Sinéad O'Connor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sinéad O'Connor
Description de cette image, également commentée ci-après
Sinead O'Connor en 2014.
Informations générales
Nom de naissance Sinéad Marie Bernadette O'Connor
Naissance
Dublin (Irlande)
Décès [1] (à 56 ans)
Londres (Royaume-Uni)
Nationalité Drapeau de l'Irlande Irlande
Activité principale auteure-compositrice-interprète, musicienne
Genre musical rock celtique, musique folk, pop rock, pop, gospel, ballade, musique irlandaise
Instruments chant, guitare, piano, percussions et flûte irlandaise
Années actives 1986-2021
Labels Ensign (1987-1997)
Atlantic Records (2000)
Vanguard (2002-2005)
Chocolate and Vanilla (2005-)
Influences Bob Dylan[2]
David Bowie[2]
Bob Marley[2]
Siouxsie and the Banshees[2]
The Pretenders[2]
Site officiel sineadoconnor.com

Sinéad O'Connor (/ʃɪˈneɪd oʊˈkɒnəɹ/[3]), devenue Magda Davitt en 2017 puis Shuhada' Davitt ou Shuhada' Sadaqat en 2018, née le à Dublin et morte le à Londres[4],[5], est une auteure-compositrice-interprète et musicienne irlandaise.

Son premier album The Lion and the Cobra, incluant le single Mandinka, sort en 1987 et remporte un important succès en Europe et aux États-Unis. En 1990, sa reprise de Nothing Compares 2 U, chanson composée par Prince, est numéro un en Europe et aux États-Unis, et l'album attenant I Do Not Want What I Haven't Got s'écoule à 7 millions d'exemplaires dans le monde entier.

Artiste engagée[6], elle dénonce les abus sexuels perpétrés au sein de l'Église catholique sur les enfants, comme un mal endémique non sanctionné par la hiérarchie ecclésiastique[7],[8],[9],[10]. Elle publie en 2021 ses mémoires sous le titre Rememberings (« Souvenirs »)[11] ; le livre devient un best-seller outre-Manche.

En 2017, Sinéad O'Connor change son nom pour Magda Davitt. Lors de sa conversion à l'islam en 2018, elle modifie son nom et opte pour Shuhada' Sadaqat[12],[13]. Elle continue ensuite d'enregistrer et de jouer sous son nom d'artiste[14].

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et débuts[modifier | modifier le code]

Née à Dublin, Sinéad Marie Bernadette O'Connor est prénommée en référence à l'épouse du président irlandais Éamon de Valera, Sinéad de Valera, et à sainte Bernadette de Lourdes. Elle est la troisième d'une fratrie de cinq enfants composée de Joseph (devenu un romancier célèbre), Eimear, John et Eoin. Son père, Jack O'Connor, est un ingénieur qui abandonne son métier pour devenir avocat, et sa mère, Marie O'Connor, est femme au foyer. Ils divorcent lorsque Sinéad O'Connor a huit ans.

Les enfants les plus âgés vont vivre chez leur mère, et sont, selon les dires de la chanteuse, maltraités. Elle explique les traumatismes provoqués par celle-ci : « Elle me retirait mes vêtements et s'en prenait violemment à mon sexe, le torturant, lui crachant dessus. Ma mère a complètement bousillé mon rapport à la sexualité. »[15] La chanson Fire on Babylon retrace cette période.

En 1979, Sinéad O'Connor quitte sa mère et part vivre avec son père et sa nouvelle épouse. Ses vols et son absentéisme scolaire obligent son père à la placer dans un couvent de la Madeleine, dirigé par les Sœurs du Bon-Pasteur. Elle y apprend l'écriture et la musique. Elle en dira plus tard : « Je n'ai jamais vécu — et ne vivrai sans doute jamais — dans un tel état de panique, de terreur et de souffrance »[16].

En 1983, son père l'envoie à l'école de Newtown, un internat moins strict. Avec l'aide et l'encouragement de son professeur de langue irlandaise, Joseph Falvy, elle enregistre une maquette de quatre chansons, avec deux reprises et deux de ses propres chansons qui apparaîtront sur son premier album. En 1984, grâce à une petite annonce, elle rencontre Columb Farrelly. Ensemble, ils recrutent d'autres membres et forment un groupe appelé Ton Ton Macoute (baptisé du nom d'une milice haïtienne). Elle suit alors le groupe à Waterford, puis à Dublin et abandonne sa scolarité.

Le , sa mère meurt dans un accident de la route. Quelque temps plus tard, elle quitte le groupe et part à Londres.

Carrière[modifier | modifier le code]

Sinéad O'Connor signe son premier contrat musical avec la maison de disques Ensign Records. En 1986, elle enregistre sa première chanson Heroine (Theme From Captive), écrite avec The Edge, le guitariste de U2 pour la bande sonore du film de Paul Mayersberg, Captive.

Son premier album The Lion and the Cobra, sorti en 1987, est encensé par la critique[17]. Ses influences sont alors Bob Dylan, David Bowie, Bob Marley, Siouxsie and the Banshees et The Pretenders[2]. Les singles Mandinka et Troy rentrent dans les charts au Royaume-Uni.

Son second album I Do Not Want What I Haven't Got, publié trois ans plus tard, en 1990, rencontre un franc succès et devient très vite disque d'or. La chanson Nothing Compares 2 U, plage centrale de l'album, est une reprise d'un morceau de Prince et le vidéo-clip est filmé par John Maybury. Ce single devient numéro 1 dans plusieurs pays. En Irlande il atteint la première place en juillet 1990 et y reste pendant onze semaines. Il connaît un succès semblable au Royaume-Uni et en Allemagne.

Par la suite, Prince n’aurait pas apprécié une interview de la chanteuse au sujet de ce titre, et ils en seraient venus aux mains[18].

La même année, elle participe au concert gigantesque The Wall Live in Berlin, organisé par Roger Waters, ancien membre de Pink Floyd et auteur du concept-album The Wall, entièrement rejoué ce soir-là devant 300 000 personnes pour commémorer la chute du mur de Berlin. Sa voix, son look, son engagement politique font d'elle une artiste anticonformiste.

Sinéad O'Connor lors du festival interceltique de Lorient en 2013.

En 1991, elle contribue à l'hommage rendu à Elton John en interprétant la chanson Sacrifice sur l'album hommage Two Rooms: Celebrating the Songs of Elton John & Bernie Taupin. En 1992, elle travaille avec Peter Gabriel, elle chante sur les pièces Come Talk To Me et Blood Of Eden pour l'album Us. En 1993, elle contribue à la bande originale du film Au nom du père, agencée par Bono de U2, Gavin Friday et Trevor Jones. En 1994, elle sort un nouvel album Universal Mother (contenant Fire on Babylon). En 1996, elle participe à l'album de Rick Wright Broken China sur les chansons Reaching for the Rail et Breakthrough.

En 2000, elle enregistre Faith and Courage puis reprend les grands classiques des chansons traditionnelles irlandaises sur Sean-Nós Nua (2002). La même année, elle prête sa voix sur plusieurs chansons de l'album 100th Window de Massive Attack, ainsi que sur le titre Harbour de l'album 18 de Moby. Elle décide alors d'annoncer son retrait de la scène musicale pour se consacrer à ses études et notamment à la langue irlandaise.

En 2005, elle sort Throw Down Your Arms, un nouvel album de musique reggae enregistré à Kingston en Jamaïque aux côtés de Sly Dunbar et Robbie Shakespeare, dans lequel elle reprend entre autres des titres de Burning Spear, Lee Perry, Peter Tosh ou encore Bob Marley. Véritable surprise, cet opus sera accueilli avec enthousiasme par la critique.

En 2007, elle sort son huitième album, un double intitulé Theology, composé d'un disque acoustique « The Dublin Sessions » et l'autre électrique « The London Sessions ». Il contient la reprise d'un classique , "I Don't Know How to Love Him" de (Andrew Lloyd Webber/Tim Rice,

En 2012, elle publie l'album How About I Be Me (And You Be You)? qui semble être une réalisation où elle parle de ses souffrances l’ayant menée à des comportements risqués. L'album est bien accueilli par la critique[19].

Son dernier album studio, I'm Not Bossy, I'm the Boss, sort en 2014. Au début des années 2020, elle enregistre un nouvel album No Veteran Dies Alone avec le musicien David Holmes mais le projet est suspendu après le décès de son fils en 2022[20],[21],[22].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Mariages et descendance[modifier | modifier le code]

En 1990, Sinéad O'Connor a une courte aventure avec Anthony Kiedis, le chanteur et fondateur des Red Hot Chili Peppers, qu'elle quitte subitement ; il lui dédiera la chanson I Could Have Lied de l'album Blood Sugar Sex Magik. En 1991, elle se marie une première fois avec son producteur John Reynolds, avec qui elle a un fils, Jake (né en 1987). En 2001, elle épouse le journaliste Nicholas Sommerlad, dont elle divorce un an plus tard.

Elle aura successivement une fille, Roisin (née en 1995), avec le journaliste John Waters, puis un fils, Shane (né en 2004, décédé le [23]) avec le producteur Dónal Lunny et un dernier fils, Yeshua Francis Neil (en 2006) avec son ancien associé Frank Bonadio. Malgré ses mariages avec des hommes, elle se déclare lesbienne[24].

Le , elle devient grand-mère pour la première fois : Lia, la compagne de son fils Jake, donne naissance à un garçon.

En 2017, elle change son nom légal pour « Magda Davitt »[25],[26].

Controverses et engagement politique[modifier | modifier le code]

Le , lors de l'émission de télévision Saturday Night Live, elle déchire la photo du pape Jean-Paul II pour protester contre les abus sexuels sur mineurs dans l'église catholique[27]. L'incident a lieu dix ans avant que le pape Jean Paul II reconnaisse les abus sexuels commis sur des enfants au sein de l'institution catholique[28].

En 1997, elle reçoit des menaces de mort de l'extrême droite israélienne concernant un concert prévu en Israël, destiné à promouvoir une coexistence pacifique entre Israéliens et Palestiniens[29]. Soucieuse de préserver la sécurité de sa famille, elle se résout à ne pas s'y produire[30].

Elle soutient l'idée de réunifier l'Irlande du nord à la république d'Irlande. En 2014, elle appelle le parti Sinn Féin à être « plus courageux » (« I think Sinn Fein could risk being braver ») dans ses prises de position[31].

Religion[modifier | modifier le code]

Née catholique, Sinéad O'Connor est ordonnée prêtresse par une Église indépendante, « l'église irlandaise orthodoxe, catholique et apostolique », en 1999. En 2011, elle prend ses distances à la suite de scandales d'abus d'enfants au sein de l'Église, en condamnant le Vatican[32].

Elle se convertit ensuite à l'islam ; sa conversion est annoncée en [33]. Elle change son nom pour « Shuhada' Davitt » et publie une photo d'elle portant le hijab[34],[35]. Elle précise ne pas le porter tout le temps. « Il n’y a pas de règles à ce sujet. Je m’associerais à l’aspect soufi de l’islam, je ne suis pas obligée à mon âge de porter le hijab… Je le porte parce que j’aime ça[36]. »

Peu après, elle déclare ne plus vouloir passer du temps avec des blancs (qu'elle entend comme « non-musulmans »), les jugeant « dégoûtants », puis poste une vidéo déclarant qu'elle ne s'adressait qu'aux « idiots », « blancs suprémacistes » qui l'avaient harcelée sur son compte Twitter à la suite de l'annonce de sa conversion à l'islam : « Je croyais que Twitter fermerait mon compte si je disais cela parce qu'ils l'avaient fermé par le passé, quand j'avais écrit que je n'aimais pas que les nonnes tuent des bébés en Irlande[32]. »

