Chris Cornell

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Chris Cornell
Description de cette image, également commentée ci-après
Chris Cornell en 2009.
Informations générales
Nom de naissance Christopher John Boyle
Naissance
Seattle (Washington)
Drapeau des États-Unis États-Unis
Décès (à 52 ans)
Détroit (Michigan)
Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité principale Chanteur, musicien, producteur
Genre musical Grunge, hard rock, metal alternatif, rock alternatif, soul, rhythm and blues, pop rock, folk rock
Instruments Guitare, batterie, harmonica, banjo
Années actives 1984-2017
Labels Sub Pop
A&M
Site officiel Site officiel

Christopher Cornell, dit Chris Cornell, né Christopher Boyle le à Seattle dans l’État de Washington et mort par suicide le à Détroit dans le Michigan, est un chanteur et musicien de rock américain.

Il est notamment connu du grand public pour être le chanteur et guitariste rythmique des groupes Soundgarden, Temple of the Dog et Audioslave, ainsi que pour avoir composé la chanson You Know My Name, utilisée pour la bande originale du film de James Bond Casino Royale (2006).

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Chris Cornell naît et grandit à Seattle. Il est le fils d'Edward Boyle, un pharmacien catholique d'origine irlandaise et de Karen Cornell, une comptable juive. Il a deux grands frères, Peter et Patrick, ainsi que trois petites sœurs, Katy, Suzy et Maggie. Chris et ses frères et sœurs choisirent le nom de leur mère après le divorce de leurs parents[1]. Il est scolarisé dans l'école catholique Christ the King. Pendant son année de 6e, il participe à un concert où il chante pour la première fois en public une chanson anti-guerre des années 60 : One Tin Soldier (en)[2]. L'année suivante alors qu'il est sur le point d'être renvoyé, sa mère le retire de l'école car sa curiosité pose problème en classe. « En tant que jeunes qui ont une curiosité naturelle et la moitié d'un cerveau vous commencez à chercher des incohérences qui sont abondantes dans la religion organisée ». Il prend alors ses distances avec cette religion[3]. Il se définit comme un enfant difficile, indépendant, rebelle, échappant à la surveillance de ses parents, rêvant de devenir footballeur professionnel et souffrant de dépression depuis l'âge de 11 ans[4]. « Je disparaissais dans la nature de bon matin sans prévenir pour nager dans les lacs du coin, escalader les murs, saccager des choses diverses »[5].

Vue de la baie depuis le Ray's Boathouse (en)

A l'âge de 6-7 ans, Cornell découvre Hey Jude des Beatles. « Cela m'a fait ressentir des choses que je n'avais pas ressenti avant. Sorte d'euphorie étrange »[6]. Il trouve dans le sous-sol abandonné d'un voisin quinze disques du groupe et les écoute pendant plus d'un an[7]. « Il n'y a pas eu de moment décisif où j'ai pensé Wow, je veux faire ça. Ce n'était pas là du tout. Cela m'a juste fait du bien[6]... Les Beatles furent mon premier amour »[8]. Sa scolarité est chaotique car il s'ennuie en classe et est souvent absent. Il fréquente plusieurs établissements dont le Shorewood High School (en) dans la ville de Shoreline qu'il quitte en 4e à l'âge de 15 ans[9], reprochant à l'école d'uniformiser les élèves et de ne pas y trouver sa place[7]. Cornell grandit dans un quartier difficile où circule la drogue et dès l'âge de 13 ans devient consommateur. C'est à cette période que ses parents divorcent, eux-mêmes victimes de troubles liés à l'alcool[10]. « Ce fut le moment le plus difficile de ma vie. Je suis passé d'un usage toxicomane quotidien à 13 ans à une mauvaise expérience de la drogue et à cesser d'en consommer à l'âge de 14 ans, puis je n'ai plus eu d'amis jusqu'à 16 ans. Il y a eu deux années où j'étais plus ou moins agoraphobe, je n'avais aucun contact avec personne, je ne parlais à personne, je n'avais pas d'amis du tout. Tous les amis que j'avais étaient encore dans cette foutue drogue et étaient des gens avec qui je n'avais vraiment rien en commun »[11].

Enfant, Cornell a pris des leçons de guitare et de piano. Avec les Beatles, ses goûts musicaux se tournent vers Lynyrd Skynyrd, Alice Cooper[6], Led Zeppelin, Black Sabbath, Rolling Stones, Elvis Costello[7]. À 15 ans, sa mère lui offre une caisse claire car depuis son enfance il frappe sur des objets. « Elle a dû comprendre qu'au moins je m'intéressais à autre chose que la drogue ou être un criminel »[4].

The Shemps (1983)

À 16 ans, il commence à envisager sérieusement la musique. Il prend des cours de batterie et créé son premier groupe dans son garage, The Jones Street Band, du nom de sa rue Jones Street jouant des titres de AC/DC, The Ramones, Sex Pistols[11]. Cornell travaille comme grossiste en fruits de mer, plongeur et comme sous-chef dans le restaurant Ray's Boathouse (en)[12]. Il se souvient qu'à 19 ans, « il m'est venu à l'esprit qu'il n'y avait aucune garantie qu'en tant que musicien je puisse avoir un quelconque succès financier, mais ça m'allait. [...] Je me souviens m'être fait la promesse que quoi qu'il arrive en termes de succès, j'allais être un de ces gars qui joue de la musique jusqu'à ce qu'il tombe mort »[13].

Pendant quatre ans il joue le soir dans les bars de Seattle. Il passe plusieurs auditions et intègre en tant que chanteur le groupe The Shemps où il rencontre le bassiste Hiro Yamamoto et le guitariste Kim Thayil mais le groupe se sépare après quelques concerts. Cornell reste en contact avec Hiro Yamamoto qui devient son colocataire. Après plusieurs jams avec Hiro et Kim Thayil, ils composent une quinzaine de titres et décident de créer un groupe : Soundgarden[11].

De leurs côtés Peter, Katy et Suzy Cornell ont formé le groupe Inflatable Soule[14], qui connut un succès modéré à Seattle durant les années 1990. Quant à Peter Cornell (en) il a continué une carrière de musicien[15].

Carrière[modifier | modifier le code]

Soundgarden (1984-1997)[modifier | modifier le code]

Soundgarden : les débuts (1984-1991)[modifier | modifier le code]

En 1984, Chris Cornell forme le groupe Soundgarden avec Kim Thayil et Hiro Yamamoto. À l'origine, Cornell est à la batterie et au chant, puis le groupe engage le batteur Scott Sundquist, afin que Cornell puisse se concentrer sur le chant. Sa voix de baryton de quatre octaves pouvant atteindre celle d'un ténor sera jugée comme une des plus grandes voix de sa génération[16],[17],[18]. Après un trimestre, Sundquist est remplacé par Matt Cameron, ancien batteur de Skin Yard et actuel batteur de Pearl Jam[19].« Les gens nous détestaient au début. Je montais sur scène sans chemise, je me fouettais les cheveux et j'étais généralement un jeune rockeur en sueur »[4].

Soundgarden (1987)

En 1987, le groupe signe chez Sub Pop, sortant les EPs Screaming Life et Fopp EP en 1988 (une combinaison des deux donne Screaming Life/Fopp en 1990). Bien que le groupe ait été courtisé par des majors, ils signent en 1988 chez le label indépendant SST Records pour enregistrer leur premier album, Ultramega OK (1988). Finalement, le groupe est déçu par la production de Drew Canulette et même s'ils aiment les chansons l'album ne sonne pas comme ils l'auraient souhaité[20]. Chris Cornell commence à composer à la guitare à cette période sans savoir en jouer. « Je n'avais aucune idée de la façon de jouer de la guitare, donc j'étais juste en train de l'inventer et d'écrire une chanson. Cela a fini par faire partie de ce qu'était notre son, ces chansons basées sur des compositions de guitare d'une personne complètement analphabète »[21]. Soundgarden devient l'un des groupes qui vend le plus d'albums sur un label indépendant post-punk tout en ayant un son particulier. « Nous avons réalisé que ce que nous faisions était spécial, différent de tout le monde, c'était notre combinaison d'influences qui incluait un côté hard rock assez agressif ». En 1990 le groupe est nommé aux Grammy Awards dans la catégorie Meilleure performance metal aux côtés de Metallica et Faith No More[22]. En 2017, l'album est réédité et mixé par Jack Endino qui avait réalisé les premières démos qui avaient plu au groupe[23].

