DeepL

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

DeepL
Logo de DeepL

Adresse deepl.com
Description Service de traduction
Publicité  Non
Langue Multilingue
Inscription Facultative
Propriétaire DeepL GmbH
Créé par Linguee
Lancement [1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Classement Alexa en augmentation 134 (Global, 01/2022)

en augmentation 75 (Allemagne, 06/2021)

État actuel  En activité

DeepL est un service de traduction automatique en ligne de la société DeepL GmbH, qui a été lancé le par l'équipe de Linguee. Le service permet de traduire vingt-six langues formant 650 combinaisons de langue à langue (allemand, anglais, français, néerlandais, polonais, russe, italien, espagnol, portugais, japonais, chinois simplifié, bulgare, tchèque, danois, estonien, finnois, grec, hongrois, lituanien, polonais, roumain, slovaque, slovène, suédois).

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Ce service utilise des réseaux de neurones convolutifs[2] constitués sur la base de données Linguee[3],[4]. À l’en croire, au moment de la publication, DeepL dépasserait ses concurrents dans des tests à l’aveugle, entre autres Google Traduction, Microsoft Traduction et Facebook[5],[6]. Il serait aussi plus précis et plus nuancé pour une rapidité égale à ses concurrents[7].

Depuis , les traductions vers le russe et le portugais sont également disponibles[8]. Le , les traductions en chinois simplifié et en japonais ont été ajoutées[9]. Le 17 mars 2021, 13 langues européennes sont ajoutées dont le grec ou le suédois.[10]

Son principe se fonde sur un robot d'indexation de collecte de traductions déjà existantes sur les sites internet.

Popularité[modifier | modifier le code]

Nombre de visites sur DeepL selon Similarweb.

En , la barre des 20 millions d'utilisateurs est franchie. Au , 21,8 % du trafic vient d'Allemagne, 17,4 % de France, 10 % d'Espagne, 7,9 % de Suisse et 4,1 % de Pologne[11].

DeepL.com occupait la 2149e place du classement Alexa des sites les plus visités au monde en janvier 2019[12].

En , 86 millions de personnes sont allées sur DeepL. 20 % des utilisateurs étaient Allemands, 13 % Japonais et 10 % Français[13].

Ses principaux concurrents sont Google Traduction, Microsoft Traduction, Reverso et Yandex Translate.

Linguee GmbH[modifier | modifier le code]

Dans ce contexte, la société Linguee GmbH, basée à Cologne, a récemment changé de nom pour devenir DeepL GmbH[14],[15].

Enregistrement des textes traduits[modifier | modifier le code]

Afin d'approfondir son apprentissage, DeepL enregistre les textes traduits[16]. Or cela exposerait l’identité des traducteurs professionnels[16]. Pour préserver la confidentialité des utilisateurs, la version DeepL Pro n’enregistre aucune information[16].

Notes et références[modifier | modifier le code]

(de)/(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu des articles intitulés en allemand « DeepL » (voir la liste des auteurs) et en anglais « DeepL Translator » (voir la liste des auteurs).
  1. « https://www.heise.de/newsticker/meldung/Maschinelle-Uebersetzer-DeepL-macht-Google-Translate-Konkurrenz-3813882.html »
  2. (en-US) « DeepL schools other online translators with clever machine learning – TechCrunch », sur techcrunch.com (consulté le )
  3. Didier Sanz, « Des traductions en ligne plus intelligentes », Le Figaro,‎
  4. (en) Raoul Blin, « Neural machine translation, corpus and frugality », CoRR, CNRS-CRLAO,‎ (arXiv 2101.10650).
  5. Heise online, « Maschinelle Übersetzer: DeepL macht Google Translate Konkurrenz »,
  6. Online-Übersetzer im Vergleich "Ich will den Hals langsam atmen" 2017
  7. (en) Devin Coldewey, « DeepL schools other online translators with clever machine learning », TechCrunch,‎ (lire en ligne, consulté le )
  8. (en-GB) « DeepL: Cologne-based startup outperforms Google Translate | DW | 05.12.2018 », sur Deutsche Welle,
  9. https://www.deepl.com/blog/20200319.html
  10. « DeepL Traducteur propose 13 nouvelles langues européennes », sur www.deepl.com, (consulté le )
  11. « Deepl.com Traffic, Demographics and Competitors - Alexa », sur web.archive.org, (consulté le )
  12. « Deepl.com Traffic, Demographics and Competitors » [archive du ], Alexa Internet (consulté le )
  13. « deepl.com Traffic Statistics », sur SimilarWeb (consulté le )
  14. Unternehmensregister Bundesanzeiger Verlag, paru le 7 septembre 2017
  15. « Mentions légales », sur deepl.com (consulté le ).
  16. a b et c Vonintsoa, « DeepL : tout ce qu’il y a à savoir », sur lebigdata.fr, (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]