Problèmes de santé[modifier | modifier le code]

Après deux tentatives de suicide les 5 et après un divorce survenu seize jours après un mariage[37], Sinéad O'Connor aurait à nouveau tenté de mettre fin à ses jours le après avoir laissé un message éphémère sur sa page Facebook dans lequel elle affirmait avoir pris une « surdose », sans plus de précision. Elle souffre de ne plus avoir de relations ni avec sa famille ni avec ses enfants[38]. En 2007, elle révèle à Oprah Winfrey qu'elle a tenté de se suicider le jour de son 33e anniversaire[39].

En 2015, elle annule sa tournée à la suite de troubles bipolaires. En effet, elle aurait vécu entre décembre 2014 et mars 2015 une profonde dépression[40].

Elle est portée disparue le [41], pour être retrouvée le lendemain dans un hôtel de l'Illinois[42], avant une nouvelle disparition et une menace de suicide le 24 juin suivant[43],[44]. Le , elle laisse un nouveau message vidéo sur Facebook dans lequel elle évoque sa solitude et ses problèmes psychiatriques[45]. Au même moment, elle se confie auprès d'un médecin, lui déclarant notamment que sa mère l'avait fait souffrir physiquement, ayant même installé une chambre de torture[46],[47].

En , elle décrit la vidéo qu'elle a enregistrée en 2017 comme un véritable appel à l'aide, disant que ses amis et sa famille ont eu raison de s'inquiéter de son état mental car elle affirme qu'elle n'aurait pas survécu si elle n'avait pas demandé de l'aide : « J'étais vraiment en danger de mort […] Il se passait des trucs dans ma vie qui me rendaient un peu folle et au milieu de tout ça j'ai subi une hystérectomie radicale, ce qui rendrait n'importe qui fou[48]. » Elle a cependant ajouté que ses jours les plus sombres étaient derrière elle : « Je suis tout le contraire [maintenant] et c'est fini, grâce à Dieu. […] Je peux en rire maintenant mais sur le moment, c'était horrible. Je n'aime pas souffrir et ce n'est pas comme si j'étais un de ces artistes qui ont l'impression de ne pas pouvoir être créatifs à moins de souffrir[48]. » Elle admet cependant qu'elle se bat toujours contre la solitude et l'agoraphobie[48],[49].

Le , elle est hospitalisée quelques jours après le suicide de son fils Shane, âgé de 17 ans[50].

Décès et hommages[modifier | modifier le code]

Le , Sinead O’connor est trouvée sans vie à son domicile par la police londonienne[51] et ce n'est qu'en janvier 2024 qu'un rapport d'autopsie révèle qu'elle est morte de causes naturelles[52].

Des funérailles privées ont lieu le 8 août à Bray, dans le comté de Wicklow, et la famille d'O'Connor invite le public à se rendre sur le front de mer où le cortège funèbre défile. Des milliers de personnes lui rendent hommage[53], tandis que son enterrement a lieu au cimetière de Dean's Grange, à Dublin[54].

Des célébrités telles que Jamie Lee Curtis, Tori Amos, Toni Collette ainsi que les musiciens de Massive Attack et Public Enemy publient des hommages sur les médias sociaux[55],[56], tandis que le chanteur anglais Morrissey écrit : « Vous en faites l'éloge aujourd'hui quand il est trop tard. Vous n'avez pas eu le courage de la soutenir quand elle était en vie et qu'elle vous recherchait[57]. »

L'auteure-compositrice-interprète américaine Phoebe Bridgers loue son intégrité dans le magazine Rolling Stone[58], et en novembre 2023, Boygenius et le groupe irlandais Ye Vagabonds (en) publient une reprise de la chanson folklorique écossaise The Parting Glass sous la forme d'une chanson de Noël caritative en son honneur[59].