En 1989, un deuxième album Louder Than Love sort chez la major A&M Records qui voit le groupe « prendre une direction plus metal populaire » selon Steve Huey d'AllMusic[24]. À cause des paroles de certaines chansons, en particulier Hands All Over et Big Dumb Sex, le groupe fait face à des problèmes pour faire distribuer l'album[25]. Hiro Yamamoto quitte le groupe avant la tournée[26].

Temple of the Dog, Badmotorfinger et Singles (1990-1992)[modifier | modifier le code]

Le , Andrew Wood, chanteur du groupe grunge Mother Love Bone et ami de Chris Cornell, meurt d'une overdose. Très affecté, ce dernier compose 2 titres pour lui rendre hommage : Reach Down et Say Hello 2 Heaven[11].« Je ne me souviens pas de l'enregistrement des démos, mais je me souviens des idées et de l’écriture des paroles parce qu’elles étaient vraiment différentes et impliquaient une personne réelle. Ce n’était pas quelque chose que je faisais d'habitude. J'écrivais d'habitude un personnage qui faisait partie de moi et qui avait une part de fiction. Mais ces paroles reflétaient spécifiquement Andy et mes sentiments à son sujet »[27]. Il enregistre les 2 titres avec deux musiciens de Mother Love Bone, Stone Gossard et Jeff Ament pour les sortir en single mais d'autres chansons naissent et le projet devient un album, Temple of the Dog qui sort le [28]. Sont également présents sur cet album de 10 chansons, le batteur Matt Cameron et le guitariste Mike McCready. Alors que les anciens membres de Mother Love Bone fondent un nouveau groupe, Mookie Blaylock qui deviendra ensuite Pearl Jam, ils engagent le chanteur Eddie Vedder. Ce dernier chante en duo avec Chris Cornell le titre Hunger Strike. A sa sortie, l'album connait un succès confidentiel mais est soutenu par la presse locale qui apprécie son style blues-rock[6],[29].

Logo du groupe tel qu'il apparait sur le compact disc

Le bassiste Ben Shepherd rejoint Soundgarden et le sort le troisième album Badmotorfinger dans un nouveau style musical[30]. L'album est l'un des 100 albums les mieux vendus en 1992[31]. Avec ce double disque de platine[32]et une nomination aux Grammy Awards, Soundgarden devient l'un des groupes les plus populaires de la scène grunge de Seattle aux côtés de Nirvana, Alice in Chains et Pearl Jam[33]. Ils partent en tournée nord-américaine et font la première partie du Use Your Illusion Tour des Guns N' Roses en Europe[34]. L'un des singles Rusty Cage est repris par Johnny Cash en 1996 sur son album Unchained. C'est le premier hommage que Cornell reçoit en tant que parolier[35],[36].

En 1992, le groupe participe au film Singles de Cameron Crowe, une comédie romantique tournée à Seattle avec Bridget Fonda et Matt Dillon dans le rôle d'un rockeur. Les membres des groupes Pearl Jam et Alice in Chains apparaissent également à l'écran et participent à la bande originale du film qui se vend à 2 millions d'exemplaires[37]. Soundgarden compose et interprète Birth ritual et Cornell le titre Seasons. Cornell, passionné de cinéma, écrit pour la première fois une chanson pour un film et en écrira 10 autres par la suite[38]. En tant qu'acteur il est pressenti pour jouer le rôle de Cliff Poncier interprété finalement par Matt Dillon[39] puis décline un rôle secondaire dans Usual Suspects de Bryan Singer en 1995[40]. Le titre Seasons fait partie des chansons fictives du chanteur Cliff Poncier. Le guitariste de Pearl Jam, Jeff Ament trouve les titres des chansons et Cornell décide de les écrire. Il enregistre 4 autres titres : Nowhere but you, Spoon Man, Flutter girl et Missing. « J'ai senti que les titres étaient brillants. Ils m'ont inspiré. Je n'aurais jamais écrit [Spoonman] ou les autres quatre titres qui faisaient partie de ça si les titres n'étaient pas convaincants »[41]. A cette période que Cornell estime comme la plus agressive de Soundgarden, il écoute de la musique plus acoustique, et notamment celle de Nick Drake et son album guitare-voix Pink Moon de 1972[42]. C'est sous cette influence qu'il écrit le titre Seasons, diffusé en radio. « J'ai enregistré Seasons dans un placard en 1990, j'ai toujours le microphone que j'utilisais, c'était juste deux pistes de guitare acoustique et deux pistes vocales, parce que tout ce que j'avais était un quatre pistes et c'était la seule façon dont ça se passait pour bien sonner »[13]. Les titres sont enregistrés sur une cassette appelée EP Poncier qui est commercialisée à 5 000 exemplaires[43]. Spoon Man qui n'est qu'une démo sera enregistré sur l'album Superunknown de Soundgarden en 1994 et Flutter girl figurera sur le premier album solo de Cornell, Euphoria Morning en 1999. En 2017, lors de la réédition de la bande-originale, ces 5 titres paraîtront ainsi que 2 autres inédits de Cornell : Ferry Boat et Score Piece[44].

A l'été 1992, grâce aux succès des albums Badmotorfinger et Ten de Pearl Jam, l'album Temple of the Dog ressort et le clip du single Hunger Strike est diffusé sur MTV. L'album se vend à 1 million d'exemplaires et se classe n°5 au Billboard 200[45],[46]. Chris Cornell et Eddie Vedder chanteront souvent cette chanson sur scène en duo jusqu'en 2014[47]. Elle atteint la 4e place au Billboard et évoque la crise existentielle que vivait Soundgarden à cette époque, craignant de devenir un groupe commercial[48].« Hunger Strike est une déclaration selon laquelle je reste fidèle à ce que je fais, peu importe ce qui en résulte, mais je ne changerai jamais ce que je fais à des fins de réussite ou d'argent »[27]. Chris Cornell partage également le duo avec Chester Bennington, chanteur du groupe Linkin Park lors de leur tournée commune en 2008[49].

Soundgarden : succès mondial (1994-1997)[modifier | modifier le code]
Les membres de Soundgarden (2012-2015) : Chris Cornell, Kim, Thayil, Ben Shepherd, Matt Cameron

En 1994, Soundgarden connaît un succès mondial avec leur 4e album Superunknown, un des plus gros succès critiques et commerciaux de l'année. Cet album plus ambitieux s'écoule à 9 millions d'exemplaires dans le monde, entre à la première place du Billboard 200[50] et gagne une paire de Grammy Awards, dont un pour la chanson phare Black Hole Sun, qui devient l'un des plus grands tubes rock des années 1990[51]. Pour les textes, très sombres, évoquant pour la plupart l'abus de substances, la dépression, le suicide, Cornell s'est inspiré de la poète Sylvia Plath[52]. En janvier commence une tournée mondiale qui débute par le Japon, l'Australie et la Nouvelle Zélande[53]où ils n'étaient jamais allés mais à la fin de l'année 1994, des médecins diagnostiquent chez Cornell une inflammation des cordes vocales. Soundgarden annule plusieurs concerts pour ne pas causer de dommages permanents à son chanteur[54]. Cornell écrit 3 titres pour Ozzy Osbourne, le chanteur de Black Sabbath qu'il refuse. Il les propose à Alice Cooper qui choisit Stolen Prayer et Unholy War pour l'album The Last Temptation sur lesquels Cornell pose sa voix[55]. Le titre Heartfist reste à l'état de démo non commercialisée sur laquelle Cornell joue de tous les instruments[56].

Le 5e album de Soundgarden, Down on the Upside sort en 1996 et se vend à 2,3 millions d'exemplaires[57]. Le groupe choisit de produire l'album et dès son écriture des tensions apparaissent au sujet de son orientation musicale, Cornell souhaitant contrairement à Thayil s'éloigner des riffs de guitare qui étaient jusqu'ici la marque du groupe[58]. Ils utilisent pour la première fois des instruments acoustiques comme un piano, une mandoline[59]. Malgré une bonne réception de la presse, Soundgarden annonce sa dissolution le après une tournée mondiale artistiquement chaotique. Avec cette séparation s'éteint le mouvement grunge : le suicide de Kurt Cobain a entraîné la dissolution de Nirvana, Pearl Jam boycotte la presse lors de la sortie de ses albums et rencontre des tensions au sein du groupe, le chanteur d'Alice in Chains souffre d'addiction aux drogues[60].

