Mochi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Mochi
Image illustrative de l’article Mochi
Gâteaux de riz gluant : mochi

Autre nom
Lieu d’origine Japon
Place dans le service Gâteau
Ingrédients Riz gluant

Le mochi (?, gâteau) est une préparation à base de riz gluant, appelé mochi gome (糯米/もち米?, « riz gluant »), qui accompagne de nombreuses recettes au Japon. On l'appelle dango mochi ou simplement dango (団子?) lorsqu'il prend la forme de boulettes. Le mochi est obtenu par pétrissage de riz gluant cuit, qui prend alors l'aspect d'une pâte particulièrement visqueuse.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le mochi serait apparu au Japon vers la fin de la période Jōmon, il y a environ 2 000 ans, introduit d'Asie du sud-est en même temps que la riziculture. À l'époque de Heian, il y a environ 1 300 ans, c'était un élément indispensable des fêtes et des offrandes religieuses. À l'époque de Muromachi, il y a environ 700 ans, il a trouvé sa place dans la composition des pâtisseries japonaises avec le développement de la cérémonie du thé[1].

La recette serait d'origine chinoise et sert de base au niangao (salé), cáobǐng (草饼, « gâteau d'herbes »), perle de coco ou au tāngyuán (sucrés) en Chine continentale. Le mochi est connu à Taïwan sous le nom de môa-chî (en minnan) ou máshŭ en mandarin (麻糬 ou 𫃎糬), depuis la colonisation japonaise (1895-1945).[réf. nécessaire].

Usages[modifier | modifier le code]

On consomme le mochi lors des grandes occasions et en particulier pendant les fêtes du Nouvel An. Sa préparation constitue un rite festif, et il est courant de voir fabriquer les mochi, en pleine rue, ou en public[2]. Le mochi est considéré comme le réceptacle de l'esprit des divinités, c'est pour cela que les jours de fête, les Japonais se rassemblent pour piler du riz et en faire des mochi[1].

Les Japonais mangent en moyenne un kilo de mochi par an, pour l'essentiel durant la première semaine de janvier[3].

Au Japon, l'expression « peau de mochi » désigne une peau douce et ferme mais rebondie. On pourrait l'assimiler à notre expression « peau de bébé », à la différence que « peau de mochi » s'applique uniquement aux femmes et possède une forte connotation sexuelle[réf. nécessaire].

Préparation et dégustation[modifier | modifier le code]

Le riz gluant (ou riz glutineux) est d'abord cuit à la vapeur. Puis il est écrasé dans un mortier traditionnel appelé usu (?), ou alors de façon plus moderne, à l'aide d'une machine à mochi. Ainsi battu, il prend l'aspect d'une pâte gluante et élastique un peu plus ferme que celle du pain occidental[réf. souhaitée][1].

Les mochi sont ensuite façonnés à la main, prenant alors la forme ronde, ou bien la pâte est étendue puis découpée en forme de petits pavés. Auparavant ou à ce stade, ils peuvent être assaisonnés en surface ou dans la masse (thé, sucre…), et consommés aussitôt.

La préparation est longue et demande beaucoup de travail, surtout pour écraser le riz. Cette étape de la préparation est même une cérémonie traditionnelle au Japon, appelée mochitsuki (餅つき/餅搗き?).

Les mochi sont utilisés dans des plats liquides, tel que la soupe, la fondue (nabe) ou pot-au-feu (oden), directement ou éventuellement grillés. Enfin une pâte obtenue par le même procédé, et soufflée au four, est utilisée dans la confection des senbei.

Préparations utilisant du mochi[modifier | modifier le code]

Les préparations à base de riz gluant mochi (?, riz gluant) :

Danger du mochi[modifier | modifier le code]

Du fait de sa grande viscosité, les étouffements sont fréquents[4]. La consommation rapide et abondante de mochi provoque chaque année quelques morts au Japon, notamment au Nouvel An[5],[6]. Ainsi, début 2015, neuf personnes sont mortes et 128 ont été hospitalisées après avoir mangé des mochi, contre deux en 2014 et quatre en 2013, pour la plupart des personnes âgées[3].

Selon les chiffres du département des pompiers de Tokyo, plus de cent patients sont en moyenne hospitalisés chaque année pour des asphyxies dues à des mochi[7]. Entre 2006 et 2009, à Tōkyō, 18 personnes sont mortes étouffées par un mochi[7].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « « Mochi » : l’aliment indispensable pour bien commencer l’année au Japon », Le b.a.-ba du Japon, sur Nippon.com, (consulté le 30 janvier 2019).
  2. « Mochi, le riz gluant des douceurs japonaises », Vivre le Japon (consulté le 10 août 2018).
  3. a et b « Japon : neuf personnes meurent en mangeant des gâteaux de riz du Nouvel An », blogue Big Browser, sur Le Monde, le .
  4. (en) « Boy was among 4,000 annual choking deaths », Kyodo, Japan Times, le .
  5. (en) « Elderly choke on yearend delicacy », Japan Times, le .
  6. (en) « Four choke to death on “mochi” », Kyodo, Japan Times, le .
  7. a et b « Un gâteau traditionnel tueur au Japon », Slate, le .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :