Musique psychédélique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La musique psychédélique, parfois appelée psychedelia[1], couvre un large nombre de genres musicaux populaires influencés par le psychédélisme des années 1960, une sous-culture d'individus qui faisaient usage de drogues planantes comme le LSD, le cannabis, la mescaline et le DMT pour faire l'expérience d'hallucinations sensorielles.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Plusieurs éléments distinguent la musique psychédélique des autres éléments ; l'instrumentation dite exotique, comme en particulier la sitar et le tabla[2]. Les paroles sont souvent surréelles, mystiques et littéraires[3],[4]. Les morceaux comprennent également des segments instrumentaux ou des jams[5]. Les claviers sont très présents, en particulier pendant les années 1960, avec l'usage d'orgue électronique, d'harpsichords, ou du Mellotron[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

Timothy Leary, grand militant de l'usage du LSD dans les années 1960, ici en 1989.

Pendant la seconde moitié des années 1950, les grands de la Beat Generation comme William Burroughs, Jack Kerouac et Allen Ginsberg[7] parlent et prennent de la drogue, dont du cannabis et de la Benzedrine, dans l'objectif de les populariser[8]. Au début des années 1960, l'usage du LSD et d'autres drogues est privilégié, afin d'atteindre un état de conscience plus vaste, par Timothy Leary, Alan Watts, Aldous Huxley et Arthur Koestler[9],[10].

San Francisco verra émerger une scène musicale et des clubs folk, coffee houses et chaines de radio indépendantes[11]. La drogue est déjà répandue parmi les musiciens de jazz et blues, et, dans les années 1960, l'usage notamment du LSD[12], commence à s'accroitre parmi les musiciens de folk et rock[13]. l'un des premiers usages du terme « psychédélique » dans la scène folk se fait au sein du groupe The Holy Modal Rounders avec leur version de Hesitation Blues de Lead Belly en 1964[14]. Le guitariste folk/avant-gardiste John Fahey enregistre plusieurs morceaux dans les années 1960, qui font usage de techniques inhabituelles (bandes de cassettes jouées à l'envers, flute et sitar)[15]. The Great San Bernardino Birthday Party « a anticipé les éléments de la psychedelia avec ses improvisations nerveuses et ses accords de guitare bizarres[15]. »

Genres dérivés[modifier | modifier le code]

Hip-hop[modifier | modifier le code]

De La Soul, pionniers du hip-hop psychédélique.

Le hip-hop psychédélique émerge à la fin des années 1980 avec notamment De La Soul comme pionnier, avec leur album3 Feet High and Rising (1989). Des rappeurs bancs comme les Beastie Boys et leur double album Paul's Boutique (1989) se basent vers un son plus subtile, influencé par Curtis Mayfield et Pink Floyd. Dans les années 1990, plusieurs expérimentations se font et mêlent psychedelia et hip-hop. Les Jungle Brothers mêlent hip-hop et acid house sur I'll House You (1990) et A Tribe Called Quest font usage de samples de jazz sur I Left My Wallet in El Segundo[16]. Depuis la fin des années 1990, des artistes et groupes qui adoptent ce mélange incluent : RZA, The Roots, D'Angelo et Erykah Badu[17].

Musique électronique[modifier | modifier le code]

L'acid house émerge dans les années 1980 comme style de house music grâce aux DJs de Chicago comme DJ Pierre, Adonis, Farley Jackmaster Funk et Phuture. Il même éléments de house aux sons et basslines produits par le synthétiseur Roland TB-303, habituellement utilisé dans la musique psychédélique. En 1988, pendant la Second Summer of Love des milliers de fêtards viennent assister à l'événement. Le genre commence à pénétrer les charts pop britanniques avec des hits de M/A/R/R/S, S'Express, et Technotronic au début des années 1990, avant même la popularisation de la trance[18].

La trance vient des scènes techno et techno hardcore du début des années 1990. Elle se base sur de brefs morceaux de synthétiseurs répétés, accompagnés de quelques rythmiques minimales, et parfois d'un changement atmosphérique musical, qui donne un effet plus ou moins planant. Dérivée de l'acid house et de la techno, elle se dévleoppe en Allemagne et aux Pays-Bas avec des hits comme Energy Flash de Joey Beltram et The Ravesignal de CJ Bolland.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) C. Heylin, The Act You've Known For All These Years: the Life, and Afterlife, of Sgt. Pepper (London: Canongate Books, 2007), (ISBN 1-84195-955-3), page 85.
  2. (en) R. Rubin and J. P. Melnick, Immigration and American Popular Culture: an Introduction (New York, NY: New York University Press, 2007), (ISBN 0-8147-7552-7), pp. 162–4.
  3. (en) G. Thompson, Please Please Me: Sixties British Pop, Inside Out (Oxford: Oxford University Press, 2008), (ISBN 0-19-533318-7), page 197.
  4. V. Bogdanov, C. Woodstra and S. T. Erlewine, All Music Guide to Rock: the Definitive Guide to Rock, Pop, and Soul (Milwaukee, WI: Backbeat Books, 3rd edn., 2002), (ISBN 0-87930-653-X), pages 1322–1323.
  5. (en) M. Hicks, Sixties Rock: Garage, Psychedelic, and Other Satisfactions Music in American Life (Chicago, IL: University of Illinois Press, 2000), (ISBN 0-252-06915-3), pages 64–66.
  6. (en) D. W. Marshall, Mass Market Medieval: Essays on the Middle Ages in Popular Culture (Jefferson NC: McFarland, 2007), (ISBN 0-7864-2922-4), page 32.
  7. (en) J. Campbell, This is the Beat Generation: New York, San Francisco, Paris (Berkeley, CA: University of California Press, 2001), (ISBN 0-520-23033-7).
  8. (en) R. Worth, Illegal Drugs: Condone Or Incarcerate? (Marshall Cavendish, 2009), (ISBN 0-7614-4234-0), page 30.
  9. (en) Anne Applebaum, "Did The Death Of Communism Take Koestler And Other Literary Figures With It?", The Huffington Post, 26 janvier 2010.
  10. (en) « Out-Of-Sight! SMiLE Timeline » (consulté le 30 octobre 2011)
  11. R. Unterberger, Eight Miles High: Folk-Rock's Flight from Haight-Ashbury to Woodstock (London: Backbeat Books, 2003), (ISBN 0-87930-743-9), pages 11–13.
  12. (en) T. Albright, Art in the San Francisco Bay area, 1945–1980: an Illustrated History (University of California Press, 1985), (ISBN 0-520-05193-9), pages 166–169.
  13. (en) J. Shepherd, Continuum Encyclopedia of Popular Music of the World: Media, Industry and Society (New York, NY: Continuum, 2003), (ISBN 0-8264-6321-5), p. 211.
  14. M. Hicks, Sixties Rock: Garage, Psychedelic, and Other Satisfactions (University of Illinois Press, 2000), (ISBN 978-0-252-06915-4), pages 59–60.
  15. a et b Richie Unterberger, « The Great San Bernardino Birthday Party & Other Excursions — Album Review », AllMusic, Rovi Corp. (consulté le 25 juillet 2013)
  16. (en) J. DeRogatis, Turn On Your Mind: Four Decades of Great Psychedelic Rock (Milwaukie, Michigan: Hal Leonard, 2003), (ISBN 0-634-05548-8), pages 409–415.
  17. (en) J. DeRogatis, Turn On Your Mind: Four Decades of Great Psychedelic Rock (Milwaukie, Michigan: Hal Leonard, 2003), (ISBN 0-634-05548-8), pages 421.
  18. "Acid house", Allmusic