Kampala

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kampala
Vue de Kampala
Vue de Kampala
Administration
Pays Drapeau de l'Ouganda Ouganda
District District de Kampala
Maire John Ssebaana Kizito
Démographie
Gentilé Kampalais [1]
Population 1 659 600 hab. (2011)
Densité 8 511 hab./km2
Géographie
Coordonnées 0° 19′ 00″ Nord 32° 35′ 00″ Est / 0.31666, 32.58333
Altitude 1 189 m
Superficie 19 500 ha = 195 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ouganda

Voir la carte administrative d'Ouganda
City locator 11.svg
Kampala

Géolocalisation sur la carte : Ouganda

Voir la carte topographique d'Ouganda
City locator 11.svg
Kampala

Kampala est la capitale et la plus grande ville de l'Ouganda.

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant l'arrivée des britanniques, le roi du Bouganda, le Kabaka, avait choisi la région qui deviendrait Kampala comme son terrain de chasse favori. La zone était composée de nombreuses collines et de marécages. Ce terrain abritait de nombreuses variétés d'antilopes, dont l'impala.

À leur arrivée, les Britanniques renommèrent la région en collines d'Impala. La dérivation en langage bougandais donna Kasozi Ka Mpala (Kasozi ka signifiant colline de),Ka Mpala ressemblant à un seul mot à l'oreille. Quand le roi allait chasser, les Bougandais (ou Bagandas) disaient Kabaka a'genze e Ka'mpala (Le Kabaka est parti à Ka'mpala). Le nom de Kampala était apparu. La zone consistait en plusieurs collines : celle de Kampala avait été choisie pour la garnison britannique, celle de Mengo accueillait la cour du roi et de ses dignitaires, avec les cases de la reine-mère (Namasolé) et celles de la reine-sœur (Loubouga)[2], enfin celle de Rubaga accueillait la mission catholique et celle de Namirembé était investie par la mission protestante[3].

Kampala a donc grandi comme la capitale du royaume bougandais, dont beaucoup de bâtiments survivent encore, tels que les tombes Kasubi (construites en 1881), le parlement bougandais, la cour de justice bougandaise et l'emplacement du couronnement de Naggalabi Buddo.

En 1894, la ville compte environ vingt-mille habitants[4].

En 1962, Kampala prend la place d'Entebbé en qualité de capitale du pays. La plus grande partie de la ville est détruite après la guerre contre la Tanzanie en 1978, puis par le renversement de la dictature d'Idi Amin Dada en 1979 et la guerre civile qui s'en suit. La ville est alors reconstruite sur des bases plus saines.

La ville de Kampala est célèbre pour être la ville connaissant le plus grand nombre d'orages par an (242 en moyenne)[5].

Géographie[modifier | modifier le code]

Kampala est située quasiment au centre du territoire ougandais, non loin du lac Victoria.
La ville est divisée en 5 quartiers :

À l'instar de nombreuses villes, Kampala prétend avoir été bâtie sur sept collines, bien que ceci ne soit pas tout à fait exact. Voici la liste des sept collines historiques :

La mosquée de Mengo
La cathédrale catholique de Kampala à Rubaga.
  • Mengo : c'est à cet endroit que se trouve le palais Kabaka actuel et la cour de justice bougandaise.
  • Kibuli : c'est là que se trouve la mosquée de Kibuli. L'islam avait déjà été apporté en Ouganda jusque quelques années (1857) avant l'arrivée des missionnaires chrétiens.
  • Namirembé : emplacement de la cathédrale anglicane. Les protestants furent les premiers chrétiens à évangéliser l'Ouganda.
  • Rubaga : site de la cathédrale catholique Sainte-Marie et où se situe la maison générale des Pères blancs, évangélisateurs de l'Ouganda
  • Nsambya : urbanisée par les pères de Mill Hill. On y trouve l'hôpital Nsambya
  • Kampala : colline de l'Impala où se trouvent les ruines du fort Lugard. C'est de cette colline que la ville tire son nom.

La physionomie de la ville est profondément marquée par le territoire qui l'entoure : collines au nord, marais de papyrus et lac Victoria au sud.

Le territoire administratif de la ville de Kampala compte aussi de grandes étendues agricoles qui représentent de petites exploitations d'autosubsistance pour ses habitants. L'augmentation du prix des terrains à cause de l'agrandissement de la ville entraîne une forte spéculation foncière sur ces terrains, malgré les efforts de la municipalité pour offrir des logements à des prix abordables pour ses habitants.

Population[modifier | modifier le code]

Station de taxis

Kampala abrite 5 % de la population ougandaise. De 1991 à 2002 la ville a connu un taux d'accroissement annuel moyen de 3,9 %.

39 % de la population de Kampala vit sous le seuil de pauvreté absolue et 43 % de sa population est sans emploi. 9,2 % de la population de la ville est contaminée par le virus du sida. Ce taux atteint 47 % chez les prostituées.[réf. nécessaire]

Religion[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des archevêques de Kampala.

Kampala est le siège d'un archevêché catholique.

Sport[modifier | modifier le code]

La ville possède plusieurs clubs de sports :

- Rugby à XV : Kampala RC

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/IMG/pdf/no_106_janv-mars_2009_cle446315.pdf
  2. Georges Leblond, Le Père Auguste Achte et la mission de l'Ouganda de 1890 à 1905, Paris, Procure des Pères blancs, 1928, p. 93
  3. Georges Leblond, idem
  4. Georges Leblond, idem
  5. Chatham Village Times, « Afternoon thunderstorms »,‎ (consulté le 15 juillet 2010)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bernard Calas, Kampala : la ville et la violence, Karthala, Paris ; IFRA, Nairobi, 1998, 440 p. (ISBN 2-86537-805-5) (texte remanié d'une thèse de doctorat de Géographie, Paris 10, 1994)
  • Ryszard Kapuscinski évoque cette ville dans son livre Ébène (1998).

Lien externe[modifier | modifier le code]