noir

Un thé noir, ou thé anglo-indien, est fait de feuilles de théier qui ont subi une oxydation complète. Ces thés sont nommés thés rouges dans le monde chinois. En Chine, on appelle « thé noir » le thé post-fermenté, comme le pu-erh. À noter que le terme « thés rouges » peut désigner une infusion de rooibos par abus de langage et bien que cela soit interdit par la législation.

La plupart des thés consommés en Occident sont des thés noirs, fabriqués selon la méthode orthodoxe ou le procédé Crush, Tear, Curl, deux modes de fabrication mis au point par les Britanniques au XIXe siècle. Alors qu'un thé vert perd de sa fraîcheur après 12 à 18 mois, un thé noir peut se conserver plusieurs années sans perdre sa saveur. Il est donc plus facilement transportable et commercialisable, d'où sa popularité en Occident.

En occident le thé noir est souvent mélangé à d'autres ingrédients. Les bonnes récoltes sont plus rares que celles des autres types de thé et la qualité peut en pâtir : le thé noir est plus utilisé pour la consommation quotidienne que pour la dégustation.

Fabrication[modifier | modifier le code]

Des feuilles de thé noir vietnamien.

Après la récolte, les feuilles sont flétries en soufflant de l'air dessus. Les thés noirs peuvent être ensuite préparés de deux façons différentes, la méthode orthodoxe ou le processus CTC (Crush, Tear, Curl). La méthode CTC produit des feuilles et de la poudre généralement consommées dans les sachets de thé, et améliore la qualité des feuilles médiocres. Dans la méthode orthodoxe, les feuilles de thé peuvent s'oxyder complètement. Le traitement se fait par machine ou à la main, dans le cas de thés haut de gamme[1].

Dans la méthode orthodoxe, les feuilles flétries sont roulées à l'aide d'une table cylindrique ou d'un rotovateur. Cette étape mène à la fabrication d'un mélange de feuilles entières et brisées et de particules qui sont ensuite triées, oxydées et séchées. Le rotovateur, créé par Ian McTear en 1957, est une réplique automatique du processus orthodoxe[1]. Il peut produire des feuilles brisées de taille similaire, mais ne peut pas conserver les feuilles entières[2]. Les feuilles brisées peuvent être consommées de cette façon, ou passer par une deuxième étape avec la méthode CTC. La méthode CTC (Crush, Tear, Curl) est développée par William McKercher en 1930. Il s'agit du hachage de feuilles de thé flétries[3]. Avec l'aide d'un rotovateur, on coupe les feuilles une première fois. Ensuite, les machines CTC déchirent encore plus les feuilles en les faisant passer entre plusieurs rotors coupants pour les diviser en particules fines[1].

On permet ensuite aux feuilles de s'oxyder dans une pièce chaude et humide. Ce processus est également appelé « fermentation », bien qu'aucune fermentation n'agisse réellement. Le niveau d'oxydation détermine la couleur du thé : le thé noir est entièrement oxydé, le thé vert l'est peu, le thé oolong se situe entre les deux[4]. L'oxydation peut se faire sur le sol ou sur un tapis roulant dont l'arrivée d'air est contrôlée afin d'assurer une température et une humidité optimales. L'oxydation a un effet important sur le goût du produit final[5].

Les feuilles sont enfin séchées à 90 °C pour arrêter leur fermentation, puis tamisées. Elles reçoivent alors un grade de qualité. La plupart du temps, les négociants mélangent des feuilles déchiquetées provenant de diverses plantations (jusqu'à 70) pour obtenir un thé à la saveur précise correspondant au produit qu'ils commercialisent sous forme de sachets[6].

Préparation[modifier | modifier le code]

On doit prévoir environ 4 grammes de thé pour 200 mL d'eau. Contrairement au thé vert, qui devient amer s'il est préparé dans une eau trop chaude, le thé noir se prépare dans une théière avec une eau frémissante, de 90 à 95 °C. Il doit être infusé plusieurs fois pour des durées courtes, et c'est la quantité de thé et non le temps d'infusion qui doit changer pour des quantités plus importantes[7].

Les thés noirs les plus délicats, comme le Darjeeling, doivent infuser pendant 3 à 4 minutes, de même que les thés de feuilles brisées. Les thés noirs à feuilles intactes et les thés noirs servis avec du lait ou du citron doivent infuser une minute de plus. Si le thé est infusé trop longtemps, il devient amer[8].

Quand le thé est prêt, il doit être filtré avant d'être bu[7].

Santé[modifier | modifier le code]

Les effets du thé sur la santé (en) sont un vaste sujet d'étude. Le thé noir sans ingrédients supplémentaires ni sucre contient de la caféine mais des quantités négligeables de calories et de nutriments[9]. Le thé noir contient des polyphénols dont les flavonoïdes, qui pourraient avoir un effet positif sur la pression sanguine et les lipides dans le sang et pourraient donc prévenir les maladies cardiovasculaires[10] ; les effets ne sont cependant pas assez significatifs pour être confirmés[9]. La consommation à long terme de thé noir diminue très légèrement la pression artérielle[10],[11] et peut être associée à un risque réduit de crise cardiaque[12],[13].

Le thé noir n'affecte pas le développement de cancers de la bouche chez les Asiatiques et les Caucasiens[14], de cancer de l'oesophage ou de cancer de la prostate chez les Asiatiques[15],[16], et le cancer du poumon sur l'ensemble de la population[9].

