Minnan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Minnan
闽南语 / Minnan yu
Pays Chine, Taïwan, Malaisie, Indonésie, Singapour, Philippines, Thaïlande, Vietnam, Birmanie
Région sud du Fujian, une partie du Guangdong (Chaoshan, péninsule de Leizhou), Hainan, sud du Zhejiang, Taïwan
Nombre de locuteurs 50 184 500[1]
Typologie isolante, à tons
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-3 nan
IETF nan
Linguasphère 79-AAA-j
Glottolog minn1241
Carte
Carte des variétés de minnan.
Carte des variétés de minnan.

Le minnan ou min méridional (chinois simplifié :  ; chinois traditionnel : 閩南語 ; pinyin : Mǐnnányǔ ; pe̍h-ōe-jī : bân-lâm-gú), parfois sud-foukiénois, est la branche de langue min la plus répandue. Il est parlé dans le Sud du Fujian, une partie du Guangdong, quelques xian du Zhejiang, à Hainan et à Taïwan. Il est aussi parlé par des descendants de migrants dans la diaspora en Asie du Sud-Est. Il a sept à huit tons, ainsi que le sandhi tonal. Il possède nombre de caractéristiques du chinois archaïque. Parmi les variantes du minnan : le hokkien (en), le taïwanais, le teochew, le hainanais. Le minnan n'est pas mutuellement intelligible avec les autres branches de min ni avec d'autres variétés de chinois comme le mandarin.

Usage du terme « minnan »[modifier | modifier le code]

La langue est généralement appelée minnan en français. Il convient cependant de distinguer clairement les deux syllabes, le n étant audible dans la première. Mǐn nán est un mot mandarin, bân-lâm-gú est le terme minnan.

Dans le langage courant et dans un sens restreint, « minnan » désigne uniquement la branche quanzhang ou hokkien-taïwanais, originaire du sud du Fujian en Chine continentale. En mandarin, cette langue est appelée « 闽南语 / 閩南語, mǐnnányǔ ». Il y a deux formes standards de minnan :

  • le minnan traditionnel basé sur le dialecte de Quanzhou, utilisé dans l'opéra liyuan (梨园戏) et la musique nanying (南音) ;
  • le minnan moderne (现代闽南, 現代閩南, xiàndài mǐnnán) basé sur le dialecte de Xiamen (amoy), et sur le taïwanais de Tainan. C'est une combinaison des dialectes de Quanzhou et Zhangzhou. C'est la forme utilisée dans les programmes télévisés, la radio et la chanson. Les manuels et les dictionnaires sont majoritairement basés sur cette forme.

Dans un sens plus large, « minnan » inclut aussi les variétés de min liées linguistiquement au minnan quanzhang. Celles-ci présentent des différences significatives avec la variété quanzhang et ont une intelligibilité mutuelle limitée, d'autres ne sont pas mutuellement intelligible.

Répartition géographique[modifier | modifier le code]

Les dialectes minnan sont parlés dans le Fujian, en particulier dans le « Triangle d'or minnan » (闽南金三角 / 閩南金三角, mǐnnán jīnsānjiǎo) comprenant les villes de Xiamen, Quanzhou et Zhangzhou, dans trois xian du Sud-Est du Zhejiang[2] et dans l'archipel de Zhoushan au large de Ningbo, dans l'Est et le Sud du Guangdong notamment la région de Chaoshan. Le minnan est la langue maternelle pour la plupart des Hoklo, le principal groupe ethnique de Taïwan. La correspondance entre langue et ethnicité n'est pas absolue, certains Hoklo ont une capacité limité en minnan tandis que d'autres non-hoklo le parlent couramment[réf. nécessaire].

