Kerrang!

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Kerrang!
Pays Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni
Langue Anglais
Périodicité Hebdomadaire
Format A4
Genre Magazine musical
Date de fondation 6 juin 1981

ISSN 0262-6624
Site web kerrang.com

Kerrang! est un magazine britannique consacré aux musiques rock et heavy metal, publié par Bauer Media Group. Il est initialement publié le en guise de supplément pour le magazine Sounds. Inspiré du bruit produit par un accord de puissance sur une guitare électrique distordue, Kerrang! est originellement consacré à la New wave of British heavy metal et la popularisation grandissante des groupes de hard rock[1]. Au début des années 2000, il devient le magazine britannique le mieux vendu[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Kerrang! commence sa publication le , et est édité par Geoff Barton, à l'origine comme supplément unique du magazine Sounds, consacré au phénomène New wave of British heavy metal et à la grimpée fulgurante des groupes de hard rock[3]. Angus Young du groupe AC/DC apparaît sur la couverture du premier exemplaire de Kerrang!. Lancé comme mensuel, Kerrang! est ensuite publié une fois par semaine dès 1987. Le propriétaire United Newspapers cède le magazine à EMAP en 1991. Dans les années 1980 et début 1990, le magazine présente en couverture des groupes de thrash et de glam metal (comme Mötley Crüe, Slayer, Bon Jovi, Metallica, Poison, et Venom), puis de grunge comme Nirvana. La popularité de Kerrang! s'accroit encore dès l'arrivée de l'éditeur Paul Rees aux alentours de 2000, et avec la popularisation du genre nu metal, avec des groupes tels que Limp Bizkit et Slipknot[4]. Rees part au magazine Q, et Ashley Bird devient éditrice de Kerrang! entre 2003 et 2005. Cependant, les ventes commencent nettement à décliner en 2003, puis Paul Brannigan en devient l'éditeur en [5].

Le terme de « thrash metal » est pour la première fois cité par le rédacteur de Kerrang, Malcolm Dome, tandis qu'il détaille la chanson Metal Thrashing Mad du groupe Anthrax dans le numéro 62, page 8, publié le . Bien avant, James Hetfield de Metallica qualifie leur son de power metal[6]. Avec l'émergence du emo et du metalcore, Kerrang! change radicalement de direction musicale. Cependant, ce revirement soudain pour la musique emo et le metalcore n'est pas bien accueilli par les lecteurs de Kerrang![7]. En 2008, EMAP vend les droits du magazine au Bauer Media Group. Brannigan quitte Kerrang! en 2009, et Nichola Browne en est désigné l'éditrice[8]. Elle démissionne en . L'ancien éditeur de NME et GamesMaster James McMahon devient l'éditeur le [9].

Site web[modifier | modifier le code]

Le site web Kerrang! est consacré à l'information liée au magazine, et à l'annonce de nouveaux événements. Le site présente les achats en ligne du magazine, les podcasts, les forums, et les segments TV et radio[10]. En , Kerrang! annonce son premier éditeur sur web, John Longbottom, aidant à la restructuration de Kerrang.com[11].

Kerrang! Awards[modifier | modifier le code]

Depuis 1993, le magazine organise une cérémonie annuelle de remise de prix dans l'intérêt de ses lecteurs. Cette remise de prix est considérée comme l'une des plus importantes au Royaume-Uni par le Guinness Book of British Hit Singles & Albums. L'événement est présentée par de nombreuses célébrités dans ou en dehors du domaine musical[12].

Kerrang! Tour[modifier | modifier le code]

Kerrang! organise chaque janvier une tournée de concerts rock au Royaume-Uni[13]. La tournée inclut des groupes comme Bullet for My Valentine, Good Charlotte, Sum 41, et Coheed and Cambria, notamment. En 2012, Kerrang! Relentless Energy Tour annonce Sum 41, New Found Glory, Letlive et While She Sleeps, mais Sum 41 ne peut se présenter à cause d'une blessure au dos de son chanteur. Ils sont remplacés par The Blackout[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Paul Brannigan, « 25 Most Important Bands Of Our Lifetime », Kerrang!, Bauer Media Group, no 1110,‎ .
  2. (en) Pete Baran, « Kerrang topples NME as best selling music weekly », Freaky Trigger, (consulté le ).
  3. (en) Steven Ward, « Geoff Barton, behind the wheel », Rock Critics (consulté le ).
  4. (en) « Kerrang! overtakes NME », BBC News, (consulté le ).
  5. (en) « ABC report: film and music », Campaign, Haymarket Group, (consulté le ).
  6. (en) Malcolm Dome, Kerrang!, vol. 62, Londres, Spotlight Publications Ltd., , 8 p., « Anthrax Fistful of Metal ».
  7. (en) Chris Tryhorn, « Kerrang! rocks NME's world », The Guardian, Guardian Media Group, (consulté le ).
  8. (en) Stephen Brook, « Nichola Browne to edit Kerrang! », The Guardian, Guardian Media Group, (consulté le ).
  9. (en) Ben Cardew, « Kerrang! names new editor », Music Week, Intent Media, (consulté le ).
  10. (en) « Kerrang! Stuff », Kerrang!, Bauer Media Group (consulté le ).
  11. (en) Rhian Jones, « Kerrang! mag team undergoes re-structure, editor targets future growth », sur MusicWeek, (consulté le ).
  12. Justin Ng, « Kerrang! Awards Fuelled By Relentless Energy Drink Nominations Announced »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Entertainment Focus, (consulté le ).
  13. (en) Jason Gregory, « New Found Glory, Sum 41, letlive For 2012 UK And Ireland Tour – Tickets », Gigwise.com, Giant Digital, (consulté le ).
  14. (en) « The Kerrang! Tour 2012 sponsored by Relentless Energy Drink featuring New Found Glory and The Blackout », Relentless Energy, (consulté le ).