Le 9 janvier 2024, un concert en son hommage et à Shane MacGowan des Pogues, également décédé en 2023, est annoncé pour le mois de mars au Carnegie Hall de New York[60].

Le 4 février 2024, la chanteuse et activiste écossaise Annie Lennox a rendu hommage à O'Connor en interprétant Nothing Compares 2 U au cours de la 66e cérémonie des Grammy Awards. Pendant sa prestation, elle arborait une larme peinte sur sa joue, en hommage à une scène similaire dans le clip de la chanson. Elle était également accompagnée de Wendy & Lisa[61].

Lennox a terminé la performance en appelant à un cessez-le-feu dans la guerre Israël-Hamas et à la paix dans le monde, un hommage au franc-parler politique d'O'Connor[62].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studios[modifier | modifier le code]

Sinéad O'Connor en 2014.

Compilations et enregistrements publics[modifier | modifier le code]

Classements[modifier | modifier le code]

Année Album Royaume-
Uni
États-
Unis
Australie Ventes
1987 The Lion and the Cobra 27 36 - 5 500 000
1990 I Do Not Want What I Haven't Got 1 1 1 10 000 000
1992 Am I Not Your Girl? 6 27 17 1 500 000
1994 Universal Mother 19 36 31 1 500 000
1997 Gospel Oak (mini-album, six titres) 28 128 - 250 000
So Far... the Best of Sinéad O'Connor 28 - - 2 000 000
2000 Faith and Courage 61 55 18 1 500 000
2002 Sean-Nós Nua 52 139 66 225 000
2003 She Who Dwells in the Secret Place of the Most High Shall Abide Under the Shadow of the Almighty - - - 100 000
2005 Collaborations - - - 500 000
Throw Down Your Arms - - - 250 000
2007 Theology - - - -
2009 Theology : Live at The Sugar Club - - - -
I Do Not Want What I Haven't Got (édition remastérisée avec 10 titres bonus) - - - -
2012 How About I Be Me (And You Be You)? - - - -
2014 I’m Not Bossy, I’m the Boss - - - -

Singles[modifier | modifier le code]

Année Chanson Royaume-
Uni
États-
Unis
États-
Unis,
rock
États-
Unis,
dance
Australie Irlande Album
1986 Heroine (The Edge featuring Sinéad O'Connor) 89 - - - - - Captive OST
1988 Mandinka 17 - - 14 - 6 The Lion & the Cobra
I Want Your (Hands on Me) 77 - 26 20 - -
Jump in the River (Sinéad O'Connor & Karen Finley) 81 - 17 - - 29 -
1990 Nothing Compares 2 U 1 1 1 - 1 1 I Do Not Want…
The Emperor's New Clothes 31 60 1 - 20 5
Three Babies 42 - - - - 19
I Am Stretched on Your Grave - - - 27 - -
1991 My Special Child 42 - - - - 6 -
Silent Night 60 - - - - 12 -
1992 Visions of You (Jah Wobble and the Invaders of the Heart featuring Sinéad O'Connor) 35 - - - - - Rising Above Bedlam
Success Has Made a Failure Of Our Home 18 - 20 - 37 11 Am I Not Your Girl?
Don't Cry For Me Argentina 53 - - - - -
1994 You Made Me the Thief of Your Heart 42 - 24 - 43 4 In the Name of the Father soundtrack
Thank You For Hearing Me 13 - - - - - Universal Mother
Fire on Babylon - - - - - -
1995 Famine / All Apologies 51 - - - - -
Haunted (Shane MacGowan & Sinéad O'Connor) 30 - - - - 6 -
1997 This Is To Mother You 28 - - - - - Gospel Oak EP
This Is A Rebel Song 60 - - - - 29 So Far… The Best Of Sinead O'Connor
2000 No Man's Woman - - - - - - Faith and Courage
Jealous - - - - 58 -
2002 Troy (The Phoenix From the Flame) (remix) 48 - - 3 - - -
2003 Tears From the Moon (Conjure One featuring Sinéad O'Connor) 42 - - 3 - - -
Guide Me God (Ghostland featuring Sinéad O'Connor and Natacha Atlas) - - - 20 - - -
1000 Mirrors (Asian Dub Foundation featuring Sinéad O'Connor) - - - - - - Enemy of the Enemy
On the album "100th Window" by Massive Attack 15 - - - - - 100th Window
2007 I Don't Know How to Love Him - - - - - - Theology