Il y a de nombreux locuteurs du minnan dans les communautés chinoises d'outre-mer en Asie du Sud-Est. Les Hoklo ont apporté leur langue en Birmanie, en Indonésie, en Malaisie et à Singapour (notamment dans les anciens Établissements des détroits britanniques). La langue y est appelée hokkien et est mutuellement intelligible avec le hokkien parlé dans d'autres régions. 12,2 % des Philippins d'origine chinoise ont pour langue maternelle le hokkien des Philippines[réf. nécessaire]. Il y est appelé lan-nang or lán-lâng-oē (« la langue de notre ethnie »), bien que les Hoklo ne représentent que 80 à 90 % de la population philippine d'origine chinoise[réf. nécessaire]. Une partie des migrants chinois en Asie du Sud-Est vient de la région de Chaoshan dans le Guangdong et parle le teochew. Les locuteurs du minnan représentent la majorité des chinois à Singapour, le hokkien étant le plus parlé, suivi par le teochew. Malgré les similarités, ces deux groupes sont rarement considérés comme faisant partie du même groupe minnan.

Classification[modifier | modifier le code]

Il y a trois divisions majeures en minnan :

  • la division Quanzhang (泉漳片, quánzhāng piàn) correspondant au hokkien-taïwanais ;
  • la division Chaoshan (潮汕片, cháoshàn piàn) correspondant au teochew ;
  • la division Qiong-Lei (琼雷片, qióngléi piàn) correspondant au hainanais et au parler de Leizhou.

Le teochew, le longyang et le zhenan ont une intelligibilité mutuelle limitée avec la variété quanzhang. Des variantes comme celles de Datian, Zhongshan ou Qiong-Lei ont des liens linguistiques historiques avec le quanzhang mais sont significativement différents en termes de phonologie, de vocabulaire et ont donc quasiment aucune intelligibilité mutuelle. Les linguistes les classent parfois comme des langues min séparées. Dans le Sud-Ouest du Fujian, les variétés de Longyan et de Zhangping forment une division distincte de minnan.

Quanzhang[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Hokkien et Taïwanais.

Le dialecte de Quanzhang (泉漳片, quánzhāng piàn) est la variété principale de minnan. Il est parlé autour des villes de Xiamen, Quanzhou et Zhangzhou dans le Sud du Fujian. Il y a des variations mineures de prononciation et de vocabulaire entre le parler de Quanzhou et celui de Zhangzhou. La grammaire est la même.

Le taïwanais est un mélange des trois variétés du Fujian et est considéré comme une langue régionale non-officielle à Taïwan. Le taïwanais du nord est plutôt basé sur le dialecte de Quanzhou tandis que le taïwanais dans le sud est plutôt basé sur le dialecte de Zhangzhou. Les contacts entre le taïwanais et le japonais a laissé quelques emprunts dans la langue taïwanaise.

Le puxian est basé sur le dialecte de Quanzhou mais il a été influencé par le min oriental, perdant éventuellement son intelligibilité avec le minnan. Les variantes parlées dans la province du Zhejiang et le hokkien parlé aux Philippines sont également comparables à la langue parlée à Quanzhou. Dans les communautés d'origine chinoise à Penang, en Malaisie, à Medan et en Indonésie, le hokkien est basé sur le dialecte de Zhangzhou.

Chaoshan[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Teochew (dialecte).

Dans l'Est du Guangdong, le dialecte de Chaoshan (潮汕片, cháoshànpiàn) comprend les parlers teochew et swatow. Il est marginalement compris par les locuteurs de hokkien[3], bien qu'ils partagent quelques cognats. Il suit la même grammaire, mais la prononciation et le vocabulaire sont significativement différents. Il trouve ses origines dans le proto-putian (闽南语古莆田话), un sous-dialecte du proto-minnan — qui est très lié au parler de Quanzhou. Alors que les locuteurs de proto-putian émigraient de la préfecture de Putian vers la région de Chaoshan, ils ont reçu ultérieurement l'influence du dialecte de Zhangzhou.

Le teochew compte un nombre significatif de locuteurs dans la diaspora chinoise en Asie du Sud-Est, en particulier en Malaisie, en Thaïlande, au Cambodge, au Vietnam, à Sumatra et au Kalimantan occidental. Le minnan parlé autour de Shanwei et de Haifeng diffère significativement du teochew et serait issu d'une migration ultérieure depuis Zhangzhou. Linguistiquement, ce dialecte se situe entre le teochew et l'amoy de Xiamen.

Qiong-Lei[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Hainanais.

