Robert Plant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Robert Plant
Description de cette image, également commentée ci-après

Robert Plant en 2010

Informations générales
Nom de naissance Robert Anthony Plant
Naissance (67 ans)
West Bromwich, Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Activité principale Auteur-compositeur, chanteur
Genre musical Hard rock, blues rock, folk rock
Instruments Chant, harmonica, guitare, basse, tambourin
Années actives depuis 1966
Labels Atlantic
Site officiel robertplant.com

Robert Plant (né le à West Bromwich, Royaume-Uni) est un chanteur et harmoniciste britannique. Il a été, de la formation du groupe en 1968 à sa dissolution en 1980, le chanteur et l'auteur de la plupart des textes des chansons de Led Zeppelin, avant de poursuivre sa carrière en solo et à travers diverses collaborations, notamment dans les années 1990 avec son partenaire Jimmy Page, avec qui il partage la paternité de la grande majorité du répertoire original du groupe de rock britannique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Robert Anthony Plant est né à West Bromwich, en Angleterre, son père Robert C. Plant est un ingénieur civil pour la Royal Air Force durant la Seconde Guerre mondiale[1], sa mère Annie Celia Plant (née Cain) est une Romanichelle[2]. Il grandit à Kidderminster, dans le Worcestershire et développe un intérêt certain pour la musique et le chant à un très jeune âge. Comme beaucoup d'adolescents anglais des années 1960, il est influencé par le blues de musiciens tels que Robert Johnson, Buddy Guy et Muddy Waters. Mais ses goûts sont aussi alimentés par les toutes nouvelles vedettes du rock 'n' roll américain, telles qu'Elvis Presley et Gene Vincent.

Durant les années 1960, il joue avec un certain nombre de groupes très orientés blues (The Crawling King Snakes, Listen, Slip) et enregistre avec eux trois chansons qui n'ont guère d'impact, soit I've Got a Secret, Laughing, Crying, Laughing et You'd Better Run. Il est aussi chanteur d'un groupe de Birmingham, Hobbstweedle, avec Bill Bonham, le cousin de John Bonham, puis Band of Joy, dans lequel jouait également John Bonham, futur batteur de Led Zeppelin.

En 1967, il enregistre quelques titres pour la maison de disques CBS, sans véritable succès, dont Our song.

Les années Led Zeppelin[modifier | modifier le code]

En 1968, Jimmy Page, alors guitariste du groupe Yardbirds, souhaite trouver de nouveaux musiciens pour respecter des engagements professionnels et former éventuellement le groupe dont il a toujours rêvé. À la suite d'une session avec Alexis Korner, Robert chante sur deux pièces, Steal Away ainsi que Operator sur laquelle il joue aussi la guitare acoustique et que l'on peut entendre sur l'album Alexis Korner - Bootleg Him! du label Castle Communication. La même année, Jimmy Page le remarque et lui demande de les rejoindre, lui et John Paul Jones, au sein des New Yardbirds. Il accepte et propose aussi son vieil ami le batteur John Bonham.

Une fois respectés les engagements de concerts pris par les New Yardbirds, le groupe sera rapidement renommé Led Zeppelin.

Ce groupe culte va, pendant plus de dix ans, tenir le haut de l'affiche en sortant de nombreux albums et en effectuant des tournées à travers le monde.

En 1979, Led Zeppelin enregistre ce qui sera le dernier opus, In Through the Out Door.

Carrière solo[modifier | modifier le code]

Le , après la mort de John Bonham, les membres de la formation décident de tout arrêter. Robert, après quelques années de silence, se lance dans une carrière solo, avec un premier album nommé Pictures at Eleven (1982). The Principle of Moments sort en 1983, suivi de Shaken 'n' Stirred en 1985, Now and Zen en 1988, Manic Nirvana en 1990 et Fate of Nations en 1993).

Le , Robert Plant participe au concert en hommage à Freddie Mercury, The Freddie Mercury Tribute, en interprétant le titre Innuendo ainsi que Crazy Little Thing Called Love en compagnie des membres du groupe Queen.

En 1994, Robert Plant et Jimmy Page se retrouvent pour l'album No Quarter: Jimmy Page and Robert Plant Unledded et s'embarquent pour une tournée internationale. Quatre ans plus tard, le duo récidive avec Walking into Clarksdale.

Ensuite, Robert Plant se retire partiellement et renaît de ses cendres en 2002, avec Dreamland, un nouvel album et un nouveau groupe, Strange Sensation.

En 2005 sort Mighty ReArranger, un album aux accents africains et electro qui rencontre un large succès aux États-Unis comme en Europe. Mighty ReArranger est annoncé à l'époque comme le meilleur album solo de Robert Plant.