Collaborations[modifier | modifier le code]

Reprises par d'autres artistes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Sinéad O’Connor, acclaimed Dublin singer, dies aged 56 », sur The Irish Times, (consulté le ).
  2. a b c d e et f Julien Gaisne, « Sinead O'Connor interview », Rolling Stone no 42, avril 2012. « Qui étaient tes artistes préférés quand tu as commencé ? Bob Dylan, il l'est probablement toujours. Il y avait aussi David Bowie, Bob Marley, Siouxsie and the Banshees, The Pretenders ».
  3. Prononciation en anglais irlandais retranscrite selon la méthode de l'alphabet phonétique international (API). Voir inogolo: Inogolo pour des fichiers audio.
  4. « La chanteuse irlandaise Sinead O’Connor est morte à 56 ans », sur Le Monde, (consulté le ).
  5. (en) Caroline Sullivan, « Sinéad O'Connor obituary », sur The Guardian, (consulté le ).
  6. « Documentaire | Sinéad O’Connor : la femme qui dérange », sur La Presse, (consulté le ).
  7. « Vibrations - Il y a 30 ans, Sinéad O'Connor dénonçait déjà les abus de l'église catholique sans savoir pourquoi », sur Radio télévision suisse, (consulté le ).
  8. « Sinead O'Connor » Accès limité, sur Le Soir, (consulté le ).
  9. « 30 ans jour pour jour que Sinéad O'Connor a défié le monde », sur Teknomers Nouvelles, (consulté le ).
  10. (es) Jordi Bardají, « 30 años del día en que Sinéad O’Connor desafió al mundo », sur Jenesaispop, (consulté le ).
  11. « Sinéad O’Connor sortira ses mémoires en juin 2021 », sur Rolling Stone, (consulté le ).
  12. (en) « Sinéad O'Connor converts to Islam », sur BBC News, (consulté le ).
  13. (en) « Sinead O'Connor converts to Islam and changes name to Shuhada », sur CNN International, .
  14. (en) Dave Hanratty, « Reaction to Sinéad O'Connor on Late Late shows we still have a long way to go on empathy and mental health », sur joe.ie (en), (consulté le ).
  15. Marie Haynes, « Sinead O’Connor : comment sa vie est devenue un enfer », sur gala.fr, (consulté le ).
  16. « I have never—and probably will never—experience such panic and terror and agony over anything. » Rolling Stone, avril 1988.
  17. (en) « The Lion and the Cobra », Anthony DeCurtis, Rolling Stone, 28 janvier 1988. « With The Lion and the Cobra, Sinéad O'Connor joins the ranks of Kate Bush, Laurie Anderson and Jane Siberry — all women who are shattering the boundaries of pop music. »]
  18. (en) « Sinead O'Connor talks about punch up with Prince » (consulté le ).
  19. « How About I Be Me (And You Be You) », Metacritic.com (consulté le 10 décembre 2018).
  20. (en) « The greatest trauma was always her own’ - Neil Jordan, film director », sur The Guardian, (consulté le ) : « I... played... a track Sinéad had just sent me, called No Veteran Dies Alone [from a planned new album of the same name]. It was one of the most extraordinary uses of her searing voice and her blazing lyrical talent. »
  21. (en) « Sinéad O’Connor’s new music ‘may never be released’ following her death aged 56 », sur metro.co.uk, (consulté le ) : « In 2021 O’Connor announced the release of her 11th album, which was titled No Veteran Dies Alone, and said it was set to be released the following year. However, following the death of her son Shane in January 2022, it was postponed indefinitely and remains shelved. »