Le dialecte de Qionglei (琼雷片, qióngléipiàn) est une variété éloignée du hokkien qui est parlé sur la péninsule de Leizhou et dans le sud de l'île de Hainan. Il partage des racines linguistiques historiques avec le hokkien. Toutefois, il a évolué en une langue distincte à cause de l'éloignement géographique. Avec le temps, ces parlers ont subi des changements drastiques aux initiales, y compris une série de consonnes implosives, dont l'origine est attribuée aux contacts avec les langues autochtones, notamment les langues tai-kadai. Il a perdu une grande partie de son intelligibilité mutuelle avec le hokkien et le teochew[réf. nécessaire]. Le hainanais est classé avec le minnan dans certains systèmes et séparément dans d'autres[réf. nécessaire].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Contrairement au mandarin, le minnan ne possède pas de fricatives labio-dentales (v ou f) mais dispose d'une occlusive vélaire voisée (g) et d'une occlusive labiale voisée (b). Il a aussi conservé certaines consonnes finales dont le coup de glotte. Il possède des voyelles nasales. Les tons sont au nombre de 7 ou 8 ; le sixième ton a été remplacé par des deuxième et septième tons. Deux de ces tons, le quatrième et le huitième, sont réservés aux syllabes se terminant par des consonnes. Le sandhi tonal est très présent.

Les langues minnan n'ont pas de forme écrite standardisée. Les locuteurs de ces langues apprennent à lire le mandarin standard à l'école. Récemment, un nombre croissant de locuteurs s'est intéressé au développement d'un système d'écriture standardisé (en utilisant les sinogrammes ou une écriture en caractères latins)[réf. nécessaire].

Finales
IPA a ap at ak ã ɔ ɔk ɔ̃ ə o e i ɪɛn
Pe̍h-ōe-jī a ap at ak ah aⁿ ok oⁿ o o e eⁿ i ian eng
TLPA révisé a ap at ak ah aN oo ok ooN o o e eN i ian ing
TLPA a ap at ak ah ann oo ok oonn o o e enn i ian ing
Pumindian (普闽典) a ap at ak ah na oo ok noo o o e ne i ien ing
PSDB (普實台文) a ab/ap ad/at ag/ak aq/ah va o og/ok vo oi oi e ve i ien eng
DT (台語通用拼音) a ap at ak ah ann/aⁿ or ok onn/oⁿ o o e enn/eⁿ i ian/en ing
zhuyin ㄚㆴ ㄚㆵ ㄚㆶ ㄚㆷ ㆦㆶ ㄧㄢ ㄧㄥ
Exemple (caractères traditionnels)[4]













Exemple (caractères simplifiés)[4]













Finales
IPA ɪk ĩ ai au am ɔm ɔŋ ŋ̩ u ua ue uai uan ɨ ũ
Pe̍h-ōe-jī ek iⁿ ai aiⁿ au am om m ong ng u oa oe oai oan i uⁿ
TLPA révisé ik iN ai aiN au am om m ong ng u ua ue uai uan ir uN
TLPA ik inn ai ainn au am om m ong ng u ua ue uai uan ir unn
Pumindian (普闽典) ik ni ai nai au am om m ong ng u ua ue uai uan i nu
PSDB (普實台文) eg/ek vi ai vai au am om m ong ng u ua ue uai uan i nu
DT (台語通用拼音) ik inn/iⁿ ai ainn/aiⁿ au am om m ong ng u ua ue uai uan i unn/uⁿ
zhuyin ㄧㆶ ㄨㄚ ㄨㆤ ㄨㄞ ㄨㄢ
Exemple (caractères traditionnels)[4]












Exemple (caractères simplifiés)[4]












Initiales
IPA p b m t n l k g h tɕi ʑi tɕʰi ɕi ts ʣ tsʰ s
Pe̍h-ōe-jī p b ph m t th n nng l k g kh h chi ji chhi si ch j chh s
TLPA révisé p b ph m t th n nng l k g kh h zi ji ci si z j c s
TLPA p b ph m t th n nng l k g kh h zi ji ci si z j c s
Pumindian (普闽典) b bb p bb d t n lng l g gg k h zi li ci si z l c s
PSDB (普實台文) p b ph m d t n nng l k g q h ci ji chi si z j zh s
DT (台語通用拼音) b bh p m d t n ng l g gh k h zi r ci si z r c s
zhuyin ㄋㆭ
Exemple (caractères traditionnels)[4]




















