Ordu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ordu (province)
Cotyora
Ordu
Administration
Pays Drapeau de la Turquie Turquie
Région Région de la mer Noire
Capitale Altınordu
Maire Enver Yılmaz
Gouverneur İrfan Balkanlıoğlu
Indicatif téléphonique international et régional +(90 452)
Plaque minéralogique 52
Démographie
Population 750 588 hab.
Densité 126 hab./km2
Géographie
Coordonnées 40° 48′ 41″ nord, 37° 32′ 26″ est
Superficie 596 200 ha = 5 962 km2
Localisation
Localisation de Ordu (province)
Province de Ordu sur la carte de Turquie

Géolocalisation sur la carte : Turquie

Voir la carte administrative de Turquie
City locator 14.svg
Ordu (province)

Géolocalisation sur la carte : Turquie

Voir la carte topographique de Turquie
City locator 14.svg
Ordu (province)
Liens
Site web http://http://www.ordu.bel.tr/
Site de la province http://www.ordu.gov.tr
Sources
« Index Mundi/Turquie »
Ancienne église pontique du « cap de Jason », nom dérivé de la mythologie des Argonautes.
La corniche d'Altınordu.
Les districts de la province d'Ordu.
La noisette, premier produit export de la province d'Ordu.
L'arrière pays d'Ordu.
Vue d'Altınordu par le mont Boztepe.


La province d’Ordu est une des 81 provinces de la Turquie. Localisée au bord de la mer Noire. Son gouvernorat se trouve dans la ville d'Altınordu (« Ordu-la-dorée » en turc) qui est une municipalité métropolitaine depuis 2014.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les Casquéens « tisseurs de lin et éleveurs de porcs », de Scythes « éleveurs de chevaux » et de Chalybes « forgerons ». habitèrent dans la région dès le IIe millénaire av. J.-C. et menèrent des raids meurtriers en territoire hittite. Selon la mythologie antique, Ordu et Samsun auraient été, vers le XIIe siècle av. J.-C. le pays des Amazones évoquées par Strabon.

Fondée au Ve siècle av. J.-C. par des colons grecs originaires de Milet, elle se nomme alors Kotyora. Selon la légende, Xénophon s'y arrête lors de la retraite des Dix Mille. La cité n'était alors, comme Sinope, que l'un des nombreux comptoirs fondés par les Milésiens sur les côtes du Pont Euxin. Il fut rattaché en 546 à la satrapie d'Axaïna de l'Empire perse. Axaïna (« Indigo ») était le nom iranien de la mer Noire. La région fut conquise par Alexandre le Grand en 331. Après sa mort, lors du partage de Triparadisos (321 av. J.-C.), elle est attribuée avec le reste de l'Anatolie à Antigone Monophtalmos. Celui-ci est vaincu par Lysimaque et Séleucos Ier à la bataille d'Ipsos en 301 av. J.-C.. La ville passa aux mains du roi du Pont Mithridate Ier du Pont s'empare de la région au début du IIIe siècle av. J.-C. et se déclare indépendant. Mithridate VI Eupator (132-63 av. J.-C.) entame alors une lutte de longue haleine contre Rome. Le Pont est finalement vaincu par Pompée et la région est progressivement annexé à Rome. La région est confiée au Galate Dejotarus, allié romain. En 47, Pharnace II, roi du Bosphore et fils de Mithridate VI, profite de la guerre civile à Rome pour maintenir une unité au sein de son royaume. Le roi Dejotarus, client romain, réclame alors l’aide de Cneius Domitius Calvinus, proconsul d’Asie nommé par César. L’affrontement tourne à l’avantage de Pharnace qui obtient la victoire à Nicopolis et occupe la région d'Ordu. César apprend ces événements alors qu’il se trouve en Égypte et part affronter Pharnace dans le Pont. La rencontre a lieu au nord de la Cappadoce, près de la ville de Zéla. La bataille aboutit à une victoire romaine rapide qui anéantit complètement les forces ennemies. Pharnace doit fuir jusqu’au Bosphore avec une fraction de sa cavalerie. Désormais impuissant, il est assassiné par un concurrent au trône du Bosphore. Revenu à Rome après sa victoire, César déclare au Sénat : « Veni, vidi, vici », allusion à sa victoire complète et rapide. puis le royaume du Pont devient un état-client de l'empire Romain sous le règne d'un successeur de Mithridate, Polémon Ier du Pont.

