Nord-Kivu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kivu (homonymie).
Province du Nord-Kivu
Localisation du Nord-Kivu à l’intérieur de la République démocratique du Congo
Localisation du Nord-Kivu à l’intérieur de la République démocratique du Congo
Administration
Pays Drapeau de la République démocratique du Congo République démocratique du Congo
Chef-lieu Goma
Plus grande ville Goma
Assemblée 50 sièges
Sénat 4 sièges
Gouverneur Julien Paluku Kahongya
ISO 3166-2 NK
Fuseau horaire UTC+2
Démographie
Population 6 655 000 hab. (2015)
Densité 112 hab./km2
Rang 2e
Langue(s) Officielle : français
Nationale(s) : Swahili
Géographie
Coordonnées 0° 34′ Sud 28° 42′ Est / -0.56666666666667, 28.7
Superficie 59 483 km2
Rang 18e
Liens
Site web www.provincenordkivu.cd
Sources
Communes et territoires - Villes - Provinces

Le Nord-Kivu est une province de la République démocratique du Congo. Elle voisine la province du Sud-Kivu au sud, le Maniema à l'ouest et les provinces d'Ituri au nord et de Tshopo à l'ouest (subdivisions de la Province orientale, effectives depuis 2015). À l'est, elle voisine l'Ouganda.

La loi des armes prévaut dans cette province ravagée par la guerre en République démocratique du Congo. L'une des multiples milices locales, les Mai-Mai Kifuafui, y fait étalage de sa force. Depuis près de vingt ans, des combats quasi incessants pour le contrôle des terres, des richesses minières et du pouvoir terrorisent la population.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 2007, suite à des combats, la région compte d’importants déplacements de population[1],[2].

En novembre 2008, de violents combats opposent les milices du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP) de Laurent Nkunda à l'armée congolaise, dans la province du Nord-Kivu. Différentes organisations internationales ont dénoncé les violences des forces en présence contre les femmes et les enfants. Dès avril 2008, le HCR avait sonné l'alarme devant le déplacement massif de populations qui fuyaient les violences. Un accord de paix signé en 2003 avait formellement mis fin à un conflit de plusieurs années, mais les combats ont repris dans la région, si bien que l'on compte environ 1,5 million de déplacés à l'intérieur même du pays, tandis que quelque 350 000 réfugiés congolais ont fui leur pays. [3]

En mai 2016, des rebelles ADF tuent près de 50 civils dans le territoire de Beni (Nord-Kivu) et celui d’Irumu (Ituri)[4].

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Nord-Kivu jouxte la province de l'Ituri au nord, les provinces de la Tshopo et du Maniema à l’ouest, et le Sud-Kivu au sud. À l’est, elle est limitée par l’Ouganda et le Rwanda.

Le chef-lieu de la province est Goma.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • P. Mathieu et A. M. Tsongo, « Guerres paysannes au Nord-Kivu (République Démocratique du Congo), 1937-1994 », Cahiers d'études africaines, 1998, vol. 38, n° 2-4, p. 385-416.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]