  22. (en) « Oh my God, this is like recording Nina Simone’: David Holmes on producing Sinéad O’Connor’s final album », sur heguardian, (consulté le ) : « Over the last five years, O’Connor and Holmes made an unreleased album about healing. »
  23. N.G., « La chanteuse Sinead O’Connor annonce la mort de son fils de 17 ans », sur La Voix du Nord, .
  24. « Sinead O’Connor et son mariage de 16 jours », Paris Match,‎ (lire en ligne, consulté le )
  25. (en) Ben Beaumont-Thomas, « Sinéad O'Connor converts to Islam, taking new name Shuhada' Davitt », sur The Guardian,  : « Her full new name is Shuhada’ Davitt, using the surname she gave herself when she changed her name to Magda Davitt in 2017. ».
  26. (en) Lars Gotrich, « Magda Davitt, Formally Known As Sinead O'Connor, Releases 'Milestones' Demo », sur NPR.org, .
  27. Michael Atlan, « Sinéad O'Connor fut parmi les premières à oser dénoncer la pédophilie dans l'Église catholique », sur Slate.fr, .
  28. « Pope sends first e-mail apology » [archive du ], sur BBC News, (consulté le )
  29. « Menacée par l'extrême-droite israélienne Sinead O'Connor annule son concert pour la paix à Jérusalem », sur L'Orient-Le Jour,
  30. (en) « Death threats prompt singer O'Connor to cancel Jerusalem concert », Naomi Segal, jewishaz.com (consulté le 12 avril 2020).
  31. (en) « Sinead O'Connor Won't Be Joining Irish Republican Party – Here's Why » [archive du ], Billboard (consulté le )
  32. a et b (en) « "He’d shite on": Sinead O’Connor wants to outlive Bono so that he can’t speak at her funeral », Charlotte Krol, NME, 16 novembre 2018.
  33. « Du crâne rasé au voile, la chanteuse Sinead O'Connor s'est convertie à l'islam », sur Al HuffPost Maghreb, .
  34. AFP agence, « Sinead O'Connor se convertit à l'islam et s'appelle désormais Shuhada' Davitt », Le Figaro,‎ (lire en ligne Accès libre, consulté le ).
  35. « La chanteuse irlandaise Sinéad O'Connor s'est convertie à l'islam et a changé de nom », Le Parisien,‎ (lire en ligne).
  36. « Décès de Sinead O’Connor, chanteuse irlandaise emblématique convertie à l’islam et soutien de la Palestine », sur Middle East Eye édition française, .
  37. « Sinead O’connor : deux tentatives de suicide en une semaine », sur voici.fr, (consulté le ).
  38. « Sinead O’Connor, finalement saine et sauve », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  39. « Sinead O'Connor annule sa tournée mondiale à cause de sa bipolarité », sur chartsinfrance.net (consulté le ).
  40. Sinéad O'Connor, saine et sauve, après avoir tenté de se suicider, lefigaro.fr, 30 novembre 2015
  41. O’Connor
  42. « Portée disparue, la chanteuse irlandaise Sinead O'Connor a été retrouvée », sur Le Parisien.fr, .
  43. « Sinead O’Connor disparaît encore : sa famille très inquiète », sur voici.fr, (consulté le ).
  44. « La chanteuse Sinead O'Connor menace de se suicider », La Libre Belgique,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  45. (en) « Sinead O’Connor sparks fears for her mental health after posting tearful video online », sur The Daily Telegraph (consulté le ).
  46. « Sinéad O'Connor se confie à Dr. Phil », La Presse,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  47. Elle ajoute :

    « Ma mère n'était pas bien, vraiment vraiment, vraiment pas bien. Je dirais qu'elle est possédée, bien que je ne sois pas sûre de croire à ce genre de choses. Elle m'obligeait à répéter, encore et encore, que je n'étais rien, rien, pendant qu'elle me battait. »