En 2007, il sort un album de reprises avec Alison Krauss (chanteuse violoniste de bluegrass), Raising Sand. Ils effectuent ensemble une tournée mondiale durant l'année 2008. Ils remportent d'ailleurs le , lors de la 51e cérémonie des Grammy Awards à Los Angeles, quatre récompenses : « album de l'année », « enregistrement de l'année » pour Please Read the Letter, « meilleure collaboration vocale pop » pour Rich Woman et « meilleure collaboration vocale country » pour Killing the Blues[3].

Le , il participe à la reformation exceptionnelle de Led Zeppelin à l'occasion d'un concert caritatif en hommage à Ahmet Ertegün (fondateur d'Atlantic Records) à Londres. À l'issue de ce concert, unanimement salué par la critique et la profession, Robert Plant ne semble pas vouloir donner suite aux appels du pied de ses camarades afin de reformer le groupe, ni pour un album, ni pour une tournée, refusant notamment une offre de 100 millions de dollars de la part d'un promoteur.

Plant semble, en effet, vouloir se concentrer sur sa carrière solo. Après avoir longtemps évoqué l'enregistrement d'un second album avec Alison Krauss, le duo se sépare et Robert Plant lance un nouveau projet solo, baptisé Band of Joy en hommage au groupe de son adolescence dans lequel il joua avec John Bonham. Néanmoins, et mis à part le nom choisi pour ce treizième volet de sa carrière post-Zeppelin, il n'y a rien en commun entre cet album et le groupe du jeune Robert Plant. Ce dernier est le seul membre du groupe originel présent dans le projet, et le son psychédélique du groupe de 1968 fait place aux influences americana, déjà explorées avec Alison Krauss. Pour ce nouvel album, Robert Plant a d'ailleurs enrôlé le guitariste et arrangeur Buddy Miller, pierre angulaire du son de Raising Sand. L'album sort le .

En décembre 2008, il est fait Commandeur de l'Ordre de l'Empire Britannique par la reine d'Angleterre Elizabeth II en récompense de sa carrière artistique[4].

Toujours en 2008, il est élu « meilleure voix de l'histoire du rock » au cours d'un sondage réalisé auprès des auditeurs de la radio britannique Planet Rock[5]. Avec 10 % des votes, il devance Freddie Mercury, Paul Rodgers, Ian Gillan et Roger Daltrey et est classé à la 15e place des « 100 plus grands chanteurs de tous les temps[6] » du magazine Rolling Stone, tous styles musicaux confondus, hommes et femmes, mais se classe 5e parmi les chanteurs rock du palmarès où seuls le devancent Elvis Presley, John Lennon, Bob Dylan et Paul McCartney. Il est dans ce classement le signataire du texte hommage à Elvis Presley.

En 2011, les lecteurs de Rolling Stone le désignent « meilleur chanteur de tous les temps[7] ».

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Le , Robert épouse Maureen, une métisse anglo-indienne qu'il avait rencontrée trois ans plus tôt. Ils auront trois enfants : Carmen, Karac (décédé en ) et Logan Romero. Le couple divorce en .

En , Robert et Maureen survivent de justesse à un grave accident de voiture mais Robert en gardera des séquelles à une jambe. Plus tragique encore : en juillet 1977, son fils Karac meurt d'une maladie foudroyante.

En 1991, Plant a un fils, Jesse Lee, avec Shirley Wilson, la sœur de Maureen.

Discographie[modifier | modifier le code]

Avec Led Zeppelin[modifier | modifier le code]

Avec Led Zeppelin en 1977
Article détaillé : Discographie de Led Zeppelin.

Albums studio[modifier | modifier le code]

Albums live[modifier | modifier le code]

En solo[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Discographie de Robert Plant.

Albums studio[modifier | modifier le code]

Compilations[modifier | modifier le code]

Albums en collaboration[modifier | modifier le code]

  • 1968 : Bootleg him - Robert chante sur une pièce Operator Cet album sera réédité sous le titre A new generation of blues en 1991 sur BGO Records puis en 2001 sur Castle Music avec une autre pièce sur laquelle apparaît Robert plant, Steal Away.
  • 1984 : The Honeydrippers: Volume One (avec The Honeydrippers) avec Jimmy Page, Jeff Beck et Brian Setzer

Page & Plant[modifier | modifier le code]

Alison Krauss[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nigel Williamson, The Rough Guide to Led Zeppelin, Londres, Rough Guides Limited, 2007
  2. (en) « The Survivors: Robert Plant », GQ (consulté le 3 octobre 2015)
  3. (en) « 51st Grammy Awards - 2009 », Rock on the Net (consulté le 3 octobre 2015)
  4. (en) « Led Zeppelin's Robert Plant awarded CBE », The Guardian (consulté le 3 octobre 2015)
  5. (en) « Robert Plant voted 'greatest voice in rock' », NME (consulté le 3 octobre 2015)
  6. (en) « 100 Greatest Singers », Rolling Stone (consulté le 3 octobre 2015)
  7. (en) « Best Lead Singers of All Time », Rolling Stone (consulté le 3 octobre 2015)