Variétés[modifier | modifier le code]

Thés chinois[modifier | modifier le code]

  • Le Lapsang souchong est un thé noir chinois produit dans la province du Fujian. Ses feuilles sont placées sur un feu d'épicéa ou de cyprès, ce qui leur donne une saveur fumée plus ou moins prononcée.
  • Le Keemun est un thé chinois réputé, produit dans la province d'Anhui.
  • Les thés noirs (non mélangés), reçoivent habituellement le nom de leur région d'origine. Citons parmi d'autres le Yunnan (Dian Hong Gong Fu, Yunnan Impérial, le Tarry souchong produit à Taïwan).

Thé indiens ou sri-lankais[modifier | modifier le code]

  • En Inde, les principaux jardins sont situés dans l'Assam, le Sikkim, le Nilgiri ou à Darjeeling, où on retrouve des champs très organisés. Situé au pied de l'Himalaya, on peut y trouver le jardin le plus en altitude au monde, le Samabeong. Les théiers sont soumis à un climat si rude que la croissance des feuilles y est ralentie. De cette manière, il est possible d'obtenir des thés complètement différents, même s'ils sont produits dans la même région. Contrairement aux autres endroits dans ce pays, cette région du nord utilise toujours le procédé orthodoxe pour la majorité de ses récoltes. En plus d'être en altitude, la méthode de production y est de qualité. D'autres jardins de Darjeeling sont aussi très populaires, comme Gopaldhara ou Avongrove.
  • Les thés du Sri Lanka (souvent encore dits de Ceylan) sont généralement de bonne qualité aussi.

Autres provenances[modifier | modifier le code]

Mélanges et aromatisations[modifier | modifier le code]

  • Le thé Earl Grey, à la bergamote, est le thé noir aromatisé le plus connu en Occident. Une variante y ajoute des zestes de citron et d'orange, le Lady Grey.
  • Il est également connu pour se marier à la saveur de la rose ou du lotus.

Économie[modifier | modifier le code]

Le thé noir constitue 90 % du thé vendu en Occident[17].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. a b et c (en) Varnam, A. H., Beverages : technology, chemistry and microbiology, Aspen, (ISBN 0834213109 et 9780834213104, OCLC 40941014, lire en ligne)
  2. Heiss, Mary Lou., The story of tea : a cultural history and drinking guide, Ten Speed Press, (ISBN 9781580087452 et 1580087450, OCLC 84903908, lire en ligne)
  3. (en) Matthew E. Harbowy, Douglas A. Balentine, Alan P. Davies et Ya Cai, « Tea Chemistry », Critical Reviews in Plant Sciences, vol. 16, no 5,‎ , p. 415–480 (ISSN 0735-2689 et 1549-7836, DOI 10.1080/07352689709701956, lire en ligne, consulté le 28 juin 2019)
  4. « Black Tea Oxidization », sur Tin Roof Teas (consulté le 23 août 2016)
  5. « Oxidation of Tea - RateTea » (consulté le 13 décembre 2016)
  6. Christine Barbaste et Mathias Minet, Le guide de dégustation de l'amateur de thé (ISBN 9782812318436 et 2812318430, OCLC 1078146163, lire en ligne)
  7. a et b (en) « ISO 3103:1980 », sur Normes ISO (consulté le 28 juin 2019)
  8. Upton Tea Imports, « A Brief Guide to Tea » [archive du ] (consulté le 21 octobre 2006)
  9. a b et c « Black tea: How effective is it? », MedlinePlus, US National Library of Medicine, (consulté le 15 mars 2015)
  10. a et b « Green and black tea for the primary prevention of cardiovascular disease », Cochrane Database Syst Rev, vol. 6, no 6,‎ , CD009934 (PMID 23780706, DOI 10.1002/14651858.CD009934.pub2, lire en ligne)
  11. « Effects of tea intake on blood pressure: a meta-analysis of randomised controlled trials », Br J Nutr, vol. 112, no 7,‎ , p. 1043–54 (PMID 25137341, DOI 10.1017/S0007114514001731)
  12. « Tea consumption and risk of stroke: a dose-response meta-analysis of prospective studies », J Zhejiang Univ Sci B, vol. 13, no 8,‎ , p. 652–62 (PMID 22843186, PMCID 3411099, DOI 10.1631/jzus.B1201001)
  13. Larsson SC, « Coffee, tea, and cocoa and risk of stroke », Stroke, vol. 45, no 1,‎ , p. 309–14 (PMID 24326448, DOI 10.1161/STROKEAHA.113.003131)
  14. « Association of tea consumption and the risk of oral cancer: a meta-analysis », Oral Oncol, vol. 50, no 4,‎ , p. 276–81 (PMID 24389399, DOI 10.1016/j.oraloncology.2013.12.014)
  15. « Green tea and black tea consumption and prostate cancer risk: an exploratory meta-analysis of observational studies », Nutr Cancer, vol. 63, no 5,‎ , p. 663–72 (PMID 21667398, DOI 10.1080/01635581.2011.570895)
  16. « Tea consumption and prostate cancer: an updated meta-analysis », World J Surg Oncol, vol. 12,‎ , p. 38 (PMID 24528523, PMCID 3925323, DOI 10.1186/1477-7819-12-38)
  17. « Tea's Wonderful History » [archive du ], sur chcp.org (consulté le 9 juillet 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]