    (Cf. purepeople.com.)
    Elle a également adressé, par écrit, une lettre assassine envers son premier mari, son père et son fils aîné :

    « Tu diras à notre fils diabolique qu'une personne qui souffre de soucis médicaux dont les symptômes incluent des pulsions suicidaires n'est pas manipulatrice, alors que lui est une p***** de brute chauviniste comme son grand-père. Vous m'avez tous abandonnée pour avoir été suicidaire, vous, bandes de p**** avérées. Vous m'avez laissée pour morte. »

    (Cf. lci.fr et lepoint.fr.)
    Elle ajoute :

    « Jake dit qu'il sait que je souffre d'une maladie mentale et pourtant, il saute sur l'infirme. Dis-lui d'arrêter de faire semblant de s'inquiéter sur ma mort, le petit couillon menteur. Vous feriez tous bien de prier pour que je meure. Parce que je vais vous poursuivre en justice pour ce que vous m'avez fait, si je survis. Papa, tu as fait ça à ma mère. Tu t'en es sorti. Je suis plus forte qu'elle. Tu ne t'en sortiras pas cette fois. Combien de femmes as-tu forcé à avorter, John ? As-tu compté ? J'ai arrêté de compter il y a environ 16 ans. Aucun de vous ne me verra pour ce que vous m'avez fait. Si je réussis à ne pas me tuer, vous paierez les coûts médicaux et continuerez d'être impliqués, puisque vous avez été et restez les coordinateurs de ma destruction émotionnelle et psychologique. Je vous reverrai au tribunal. Je veux des dédommagements. »

  48. a b et c « Sinead O'Connor : sa vidéo de 2017 était un "appel à l'aide" », tvanouvelles.ca, 5 février 2020.
  49. « Sinead O'Connor "en danger de mort" pendant sa bataille contre ses problèmes mentaux », Sarah Rozenbaum, closermag.fr, 4 février 2020.
  50. Toyin Owoseje CNN, « Sinead O'Connor hospitalized, days after teenage son's death », sur CNN (consulté le ).
  51. « La chanteuse irlandaise Sinead O'Connor est morte à l'âge de 56 ans », sur francetvinfo.fr (consulté le ).
  52. « Sinéad O’Connor : les causes du décès révélées », sur Le Soir, (consulté le )
  53. (en-GB) Rory Carroll, « 'She blazed a trail': thousands gather for funeral of Sinéad O'Connor in Ireland », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne [archive du ], consulté le )
  54. Find a grave
  55. https://www.facebook.com/massiveattack/posts/pfbid02toKCVSS1Hd11J8A3r5ursWcNdzQ26c7y3pGfNEVvoXDk8Vkv7g738c12NoL7aZHQl
  56. (en-US) Bethy Squires, « Sinéad O'Connor, As Remembered by Collaborators and Famous Fans », sur Vulture, (consulté le )
  57. (en-GB) Ben Beaumont-Thomas, « 'You hadn't the guts to support her': Morrissey decries music industry after Sinéad O'Connor's death », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne [archive du ], consulté le )
  58. (en-US) David Browne, « Phoebe Bridgers Remembers Sinéad O'Connor: 'It's Abuse to Be Told to Shut Up and Sing' », Rolling Stone,‎ (lire en ligne, consulté le )
  59. (en-US) « Boygenius Cover "The Parting Glass," a Charity Benefit Single in Tribute to Sinéad O'Connor », sur Pitchfork, (consulté le )
  60. (en-GB) « Sinéad O'Connor died of natural causes, coroner confirms », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  61. Tony Bennett, Sinead O'Connor, Tina Turner Honored During In Memoriam at 2024 Grammys, Rolling Stone, 5 février 2024.
  62. And the Winner Is… Annie Lennox and Artists for Cease-Fire, John Nichols, The Nation, 6 février 20214.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]