Carrière solo et Audioslave (1998-2011)[modifier | modifier le code]

Euphoria Morning (1999)[modifier | modifier le code]

À la suite de la séparation de Soundgarden, Chris Cornell commence une carrière en solo. Le premier titre qu'il édite est Sunshower qu'il écrit pour le film De grandes espérances (1998) de Alfonso Cuarón avec Ethan Hawke et Gwyneth Paltrow adapté du roman de Charles Dickens. « Il y a eu beaucoup de versions de ce film. Et je ne pense pas en avoir vu aucune avant de l'écrire. J'avais le livre et j'avais vu tous les autres films et j'avais une idée de base de l'histoire »[61]. La chanson est diffusée en radio[62].

Chris Cornell (2003)

Son premier album Euphoria Morning sort en 1999. Il est produit et co-écrit avec Natasha Schneider et Alain Johannes du groupe Eleven qui a souvent fait la première partie de Soundgarden[63]. Les trois artistes s'entourent de Josh Freese à la batterie, Alan Jones (rythme) et Alexis Lemoine (lead) aux guitares. On doit à ce dernier la version française du single Can't change me. L'album, pourtant bien accueilli par la critique, ne connaît pas le succès des disques de platine de Soundgarden, malgré une tournée en Amérique et en Europe où Eleven l'accompagne sur scène[64] mais se classe n°18 au Billboard 200 et s'écoule à près de 500 000 exemplaires[65]. La chanson Can't change me est nommée aux Grammy Awards 2000 dans la catégorie Grammy Award de la meilleure prestation rock. Deux autres titres sont enregistrés en collaboration avec Natasha Schneider et Alain Johannes mais n'apparaissent pas sur l'album : Heart of Honey et Someone to die for (reprise en 2004 dans Spider-man 2). L'album ressort en 2015 sous son titre initial Euphoria Mourning. « C'était un album assez sombre et dépressif et je traversais une période difficile dans ma vie - mon groupe était dissolu, mon mariage s'effondrait et je compensais tout ça en buvant beaucoup trop. [...] Donc j'ai intitulé l'album Euphoria Mourning, mais juste avant la sortie du disque je faisais des interviews, à la radio par exemple si vous dites Euphoria Mourning, l'auditeur ne sait pas s'il s'agit de mourning (deuil) avec un u ou morning (matin) sans u. Et ça a commencé à me déranger ». Son manager lui conseille de choisir morning. Il accepte puis regrette, trouvant Euphoria mourning plus poétique[13]. Sur cet album figure la chanson Wave Goodbye dédiée à son ami Jeff Buckley disparu en 1997. La mère de ce dernier, Mary Guibert le sollicite afin de participer à la conception du deuxième album du chanteur Sketches for My Sweetheart the Drunk qui sort en 1998 à titre posthume. En 2011, Chris Cornell se produit seul sur scène en tournée acoustique avec à ses côtés le téléphone rouge de Jeff Buckley donné par sa mère[66],[67].

Audioslave et James Bond (2000-2006)[modifier | modifier le code]
Chris Cornell en concert avec Audioslave au Festival de Jazz de Montreux 2005

En 2000, le chanteur rejoint le groupe Audioslave, formé autour des musiciens de Rage Against the Machine avec Tom Morello a la guitare, Brad Wilk à la batterie et Tim Commerford à la basse. Le groupe se sépare en février 2007, malgré quelques singles marquants et trois albums. La même année, Cornell forme le groupe Black Market Radio avec Keith Mannino à la basse, Topher Mohr à la guitare et John Hummel à la batterie[68].

En 2006, il signe avec David Arnold le titre You Know My Name, chanson du film Casino Royale, le premier James Bond avec Daniel Craig. La production cherche une chanson et un chanteur qui reflètent la nouvelle direction dramatique du film. Cornell accepte étant un fan de Sean Connery et de Paul McCartney (Live and Let Die), devenant ainsi le premier chanteur américain à chanter pour un James Bond[69]. Selon son souhait la chanson ne figure pas sur la bande originale du film « parce que pour moi, c'était comme une chose à part. Cette chanson thème de James Bond. Je me sentais aussi comme auteur-compositeur... Je ne voulais pas être en quelque sorte isolé dans ce monde. Mais ce n'est pas la même chose en termes de connection émotionnelle. J'ai eu beaucoup de chance avec Casino Royale car il était basé sur le premier livre du monde Fleming qui a le personnage en lui et c'est le personnage quand il est encore un être humain et il n'a pas encore développé cette extérieur platine qui est impénétrable, il est une personne amoureuse qui a des doutes et des crises existentielles. J'ai donc pu écrire une chanson avec des aspects de l'histoire qui étaient intéressants et plus qu'un simple super espion qui va botter le cul de tout le monde »[38]. La chanson est récompensée aux Satellite Award, aux World Soundtrack Awards, est nominée aux Grammy Awards et paraît sur son deuxième album Carry On en 2007.

En l'absence de tournée pour le troisième album d'Audioslave, Chris Cornell écrit des chansons pour son deuxième album solo et se produit pour la première fois en concert acoustique dans des petites salles. « J'ai passé ce temps à écrire. Il y a quelques chansons que j'avais écrites au cours de la dernière année et demie. Et le reste [du disque solo] l'a été ces derniers mois. Je le fais plus ou moins pour m'amuser - c'est en quelque sorte comme mon hobby. J'ai beaucoup de chansons maintenant, certaines d'entre elles pourraient probablement être des chansons d'Audioslave, mais dans l'ensemble, avec autant de chansons qui sont complètement différentes de tout ce que nous avons fait en tant qu'Audioslave, j'ai décidé qu'il était temps de faire un autre disque »[70],[71],[72].

Carry on, Scream et Songbook (2007-2011)[modifier | modifier le code]

En février 2007, Chris Cornell déclare quitter Audioslave « à cause de conflits personnels internes et de divergences musicales [...]. Je souhaite le meilleur pour l'avenir des trois membres restants »[73]. « Audioslave a été une expérience formidable. Nous avons réalisé trois excellents albums »[74]. En mai sort la chanson Disappearing Act qu'il a composée pour le film Bug de William Friedkin avec Ashley Judd et Michael Shannon[75].

Chris Cornell (2011)

Le , paraît son deuxième album solo Carry On produit par Steve Lillywhite (U2, Dave Matthews Band, Peter Gabriel) et enregistré entre autres avec les guitaristes Gary Lucas (Jeff Buckley) et Brian Ray (Paul McCartney). L'album se classe n°17 au Billboard 200 la semaine de sa sortie[76] et la presse salue la diversité musicale des titres allant du blues, de l'électronique, de la soul, de la folk au rock alternatif ainsi que la diversité vocale du chanteur[77],[78]. Avec des textes plus apaisés que sur son premier album, le musicien revient à un son plus proche de celui de Soundgarden. « Je dois vraiment écrire des chansons plus lourdes orientées riff, ce que je n'ai pas fait depuis longtemps. C'était excitant »[74]. Y figurent une étonnante reprise de la chanson Billie Jean de Michael Jackson, qui est le fruit d'un pari avec son épouse[79] et un inédit dans les versions anglaises et japonaises Roads We Choose[80]. Pour l'accompagner dans sa tournée mondiale de 18 mois, il fait passer des auditions et recrute les guitaristes Peter Thorn et Yogi Lonich, le bassiste Corey McCormick et le batteur Jason Sutter (en). « J'avais besoin de trouver des musiciens qui pourraient avoir une vue d'ensemble, qui pourraient avoir la sensibilité de certains de mes trucs solo plus doux ou plus arrangés ainsi que la nature agressive de certaines de mes chansons dans des groupes…. »[80]. Pendant sa tournée, il partage notamment certaines scènes avec Aerosmith et Linkin Park[81],[82]. Son premier best of est édité, The Roads We Choose – A Retrospective (en), composé de 17 titres et extraits de ses albums solos et de ceux de Soundgarden, Temple of the Dog et Audioslave[83].