Le royaume du Pont fut annexé à la province romaine de Cappadoce en 64-65 sous l'empereur romain Néron. Dioclétien divisa la province en trois provinces plus petites, le Pontus Polemoniacus dont Polemonium (aujourd'hui Fatsa) fut la capitale administrative. La province est rattachée au diocesis Pontica qui sera lui-même rattaché à la Praefectura praetorio Orientis. Tandis que l'Empire romain devint l'Empire byzantin la ville perd une partie de son importance régionale. Neocaesarea (aujourd'hui Niksar) devient la capitale de la province. L’intégration à l’Empire romain ne changea que très peu la vie de cette société, fondée sur une oligarchie hellénisée gouvernant des habitants d'origine casquéenne ou caucasienne (Chaldiens, Chalybes, Colchides, Mossynoèques, Tibarènes[1]) qui eux aussi adoptent progressivement la langue grecque. La religion gréco-romaine se généralise, non sans de nombreux apports orientaux (cultes de Mithra et d'Isis, Cybèle, du serpent guérisseur Glaucos…). La région n'est pas linguistiquement latinisée. Durant cette période, le christianisme se substitue progressivement aux religions antérieures. Devenus chrétiens de langue grecque et citoyens romains, les habitants du Pont sont désormais des « Romées » (Ῥωμαίοι) : ils deviendront, après l'effondrement de la partie occidentale de l'Empire, des sujets de l'« empire des Romées » (Βασιλεία Ῥωμαίων, que nous appelons « byzantin ») ; plus tard, les Turcs les appelleront « Roum » (nom qui, en turc, signifie « Grecs »).

Suite de la quatrième croisade et à la partition consécutive de l'empire byzantin, Kotyora devient un port de l'empire de Trébizonde en 1204. Aux XIIIe et XIVe siècles, elle devient l'une des escales génoises de la mer Noire.

Après la conquête de l'empire de Trébizonde par les Ottomans en 1461, la ville est appelée Ordu. Elle fait partie du Sandjak de Janik (Samsun) jusqu'à la fin de l'Empire ottoman en 1922. Au fil des années, les habitants adoptent progressivement l'islam et la langue turque pour échapper au « haraç » (double-capitation sur les non-musulmans) et à la « pédomazoma » (enlèvement des garçons pour le corps des janissaires), mais une partie de la population locale reste grecque pontique et arménienne : elle est expulsée en 1923 selon le traité de Lausanne. Ordu devient une province avec la proclamation de la République de Turquie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Sa superficie est de 5 962 km2.

Climat[modifier | modifier le code]

Ordu à un climat pontique, de type climat subtropical humide (Köppen: Cfa ), chaud et humide en été, doux et humide en hiver, avec des chutes de neige occasionnelles.

Relevé météorologique de ORDU, Drapeau de la Turquie Turquie
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 3,8 3,8 5,1 8,3 12,4 16,5 19,4 19,8 16,7 12,9 8,7 5,8 11,1
Température maximale moyenne (°C) 10,8 12 15,2 15,5 19,2 24 26,8 27,3 24,3 20,3 13 4,4 18,1
Record de froid (°C) −7,2 −6,7 −4,7 −1,4 3,4 8,4 12,6 13 8,2 2,5 −1,5 −3,2 −7,2
Record de chaleur (°C) 25,8 32,8 27,2 36,5 35,8 37,2 37,1 36,3 36,4 34,2 29,7 17,2 37,2
Précipitations (mm) 94,8 78,7 77,9 69,6 54,6 75,9 63,9 68,5 79,4 133,4 127 112,1 1 034,1
Source : Meteoroloji Genel Müdürlüğü[2]


Population[modifier | modifier le code]

Année Nombre d'habitants Année Nombre d'habitants
1965 543 863 2009 723 507
1970 608 721 2010 713 183
1975 664 290 2011 714 390
1980 713 535 2012 741 371
1985 763 857 2013 731 452
1990 830 130 2014 724 268
2000 887 765 2015 728 949
2007 705 419 2016 750 588
2008 709 218

Au recensement de 2017, la province était peuplée d'environ 750 588 habitants, soit une densité de population d'environ 128 hab./km2.

Chiffres du recensement du 31 janvier 2017
Commune Population Augmentation % Nombre de mairie Nombre de quartier Population ville Citadins % Superficie km² Densité
Akkuş 24.820 7,61 1 42 24.820 100,00 697 36
Altınordu 205.396 1,53 1 92 205.396 100,00 410 501
Aybastı 30.325 17,08 1 21 30.325 100,00 250 121
Çamaş 8.273 -3,74 1 23 8.273 100,00 81 102
Çatalpınar 13.580 -1,49 1 23 13.580 100,00 101 134
Çaybaşı 13.310 1,39 1 26 13.310 100,00 102 130
Fatsa 114.940 3,48 1 79 114.940 100,00 363 317
Gölköy 32.242 11,36 1 30 32.242 100,00 421 77
Gülyalı 7.975 -0,24 1 13 7.975 100,00 62 129
Gürgentepe 14.092 1,96 1 20 14.092 100,00 185 76
İkizce 16.201 8,23 1 25 16.201 100,00 148 109
Kabadüz 9.020 5,73 1 16 9.020 100,00 290 31
Kabataş 10.492 -1,06 1 18 10.492 100,00 74 142
Korgan 29.388 0,13 1 29 29.388 100,00 254 116
Kumru 30.877 -0,60 1 37 30.877 100,00 296 104
Mesudiye 16.689 5,90 1 68 16.689 100,00 1.046 16
Perşembe 31.065 -0,09 1 53 31.065 100,00 217 143
Ulubey 19.306 5,85 1 41 19.306 100,00 295 65
Ünye 122.597 1,55 1 85 122.597 100,00 569 215
Ordu 750.588 2,97 19 741 750.588 100,00 5.861 128

Administration[modifier | modifier le code]

La province est administrée par un gouverneur (en turc : vali). Enver Yilmaz (AKP) est le maire d'Ordu.

Subdivisions[modifier | modifier le code]

La province est divisée en 19 districts (en turc : ilçe, au singulier).

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie d'Ordu est basée sur le commerce mais aussi sur l'agriculture notamment du noisette et de se transformation industrielle, la récolte représente près de la moitié de la production mondiale. D'autres produits sont produits comme la pomme, kiwi, la fraise, la figue. La pêche prends aussi une grande place dans l'économie de la province. L'industrie forestière est fleurissante.

Le tourisme est en développement dans la province.

Transport et communications[modifier | modifier le code]

Infrastructures routières[modifier | modifier le code]

Ordu est reliée à l'ensemble de la mer noire par la route nationale de la côte de la mer noire (D010), ainsi qu'au centre du pays par la route nationale (D855). Une rocade est en construction au sud de la ville qui contourne la ville par la (D010) jusqu'à l'aéroport à l'est de la ville.

Tramway[modifier | modifier le code]

Un projet de 2 lignes de tramway est à l'étude (axe est-ouest) et (nord-sud).

Desserte ferroviaire[modifier | modifier le code]

Un projet de 2 lignes de LGV est à l'étude. L'une reliera Ankara-Ordu et l'autre LGV rejoindra la mer noire à la méditerranée via Ordu afin de désenclavée la région de la mer noire.

Communications extérieures[modifier | modifier le code]

La ville est desservie par l'aéroport international d'Ordu-Giresun (code AITA : OGU) situé à l'est de la ville. Un nouveau port est en étude par les autorités locales afin de satisfaire le flux de commerce. Ordu possède également une gare routière.

Sport[modifier | modifier le code]

Les principaux clubs de football d'Ordu sont Orduspor, Güzelordu Spor, Fatsa Belediyespor, Rusumat-4 Gençlik Ve Spor, Soyaspor Gençlik . Le stade 19 Eylül est la principale enceinte de la ville consacrée au football.

Enseignement[modifier | modifier le code]

La ville héberge l'université d'Ordu depuis 2006.

Médias[modifier | modifier le code]

Journaux[modifier | modifier le code]

Radios[modifier | modifier le code]

TV[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Westermann Grosser Atlas zur Weltgeschichte, pages 11, 15, 20 à 23, 27 à 29 et 39, (ISBN 3-14-100919-8)
  2. (en) « İllerimize Ait İstatistiki Veriler », Meteoroloji Genel Müdürlüğü (consulté le 30 mars 2010)
  3. http://www.mesudiyegazetesi.com.tr/

Liens externes[modifier | modifier le code]