Exemple (caractères simplifiés)[4]




















Tons
IPA a˥˥ a˥˧ a˨˩ ap˩˩
at˩˩
ak˩˩
aʔ˩˩
a˧˥ a˥˧ a˧˧ ap˥˥
at˥˥
ak˥˥
aʔ˥˥
Pe̍h-ōe-jī a á à ap
at
ak
ah
â á ā a̍p
a̍t
a̍k
a̍h
Revised TLPA
TLPA
a1 a2 a3 ap4
at4
ak4
ah4
a5 a2 (6=2) a7 ap8
at8
ak8
ah8
Pumindian (普闽典) ā ǎ à āp
āt
āk
āh
á ǎ â áp
át
ák
áh
PSDB (普實台文) af ar ax ab
ad
ag
aq
aa aar a ap
at
ak
ah
DT (台語通用拼音) a à â āp
āt
āk
āh
ǎ á ā ap
at
ak
ah
zhuyin ㄚˋ ㄚᒻ ㄚㆴ
ㄚㆵ
ㄚㆶ
ㄚㆷ
ㄚˊ ㄚˋ ㄚ⊦ ㄚㆴ
ㄚㆵ̇
ㄚㆶ̇
ㄚㆷ̇
Exemple (caractères traditionnels)[4]





Exemple (caractères simplifiés)[4]





Speak Hokkien[modifier | modifier le code]

Speak Hokkien (anglais : Speak Hokkien Campaign ; chinois traditionnel : 講福建話運動 ; Pe̍h-ōe-jī : Kóng Hok-kiàn-ōe Ūn-tōng) est un mouvement social international voué à la revitalisation de la langue hokkien. La campagne a été lancée en ligne par certains orateurs hokkien de Penang, en Malaisie[5], et est déterminé à maintenir et à étendre l'utilisation du hokkien[6].

La campagne conteste l'idéologie qui associe la langue avec l'identité individuelle à celle qui associe la langue avec le territoire pour revitaliser les domaines qui ont été prises en charge par le mandarin et anglais.

Exemples[modifier | modifier le code]

Le disque de Voyager a emporté un échantillon du minnan de Xiamen (amoy). On y entend une locutrice saluer en minnan :

« 太空朋友,恁好。恁食飽未?有閒著來阮遮坐哦!

Thài-khong pêng-iú, lín-hó. Lín chia̍h-pá--bē? Ū-êng, to̍h lâi gún chia chē--ô·!

Amis de l'espace, bonjour. Avez-vous déjà mangé ? Si vous avez le temps, venez nous rendre visite ! »

Annexes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Consulter le Wiktionnaire rédigé en minnan.

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de la page de Wikipédia en anglais intitulée « Southern Min » (voir la liste des auteurs).

  1. Ethnologue code « nan ».
  2. HUANG GUO CAI ZHU, Chinese language, Xiamen, Fujian Education Publishing House, (ISBN 7533469518)
  3. (en) « Minnan/ Southern Min », sur Ethnologue, (consulté le 10 juin 2018)
  4. a b c d e f g et h Seul le sinogramme coloré en rouge foncé contient le phonème en question.
  5. (en-US) « 年輕人上載公益短片 網上推廣講福建話|中國報 », 中國報 China Press,‎ (lire en ligne).
  6. (en) « About Speak Hokkien Campaign », Speak Hokkien Campaign.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • David Prager Branner, Problems in Comparative Chinese Dialectology — the Classification of Miin and Hakka, Berlin, Mouton de Gruyter, coll. « Trends in Linguistics series, no. 123 », (ISBN 3-11-015831-0)
  • Raung-fu Chung, The segmental phonology of Southern Min in Taiwan, Taipei, Crane Pub. Co, (ISBN 957-9463-46-8)
  • (en) Jean DeBernardi, « Linguistic nationalism: the case of Southern Min », University of Pennsylvania, Philadelphia, vol. 25,‎ (OCLC 24810816, lire en ligne)
  • Sinitic Grammar, Oxford, Oxford University Press, (ISBN 0-19-829977-X) "Part V: Southern Min Grammar" (3 articles).

Liens externes[modifier | modifier le code]