En 2008, Cornell contacte le producteur de hip-hop Timbaland (Madonna, M. Pokora, Nelly Furtado, Justin Timberlake, Keri Hilson) afin de remixer certains titres de Carry on. Timbaland, étant un admirateur de son premier album Euphoria morning, ils décident de travailler ensemble et enregistrent l'album Scream en six mois[84]. Il sort en 2009, est composé de quatorze chansons qui semblent ne pas s'arrêter, entre le hip-hop et la pop, incitant Cornell à chanter et écrire différemment. L'album déconcerte la critique et son public rock[85]. Il se classe n°10 au Billboard 200 et devient l'album solo du chanteur le mieux classé[76]. S'ensuit une tournée américaine et européenne passant par la France où Cornell se produit à La Cigale et en première partie de Lenny Kravitz[86]. Cornell a déclaré que musicalement c'était le projet le plus ambitieux auquel il avait participé[87]. « Je veux juste m’amuser avec la musique... et si je m’en inspire, alors quelqu’un d’autre le sera... Si vous entrez dans un coin confortable, où vous faites ce que vous faisiez auparavant, vous pouvez vous enfermer dans ce coin et y rester et vous avez terminé. Ça ne m’arrivera jamais ».

En 2009, il interprète la chanson Promise sur Slash, l'album solo du guitariste Slash paru en avril 2010[88]. Le , le site Amazon met en ligne Promise, une chanson écrite du point de vue d'un père s'adressant à ses enfants. Le , le chanteur annonce que « Les vacances de 12 ans sont finies, c'est la rentrée. Inscrivez-vous. Les Knights of the SoundTable sont de retour ! »[89], annonçant la réouverture du fanclub (les Knights of the Soundtable) de Soundgarden et une remise en valeur du catalogue du groupe sur le web, interprété comme un retour du groupe. Cette réaction fut un des facteurs de la reformation du groupe[90].

Chris Cornell (2012)

À partir de 2009, Chris Cornell se produit à Los Angeles lors de concerts acoustiques en solo intitulés Songbook. L'envie est venue à la suite d'une version de Like Suicide de Soudgarden en acoustique pour un film. « Plutôt que Soundgarden ne fasse une version acoustique, j'en ai juste fait une à la maison avec quelques guitares. Vous réalisez que les chansons peuvent être complètement différentes acoustiques. Sur cet air, en tant que guitariste, j'ai joué des choses complètement différentes »[91]. En 2011, il tourne en Amérique du Nord, en Australie et en Amérique du sud. En novembre Chris Cornell sort son 1re album live acoustique Songbook. Il contient des titres extraits des albums solo du chanteur mais également des titres de Temple of the Dog, Audioslave, Soundgarden, Thank You de Led Zeppelin et Imagine de John Lennon. Deux titres sont inédits : Cleaning My Gun et The Keeper écrit pour le film Machine Gun de Marc Forster avec Gerard Butler et Michelle Monaghan. Adapté des mémoires de Sam Childers (en), le film raconte son voyage au Soudan afin de protéger les enfants des armées rebelles et de construire un orphelinat. « C'était un peu stressant le concept de 'Qui suis-je pour écrire une chanson au sujet de quelque chose que je n'ai pas vécu'[...][61]. Le sentiment était que si Sam Childress... S'il était Woody Guthrie et qu'il écrivait une chanson, quelle serait cette chanson? Parce que les chansons de Woody Guthrie étaient très simples et très directes comme l'est Sam, et très réalistes. J'ai pensé qu'il pourrait écrire une chanson qui serait une sorte de dédicace aux enfants pour qui il a risqué sa vie de nombreuses fois pour essayer de les protéger. Donc dans un sens ma perspective, quand je la chante ou l'écoute est que c'est sa chanson »[38]. La chanson obtient une nomination aux Golden Globes. La même année Cornell participe au documentaire de Cameron Crowe, Pearl Jam Twenty (en), qui célèbre les 20 ans de Pearl Jam[38]. En 2012 et 2013, Songbook Tour tourne également en Europe[92].

Soundgarden et Higher truth (2012-2017)[modifier | modifier le code]

Soundgarden (2014)

16 ans après leur séparation, Soundgarden sort en 2012 leur 6e album studio King Animal. Le titre Live to Rise (en) fait partie de la bande originale du film Avengers de Joss Whedon[93].

Le , afin de célébrer sa réélection, le président Barack Obama invite Cornell au bal du Commander-in-Chief. Accompagné de sa guitare acoustique, il interprète quelques titres puis il intervient de nouveau avec Soundgarden au bal inaugural[94].

En , Jimmy Page, le guitariste de Led Zeppelin publie son autobiographie et Chris Cornell l'interviewe lors d'une séance publique à Los Angeles. A cette occasion, Cornell se souvient d'avoir entendu le groupe pour la première fois à la radio lorsqu'il était enfant et combien le groupe l'a inspiré dans la carrière de Soundgarden. Pour lui, Jimmy Page est le plus grand guitariste de tous les temps[95],[96].

En 2015, Chris Cornell sort son 4e album studio Higher Truth produit par Brendan O'Brien (Pearl Jam, Bruce Springsteen) dans la veine intimiste de ses concerts acoustiques[97]. Cornell aborde une nouvelle forme d'écriture en composant avec une guitare acoustique, comme il avait commencé pour l'album Temple of the Dog[35]. Cornell explique dans une interview qu'il a probablement l'idée de faire un album acoustique depuis le début des années 90 lorsqu'il a écrit le titre Seasons. Les albums qui l'ont influencé sont « Pink Moon de Nick Drake ou Nebraska de Bruce Springsteen, des albums presque sans production, des albums faits maison. Un autre disque qui m'a vraiment ému quand j'ai commencé à me lancer dans des albums plus dépouillés en 1989, était Songs Of Pain de Daniel Johnston. Des paroles très mélodiques, incroyables, très personnelles et assez drôles, mais aussi très déprimantes parfois »[13]. S'ensuit une tournée en Amérique du nord, en Europe et en Amérique du sud avec en première partie le bluesman Fantastic Negrito[98]. Cornell est accompagné du musicien multi-instrumentiste Bryan Gibson (en). Il se produit notamment au Trianon à Paris et pour la première fois au Royal Albert Hall à Londres[99],[100]. Voulant se prouver à lui-même qu'il est « un vrai musicien en captivant un public avec une guitare acoustique », il trouve dans cette carrière solo un vrai public qui découvre une voix différente et la profondeur de ses textes, performances également saluées par la presse[101]. L'album se classe n°19 au Billboard 200 la semaine de sa sortie[76].

Chris Cornell (2015)

En 2016, pour le 25e anniversaire de la sortie de l'album Temple of the Dog, le groupe se reforme sans Eddie Veder à l'occasion de cinq concerts à l'automne[102],[103]. L'album ressort dans une version remastérisée contenant 2 cd[104].

Le 20 janvier 2017, le groupe Audioslave se reforme à l'occasion d'un concert anti-Trump à Los Angeles et n'exclut pas de remonter sur scène à certaines occasions[105].

Le 12 avril 2017, Chris Cornell participe à la première du film La Promesse de Terry George avec Christian Bale, Oscar Isaac et Charlotte Le Bon qui évoque le Génocide arménien. Il enregistre le titre The Promise (en) sur la bande-originale du film, travaillant pour la première fois avec un orchestre symphonique. Le film se déroulant en 1915, il ne souhaitait pas une musique avec des références modernes mais une musique davantage intemporelle. « C'est du point de vue de quelqu'un qui chante à un membre plus âgé de la famille qui n'est plus là mais qui était en quelque sorte un mentor. Et c'est un concept qui est lié à ce qu'il a appris sur la préciosité des photographies d'êtres chers pour les personnes qui ont souffert pendant le génocide, un sentiment parmi ceux qui ont été touchés qui transcende l'âge. Cela montre qu'une promesse a été faite à la génération plus âgée et en leur disant qu'ils sont l'inspiration ». Marié à une famille d'origine arménienne et sensibilisé par l'actualité en Syrie, le titre sort en single et les droits sont reversés à l'International Rescue Committee (organisme de bienfaisance qui répond aux crises humanitaires en aidant les victimes de conflit)[106]. À la suite de cette expérience le chanteur envisage de faire des concerts avec un orchestre symphonique[107]. En 2018, The Promise est nommée aux Grammy Awards et aux Satellite Awards.

