Mélisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la théorie de la musique
Cet article est une ébauche concernant la théorie de la musique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Chant syllabique pour la première moitié, puis trois mélismes sur le mot « Alleluia ».

En musique, un mélisme est une figure mélodique de plusieurs notes portant une syllabe[1]. Le style mélismatique s'oppose au style syllabique[1], dans lequel chaque syllabe du texte est chantée par une seule note. Le mélisme est le plus souvent une mélodie conjointe, donc formée de notes voisines.

Dans les mélodies traditionnelles, le mélisme naît de l'augmentation par broderie d'une mélodie initiale simple.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Les anciennes cultures utilisaient les techniques mélismatiques afin d'accéder à des états de transe hypnotique, ce qui était le but recherché dans certains rites initiatiques, par exemple les Mystères d'Éleusis, ou pour la contemplation mystique. On la retrouve de nos jours dans de nombreux types de chants religieux, juifs, hindouistes ou musulmans.

Pour la musique occidentale, le terme apparaît principalement dans le contexte du chant grégorien et des chants de troubadours, mais il peut être appliqué à la description de n'importe quel style de musique, comme la musique baroque ou le gospel.

De nos jours, le mélisme est couramment employé dans la musique populaire du Moyen-Orient, d'Europe centrale et des Balkans, ainsi que dans la musique classique indienne.

Tradition liturgique juive[modifier | modifier le code]

Dans la tradition juive, il est encore employé couramment de nos jours pour la lecture de la Torah, et dans le déroulement de la liturgie.

Dans le Texte massorétique, on voit apparaître les premiers mélismes à partir du VIIe siècle ou du VIIIe siècle.

Chant grégorien[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Mélisme du chant grégorien et Jubilus.

Un mélisme du chant grégorien est un mode d'ornementation extrême où une même syllabe est développée par plusieurs neumes, qui peuvent comprendre plusieurs incises.

Dans une pièce de chant grégorien, le style mélismatique amplifie une syllabe par des neumes composés, qui peut aller de quelques neumes à une phrase musicale complète.

Le jubilus a une signification liturgique. Selon les Pères de l'Église, la louange liturgique n'est pas humaine, c'est la louange céleste qui exprime la joie éternelle et divine. Cette joie est inexprimable, et pour la libérer de l'imperfection des mots, elle est représentée par un long mélisme sans paroles. Saint Augustin commente : « celui qui jubile ne peut s'exprimer par des mots ».

On trouve surtout des mélismes dans les différentes pièces de la messe : l'Alléluia en a toujours un ou deux (dans les premiers manuscrits), les graduels et les traits en ont généralement de nombreux (mais ils sont rarement chantés dans les liturgies modernes).

Exemple de mélisme d'Alléluia : vigile de Noël :

Alleluia Vigilia Nativitatis.png

Exemple de style mélismatique : dernière reprise du kyrie "Fons bonitatis" :

Kyrie Fons bonitatis.png

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Abromont 2001, p. 542

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Claude Abromont et Eugène de Montalembert, Guide de la théorie de la musique, Librairie Arthème Fayard et Éditions Henry Lemoine, coll. « Les indispensables de la musique », , 608 p. [détail des éditions] (ISBN 978-2-213-60977-5)