Petit Futé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Petit Futé
logo de Petit Futé
Logo du Petit Futé, dont la version actuelle date de 2006[1], représente un renard, réputé rusé.

Création 1976
Siège social Paris
Drapeau de France France
Société mère Nouvelles Éditions de l’Université
Effectif 150 (en 2010)[2]
Site web http://www.petitfute.com/

Chiffre d’affaires 17,6 millions d'euros (en 2016)

Le Petit Futé est un groupe d'édition français et une collection de guides touristiques français et internationaux, éditée par les Nouvelles Éditions de l’Université.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le premier guide est publié à Nancy en 1976[2] par Dominique Auzias, bientôt rejoint par ses anciens camarades du lycée Pierre-de-Fermat de Toulouse qui ont poursuivi leurs études à HEC et à l'ICN : François Delay, Jean-Paul Labourdette[3] et Thierry Théron. Leur première idée est de répertorier dans un guide touristique les adresses, bons plans et conseils astucieux pour profiter des ressources de la ville ; le Petit Futé est ainsi un des premiers « city guides » français.

Afin de poursuivre son développement, en 1982, le groupe crée des filiales dans les pays francophones, misant ainsi sur la Belgique et le Canada[4]. Son offre se développe avec la création de collections en Russie en 1996[4], puis d'une filiale chinoise en 1999[4]. Le dernier marché est celui de la Pologne, avec une ouverture en 2006[4].

En parallèle, le Petit Futé se lance, en 2000, dans l’aventure[style à revoir] Internet avec son site, qui compte aujourd'hui[Quand ?] plus de 5,5 M de visiteurs par mois[réf. souhaitée].

En 2004, le groupe achète la maison d’édition Publibook (éditions à compte d’auteurs)[5]. En 2010, il fait l'acquisition la Société des écrivains, éditeurs numériques[5]. La même année, le groupe investit dans les Éditions Déclics, créées en 2002[6].

En 2006, naissance du Petit Futé Magazine, bimestriel dédié aux vacances, aux loisirs et aux week-ends.

En 2014, les Nouvelles Éditions de l’Université – Le Petit Futé – comptent parmi les premiers groupes d’éditions indépendants français avec plus de 733 titres à leur catalogue.

Le Petit Futé lance MyPetitFuté en 2016, un service permettant de composer son propre guide de voyage en fonction de ses envies[7],[8],[9].

Collections du Petit Futé[modifier | modifier le code]

Le groupe publie 200 guides pour la France et 300 guides pour l'étranger[2], regroupés en différentes collections : les city-guides (villes françaises), les guides Départements de France, les guides régions de France, les country-guides (destinations à l'étranger), les city-guides monde (capitales et villes étrangères), les city-trips (pour des séjours urbains, branchés et de courte durée), les thématiques et les carnets de voyage. Le Petit Futé propose également une collection de livres sur les thématiques liées au tourisme, à la gastronomie ou à l'histoire. Il est également décliné en un magazine dédié aux vacances, voyages et loisirs associé à un site Internet ou des applications.

L'ensemble de la collection est éditée par les Nouvelles Éditions de l’Université.

Multimédia[modifier | modifier le code]

Nintendo DS[modifier | modifier le code]

En 2008, le Petit Futé étend son offre à la Nintendo DS en proposant 200 destinations dans Travel & Play, développé par Neko Entertainment et distribué par Bigben Interactive[10].

Readers, applications, eBooks[modifier | modifier le code]

Après les guides numériques à feuilleter sur iPhone/iPad (Readers), le Petit Futé lance en septembre 2010 sa première application sur iPhone. Ainsi, début 2013, sont proposées plus de 1 500 applications sur 6 OS différents[11] et compte plus de 10 millions de téléchargements[réf. souhaitée].

En parallèle et dès 2011, le Petit Futé investit le domaine de l’eBook. Aujourd’hui, le groupe propose plus de 1 200 guides numériques et plus de 3 000 eBooks et revendique d'être à ce jour No 1 des ventes d’eBooks touristiques et pratiques en France et sur l’ensemble du marché francophone. 2014 voit naître les « Ebook futés », version physique de ces guides numériques.[réf. nécessaire][12],[13]

Polémiques[modifier | modifier le code]

En 2008, lors de la parution de l'édition du Petit Futé Afghanistan, Eric Chevalier (porte parole du ministre des affaires étrangères) s'est indigné face aux propos tenus dans le livre et à ce qu'il considérait comme un encouragement à se rendre dans le pays, étant selon lui très dangereux et comme faisant partie de la "liste rouge" des pays déconseillés aux voyageurs. Le directeur de collection du Petit Futé, Dominique Auzias dit ne pas comprendre cette polémique affirmant que le guide "N'incite personne à y aller" et que "Ce n'est pas de la provocation". [14]

En aout 2010, un journaliste algérien a accusé le Petit Futé d'avoir porté une "grave atteinte à l'image de l'Algérie". Le Petit Futé a répondu ne pas comprendre ces reproches. Le journaliste Mourad Kezzar a affirmé que le guide de l'Algérie était "une agression contre un peuple et un pays". En effet, le Petit Futé est ainsi accusé d'avoir terni l'image de l'Algérie au travers de certaines phrases comme "il est toujours normal pour un homme algérien de lever la main sur sa femme". Les auteurs de cette édition du Petit Futé affirment ne pas comprendre les accusations : "Ce guide a plus de deux ans, c'est sa quatrième édition, il a été relu par nous et validé par le bureau de la censure des autorités algériennes". [15]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Livres-Hebdo, supplément au no 635, 3 mars 2006, p. 10.
  2. a, b et c « La caisse des dépôts investit dans Le Petit Futé », L'Expansion.com,‎ (lire en ligne).
  3. « Presse Edition :: Entretien avec Jean-Paul Labourdette, co-fondateur,Président de Petit Futé », sur www.presseedition.fr (consulté le 24 janvier 2018)
  4. a, b, c et d Groupe Petit Futé, « La société Petit Futé », sur le site du Petit Futé - www.petitfute.com (consulté en août 2014).
  5. a et b Isabelle Ficek, « Le « Petit Futé » déniche les bonnes adresses du monde entier », Les Échos,‎ (lire en ligne).
  6. Didier Hemardinquer, « Déclics en Lorraine », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).
  7. « Le Petit Futé invente le guide de voyage sur mesure », Challenges,‎ (lire en ligne)
  8. [1], tourmag.com
  9. « Guides sur-mesure à composer soi-même : le Petit Futé vise 1 million de ventes par an en France », Quotidien du tourisme,‎ (lire en ligne)
  10. « Petit futé Travel & Play : le premier guide de voyage sur Nintendo DS », Agence française pour le jeu vidéo, 18 mars 2008.
  11. iOS, Androïd, Windows, Bada, Palm, Blackberry.
  12. « Jean-Paul Labourdette - Le Petit Futé : "Numériser nos guides, c'est une anticipation d'un mode de consommation qui va se développer" », Atlantico.fr,‎ (lire en ligne)
  13. « Pourquoi les guides touristiques restent incontournables », Challenges,‎ (lire en ligne)
  14. « Le guide touristique qui fait polémique », leparisien.fr,‎ 2008-09-12cest07:00:00+02:00 (lire en ligne)
  15. Le JDD, « Le Petit Futé accusé en Algérie », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant, paramètre « date » manquant (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]