Le 28 avril 2017, Soundgarden entame une tournée d'un mois aux Etats-Unis[108]. Depuis 2015, le groupe travaille sur leur 7e album et 7 chansons sont enregistrées[109],[110]. Chris Cornell meurt dans la nuit du 17 au 18 mai 2017 à l'âge de 52 ans, à Détroit (Michigan) dans sa chambre d'hôtel, après le concert du 17 mai au Fox Theatre[111].

Œuvres posthumes[modifier | modifier le code]

En , sort la première chanson de Cornell à titre posthume. Il met en musique deux poèmes de Johnny Cash : You Never Knew My Mind et I Never Knew Your Mind en une seule chanson qui a pour titre You Never Knew My Mind. Elle figure sur l'album hommage Forever Words (en) où différents artistes comme Kris Kristofferson, Elvis Costello, John Mellencamp chantent des poèmes de Johnny Cash. Cornell avait rencontré l'artiste dont il était un grand admirateur, notamment lorsque ce dernier avait repris Rusty Cage de Soundgarden en 1996. « J'ai rencontré [Cash] une ou deux fois dans ma vie [...]. Il a eu une telle influence sur moi en tant que musicien »[112].

Des affiches figurant Chris Cornell (2018)

En , sort la compilation Chris Cornell (en), sous la forme d'un coffret comprenant 4 CDs. Composé de 64 titres, le best of contient des chansons des différents groupes du chanteur, des titres solo, 11 titres originaux ainsi que des reprises (dont Nothing Compares 2 U de Prince et un mashup inédit des paroles de One de Metallica sur la musique de One de U2)[113],[114],[115]. Le single inédit When Bad Does Good[116] obtient le Grammy Award de la meilleure prestation rock en 2019 et le coffret celui du Grammy Award for Best Recording Package (en) en 2020[117],[118].

En , un 5e album studio du chanteur sort No One Sings Like You Anymore, Vol. 1. Enregistré en 2016, il contient 10 reprises dont des titres de John Lennon, Janis Joplin, Prince. Il a été entièrement conçu par l'artiste qui joue de tous les instruments et est mixé et produit par Brendan O'Brien[119],[120]. D'après son épouse Vicky Cornell « Son choix de reprises donne un regard personnel sur ses artistes préférés et les chansons qui l'ont touché. Il avait hâte de le sortir ». Préalablement, le , à l'occasion de son anniversaire, paraît en single une reprise de la chanson Patience des Guns N'Roses. La chanson est accompagnée d'un clip en hommage au chanteur[121]. C'est le 1re titre solo de Chris Cornell à atteindre la 1re place du classement Mainstream Rock[122].

Vie privée et mort[modifier | modifier le code]

En 1990, Chris Cornell épouse Susan Silver (en), la manager d'Audioslave, d'Alice in Chains et de Soundgarden, avec qui il a une fille, Lillian Jean, en juin 2000. Il divorce en 2004 et épouse Vicky Karayiannis (en grec moderne : Βίκυ Καραγιάννης), une attachée de presse d'origine grecque. De cette union naît sa seconde fille, Toni, en septembre 2004, et un fils, Christopher Nicholas, en décembre 2005[123]. Le couple vit entre Los Angeles et Paris où ils deviennent les propriétaires du restaurant le Black Calavados pendant une dizaine d'années[7],[124]. En 2012, ils créent la Chris and Vicky Cornell Foundation pour la protection de l'enfance[125],[126].

Chris Cornell meurt dans la nuit du 17 au à l'âge de 52 ans, à Détroit (Michigan) dans sa chambre d'hôtel, après avoir donné un concert le soir du 17 mai au Fox Theatre[111]. Dans un communiqué envoyé à l’Associated Press, son agent Brian Bumbery[111] indique qu'il est mort de « manière soudaine et inattendue »[127],[128]. Son garde du corps le retrouve inanimé dans la salle de bains, une bande d'exercice autour du cou[129].

La tombe de Chris Cornell au Hollywood Forever Cemetery

Quelques heures après l'annonce de sa disparition, les autorités indiquent que la cause du décès est un suicide par pendaison[130],[131]. Sa veuve, Vicky Karayiannis Cornell affirme qu'il n'avait pas l'intention de se suicider. Selon elle, Cornell luttait contre la dépression et la drogue, et s'en était éloigné une dizaine d'années auparavant. Il prenait de l'Ativan, un médicament prescrit contre l'angoisse[131]. « Quand on a parlé après le concert, j'ai remarqué qu'il mangeait ses mots, il était différent. Quand il m'a dit avoir pris un ou deux Ativan de plus, j'ai contacté la sécurité pour qu'ils le surveillent »[131]. Une avocate de la famille, Kirk Pasich, affirme que l'Ativan peut donner des idées suicidaires ou mener à la paranoïa ; elle indique : « la famille pense que lorsque Chris s'est tué, il ne savait pas ce qu'il faisait, et que des médicaments ou d'autres substances ont pu influencer son geste »[131].

Le corps de Chris Cornell est incinéré le [132]. Ses funérailles ont lieu le au Hollywood Forever Cemetery à Los Angeles[133]. Ses cendres sont enterrées près de la statue de son ami et guitariste Johnny Ramone[134].

Le le rapport d'autopsie du Wayne County Hospital de Détroit statue sur une mort par pendaison. Plusieurs substances médicamenteuses sont retrouvées dans son corps : Butalbital, Ativan, Pseudoéphédrine, norpseudoephedrine. Pour le médecin légiste, les doses de ces médicaments n'ont pas contribué à sa mort. « [...] le niveau de 200 ng/l d’Ativan dans le sang de Cornell était bien supérieur à la dose moyenne de 30 à 50 ng/l, il était également inférieur aux taux sanguins d’Ativan de 300 ng/l de ceux dont la mort est liée au médicament »[129].

En , Vicky Cornell déclare à The Detroit News être insatisfaite du rapport d'autopsie qu'elle juge incomplet, faisant naître ainsi des théories du complot dont elle et sa famille sont victimes. Ses avocats font appel à d'autres experts qui affirment que l'ingestion des médicaments a joué un rôle dans la mort du chanteur et a altéré ses facultés de jugement. Vicky Cornell souligne que son mari souffrait également d'une blessure à la tête mentionnée dans deux rapports cliniques qui n'apparaît pas dans le rapport d'autopsie. Elle et ses enfants portent plainte contre le docteur Robert Koblin pour avoir « de manière négligente et répétée, prescrit des substances psychotropes dangereuses » à Chris Cornell depuis septembre 2015 pour une douleur à l'épaule. « [M]on mari, qui avait lutté contre la dépendance aux opioïdes et à l'alcool à la fin des années 1990, avait admis à un ami qu'il avait rechuté en mars, deux mois seulement avant sa mort »[135],[136],[137]. Le docteur Koblin nie toute accusation de négligence et affirme que le chanteur était bien conscient des risques inhérents aux médicaments qu'il prenait pour traiter l'anxiété (Ativan, Oxycodone)[138]. En avril 2021, les deux partis concluent un accord confidentiel[139].

Discographie[modifier | modifier le code]

Soundgarden[modifier | modifier le code]

Chris Cornell sur scène à Lisbonne en 2009.

Temple of the Dog[modifier | modifier le code]

Audioslave[modifier | modifier le code]

Albums solo[modifier | modifier le code]

Chris Cornell en 2011 lors du Festival du film de Toronto.

EP[modifier | modifier le code]

Contributions et collaborations[modifier | modifier le code]

Bandes originales de film[modifier | modifier le code]

Chris Cornell à la première du film Machine Gun (2011)

Utilisation dans les médias (cinéma, télévision et jeux vidéo)[modifier | modifier le code]

De nombreuses chansons composées par Chris Cornell pour ses albums solo ou pour ses autres groupes ont été reprises à travers différents médias.

Reprises de titres d'autres artistes[modifier | modifier le code]

icône haut parleur Audio externe
extrait de Billie Jean tirée de l'album live Chris Cornell: Unplugged in Sweden (2006).

Chris Cornell aimait lors de ses concerts reprendre certains titres d'autres artistes, pour les réinterpréter à sa façon à la guitare acoustique. On peut notamment citer sa reprise de Billie Jean de Michael Jackson, la chanson Imagine de John Lennon, Thank you de Led Zeppelin, Nothing Compares 2 U de Prince, The Times They Are a-Changin' de Bob Dylan, Don't let it bring you down de Neil Young, Trouble de Cat Stevens, To Love Somebody des Bee Gees, Lady Stardust de David Bowie, Better Man de Pearl Jam, Long As I Can See The Light du Creedence Clearwater Revival, (Sittin' on) The Dock of the Bay d'Otis Redding, Thunder road de Bruce Springsteen, I Will Always Love You de Whitney Houston, Hotel California des Eagles, la chanson One du groupe Metallica sous forme de mashup sur la musique de One de U2[100],[99],[150],[151],[152].

En 2006, sort en Suède Chris Cornell: Unplugged in Sweden, un album acoustique enregistré le à Stockholm sur lequel l'artiste reprend certains des titres ci-dessus avec d'autres de Audioslave, Soundgarden, ainsi que les chansons Redemption Song de Bob Marley ou Peace, Love, and Understanding d'Elvis Costello[153],[71].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Réalisateur
  • 2000 : Preaching the End of the World, video-clip

Hommages[modifier | modifier le code]

À l'annonce de sa mort, de nombreux artistes lui rendent hommage[128],[154],[155],[156],[157]. Un de ses amis, Chester Bennington, le chanteur du groupe Linkin Park, se donnera la mort de la même manière deux mois plus tard le 20 juillet 2017, le jour de l'anniversaire de Chris Cornell[158],[159]. À l'initiative de Vicky Cornell, une statue du chanteur (en) est inaugurée en octobre 2018 au Museum of Pop Culture de Seattle[160],[161].

Le , le concert I Am The Highway en hommage au chanteur a lieu au Forum à Los Angeles. Y participent les groupes Foo Fighters, Metallica, Melvins, les membres de Soundgarden, Audioslave et Temple of the Dog, les chanteurs Fiona Apple, Jerry Cantrell, William DuVall, Nikka Costa, Adam Levine, Jesse Carmichael, Jack Black, Geezer Butler, Ryan Adams, Taylor Momsen, Brandi Carlile, Perry Farrell, Juliette Lewis, Josh Homme, Miley Cyrus, Alain Johannes, Peter Frampton et Ziggy Marley[162].

Chansons

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Avec Soundgarden
En solo

Nominations[modifier | modifier le code]

Avec Audioslave
En solo

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Chris Cornell » (voir la liste des auteurs).
  1. Chris Cornell, who helped reignite hard rock in the 1990s with Soundgarden, dies at 52, sur latimes.com, consulté le 20 avril 2020
  2. Chris Cornell Interview, sur ultimate-guitar.com, consulté le 31 mai 2020
  3. Interview with Request magazine, October 1994, sur web.stargate.net, consulté le 2 mai 2020
  4. a b et c Chris Cornell interview: searching for the real Chris Cornell, sur loudersound.com, consulté le 29 septembre 2020
  5. ROCK. Trois ans après la mort du grunge, le groupe pionnier de Seattle revient à Paris jouer son nouveau CD. Soundgarden ou l'après-Seattle. En concert demain soir au Zénith (avec Sponge et Moby en première partie) CD «Down On The Upside» (A&M/Polydor), sur liberation.fr, consulté le 30 mai 2021
  6. a b c et d From the archives: Read a 1991 Times interview with Chris Cornell on the making of Soundgarden’s ‘Badmotorfinger’, sur latimes.com, consulté le 2 mai 2020
  7. a b c et d Chris Cornell: 'As a performer, I’m able to do what I want, sur theguardian.com, consulté le 2 mai 2020
  8. Chris Cornell Interview, sur ultimate-guitar.com, consulté le 9 juillet 2020
  9. Chris Cornell obituary, sur theguardian.com, consulté le 20 avril 2020
  10. Chris Cornell’s 2006 Interview on Audioslave, Addiction, and Reinventing Rock, sur spin.com, consulté le 9 octobre 2020
  11. a b c et d Chris Cornell: The Rolling Stone Interview, sur rollingstone.com, consulté le 2 mai 2020
  12. Remembering Chris Cornell: The quiet cook at Ray’s Boathouse who became a rock god, sur seattletimes.com, consulté le 13 mai 2020
  13. a b c et d The Life & Times of Chris Cornell, sur web.archive.org, consulté le 22 avril 2020
  14. (en) « Unsigned, Inflatable Soule Happy To Be Going On Its First Tour », Joe Ehrbar, Spokesman.com, 6 octobre 1995.
  15. Peter Cornell, sur maximumink.com, consulté le 19 septembre 2020
  16. 5 astonishing vocal tracks that prove Chris Cornell had the greatest voice of his generation, sur telegraph.co.uk, consulté le 22 avril 2020
  17. Chris Cornell has a mellow new soundgarden, sur nypost.com, consulté le 22 avril 2020
  18. Battle of the Baritones, sur web.archive.org, consulté le 22 avril 2020
  19. Soundgarden drummer joins Pearl Jam for tour, sur rollingstone.com, consulté le 7 mai 2020
  20. YEAH! I'M A MOODY BASTARD!, sur web.stargate.net, consulté le 13 octobre 2020
  21. Chris Cornell’s Full Ultramega Ok Hall of Fame Interview, sur decibelmagazine.com, consulté le 13 octobre 2020
  22. Soundgarden Nomination: The Growth Of Local Rock, sur archive.seattletimes.com, consulté le 20 avril 2020
  23. Chris Cornell on Ultramega OK’s essential reissue, new Soundgarden album and Audioslave reunion, sur musicradar.com, consulté le 13 octobre 2020
  24. (en) Huey, Steve. Louder Than Love. AllMusic, consulté le 22 juillet 2009.
  25. (en) Barber, Patrick. Soundgarden. Pit. 1990, consulté le 22 juillet 2009.
  26. Soundgarden's' Badmotorfinger at 25 : Kim Thayil looks back, sur rollingstone.com, consulté le 7 mai 2020
  27. a et b Temple of the Dog: An Oral History, sur rollingstone.com, consulté le 7 mars 2021
  28. How Temple of the Dog Helped Soundgarden and Pearl Jam Mourn, sur ultimateclassicrock.com, consulté le 7 mars 2021
  29. Temple of the Dog, sur web.archive.org, consulté le 7 mars 2021
  30. [Neely, Kim. Soundgarden: The Veteran Band from Seattle Proves There's Life After Nirvana], sur Rolling Stone, 9 juillet 1992, consulté le 22 juillet 2009
  31. [Lyons, James. Selling Seattle: Representing Contemporary Urban America. Wallflower, 2004. (ISBN 1-903364-96-5), page 136, consulté le 22 juillet 2009.
  32. Gold and Platinum Database Search, sur riaa.com, consulté le 7 mai 2020
  33. Il y a 25 ans, le grunge explosait, sur journaldemontreal, consulté le 7 mai 2020
  34. How Chris Cornell Blew Away Axl Rose Is Incredible, sur alternativenation.net, consulté le 7 mai 2020
  35. a et b Chris Cornell: No one complimented my lyrics until Johnny Cash did Soundgarden, sur loudersound.com, consulté le 8 mai 2020
  36. Chris Cornell couldn’t rewrite ‘Rusty Cage’ for Johnny Cash, sur abc.net.au, consulté le 8 mai 2020
  37. Certification, sur riaa.com, consulté le 2 juillet 2020
  38. a b c et d INTERVIEW | Chris Cornell on Making Music and Movies, sur indiewire.com, consulté le 23 juillet 2020
  39. Cameron Crowe on the singles soundtrack, Chris Cornell, sur rollingstone.com, consulté le 18 juillet 2020
  40. SOUNDGARDEN: SEATTLE'S SONIC BOOM, sur web.stargate.net, consulté le 9 juillet 2020
  41. Soundgarden's Chris Cornell on Superunknown, depression and Kurt Cobain, sur rollingstone.com, consulté le 9 juillet 2020
  42. Chris Cornell Flashback Q&A: 'We Have to Be Aware That Life Is So Short', sur yahoo.com, consulté le 18 juillet 2020
  43. Chris Cornell reveals solo classic Soundgarden almost recorded final interview, sur alternativenation.net, consulté le 18 juillet 2020
  44. Singles soundtrack to be reissued in May with 18 bonus tracks, new liner notes from Cameron Crowe, sur consequenceofsound.net, consulté le 2 juillet 2020
  45. Chris Cornell Weighs in on ‘Temple of the Dog’ Lawsuit, sur loudwire.com, consulté le 7 mars 2021
  46. Temple of the Dog, sur billboard.com, consulté le 7 mars 2021
  47. Flashback: Chris Cornell, Eddie Vedder’s Final ‘Hunger Strike’ Duet, sur rollingstone.com, consulté le 7 mars 2021
  48. Temple of the Dog, sur billboard.com, consulté le 8 mars 2021
  49. Flashback: Chester Bennington and Chris Cornell Sing ‘Hunger Strike’, sur ''rollingstone.com, consulté le 8 mars 2021
  50. Soundgarden's 'Superunknown' at 25: All the Songs Ranked Worst to Best. sur billboard.com, consulté le 22 juillet 2020
  51. Soundgarden's 20th Anniversary 'Superunknown' Concert to be Broadcast on Howard Stern (Exclusive), sur hollywoodreporter.com, consulté le 11 mai 2020
  52. 26 years agos : Soundgarden make their name with 'Superunknown', sur loudwire.com, consulté le 11 mai 2020
  53. Into the Unknown, sur rollingstone.com, consulté le 11 mai 2020
  54. Soundgarden's Kim Thayil talks 'Superunknown', touring with Nine Inch Nails, the group's unconventional legacy and more, sur tampabay.com, consulté le 11 mai 2020
  55. Alice Cooper on writing with Chris Cornell and how the last singer reminded him Paul MacCartney, sur billboard.com, consulté le 11 mai 2020
  56. Stolen Prayers, sur allmusic.com, consulté le 3 juin 2021
  57. SOUNDGARDEN SPLIT, sur web.stargate.net, consulté le 11 mai 2020
  58. SOUNDGARDEN, sur secondsmagazine.com, consulté le 11 mai 2020
  59. DOWN THE UPSIDE, sur web.stargate.net, consulté le 13 mai 2020
  60. The Rise and Fall of Grunge, sur latimes.com, consulté le 11 mai 2020
  61. a et b Interview: Chris Cornell on writing ‘The Keeper’ for ‘Machine Gun Preacher’ and music in film, sur uproxx.com, consulté le 23 juillet 2020
  62. Sunshower, sur rateyourmusic.com, consulté le 23 juillet 2020
  63. Chris Cornell AP interview, sur altpress.com, consulté le 23 juillet 2020
  64. What will happen to soundgarden after the sudden death of chris cornell, sur forbes.com, consulté le 22 avril 2020
  65. How ‘Euphoria Morning’ Gave Chris Cornell A Fresh New Start, sur medium.com, consulté le 20 juin 2020
  66. The Rusty Cage: Chris Cornell Talks Euphoria Morning in 1999 Interview, sur spin.com, consulté le 22 avril 2020
  67. SOUNDGARDEN’S Chris Cornell and Jeff Buckley, who died 20 years ago this month, had a strange connection — though they never met, sur news.com.au, consulté le 22 avril 2020
  68. (es) « Black Market Radio — Música gratuita. videos, conciertos, estadísticas y fotos », sur last.fm (consulté le ).
  69. Chris Cornell (formerly of Soundgarden & Audioslave) Talks About His Songwriting And His Album, Carry On, sur songwriteruniverse.com, consulté le 20 avril 2020
  70. CHRIS CORNELL WORKING ON SOLO LP — BUT DISMISSES RUMORS OF AUDIOSLAVE SPLIT, sur mtv.com, consulté le 26 novembre 2020
  71. a et b (en) « Chris Cornell Interview: ‘There’s always been a desire in me to keep the attention of a room full of people with just one stupid guitar and nothing else’ », independent.co.uk (consulté le 25 novembre 2020).
  72. Review: Chris Cornell Blows Minds In Sweden, Where Stripped-Down Performances Began, sur alternativenation.net, consulté le 25 novembre 2020
  73. CHRIS CORNELL TALKS AUDIOSLAVE SPLIT, NIXES SOUNDGARDEN REUNION, sur mtv.com, consulté le 27 novembre 2020
  74. a et b Chris Cornell to Carry On Without Audioslave, sur web.archive.org, consulté le 30 novembre 2020
  75. Chris Cornell tackles gospel, Michael Jackson on solo lp, sur metalunderground.com, consulté le 25 novembre 2020
  76. a b et c Chris Cornell, sur billboard.com, consulté le 24 novembre 2020
  77. Chris Cornell happy about life, love and music, sur chicagotribune.com, consulté le 29 novembre 2020
  78. A conversation with Chris Cornell, sur web.archive.org, consulté le 29 novembre 2020
  79. Michael Jackson remembered Chris Cornell on the power of Billie Jean, sur rollingstone.com, consulté le 20 avril 2020
  80. a et b A conversation with Chris Cornell, sur web.archive.org, consulté le 25 novembre 2020
  81. CHRIS CORNELL Hanging With AEROSMITH In Paris, sur blabbermouth.net, consulté le 30 novembre 2020
  82. Linkin Park and Chris Cornell at Vector Arena, sur nzherald.co.nz, consulté le 1 décembre 2020
  83. The Roads We Choose: A Retrospective, sur musicbrainz.org, consulté le 25 novembre 2020
  84. Grunge Pioneer Chris Cornell Tries Neo Soul, sur npr.org, consulté le 1er juin 2020
  85. Chris Cornell's dance album dismays rock fans, sur reuters.com, consulté le 29 avril 2020
  86. Chris Cornell : il a fait hurler le public de Lenny Kravitz, sur purepeople.com, consulté le 8 mai 2020
  87. CHRIS CORNELL's 'Scream' Cracks BILLBOARD's Top 10, sur blabbermouth.net, consulté le 29 avril 2020
  88. « Josh Freese confirme la présence de Chris Cornell et Iggy Pop sur l'album de Slash », musicradar.com.
  89. (en) « Twitter/Chris Cornell », sur Twitter.com, (consulté le )
  90. (en)« Soundgarden: Alive in the Superunknown », David Peisner, spin.com, 17 août 2010.
  91. How Soundgarden's Fearlessness was Inspired by the Beatles: Exclusive Chris Cornell Interview, sur ultimateclassicrock.com, consulté le 28 octobre 2020
  92. Jeff Miers: Chris Cornell delivers transcendent performance at UB, sur web.archive.org, consulté le 17 avril 2020
  93. Soundgarden - King Animal, sur lagrosseradio.com, consulté le 17 avril 2020
  94. Watch Chris Cornell perform president Obama in Commander in chief ball, sur loudwire.com, consulté le 9 mai 2020
  95. THE NIGHT CHRIS CORNELL INTERVIEWED JIMMY PAGE ONSTAGE, sur weareclassicrockers.com, consulté le 28 octobre 2020
  96. Chris Cornell Quizzes Jimmy Page About Led Zeppelin’s Glory Days, sur rollingstone.com, consulté le 28 octobre 2020
  97. Higher Truth, sur rollingstone.com, consulté le 17 avril 2020
  98. a et b Chris Cornell Collaborator Releases Tribute Song: ‘My Friend’s In Danger Now’, sur alternativenation.net, consulté le 9 septembre 2021
  99. a et b Chris Cornell, Royal Albert Hall, gig review: Soulful grunge godfather dazzles in the capital’s most stunning venue, sur independent.co.uk, consulté le 24 novembre 2020
  100. a et b CHRIS CORNELL @ LE TRIANON (22/04/16), sur rockurlife.net, consulté le 24 novembre 2020
  101. Chris Cornell Interview: ‘There’s always been a desire in me to keep the attention of a room full of people with just one stupid guitar and nothing else’, sur independent.co.uk, consulté le 8 mai 2020
  102. Watch Pearl Jam and Soundgarden supergroup Temple of Dog cover David Bowie, sur nme.com, consulté le 30 avril 2020
  103. Seattle celebrates Temple of the Dog — 25 years later, sur seattletimes.com, consulté le 30 avril 2020
  104. Review: Temple of the Dog Deluxe Reissue Showcases Grunge-Era Rarities, sur rollingstone.com, consulté le 30 avril 2020
  105. CHRIS CORNELL Doesn't Rule Out More AUDIOSLAVE Performances, sur blabbermouth.net, consulté le 24 novembre 2020
  106. Hear Chris Cornell’s Orchestral ‘The Promise’ From New Christian Bale Film, sur rollingstone.com, consulté le 24 novembre 2020
  107. Chris Cornell: Inside Soundgarden, Audioslave Singer’s Final Days, sur rollingstone.com, consulté le 24 novembre 2020
  108. Soundgarden Announce Summer 2017 U.S. Tour, sur spin.com, consulté le 24 novembre 2020
  109. Chris Cornell on Secret Folk Influences, Why He Feels Like Neil Young, sur rollingstone.com, consulté le 24 novembre 2020
  110. Chester Bennington : "On se souviendra de Chris Cornell comme l'une des plus grandes sources d'inspiration de notre époque", sur rtbf.be, consulté le 24 novembre 2020
  111. a b et c Sylvain Siclier, « Mort de Chris Cornell, la voix de Soundgarden », sur Le Monde.fr, .
  112. Hear Chris Cornell's cover of Johnny Cash's You never knew my mind, sur rollingstone.com, consulté le 18 juin 2020
  113. Remembering when Chris Cornell mashed up U2 song ‘One’ with Metallica’s ‘One’, sur faroutmagazine.co.uk, consulté le 15 juin 2020
  114. In IndyStar's last interview with Chris Cornell, he wanted his show to surprise everyone, sur eu.indystar.com, consulté le 15 juin 2020
  115. Chris Cornell: Chris Cornell - album review, sur loudersound.com, consulté le 20 avril 2020
  116. Hear Chris Cornell’s Previously Unreleased ‘When Bad Does Good’ From New Box Set, sur rollingstone.com, consulté le 24 novembre 2020
  117. Les Grammy 2019 ont rendu hommage à Chris Cornell, sur rollingstone.fr, consulté le 20 avril 2020
  118. Chris Cornell posthumously wins Grammy Best Recording Package, sur dailymail.co.uk, consulté le 20 avril 2020
  119. Chris Cornell’s Historic Voice and Great Ear Take Center Stage on the Covers LP, ‘No One Sings Like You Anymore’, sur rollingstone.com, consulté le 11 décembre 2020
  120. Q&A: Vicky Cornell On Chris Cornell’s Stunning, Moving Final Studio Album, sur forbes.com, consulté le 11 décembre 2020
  121. Chris Cornell : 'Patience', sa reprise inédite des Guns N'Roses en écoute, sur rocknfolk.com, consulté le 24 juillet 2020
  122. Chris Cornell’s ‘last fully completed’ album gets surprise release, sur seattletimes.com, consulté le 11 décembre 2020
  123. Cornell : mésentente pour l'héritage, sur rtbf.be, consulté le 27 avril 2020
  124. The untold truth of Chris Cornell, sur nickiswift.com, consulté le 8 mai 2020
  125. Chris Cornell Was a Rock Star and a Global Citizen, sur globalcitizen.org, consulté le 20 avril 2020
  126. (en) « Site officiel de la Chris and Vicky Cornell Foundation », sur Chris and Vicky Cornell Foundation (consulté le )
  127. (en) Alice Vincent, « Chris Cornell, Audioslave and Soundgarden singer, has died aged 52 », sur The Telegraph, .
  128. a et b « Le monde du rock rend hommage à Chris Cornell », 20 minutes.fr avec agences, 18 mai 2017.
  129. a et b Chris Cornell Autopsy Report: ‘Drugs Did Not Contribute’ to Death, sur rollingstone.com, consulté le 3 mai 2021
  130. (en) « CHRIS CORNELL's Official Cause Of Death: Suicide By Hanging », blabbermouth.net, 18 mai 2017.
  131. a b c et d « Mort de Chris Cornell : le médecin légiste conclut à un suicide par pendaison », Europe 1.fr avec AFP, 19 mai 2017.
  132. (en) Chad Childers, « Chris Cornell Cremated Ahead of Friday's Funeral », sur Loudwire.com, .
  133. (en) « Mourners and fans gather for Chris Cornell's memorial service », sur The Guardian.com,
  134. CHRIS CORNELL ASHES BURIED NEXT TO JOHNNY RAMONE, sur tmz.com, consulté le 24 avril 2021
  135. Chris Cornell widow rips probe year after Detroit death, sur eu.detroitnews.com, consulté le 3 mai 2021
  136. Suicide du chanteur de Soundgarden Chris Cornell : la famille poursuit son médecin, sur lefigaro.fr, consulté le 3 mai 2021
  137. JFK Investigator & Police React To Chris Cornell ‘Head Wound’ Conspiracy, sur alternativenation.net, consulté le 11 juin 2021
  138. Doctor for Late Soundgarden Singer Chris Cornell Moves to Dismiss Negligence Lawsuit, sur legalreader.com, consulté le 16 mai 2021
  139. Chris Cornell’s Family Settles With Doctor Who Prescribed Singer Drugs, sur rollingstone.com, consulté le 16 mai 2021
  140. Center for Disease Control Boys, sur web.stargate.net, consulté le 11 mai 2020
  141. THE CENTER FOR DISEASE CONTROL BOYS, sur jivetimerecords.com, consulté le 11 mai 2020
  142. (en) « Founder of Bugle Dies at 65 », sur flubugbugle.wordpress.com (consulté le 11 mai 2020).
  143. Chris Cornell co-writes song with fan, sur musicradar.com, consulté le 25 avril 2020
  144. Chris Cornell "I Promise It's Not Goodbye" In Honor of Sandy Hook Memory, sur artistdirect.com, consulté le 25 avril 2020
  145. Mad season to release live albums of reunion concert final show with Layne Staley, sur consequenceofsound.net, consulté le 25 avril 2020
  146. Hear Chris Cornell and daughter Toni duet on Prince's 'Nothing compares 2 U', sur rollingstone.com, consulté le 25 avril 2020
  147. Hear Toni Cornell's new song 'Father Away Places' produced by Chris Cornell, sur rollingstone.com, consulté le 22 juillet 2020
  148. Une chanson de la fille de Cornell, sur rtbf.be, consulté le 22 juillet 2020
  149. Hear Chris Cornell’s Rousing ‘Stay With Me Baby’ Cover for ‘Vinyl’, sur rollingstone.com, consulté le 12 décembre 2020
  150. Chris Cornell on David Bowie’s Evolution: ‘He Was an Inspiration’, sur rollingstone.com, consulté le 24 février 2021
  151. Flashback: Chris Cornell Plays Solo Acoustic ‘Better Man’, sur rollingstone.com, consulté le 24 février 2021
  152. Video: Soundgarden Vocalist Chris Cornell Covers Whitney Houston's "I Will Always Love You" at Obama Benefit, sur guitarworld.com, consulté le 24 février 2021
  153. (en) « Unplugged in Sweden », sur musicbrainz.org/ (consulté le )
  154. norahjones, « Norah Jones – Black Hole Sun (Detroit Fox Theatre 5.23.17) », (consulté le )
  155. « Red Hot Chili Peppers rend un émouvant hommage à Chris Cornell en reprenant "Seasons" », Julie T., Virginradio.fr (consulté le 20 mai 2017).
  156. (en) « Read Eddie Vedder's Moving Tribute to 'Older Brother' Chris Cornell », Jon Blistein, Rolling Stone.com, 6 juin 2017.
  157. (en) « Watch Eddie Vedder Shed Tears During “Black” Performance For Chris Cornell », Brett Buchanan, Alternativenation.net, 26 juin 2017.
  158. « Chester Bennington, le chanteur de Linkin Park, s'est suicidé », 20 minutes.fr, 20 juillet 2017.
  159. (en) « Chester Bennington’s Death Comes on Friend Chris Cornell’s Birthday », sur Variety,
  160. « Images de la statue de Chris Cornell », RTBF.be, 23 juillet 2018.
  161. La veuve de Chris Cornell porte plainte contre son médecin, sur lemonde.fr, consulté le 16 avril 2020
  162. Chris Cornell's Passion Dominates Star-Studded Tribute Show, sur rollingstone.com (consulté le 20 avril 2020).
  163. Tom Morello Details Why He Wrote The Garden of Gethsemane For Chris Cornell, sur iheart.com, consulté le 3 avril 2021
  164. Pearl Jam Finally Explain Chris Cornell Tribute Song, sur alternativenation.net, consulté le 3 avril 2021
  165. ALICE COOPER Presents Stevie Ray Vaughan Award To CHRIS CORNELL; Photos Available, sur blabbermouth.net, consulté le 8 mai 2020

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Corbin Reiff, Total F*cking Godhead: The Biography of Chris Cornell, Post Hill Press, , 1re éd., 384 p., relié (ISBN 978-1642932157)

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]